Une fois n'est pas coutume, le bonus arrive avant le clap de fin...rendez-vous ce soir pour la soirée de gala, quand nous aurons les résultats.Comme vous connaissez déjà Missoum en photo, je vous laisse deviner qui est le grand et qui est le petit...Comme le dit mon camarade, tout le monde nous connaît: non seulement on fait optiquement Laurel et Hardy, voir deux frères Dalton et je dirais même parfois les Pieds Nickelés perdu au milieu des paillettes, mais en plus on a le chic pour se faire remarquer. Je vous passe les multitudes d'anecdotes cocasses (sur le moment, tel Joe Dalton, j'ai plutôt tendance à ne pas les trouver drôle du tout et à m'énerver) qui ont émaillées toutes ces années de Berlinale, mais si tu veux en raconter quelques-unes, ne te gênes pas Missoum.Je me contente de vous montrer ces trois images.La première, l'on voit Missoum escalader une barrière, car les gens de la sécurité (et oui, toujours eux, ils auront vraiment été le fil rouge de cette édition), ont eu la bonne idée de mettre des barrières partout pour protéger les limousines de je ne sais quelles stars arrivant au photo-call. Le problème, c'est que nous, nous devions aller voir un film et que nous ne savions pas où passer...La deuxième, c'est celle du casse-croûte rituel: chaque année, Missoum me nourrit. Il m'apporte des sandwichs et des fruits pour que je ne dépérisse pas. Cette année, un ami à nous, Olivier (merci du fond de mon estomac comblé par ces 10 jours), nous a fait des sandwichs spéciaux: aux merguez, aux boulettes, etc. Un vrai régal. Le seul jour où Missoum a fait les sandwichs lui-même, il a mis dans deux petits pains 1 camembert entier! Je vous dis pas l'odeur et la honte quand j'ai essayé de le manger discrètement avant une séance...sacré Missoum, plus jamais ca, mais c'est vrai que c'était bon, merci. Et aujourd'hui, il m'a fait la surprise de m'amener une salade verte (avec vinaigrette) aux merguez...on s'est trouvé un banc et -la honte toujours- on a mangé ca comme si on était à la plage à Alger...les gens étaient mort de rire et nous souhaitais bon appétit...ah oui, il a eu la bonne idée d'amener des cuillères à la place de fourchettes pour manger la salade...La troisième est d'aujourd'hui, après l'excellent film de cl^oture de Costa-Gravras, Eden à l'Ouest, relatant le périple d'un migrant illégal qui veut absloument se rendre à Paris. Il aura fallu attendre la fin pour voir un bon film...hors compétition malheureusement. Pour f^eter cela -et au cas où je suis de mauvaise humeur ce soir à l'annonce des résultat (surtout à propos de London River), on a pris de l'avance, Missoum a à nouveau amener un superbe casse-cro^ute et - dans un thermos qu'il a essayé d'ouvrir par le bas pendant 5 minutes- du sekt. On a trinqué sous le regard médusé des gens à notre endurance, à la prochaine Berlinale qui on l'espère nous fera oublier celle-ci et à vous: on espère ne pas vous avoir trop ennuyés et on vous dit à l'année prochaine, si tout va bien!MaB

Missoum et la barrière de sécurité Photo: Malik berkati

Missoum, moi (symbolisé par mon accred, mon sac, mes clefs et ma veste) et le casse-croûtePhoto: Malik Berkati

Missoum, moi (symbolisé par la chaussette suisse de mon téléphone portable), le casse-cro^ute et le sektPhoto: Malik Berkati
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • La Berlinale se termine et nous allons revenir a la dure realite :le stress,l ennui,le froid et l apathie.Apres plus d une semaine d intenses activites (projections,conferences de presse,marches sans fin,courses ,interview...) nous devons alors faire le point de cette 59eme edition du Film International de Berlin !A mon humble avis ,les programmateurs ont ete en deca des esperances des cinephiles venus non seulement du pays hote mais de tous les continenents .Les films,les themes et l ambiance etaient loin de contenter le public et les journalistes qui ne semblent pas aussi satisfaits de l organisation : anarchie des chaines interminables des journalistes devant les entrees des salles,les horaires des projections tres rapprochees,les conferences de presse en retard,la deterioration des projections et du materiel de traduction,renvoi du public avec les tickets,zele des agents de la securite,etc...
    Si nous avons approche de grandes stars du 7eme art ( Costa Gavras,Wajda,Francois Ozon,Tavernier,Michelle Pfiffer,Demi Moore,Irene Jacob,etc...) nous ne pouvons dire que nous avons rencontre de bons films.Le Jury saura certainement faire un verdict consensuel pour contenter les uns et les autres .
    En marge de ces longues journees et de ce soirees sans fin ,avec Malik nous avons fait aussi notre "cinema" .
    Comme pour detendre l atmosphere,nous ne cessions de faire des commentaires et de rire en racontant les anecdotes de la journee .Malik s est metamorphose apres la rencontre avec son actrice preferee Irene Jacob lors de la conference de presse du jeudi apres midi en presentant le film de Theo Angelopoulos "The dust of time".Depuis la question qu il a pose a la star francaise et la sympathie qui se lisait dans ses yeux ,Malik a pris encore de l assurance en posant la premiere question de la conference de l interessant film de Costa Gavras "Eden a l Ouest" qui etait malheureusement hors competition .Ce qui n etait pas mon cas ,en m adressant au Maitre,et en me presentant que je venai de Tiaret (ma ville dorigine de mon pays) au lieu de dire d Algerie . (Rires dans la salle) Toujours dans "nos follies",nous avons fait les vedettes (comme le montre les photos ci dessus prises par Malik) au cours des pauses .Avec nos casse croutes et nos boissons ,nous avons reussi a incarner Laurel et Hardy ,en faisant sourire les passants qui commencaient a douter si on ne tournait pas veritablement un film comique au milieu de ce festival .Grace a la bonne cuisine de notre ami Olivier Joumarin qui nous a permis de ne pas sombrer dans la famine et la fatigue ,nous avons rendu jaloux tous les confreres et passants qui nous regardaient avec envie, devorer les bonnes merguez,les salades ou les omelettes bien mijotes par le Chef ! L odeur des sauces et de la harissa a envahi toute la Potsdamerplatz !
    Apres ce festival assez terne,j ai decide de decerner :
    l Ours d Or de la rigueur et de la presence : Mon ami Berkati Malik.
    l Ours d Or de l emotion et de la presence dans les conferences de presse:Notre amie journaliste canadienne.
    l Ours d or de l animation des conference de presse :Notre ami journaliste de l Erythre.
    l Ours d Or de l assistance et Nourriture : Olivier Joumarin,
    l Ours d Argent de la courtoisie et des salamaleks :Notre ami journaliste turc.
    l Ours d Or de la deprrime et de l enervement : MOI !
This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

ziad maalouf posted a blog post
L’Atelier des médias est allé en Turquie pour enquêter sur la liberté d’expression dans le pays. No…
26 déc. 2017
Mélissa Barra posted a blog post
Le 8 décembre 2017 s’est tenue à Paris la remise du Prix Numérique et Transparence. Il récompense d…
15 déc. 2017
ziad maalouf posted a blog post
Nées il y a douze ans en France, les conférences gesticulées désignent un exercice d’expression en…
20 oct. 2017
ziad maalouf posted a blog post
En 2005, Anjan Sundaram renonce à de brillantes études de mathématiques aux États-Unis pour partir…
18 oct. 2017
Plus...