C'est quoi la gauchosphère ?

La gauchosphère est un néologisme apparu dans la bouche de Benjamin Lancar, le président des "Jeunes Populaires" (la branche junior de l'UMP). Ce terme part du constat que la blogosphère française pencherait à gauche plus qu'à droite. Un constat comme un défi pour le jeune communiquant qui y voit un terrain à conquérir :


Si vous avez écouté cette vidéo, vous êtes désormais informé des moyens mis en place par les jeunes Pops pour occuper le terrain et "dénoncer certaines manipulations médiatiques". En politique, plus qu'ailleurs, lorsqu'on dénonce des choses, il faut avant tout être exemplaire...Mais voilà, on apprend cette semaine qu'un membre de l'UMP aurait diffusé de fausses rumeurs sur le PS via Twitter.

[Pour ceux qui ne connaissent pas bien le réseau social Twitter, c'est un formidable outil de veille et de communication, mais c'est aussi un lieu de blague (on parle de journalisme LOL), de pastiches et de faux comptes (attention tout de même à l'usurpation d'identité).]

Le Monde.fr raconte cette semaine l'histoire d'un compte Twitter nommé "solférinien" en rapport avec cette rue de Paris où se trouve le siège du Parti socialiste, la rue de Solférino. Le compte, créé pendant les universités d'été du PS, était présenté comme tenu par un socialiste. Il a, cependant, lancé plusieurs piques contre son propre camp jusqu'à attirer l'attention du parti. Les responsables du PS ont alors piégé le créateur du faux compte en lui faisant miroiter quelques documents secrets. Ce dernier a alors bêtement envoyé une adresse email permettant de remonter jusqu'à lui, Baptiste Roynette qui n'est autre que le responsable de la veille du site web de l'UMP. (précisons toutefois qu'il dément)

Si vous voulez en savoir un peu plus sur comment le PS a piégé le compte "Solférinien", je vous renvoie également à l'article de Rue 89 "Comment le faux twitter du PS, tenu par l'UMP, a été débusqué", reste tout de même quelques questions qui nous semblent assez floues à l'atelier, notamment comment cette adresse mail a permis d'identifier Baptiste Roynette...

On avait compris que L'UMP voulait lutter contre la gauchosphère
mais quand même !



On reste en France et dans le pastiche...

Peut-être un ami vous a-t-il envoyé une vidéo d'un élu Suisse se moquant de la politique française ou d'un entretien du vénérable professeur Mehlang Chang (des sonorités qui nous font clairement penser à l'élu PS Jean-Luc Mélenchon) sur le déclin de la France vu depuis la Chine. Les points communs de ces vidéos, c'est qu'elles sont fausses, dans des langues que peu de Français maîtrisent (l'allemand et le chinois) et que le truchement vient du sous-titre qui bien loin de traduire stricto sensu les propos, raconte finalement ce que la personne qui les a mises en ligne veux bien dire. On ne sait pas encore si les différents auteurs de ces vidéos sont liés, mais en tout cas chacune d'elles met en liens l'autre et renvoie à cette vidéo étrange du syndrome du larbin.
Un syndrome que j'ignorais jusqu'alors, mais qui m'a mené à ce texte, publié sur le média citoyen Agoravox, qui nous dit :

"le syndrome du larbin est un comportement pathologique visant à prendre systématiquement la défense des classes les plus favorisées au détriment de celles dont il est issu."

Cet article publié depuis début juin a suscité pour l'heure 132 réactions et a recueilli 91 % d'avis favorables. Si l'ambition d'Agoravox est de redonner la parole à l'ensemble des opinions qui composent la société francophone, il faut reconnaitre que la majorité des billets publiés sont plutôt "gauche-friendly" (encore cette gauchosphère!!!!!).

Les "médias citoyens" sont, au même titre que les blogs, des initiatives souvent individuelles et spontanées, motivées par l'ego, la colère, la joie ou encore les convictions personnelles... Il serait faux de considérer l'espace de débat qu'est internet comme un mur sur lequel on pose des affiches de manière à recouvrir les autres. Dans le cas d'internet le mur est infini et chaque affiche vient se coller aux côtés d'une autre. On est bien placé ici pour dire que la présence en ligne ne se décrète pas mais s'impose (ou pas) par elle-même. Plutot que de déclarer l'existence d'une gauchosphère, il aurait été plus honnête de faire un aveu de faiblesse quant à la popularité des idées gouvernementales. Alors, me vient une idée saugrenue, puisqu'on parle de majorité politique, peut-être pourrions donner plus de considérations à cette majorité citoyenne (une majorité qui se conquiert chaque jour de l'année) qui s'exprime sur le web.
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Réalisateur de l'émission l'Atelier des médias, j'aime aussi prendre le temps de parler des choses qui me tiennent à coeur.
Vous pouvez me suivre sur Twitter @cuisineanxious
L'ensemble de mes écrits et de mes illustrations sont en creative commons, vous pouvez les partager, les reprendre ou les remixer si vous me citez.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International License.

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Je crois qu'en lancant un tel néologisme on risque de l'employer beaucoup plus qu'on pourrait le croire. Chose qui décuplerait son taux d'usage auprès des "gauchonautes" et "droitenautes" aussi ce qui confirmera davantage cette thèse.
    P.S: Je m'inquiète pour l'usage d'un néologime et j'en lance deux: "gauchonautes" et "droitonautes...
  • @Marie
    J'ai peur de ne pas bien comprendre, vous ne m'en voudrais pas si je réponds un peu à côté.

    A mon sens, il n'y pas plus de gauchosphère que de droitosphère...C'est un concept fumeux.
    Si on regarde la carte des blogs politiques en France au moment des élections, on se rend compte qu'il y a un relatif équilibre gauche-droite, et que quand bien même les blogs PS sont plus nombreux que ceux UMP, c'est bien l'UMP qui a gagné.
    Donc on voit bien que l'expression sert juste à se poser en martyr des médias et des nouveaux médias.
  • je n'ai pas visité les sites et les contenus particuliers qui auraient peermis de dire qu'en France (en particulier?)la contestation semble être plus présente dans les blogs et les sites aux formes ou aux contenus politique.Mais le raisonnement de Marie est logique;cela ne veut pas dire que le contenu le soit mais il se pourrait aussi.En effet,on peut avoir quelquefois que la critique n'a pas par devers elle autre chose qui pourrait la différencier du négatif ou de l'insuffisance qu'elle souligne.Or une gauche qui manque d'imagination,d'originalité,cela me semble véhiculer un paradoxe.La contestation pour être légitime et victorieuse en politique comme ailleurs,doit porter du nouveau à la fois théorique et concrétisable pour être le foyer d'accueil des désespérés ou des égarés,de ceux qui se rendent compte que le bon chemin est abandonné.
  • Si finalement, comme cela a l'air d'être le cas, la "gauchausphère" n'existe que par les actes de la "droitausphère", est-ce qu'on ne lui accorde pas plus d'intérêt que ça justement parce qu'il n y a rien de consistant l'étape d'opposition passée?
    Un peu comme dans un débat, l'intervenant qui ne fait que réagir aux allégations de l'autre accorde généralement à son adversaire plus de présence. Non?
This reply was deleted.

Articles mis en avant