Berlinale 2009-Jour 5: la RAGE des journalistes...

...contre le dernier film de Sally Potter en compétition officielle -Rage-, disposant d'un casting impressionnant (Dame Judy dench, Jude Law, Steve Buscemi, entre autres) mais d'une mise en scène des plus minimalistes.A la projection de presse, comme à la Première le soir avec le tapis rouge (ici il n'y a pas d'escaliers, juste un tapis rouge pour l'arrivée de invités), la moitié de la salle est sortie avant la fin -comme Missoum - mais ceux qui sont restés jusqu'au bout ont applaudi. Les uns crient au génie, les autres ont la rage. A mon avis les uns et les autres exagèrent. Personnellement, j'ai mis du temps à rentrer dans le film, je me suis même assoupi 2-3 fois, mais il faut être honnête, c'est parce que j'étais fatigué. J'ai hésité à sortir, ce que je fais extrêmement rarement, mais grâce à un plus long assoupissement, j'ai eu comme un déclic et je suis enfin entré dans le film.Parfois, il faut laisser un peu de temps aux choses pour s'installer dans la géographie de notre compréhension, faire un effort pour se hisser au niveau de l'expression du monde des autres et ne pas toujours s'attendre à ce qu'il soit conditionné et empaqueté prêt à l'emploi! C'est pourquoi je ne comprends pas les collègues qui se font une opinion d'un film dans les 10 premières minutes. Ceci dit, pour Rage, je reconnais qu'il fallait une bonne dose patience. D'ailleurs, je ne le recommande à personne (je ne veux pas avoir des représailles, que quelqu'un exige que je le rembourse de son billet, et j'en profite pour rappeler que le critique de cinéma fait un travail tout à fait subjectif et qu'au final, celui qui va au cinéma est seul responsable de ce qu'il va voir!)Quel est donc le reproche fait au film: et bien en gros qu'il se résume à une série d'interviews des personnages en gros plan, mais avec une caméra maniable qui rappelle celle d'un téléphone mobile, mais sans ses problèmes de résolution. Ces interviews permettent au spectateur de suivre une histoire un peu improbable dans le milieu de la mode, les personnages n'apparaissant que devant un fond bleu qui, selon les personnages et leurs humeurs, peut changer de couleur. Evidemment, raconté comme cela, c'est un peu rébarbatif. C'est sans compter l'écriture extrêmement travaillée et précise des dialogues, le jeu exceptionnel des acteurs - avec mention particulière à Jude Law et bien sûr Dame Judy Dench- et une fois/si/quand on dépasse le niveau cérébral, le flot de parole ininterrompu, on s'ouvre à la révélation (je sais cela fait un mystique) du langage très complexe des visages qui rendent d'une manière extraordinaire les émotions et les pensées des personnages, leurs caratéristiques ainsi que les événement qui se déroulent autour d'eux. L'histoire n'a pas vraiment d'importance, c'est la choréographie de la caméra qui importe et nous emporte dans un ballet expressif soulevant petit-à-petit le voile des apparences, révèlant la complexité des réelles personalités qui se cachent derrière. A cet égard, c'est une expérience assez fascinante, car elle renvoie le spectateur à des choses familières, que ce soit son rapport aux apparences que l'on veut donner ou que l'on a des autres, sa relation avec la réalité que l'on voit et celle que l'on ne voit pas ou ne veut pas voir, ou son comportement face à la télé-réalité ou à l'internet.En résumé, un film expérimental (mise en scène) pour grand public (casting). Comme il est peu probable que le film fasse une grande carrière dans les salles de cinéma, Sally Potter envisage d'explorer d'autres voies de distribution, principalement Internet.Rage, de Sally Potter, avec Dame Judy Dench, Jude Law, Simon Abkarian, Steve Buscemi, Lily Cole, Dianne West, Patrick J. Adams, Riz Ahmed, Royaume Uni-USA, 2009, 94 min.MaBPS. Missoum, pour la énième fois: Dame Judy Dench n'est pas la secrétaire de James Bond, c'est sa cheffe!!! Je sais que tu en es resté à Sean Connery et à Moneypenny, mais nous sommes au 21ème siècle, et ce serait plutôt M (la cheffe de James Bond donc) qui aurait des secretaires: des Moneycents.

Dame Judy Dench...avec une cigarette herbacée à la main!
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...