On n'est pas souvent prophète chez soi, mais les bonnes actions finissent toujours par être reconnues. Ce que certains appellent au Bénin chaos électoral pour n'avoir pas été élus est certainement perçu par beaucoup de pays africains comme une avancée en matière de démocratie. Les chefs d’Etats de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) réunis à Abuja les 23 et 24 mars dernier pour le 33è sommet de cette organisation sous régionale ont apprécié favorablement le déroulement du scrutin du 13 mars 2011. Se basant sur le rapport des observateurs, ils en appellent au respect du verdict des urnes. Voici un extrait de communiqué rendu public à l'issue de ce sommet. 



Au titre de la Consolidation de la Démocratie :

"La Conférence félicite les Etats Membres notamment la Guinée, le Burkina Faso, le Niger et le Bénin qui ont organisé et réussi, au cours de ces derniers mois, des élections libres et transparentes. Le Sommet invite en particulier tous les candidats en lice pour l’élection présidentielle du Bénin à accepter le verdict des urnes et de recourir aux voies constitutionnelles légales pour le traitement de tout contentieux électoral. Il les exhorte à respecter les résultats définitifs qui seront proclamés par la Cour Constitutionnel. Le Sommet invite également les Etats Membres concernés par de futures échéances électorales notamment la République Fédérale du Nigeria, la Gambie, le Cap Vert et le Liberia, à prendre toutes les dispositions nécessaires afin de créer des conditions optimales pour la tenue des scrutins pacifiques, crédibles, libres et transparentes, conformément aux dispositions pertinentes du Protocole Additionnel de la CEDEAO sur la Démocratie et la Bonne Gouvernance".
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • La crise ivoirienne, au delà de son impacte sur les différentes composantes de la nation ivoirienne ne doit pas constituer un cas d'école dans le jeu pour la conquête du pouvoir. De plus en plus les structures sous régionales et régionales se mêlent de ce qui se passe dans leurs pays membres. Cette démarche doit être renforcée pour d'une part assurer l'effectivité du jeu démocratique et d'autre part anticipé sur la protection des populations qui sont les victimes des hommes de pouvoirs en lutte. Il reste cependant à repenser à l'existance du "bras armé" de ces institutions afin que le jeu démocratique et la volonté populaire soient acceptés par toutes les parties au conflit. Il y va de l'intérêt pour la stabilité des entités économiques
This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...