Après la proclamation de l'élection présidentielle et des élections législatives, le Président Boni Yayi s'est adressé aux béninois lors une allocution prononcée le 13 mai 2011. A travers ce message, Boni Yayi a levé un coin de voile sur ses intentions à cours terme: mettre en place un gouvernement plus restreint et assurer la gratuité des soins de santé pour le paludisme en faveur des enfants de moins de cinq ans et des femmes enceintes. Voici en intégralité le discours du Président Boni Yayi.

Béninoises, Béninois,
Mes chers compatriotes,

La Cour constitutionnelle vient de proclamer les résultats définitifs du scrutin du 30 avril 2011 suite à l’élection des membres de l’Assemblée Nationale pour la sixième législature.

Mes pensées vont d’abord à tous les honorables députés que je félicite pour la confiance que notre peuple leur a ainsi témoignée. Cette élection comme vous le savez si bien, met un terme aux consultations électorales de cette année. Je m’en voudrais de ne pas adresser mes vives félicitations aux institutions et aux organes qui de par leurs missions constitutionnelles et légales ont veillé avec compétence et professionnalisme à l’organisation, au déroulement ainsi qu’à la régularité de ces différents scrutins. Je décerne un satisfécit aux Forces de défense et de sécurité pour leur sens élevé du devoir et leur rôle déterminant dans le renforcement et l’enracinement de notre processus démocratique depuis l’historique conférence nationale de février 1990.

Je salue avec beaucoup de considération les autorités morales de notre pays pour leurs prières quotidiennes et leurs jeûnes en vue de maintenir un climat de paix sociale. Je ne saurais oublier le vaillant peuple béninois tout entier qui, en dépit des conditions préparatoires difficiles de ces scrutins, a tenu à sauvegarder les acquis de notre processus démocratique.

J’adresse enfin, au nom de la Nation béninoise, ma profonde gratitude à nos partenaires au développement et à l’ensemble de la communauté internationale qui n’ont ménagé aucun effort pour nous accompagner et apporter leur concours précieux à l’enracinement de la démocratie béninoise.

En effet, comme vous le savez, ces scrutins se sont déroulés dans la paix et la sérénité malgré les défis importants liés à l’introduction d’un nouveau système de recensement électoral. La Liste Electorale Permanente Informatisée (LEPI), traduit à n’en point douter la volonté inébranlable du peuple béninois de moderniser et de réformer son système électoral. Ma conviction est que ce processus est à ses débuts et qu’il se poursuivra dans le cadre des réformes annoncées au titre de la nouvelle gouvernance politique envisagée dans notre pays. D’ores et déjà, je voudrais vous rassurer que la base de données actuellement disponibles peut donner lieu à plusieurs applications notamment l’établissement des pièces telles que la carte nationale d’identité, le passeport, le permis de conduire, la carte d’immatriculation et bien entendu la carte d’électeur.

En ce qui concerne en particulier la carte d’électeur, mon Gouvernement a déjà décidé de la transformer en carte nationale d’identité et de la mettre à la disposition de nos concitoyens.
Comme vous pouvez vous en douter, les perspectives à court, moyen et long termes de la LEPI sont donc prometteuses. C’est pourquoi, au titre de la modernisation de notre code électoral, la réforme de notre système électoral figure en bonne place dans mon projet de société.
Mes très chers compatriotes,

Comme j’ai eu à vous le dire à plusieurs reprises, le constat qui m’a le plus frappé lors du premier quinquennat est que nous nous écartons chaque jour de nos valeurs éthiques, morales et spirituelles. De même, en dépit des efforts fournis, notre pays reste vulnérable aux chocs internes et externes et nos concitoyens vivent toujours dans la précarité.

Pour preuve, notre marche vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement est encore lente malgré les efforts accomplis dans les secteurs de l’éducation, de l’accès à l’eau potable, de la réduction de la mortalité maternelle et infantile. Le taux de pauvreté reste encore élevé. A ce jour, 35,2% de la population béninoise vit encore avec un revenu annuel en dessous du seuil de pauvreté contre 33,5 % en 2007 et 39,7% en 2002 selon les statistiques publiées par le PNUD. En d’autres termes, un béninois sur trois dispose de moins d’un dollar par jour.

C’est pourquoi nous confirmons dès ce jour en couplage avec les mesures de gratuité de la césarienne, la gratuité des soins contre le paludisme des femmes enceintes et des enfants de moins de cinq ans. Les modalités de prise en charge seront précisées très prochainement par le Ministre en charge de la santé.

En définitive, mes chers compatriotes, notre pays le Bénin est à la croisée des chemins et doit donc décider de prendre en mains son destin. C’est pourquoi je voudrais inviter la Nation toute entière, au terme des différents scrutins, à se mettre résolument au travail dans nos marchés, dans nos ateliers, nos usines, nos champs, etc. Chacun doit honorer ses engagements vis-à-vis de la Nation et mettre les intérêts de la République au-dessus de ses intérêts particuliers et personnels.

C’est pourquoi, je place ce quinquennat sous le signe des grandes réformes qui relèvent de la bonne gouvernance politique, économique et sociale et de la solidarité nationale. Autrement dit, ces réformes nous conduiront à la prospérité partagée que nous appelons de tous nos vœux car, nous ne devons jamais accepter un Bénin à deux vitesses comprenant les pauvres d’un côté et les riches de l’autre. La tâche qui nous attend est certes immense, cependant l’espérance et l’espoir sont permis.
Mes chers compatriotes,

Les réformes annoncées nécessitent une nouvelle gouvernance dans tous les domaines, c’est-à-dire une refondation de notre République. Elles relèvent pour la plupart du domaine de la loi donc de la compétence de notre nouveau Parlement.

Nous devons donc en finir avec des comportements mettant à mal notre démocratie. Nous devons renoncer à l’incivisme, à la politisation des activités syndicales, à la corruption, à la mauvaise manière de servir dans l’Administration, à l’intolérance, bref à tous ces maux qui freinent inutilement notre marche vers le progrès.
Béninoises, Béninois,

Pour opérer toutes ces réformes et atteindre les objectifs qui en découlent, je me propose de fédérer les intelligences et les synergies de tous les acteurs tant du secteur public que du secteur privé. S’agissant du Gouvernement d’ouverture que j’ai préconisé au niveau de l’Exécutif, je voudrais vous annoncer que les contacts nécessaires sont déjà en cours dans le souci d’instaurer une paix sociale durable. En attendant leur aboutissement, et pour assurer la continuité de l’Etat, un Gouvernement sera mis en place dans les prochains jours.
Je saisis l’occasion pour rassurer dès à présent les uns et les autres que la nouvelle équipe gouvernementale sera réduite pour tenir compte des moyens limités de l’Etat et respectera bel et bien le principe du genre et de la parité conformément à mes engagements antérieurs.
Chers compatriotes,

C’est dans le dialogue et la compréhension mutuelle que nous pouvons trouver des solutions à nos divergences. C’est également dans le travail, la fraternité et l’unité nationale, la paix que nous surmonterons les défis du développement dans un monde en perpétuelle mutation. C’est le moment de doter notre pays d’institutions plus crédibles et plus efficaces animées par des hommes de qualité et de conviction.

C’est aussi le lieu de souhaiter qu’à travers les nouveaux élus, notre pays disposera d’un Parlement de qualité au service de notre peuple. Enfin le moment est venu de jeter véritablement les bases d’une nation unie, paisible, mieux gérée, mieux gouvernée, solidaire dans sa quête de prospérité.

Que Dieu Tout Puissant bénisse abondamment notre chère nation. Bonne chance aux nouveaux Députés.

Vive la République !
Vive le Bénin.
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...