Karim Bouguemra est un jeune caricaturiste algérien de 27 ans originaire de Skidda, une localité à l'est du pays. Comme les dessinateurs de Charlie Hebdo, ses coups de crayons ont pu s'illustrer dans la presse de son pays, le journal sportif Maracana . Aujourd'hui, c'est pour le MENA Post, un site d'informations en ligne dédiée à la région MENA, que le dessinateur fait part de son talent.

Comme tous les Algériens, il doit accomplir son service militaire, qui s'achève dans deux mois. Une fois de retour dans la société civile, Karim Bouguemra souhaite dessiner dans les colonnes d'un quotidien généraliste algérien. Pour ce chirurgien-dentiste de profession dont la caricature est son « deuxième métier, celui du cœur », l'attentat qui a coûté la vie à ses confrères de Charlie Hebdo ne l'a pas laissé indifférent. Face à l'ampleur du drame survenu, ce mercredi 7 janvier, le dessinateur a accepté de nous livrer son point de vue sur cet attentat et son métier. Entretien.

Founé Diarra : Face au drame qui a touché Charlie Hebdo, ce mercredi, que ressentez-vous en tant que personne, d'abord, et caricaturiste, ensuite ?

Karim Bouguemra : Tout d'abord, permettez-moi de passer mes sincères condoléances aux familles des victimes.
C'est bien un drame qui a touché la caricature et le journalisme en général. C'est un acte terroriste qui ne représente que ses auteurs. Personne n'a le droit de s'en prendre à la vie d'autrui à cause d'une opinion ou une idéologie. Si l'on devait tuer tous ceux avec qui on ne partage pas le même avis, l'humanité se serait éteinte il y a bien longtemps. C'est un crime contre le droit de s'exprimer, c'est inhumain.

Dans votre pays, l'Algérie, quelle place accorde-t-on aux dessinateurs satiriques ?

En Algérie, la caricature est très appréciée, on a une population jeune, avec un bon sens de l'humour et c'est ce qu'il faut pour que les dessinateurs puissent développer leur talent. À noter aussi que la presse algérienne, écrite et audiovisuelle récemment, accorde un intérêt particulier à la caricature. Cependant, il y aura toujours des sujets tabous, que l'on doit aborder avec modération. On n'est jamais aussi libre qu'on le veut.

Vous êtes une « jeune pousse » dans le milieu de la caricature, comment voyez-vous l'avenir de votre métier ?

La caricature est un moyen d'expression, certains passent l'information ou l'idée à travers un texte, d'autres le font à travers un dessin. C'est un domaine qui s'est épanoui ces dernières années, le public s'intéresse de plus en plus au dessin, un peu pour sortir de l'ordinaire, des colonnes étroites des articles de presse, la caricature présente l'idée avec de l'humour, c'est ce que le grand public cherche de nos jours, pouvoir rigoler de ses soucis.

Le métier de caricaturiste est-il devenu sensible vu le contexte mondial d'aujourd'hui ?

Être caricaturiste, cela a toujours été un métier sensible. Le caricaturiste a souvent tendance à aller loin, à franchir les limites imposées par la société et le système. Un critiqueur très critiqué. Une caricature ne pourra jamais être acceptée par tout le monde. C'est un métier à risque, le journalisme et l'expression est à risque aussi objectifs qu'ils soient.

Peut-on vraiment rire de tout Karim Bouguemra ?

On ne peut pas rire de tout, il faut être responsable et respectueux. La liberté d'expression n'est pas une liberté d'insulte. Le dessin satirique ne doit pas quand même pas porter atteinte aux individus ou aux communautés. La caricature représente son auteur, son point de vue et sa personnalité, comme n'importe quel autre moyen d'expression. Le fait d'insulter une personne verbalement est inacceptable dans la société, c'est pareil pour un article de presse ou une caricature. Et cela est mon propre point de vue qui ne représente que moi.

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Journaliste au Point Afrique je suis toujours à la recherche de nouvelles collaborations.
Blog : founediarra.wordpress.com
Twitter : @FouneCDiarra

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • J'apprécie votre point vue sur la dernière question « Peut-on vraiment rire de tout ? ». En échange de vos propos, je veux partager avec vous ma position dans un post : Pour être Charlie à 100%... http://goo.gl/bv0lgA

     

This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

Atelier des médias via Twitter
Grandes et petites histoires du monde racontées en photographies à Perpignan http://rfi.my/2c7idY3  Via @RFI
Il y a 1 heure
Atelier des médias via Twitter
Yongzin, un moteur de recherche pas si tibétain: Google et Yahoo sont des moteurs de recherche qui p... http://rfi.my/2c3fKOw  Via @RFI
Il y a 18 heures
Atelier des médias via Twitter
Le Festival de Douarnenez discute sur la liberté des médias en Turquie http://rfi.my/2c3QTKj  Via @RFI
Il y a 19 heures
Atelier des Médias - RFI via Facebook

Message de salutations à tous pour vous souhaiter une bonne rentrée ! A partir…

Plus...