Bienvenu au Niger, situé entre l'Algérie, le Bénin, le Burkina Faso, le Tchad, la Libye, le Mali et le Nigeria. Une nation aux milles et un visage, une diversité ethnique et culturelle insoupçonnée, une richesse en ressources naturelles conséquente, mais pourtant cet État compte parmi ses citoyens ceux les plus pauvres et ceux ayant le plus fort taux de fécondité de la planète (7,6 enfants par femme en moyenne).

Le pays dans son intégralité ne compte que quelques milliers de kilomètres de routes bitumées, reliant les principales régions du pays, souvent exiguës et  dont au moins la moitié reste en très mauvais état.

On entend souvent dire à la télé  que « les immeubles poussent comme des champignons » à propos de certaines régions du monde, en croiser un ici relève presque du miracle :) ; on en compte quelques-uns arborant une hauteur supérieure ou  égale à dix (10) étages pour tout le pays et dont la plupart datent d’une certaine époque, certains d’entre ces immeubles sont équipés d’ascenseurs, mais je crois que le nombre d’ascenseurs ne devrait pas atteindre trente (30) pour tout le pays, qui font monter et descendre ces quelques rares privilégiés du progrès. Un média étranger à même un jour qualifié de « désordre de couleur » notre chère capitale.

En zone rurale, comptant pour plus de 80% de la population du pays, on ignore toujours ce que « eau courante » ou « électricité » signifient, d’ailleurs la couverture nationale en électricité n’est que de 30% en zone urbaine et seulement de 0,1% en zone rurale; les villageois voyagent sur des charrettes, à dos d’animaux ou bien à pied, même si quelques-uns arrivent à se procurer de ces motos chinoises.

Au village chaque jour revêt son lot de corvées, les gens n’ont pas besoin de vous signaler leur souffrance car vous pouvez la lire, elle est là ; graver sur leurs corps forgés par la fréquence des disettes, même s’il n’y a pas de grandes famines chaque année, presque toutes les campagnes agricoles sont déficitaires. La vie au village est toujours rythmée par des enquêtes de vulnérabilité, des campagnes de dépistage massif des malnutris, etc... qui sont des mots aussi bien connus que « Dieu » ou « Coca-Cola ». Le noma y est ici chez lui, de même que le kwashiorkor ou le marasme, car personne ou presque ne se nourrit normalement et convenablement. Les enfants constituent de réels indicateurs quant à la situation alimentaire d’un village, rien ne sert de se référer aux documents statistiques, il suffit d’en observer quelques-uns.

Pourtant l’économie a connu une croissance de 6% récemment, mais la richesse n’est pas correctement redistribuée. Le gouvernement dépense des sommes pharamineuses dans un projet de reconstruction de la capitale, mais je crois que ce peuple a besoin de céréale pas de bitume; et puis de toute façon ces infrastructures ne profiteront qu’aux citadins pas aux ruraux et de très loin les plus nombreux.

Le PIB par habitant en 2013 était de 415 dollars selon la Banque Mondiale, s’agissant d’une moyenne nationale, autant dire que plus de la moitié de ce dernier reste concentrée entre les mains de quelques individus.

 Je rends hommage en ce jour à ces mamans courageuses, à ces enfants qui vivent dans un monde qui leur appartient certes, mais qui leurs imposent des défis au-delà des normes supportables.

Si ce pays a le plus fort taux de fécondité de la planète, c’est quelque part parce que ces hommes veulent à tout prix remplacer leurs enfants qui meurent de manière précoce faute de soins ou de nourriture. 

 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted a blog post
Les récentes législatives et l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba ont ravivé certaines pr…
4 févr. 2019
mapote gaye posted a blog post
Ceci après avoir publié par «erreur» l’information selon laquelle la présidente du Sénat,  Lucie Mi…
4 févr. 2019
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv. 2019
Plus...