Ce que je n’aime pas à Tuléar

 

Il y a les beaux paysages, les belles plages et le fameux Grand récif corallien qui font la renommée de la « Ville du Soleil ». Mais suite à cette histoire de policiers qui ont voulu jouer à Prison Break et ont entraîné la mort du magistrat qu’ils ont pris en otage, il y a un côté pas très sexy de Tuléar qui ressort. J’en profite, non pas pour ternir l’image tuléaroise, mais pour vous parler des choses que je déteste un peu dans cette ville !

I LOVE TULEAR BUT

1.  Ces crottes qui n’ont pas de domicile fixe…

…ou bien ces gens qui ne choisissent pas d’endroits pour faire leur besoin. Si cette rumeur selon laquelle Madagascar serait un des pays les plus chieurs à l’air libre était vrai, je ne m’étonnerais pas que Tuléar y soit pour quelque chose. Manque de civisme, peut-être ! Mais surtout il n’y a pas assez de toilettes publiques ! Ne soyez pas outré si un beau jour, vous passez par ici et que vous me voyez entrain de pisser contre un mur ou au pied d’un des poteaux de la JIRAMA (la compagnie de distribution d’électricité et d’eau malagasy) ! Et je ne fais encore que pisser, imaginez s’il y avait du délestage tournant dans mon estomac !

Le seul remède pour ne pas se donner en spectacle, c’est de faire la vidange chez soi et bien prier que des envies soudaines ne remontent en surface (incontinents s’abstenir de sortir) ! Les vraies toilettes publiques, ça ne court pas trop les rues, mais si vous êtes plutôt comédien comme Gérard Depardieu, une bouteille peut bien faire l’affaire !

2. Les ordures à côté de la plaque

On aura beau investi dans la mise en place de bacs à ordures, à Tuléar, tu trouveras quelque part des déchets pommés, tout à fait au mauvais endroit au mauvais moment. Des éboueurs se sont même plaints une fois à la télé qu’ils trouvaient souvent des cellophanes qui contenaient des déchets pas très catholiques (si vous n’avez pas compris cf.1). Donc, ce n’est pas encore demain que le service de la voirie réussira complètement dans son évangélisation sur les bonnes pratiques du tri des déchets. Courage !

Du courage, il en faut aussi pour cette étudiante en microbiologie affamée. Elle passe devant le vendeur de « composés » qui a pignon sur rue à quelques mètres du bac à ordures. Elle peut oublier la lèche-vitrine, car il n’y en a pas (de vitrine). Elle hésite. Cependant, elle fait le bon choix en avalant un plat qui finalement est délicieux, presque sans danger. Et dire qu’elle avait l’intention de passer une batterie de tests pour déceler la présence de Salmonella ou d’E.coli avant de commander ce plat !

3.  Le Tsiokatimo

C’est un fabuleux vent, oui sauf qu’il a la fâcheuse manie de se pointer que l’après-midi. Et si tu as donné rencart à ta petite amie vers les 16 heures, tu t’es trompé dans ta gestion du temps. En effet, te croyant en avance en quittant la maison 30 minutes plus tôt, tu n’as pas compté le temps qu’il te fallait pour pédaler ta bicyclette à contrevent. Dommage, vous alliez si bien ensemble mais venir avec une heure de retard avec pour motif « contrevent » c’est vraiment difficile à croire.

Et peu importe si tu as mis des faux Ray Ban ou des vrais, ça ne change rien, les grains de sable féroces chercheront toujours à se frayer un chemin pour t’entrer dans les yeux. Le seul point positif de ce semblant de tempête de sable, c’est que même essoufflé sur ton vélo, tu peux voir (attention aux grains de sable quand même !) beaucoup de jupes aux vents. Tu ne sais plus si tu sors vraiment avec la femme de ta vie car des Marilyn Monroe défilent à chaque coin de rue!Tu n’es pas trop fan de ce vent, mais tu chantes quand même ♪ Vive le vent, vive le vent, vive le vent Tsiokatimo

marilyn_monroe_on_vent

Par DUCKofD3ATH (Creative Commons)


Vous pouvez lire la suite de l'article sur mon blog TOLIARA TSY MIRORO

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • j'aime beaucoup lol. je me demande pourquoi de nos jours presque tous les pays ont les même problèmes

This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...