Je vous propose ici quatre événements marquant du pouvoir de Kinshasa depuis 2004 : Le fameux coup d’Etat manqué d’Eric LENGE, les attaques des May-May à Lubumbashi, la sanglante attaque de MUKUNGUBILA, l’affaire Etienne Kabila en Afrique du Sud… et la récente attaque du camp Tshasthi. Bien communiquer, en matière de gouvernance, permet de résoudre bien de problèmes. Surtout, cela a le pouvoir de mettre en confiance, dirigeants et dirigés. Mais lorsque communiquer fait l’objet de doute, la confiance s’amenuise, le peuple se détourne de toute action publique.

Des événements opportunistes ?

La caractéristique commune à tous ces événements c’est qu’ils se ressemblent : une attaque, une panique, une riposte, une victoire et surtout, une fuite des commanditaires et des enquêtes dont on n’a jamais annoncé les résultats. Tout étonnant que cela puisse paraître, le gouvernement annonce toujours qu’ils a la maîtrise de la situation. Mais un temps après, bing ! Ça reprend. On est en droit de se demander si cela est toujours vrai.

la suite sur Tout Lubumbashi.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier