Le Président du Nouvel élan pour la patrie Mixalodo (NEP Mixalodo), parti d'obédience communiste vient, à travers un message adressé aux béninois, montrer à Adrien Houngbédji la voie à suivre à la suite de la proclamation des résultats provisoires de  l'élection présidentielle du 13 mars 2011 par le Cour constitutionnelle. Ce message est d'autant plus important que le parti NEP Mixalodo a été en partenariat politique avec l'Union fait la Nation et a même appelé les électeurs à voter pour Adrien Houngbédji. Voici en intégralité d'exhortation au respect de la légalité républicaine. 

La Cour constitutionnelle vient de proclamer ce lundi 20 Mars 2011, les résultats provisoires de l’élection présidentielle du dimanche 13 mars 2011.
Le même jour, le candidat de l’Union fait la Nation, Maître Adrien Houngbédji a fait une déclaration indiquant en substance ce qui suit :
« Jamais, je n’accepterai ces résultats. Je les rejette comme nuls et non avenus... J’ai gagné cette élection. Je suis le Président élu des Béninois ».
Face à une déclaration aussi grave et à la situation politique nationale, il convient de dire ce qui suit :
1) Toute la classe politique s’est accordée pour dire qu’il faut respecter le délai constitutionnel du 06 avril pour la prestation de serment du nouveau Président de la République ;
Tous les candidats en lice ont librement fait campagne ;
2) Les missions d’observation ont noté que les élections se sont globalement bien déroulées et n’ont relevé aucune irrégularité majeure de nature à conclure à l’annulation du scrutin ;
3) Les irrégularités relevées sur la Liste électorale permanente informatisée (Lépi) ne sauraient servir à mettre en doute les résultats, étant entendu que la participation à la campagne et au vote est la preuve de l’acceptation par tous les candidats qu’en dépit desdites irrégularités, le scrutin peut avoir lieu ; en outre, le candidat de l’Union fait la Nation a appelé les électeurs à sortir massivement pour accomplir leur devoir civique ;
4) Le Président de la Cena a exprimé sur les antennes, sa satisfaction quant au bon déroulement du scrutin, et ce, sans contestation des membres de ladite institution. Les contestations ultérieures ont porté sur la manière dont les indications ont été données par le Président ; elles n’ont nullement indiqué que ces dernières sont imaginaires ou fantaisistes ;
5) Le peuple béninois a décidé en outre que, seule la Cour constitutionnelle est habilitée à proclamer les résultats et que chacun doit se soumettre à sa délibération. Aussi, tous les candidats attendaient-ils la proclamation de cette institution reconnue comme la plus haute juridiction en la matière.
C’est le lieu de souligner que décider de se porter candidat à une élection quelle qu’elle soit, qui plus est, à une élection présidentielle témoigne en principe d’une certaine sagesse. Cette sagesse doit être prouvée par la capacité de réserve, de tempérance et de respect absolu des décisions, délibérations et proclamations des institutions républicaines compétentes.
Si un candidat a le droit de faire des réclamations, il doit se dire qu’aspirant à l’exercice d’une si haute fonction, il doit se limiter à l’exercice légitime de son droit de recours dans le respect de la légalité républicaine.
Pour la préservation de la paix et par Amour pour le Bénin et les Béninois, il faut se garder de parler de vote de mineurs, de double vote, de bourrages d’urnes, de fraudes etc, si l’on ne peut en apporter la preuve par constat d’huissier.
Pour la préservation de la paix, par Amour pour le Bénin et les Béninois, il faut se garder de se lancer dans du dilatoire, d’inciter à la désobéissance, au soulèvement et à la violence.
Pour la préservation de la paix et par Amour pour le Bénin et les Béninois qu’on prétend aimer et dont on veut le bien-être, il faut se garder de se rebeller contre la juridiction compétente dont nous avons convenu tous que la décision n’est susceptible d’aucun recours.
Pour la préservation de la paix et par Amour pour le Bénin et les Béninois, il faut qu’un élu de la Nation, un candidat ou un ancien Président d’institution, un ancien Président de la République se garde de se ramener au rang d’un simple citoyen ; il ne doit pas marcher ou d’inciter à marcher sur une institution de la République.
J’invite en conséquence, tous les militants, tous les sympathisants du parti ainsi que tous nos compatriotes à ne suivre aucun mot d’ordre et à ne participer à aucune manifestation de désobéissance ou de destruction.
Dans une compétition, il faut savoir être un bon perdant. Une défaite n’est jamais la fin du monde. Beaucoup de candidats au Bénin et dans le monde ont accepté leur échec ; ils n’en sont pas morts.
S’il est vrai que les conditions de déroulement du scrutin ne sont pas des plus souhaitables, il est tout aussi vrai que s’auto proclamer Président élu est anti constitutionnel et excessif. Maître Adrien Houngbédji devrait fournir la preuve qu’il est élu. Faisons preuve de fair-play et sachons reconnaître la victoire ou la supériorité de notre adversaire politique.
Pour ma part, en ma qualité de Président du 1er parti de l’opposition légale, je respecte la décision de la haute juridiction. Je félicite le Président élu le Dr Thomas Boni Yayi et je lui souhaite de trouver dans les critiques et dénonciations une exhortation à l’amélioration de la gouvernance.
Nos enfants n’ont pas besoin de la violence !
Nos épouses n’ont pas besoin de la violence !
Nous-mêmes n’avons besoin de la violence !
Même les gens du troisième âge n’ont pas besoin de la violence ; ils veulent passer le temps qui leur reste dans la quiétude !
Le peuple du Bénin n’a pas acquis de villa à l’extérieur pour s’y refugier quand le pays va s’embraser ; il ne connaît que le Bénin.
Quand lui sera en train de fuir, les bagages sur la tête, les riches eux prendront l’avion pour l’exil doré.
Que les amoureux de la violence et des théories insurrectionnelles ne perdent pas la raison !
Le Nep-Mixalodo, fidèle à sa vision légaliste et pacifiste rejette systématiquement l’appel à la violence sous toutes ses formes.
Il faut que la juste mesure nous guide !
Fait à Cotonou, le 23 Mars 2011
Paul Gnimagnon
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...