Abidjan, 6 déc (AIP)- Le Comité ivoirien de protection des journalistes (CIPJ) a "salué", mardi, la relaxe de trois journalistes du quotidien pro-Gbagbo "notre voie", par la justice ivoirienne, à l'issue d’un procès.

                                                
"Le CIPJ salue cette libération de nos trois confrères", note un communiqué de cette organisation corporatiste de professionnels des médias, engagée dans la défense et la promotion de la liberté de presse en Côte d’Ivoire, dont l'AIP a reçu copie quelques heures après ce procès.
Toutefois, le CIPJ "déplore"  que ces journalistes aient subis "treize jours d’humiliation et de privation de liberté, en dépits de toutes les interpellations".
Boga Sivori, Didier Dépri et césar Etou, respectivement chef de service politique, secrétaire général de rédaction et directeur de publication et directeur général de Notre Voie avaient été arrêtés sur instruction du procureur de la République, Simplice Kouadio Koffi, le 24 novembre.
Il leur était, à ce moment, reproché d'avoir publié des informations relatives à une affaire d’achat de véhicules de luxe par le président ivoirien Alassane Ouattara pour les membres de son gouvernement, et à une probable dévaluation du franc CFA.

Après une semaine de garde à vue à la police criminelle, ils ont été inculpés pour ''incitation au vol, au pillage, et à la destruction de bien d'autrui, par voix de presse'', avant d’être transférés à la prison civile d’Abidjan. Pour le CIPJ, leur relaxe prouve que le parquet "s'est trompé sur ce dossier".
Par ailleurs, le Comité Ivoirien de Protection des journalistes dit également ne pas "oublier Hermann Aboa", un autre journaliste" qui est aussi maintenu injustement en détention depuis 4 mois".
(AIP)

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...