Loin de tout protocole et de tout conformisme et dans une ambiance populaire et conviviale,les Algériens de Berlin ,avec les amis étrangers de l Algérie ont célébré avec faste le 56 ème anniversaire du déclenchement de la Révolution Algérienne . Le Café-Gallerie ISOTOP,en plein centre de la ville ouest de Berlin ,au quartier de Shoneberg,ne pouvait contenir les dizaines d invités venus assister à cette soirée commémorant une date historique de la résistance du peuple algérien contre le colonialisme francais .Lors de la prise de parole,les organisateurs ont accés leurs interventions sur l importance de cette date historique et du message des chouhada ,ainsi que sur l orientation politique du Congrés de la Soummam qui a inscrit dans le combat libérateur l édification d une " Algérie Libre ,Démocratique,Sociale et Fraternelle"

Le role de la femme dans cette résistance armée ainsi que la solidarité internationale envers le peuple algérien ont été évoqués ,alors que cette Révolution a crée un mouvement de libération nationale à travers tout le continent africain .Au menu de cet anniversaire des poémes ont été lus en langues algérienne et francaise consacrés aux regettés poètes et écrivains algériens Kateb Yacine,Bachir Hadj Ali,Tahar Djaout et le turc Nazim Hikmet .Auparavent,un documentaire était projeté devant le public,retracant ainsi les péripéties de l organisation du FLN,les maquis des révolutionnaires ,la repression de l armée coloniale ainsi que les négociations du GPRA avec le gouvernement francais qui ont définies le cesser le feu de Mars 1962 et qui ont abouti au recouvrement de l indépendance en Juillet de la mème année.Les musiciens algériens de Berlin qui ne cessent de s imposer sur la scène artistique berlinoise ont interprété avec brio les grands "classiques" de la chanson algérienne. Lamine,Mokhtar,Miloud,Mimiche,Said,Rachid,Youcef ,Cherif et Cheikh Ahmed ,en véritables ambassadeurs de la musique algérienne, ont fait danser tard dans la nuit le nombreux public sur les airs de la chanson amazigh,chaabi,rai,bédouine,malouf et arabo andalouse.Les invités ont aussi fort apprécié les plats algériens qui étaient proposés à leurs invités.

Un proverbe chaoui de la région des Aures qui a été un bastion de la résistance algérienne interpelle toujours notre conscience : "Un peuple qui oublie son passé est comme une maison sans fondement ! ".

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • @chema
    Bravo, vous avez tout compris!
    malik
  • Si effectivement le contenu,le programme et la noblesse humanisite du 1er Novembre ont été détourné par un clan maffieux ,affamé par le pouvoir qui a plongé et plonge jusqu à présent notre pays dans l abime et l incertitude,nous ne pouvons oublier cette importante date de Novembre 54 qui était un tournant de l histoire de notre pays et aussi pour tous les peuples d Afrique qui se sont émancipés du colonialisme , d ailleurs bien souligné dans cet article.Cette date historique est un devoir pour nous de rendre hommage à ces martyrs et à ces moudjahidine qui ont sacrifiés leurs vies et leurs jeunesses pour que le peuple soit libre et indépendant .Aujourd hui ,comme le dit le poète de hambourg ,le fleuve a été détourné .Mais ne sommes nous pas aussi complices de ce désastre par notre silence et notre immobilisme ?Que fait la société civile,si ce n est quelqes individus ou collectifs engagés qui dénoncent,écrivent et manifestent ?Que fait la diaspora à l étranger ? Walou et Walou et grand Zéro ! Que des palabres et des discussions dans les salons feutrés,lescafés et les bars ! Nos partis politiques dits d opposition ne font que la figuration et manipulés par le régime ,ils sont devenus l opposition apprivoisée et docile de ce mème clan et de cette dynastie FLNiste !
    Il y a le feu en la demeure et le pays est assis sur un volcan .Les énergies de progés et de liberté éparpillées et sont en panne de projets alternatifs.Des minuscules partis dits "démocratiques"dirigés par des caciques "momifiés" orientés de l étranger sans aucune assise populaire ,si ce n est des discours réchauffés et populistes (PT,FFS,MAK...).Des intelectuels passifs et immobiles ...et des jeunes qui veulent quitter en masse leurs pays clandestinement au risque de leurs vies.Tel est le constat de notre pays qui a sacrifié des dizaines de milliers de ses enfants pendant la guerre de l indépendance et aussi le génocide barbare islamiste qui a fauché des vies innocentes . Pour éradiquer ce système et ce personnel politique obsolète et archaique ,l urgence d un projet fédérateur d une Algérie Libre et Démocratique (Congrés de la Soumam) et un combat quotidien pour les libertés individuelles et collectives est plus que necessaire sinon le pays connaitra non seulement une explosion sociale et politique mais aussi la repression et des drames.Cette lutte et cet engagement de chacune et de chacun de nous est un hommage à ces chouhada .ET C EST POUR CELÁ QUE NOUS DEVONS TOUJOURS HONORER NOS MARTYRS ET FÉTER AVEC FASTE LE 1er NOVEMBRE ! Sinon ,nous serons les HARKIS de l Histoire !!
    Un grand bravo à ces patriotes bénévoles de Berlin qui ne ménagent aucun effort pour l organisation de tels évenements ! J aimerai connaitre la réaction des Services de l Ambassade algérienne en Allemagne et que font ils des deniers publics pour aider ces organisateurs volontaires ??? .
  • Sans vouloir blesser les organisateurs de cette commémoration du 1er Novembre, je ne peux m'empêcher d'être le trouble-fête, pour remettre en question l'impartialité, la neutralité de cet événement! Je voudrais, avant toute critique, me prononcer sur l'engagement et l'intégrité de ces organisateurs, surtout de ce grand Monsieur, qu'est Mr. Missoum, que je ne voudrais même pas égratigner! Comme il n'y a que ceux qui ne font rien, qui ne font pas de faute et pour paraphraser Mark Twain: "Le rôle d'un ami, c'est de se trouver à votre côté quand vous êtes dans l'erreur puisque tout le monde sera à côté de vous quand vous aurez raison.", je me trouve dans l'inconfortable situation de devoir affirmer que la source n'est plus limpide, si tenté est-il qu'elle ne soit pas depuis longtemps déjà tarie! La source est "Le fleuve détourné" de feu Rachid Mimouni, "Les chercheurs d'os" de feu Tahar Djaout, "La traversée" de l'immortel Mouloud Mammeri, "Heureux les martyrs qui n'ont rien vu" de Mohand Arab Bessaoud, ... etc...
    Comment oserions-nous fêter ce grand événement, lorsque nous n'avons même pas le courage de condamner ces zéros qui veulent effacer de la mémoire collective tous ces héros? Comment peut-on fêter le 1er Novembre, lorsque nous nous taisons sur des actes aussi abominables que:
    1) Des poubelles qui portent d'aussi grandioses noms que ceux de grandes dames et de grands hommes que je ne peux, par respect, citer dans ce contexte.
    2) L’université Ben Khedda d’Alger et le lycée Malika Gaid d’El Harrach, qui ont été débaptisés
    3) Aucune personnalité nationale n'a assisté à l’inauguration du musée Abane Ramdane, l’architecte de la Révolution algérienne, qui apparemment continue de déranger même 50 ans après son assassinat par ses propres frères?
    4) Les révélations de Said Saadi dans son œuvre "Amirouche, une vie, deux morts, un testament" sur le sort des deux héros Amirouche et Si-Lhoues, qui n'ont eu comme résonnance que des insultes envers l'auteur, le fils et envers même ce héros presque mythologique !
    5) La noire solitude d’un Patriote, nommé Mohammed Gharbi, condamné à mort pour avoir usé de sa légitime défense devant un égorgeur, abusant de tous ces fiascos que furent toutes ces campagnes de la Rahma (miséricorde ou misère et corde au cou!), concorde et je ne sais quoi!
    Ait Menguellet, dans sa chanson "Amjahed", a dit: " Si tu savais pourquoi tu as tué et t'es sacrifié, tu aurais regretté les deux!"
    Que dire des inégalités sociales, de l'intolérance religieuse, de cette arabisation aveugle et aveuglante, de cette talibanisation de l'Algérie? Que dire de cette Algérie, qui ne revendique uniquement pas Apulée, Saint-Augustin, Saint Cyprien, qui furent chrétiens mais ignore majestueusement même un grand islamologue qu'était Mohammed Arkoun!?!
    Demandez aux poissons, qui ont bouffé de l'Algérien, ce qu'est la signification du 1er Novembre! Demandez à ces Algériens, qui ont eu la chance de ne pas finir dans les entrailles de ces poissons mais en même temps la malchance de découvrir le vrai visage de cet enfer qu'est l'Occident!
    En ce qui concerne le proverbe chaoui, cité dans l’article : "Un peuple, qui oublie son passé, est comme une maison sans fondement ", je ne peux m’empêcher de rappeler que l’ironie de l’histoire est telle que ces « Ichawiyen » se veulent plus arabes que les Arabes ! N’est ce pas un des leur, analphabète de son état, vieux carnassier ignare et sordide, qui a joué le rôle de Président de la République dans ce bal masqué, qui a duré de 1979 jusqu’à 1992, qui a déclaré : « Tamazight est une sorte de tradition et de langue de quelques tribus appartenant à des civilisations et cultures près-islamiques et il reste encore peu de tribus qui tiennent encore à ces origines » et de poursuivre : « Tamazight est une langue qui est dépassée par le temps et qui ne pourra pas se développer », avant d’ajouter, tout ridicule qu’il est : « La langue amazighe a disparu. »
    Je donne raison à ma sœur Myriam, lorsqu'elle pose la question sur la fatalité d'un second 1er Novembre pour qu'enfin l'Algérien, sans distinction aucune, soit libre et indépendant!
    Ce jour là, enfin, nous pourrions fêter le 1er Novembre sans aucun sentiment de culpabilité !
    Mes chaleureuses salutations de Hambourg!
  • Malheureusement malgé tous ces martyrs et ce gachi humain ,l Algérie est exangue et recule sur les libertés individuelles et collectives.Oui c est bien de dire "Algérie Libre et Fraternlle" ,mais quand on voit la repression sur les chrétiens algériens ,les non jeuneurs pendant le mois de carème et les exactions envers les journalistes et les syndicalistes,on ne peut que constater le détournement du message de ces révolutionnaires par des caciques indétronables qui gouvernent ce pays riche en pétro dollars comme une propriété privée.Que dire aussi des jeunes désoeuvrés ,les "haragas" et la corruption (l Algérie se positionne parmi les pays les plus corrompus de la planète selon T.I.) qui gangrène l administation,le gouvernement et mème la périphérie de la justice et de la présidence de la république ( s il y a une ??).Que dire aussi de la société algérienne qui est rythmée par la religion et les traditions archaiques et le terrorisme sanguinaire islamiste qui freine l investissement étranger et surtout le tourisme ? Ne faudrait il pas un second 1er Novembre pour réhabiliter le message de ces martyrs et de se débarasser de ce régime obsolète et autoritaire?
This reply was deleted.

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr. 2019
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv. 2019
Plus...