Les responsables de la Renaissance du Bénin, (RB) convoqués pour expliquer le comportement de la doyenne d’âge et du bureau de l’Assemblée nationale dans la nuit du vendredi au samedi passé, n’ont pas répondu à l’appel. Après deux heures d’attente au siège de l’Union fait la Nation (UN), les membres de la conférence des présidents ont dû se séparer sans prendre une décision. 

 
L’attente aura été vraiment longue au siège de l’Alliance Union fait la Nation. A défaut de répondre à l’appel, les responsables de la Renaissance du Bénin convoqués par la coordination pour répondre de leurs actes de la nuit du vendredi au samedi, n’ont pas cru devoir téléphoner pour s’excuser. Dans la foulée, un des ténors de l’UN a fustigé ce nouveau comportement. Il a insisté pour que le camp des Soglo soit maintenant débarqué, parce que selon lui, c’est depuis 18h que tout le monde les attendait. Un autre élu député sous la présente législature approuve cette décision vers 20h à la séparation, au motif que nul n’est indispensable. Ce député fustige le comportement de ses aînés et annonce qu’il faut forcément sanctionner la Renaissance du Bénin pour que ces comportements ne se répètent plus dans le bureau. Néanmoins, à la séparation, aucune décision n’a été prise. On a préféré attendre encore avant de prendre cette décision qui s’impose. Pourtant des jours avant, l’unanimité avait été faite pour qu’une sanction sévère tombe. Laquelle sanction devrait, dit-on aider à clarifier la situation et faire régner une discipline de groupe dans l’Union désormais en déclin. Il s’agissait selon les mêmes sources, de mettre fin aux intérêts égoïstes, faire agrandir le groupe et fermer une fois pour toute la page des mauvaises expériences de plusieurs décennies des clubs électoraux au Bénin. Pour le député Augustin Ahouanvoébla, qui préfère se taire sur les vraies raisons de la tenue de la rencontre, l’expérience "Union fait la Nation" fait toujours son petit bonhomme de chemin et entend rélever de grands défis dans les années à venir. Idem pour l’un des autres collègues de l’alliance politique à la sortie de la rencontre. Selon lui en effet, c’est dans cette perturbation que l’UN va retrouver ses marques, va convaincre l’opinion et va déboucher sur de grandes victoires. Ainsi on comprend aisément que la réunion d’hier à l’UN s’est soldée par un échec parce que le groupe « Houézéhoué » n’a pas daigné se présenter pour donner les raisons qui ont motivé son comportement au Parlement dans la nuit du vendredi au samedi passé.
La RB devait justifier le choix de l’Honorable Boniface Yêhouétomè au nom de l’alliance "UN" au poste de 2ème Vice Président dans le bureau du Professeur Mathurin Coffi Nago. En témoigne la violente réaction au sommet de l’Union pour contester la désignation de ce nouveau militant RB dans le bureau. Cette humiliation subie par les membres de la conférence des présidents de l’Union hier vient s’ajouter à celle de la nuit du vendredi à samedi passé dans l’hémicycle. Aucun d’eux n’a pu envisager de sanction. Comment peut-on justifier ce comportement ? Y-a-t-il eu entre temps d’autres situations à l’issue desquelles Ange-Marie Bruno Amoussou et les autres ont dû s’abstenir ? Se prépare t-on au sommet à régler les différends ? Difficile de répondre. Cependant, il faut remarquer une constante. La plupart des leaders politiques se retrouvent dans la mouvance et le petit groupe qui reste est déjà trop faible pour peser dans la balance et pour un vrai rôle d’opposant.
Tous présents sauf la RB

Ils étaient effectivement présents à l’exception de leurs collègues de la RB hier de 18h  jusqu’au-delà de 20h au siège du groupe pour prendre une part active à la rencontre. Du Coordonnateur national de l’alliance "Union fait la Nation" jusqu’au dernier membre de la Conférence des présidents. Ange-Marie Bruno Amoussou, Antoine Kolawolé Idji, Sacca Fikara, Augustin Ahouanvoébla, Lazare Sehouéto, Eric Houndété, Jean-Claude Hounkponou, Félix Essou Dansou, Raphaël Akotègnon, Cyriaque Domingo, Edmond Agoua et bien d’autres encore ont honoré de leur présence cette rencontre. C’est dans cette condition que démarre ce jour la mise en place des groupes parlementaires de l’Assemblée nationale de la 6ème législature. Déjà, la RB qui compte 9 députés peut constituer son propre groupe parlementaire. Idem pour le Parti du Renouveau Démocratique (PRD). C’est justement à ce niveau où les intérêts divergent, qu’il faut s’attendre à bien de surprises ce jour à l’ouverture de la séance. En effet, le Parti Social Démocrate (PSD), le Mouvement Africain pour la Démocratie et le progrès (MADEP), le groupe Force clé et les autres membres de l’Union ne peuvent que s’associer pour prendre leur destin en main. Cependant, les intentions des députés Sacca Fikara, Edmond Agoua, Cyriaque Domingo demeurent insondables dans cette situation de ruée massive vers la mouvance présidentielle.
Source : Le Matinal
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier