Barthelemy Kassa : leçon (de géographie) non sue.

La semaine dernière lors d’un passage à la télévision nationale, le ministre des mines et de la recherche pétrolière a fait un certain nombre d’annonces qui m’ont paru assez drôles, en tout cas qui ont suscité un certain nombre d’interrogations. Le ministre annonce de nouvelles explorations du sous-sol béninois pour identifier les zones qui renfermeraient des ressources minières à mobiliser pour le bien-être des populations. Surpris, je me suis posé quelques questions.

C’est arrivé pendant le courant de la semaine dernière (celle du 01 au 07 Avril). C’est l’heure du journal télévisé et j’allume la télévision. L’ORTB, la télévision nationale bien sûr. Très vite, on fait le point des audiences au cabinet du chef de l’Etat. Après le passage de plusieurs autres personnages, arrive le tour du ministre Kassa, qui avait conduit lui-même une équipe au cabinet du président de la République. Après l’audience, le ministre faisait un résumé de sa rencontre avec le président aux journalistes présents sur les lieux.

En substance, le ministre Barthelemy Kassa avertissait les populations. Il les prévenait afin qu’elles ne s’affolassent en voyant un avion volé très bas au-dessus de leur tête. En effet selon les dire de ce membre du gouvernement, l’espace aérien de notre pays sera survolé les prochains jours par un avion (voire des avions) doté(s) d’équipements spécialisés. Le but de la manœuvre serait d’identifier  les endroits du sous-sol béninois qui renferment des ressources minières que l’on pourrait exploiter dans l’objectif de contribuer au mieux-être des populations avec les devises que leur commercialisation rapporterait éventuellement.

Surpris par cette annonce je me suis posé quelques questions tournées en dérision peut-être, mais qui ne manque cependant pas de bien fondé.

En fait après avoir suivi le passage du ministre des ressources minières à la télévision, j’ai automatiquement pensé à mon cahier de cours de CM2. Je devrais le retrouver à tout prix pour imprimer un peu de sérieux à ma logique. Il m’a fallu tout le week-end pour le chercher mais fort heureusement, je l’ai retrouvé. Il était, certes, dans un état à peu près calamiteux mais heureusement (encore) la partie du cahier qui m’intéressait était toujours lisible.

Inutile de signaler que ce nouveau contact avec mon cahier de leçon de CM2 m’a rappelé les bonnes heures de l’école béninoise, en tout cas celle que moi j’ai connue à un moment donné. Celle où avec le CEP (Certificat d’Etudes Primaires) on faisait déjà la fierté de nos parents, et de nous-mêmes parce qu’on avait déjà plein de choses dans le crâne.

Contrairement à aujourd’hui où un élève de troisième est incapable d’écrire son propre. Enfin, bref, ce n’est pas le sujet de cet article, on y reviendra plus tard.

Une fois mon cahier en main, je cherche rapidement la partie qui m’intéresse le plus. Je cherchais en fait la leçon de géographie du Bénin où on nous enseignait les ressources naturelles dont dispose notre pays et qui n’étaient pas encore exploitées jusqu’alors. Une fois cette partie sous les yeux, qu’est-ce que je lis ? Je lis à peu près ceci :

-         du pétrole (off-shore) à Sèmè, située à une vingtaine de kilomètres sur la côte est de Cotonou à la frontière du grand voisin nigérian

-         du marbre à Dadjo

-         du calcaire à Onigbolo

-         de l’or à Perma

-         du fer à Loumbou-Loumbou

-         du phosphate à Mékrou

-         des sources d’eau thermale à Hêtin-Sota et à  Possotomè

-         etc.

En gros, ainsi se présente la carte minière du Bénin, avec la note que ces ressources sont très peu exploitées pour ne pas dire qu’elles ne le sont pas du tout.

Tous les Béninois (du moins ceux qui ont été à l’école jusqu’à la classe de CM2 au moins) savent que le sous-sol notre pays dispose de très peu de ressources minières qui ne sont pas exploitées d’ailleurs. Tous les spécialistes diront que les ressources de notre économie proviennent essentiellement du fisc. Alors, qu’est ce qui peut expliquer ces annonces du ministre ? Notre pays dispose-t-il véritablement d’autres ressources qui n’aient pas encore été découvertes à ce jour ? Pourquoi les gisements déjà connus ne sont pas encore mis en valeur et on nous annonce de nouvelles explorations ?

Les questions que l’on pourrait se poser suite à ces annonces sont nombreuses sachant la situation de ce pays. Moi particulièrement je n’ai pas arrêté de chercher les véritables raisons qui sous-tendent ces prochaines missions. Toutes réflexions faites j’en suis arrivé aux conclusions que voici :

  • Premièrement, notre ministre n’a certainement pas fait la classe de CM2 du cours primaire, ou s’il l’a fait, il n’a pas suivi ce cours de géographie où on apprend les ressources dont dispose le Bénin. Sinon, il ne serait pas en train de chercher aujourd’hui où se trouvent les ressources minières de ce pays à mobiliser pour faire venir des devises et améliorer le quotidien des populations. Il s’efforcerait sans doute de mettre en place les moyens qu’il faut pour mettre en valeur le peu dont nous disposons et qu’on n’a plus besoin de chercher.
  •  En deuxième position, le ministre a sans doute eu une vision d’illuminé. Dans cette vision, un être surnaturel l’a certainement convaincu que le Bénin dispose d’autres ressources non encore connues (ce qui est sans doute vrai). Alors, le ministre n’a ménagé aucun effort pour convaincre à son tour le président de la République. Il ne reste alors qu’à aller à la recherche de ces hypothétiques ressources qui continuent de jouer à cache-cache avec les Béninois.
  • Ou encore, il s’agit là d’une nouvelle parade trouvée par le président de la République et son ministre afin de détourner l’attention des béninois des problèmes les plus importants qui minent notre société en cette période très sensible pour le gouvernement. Des différentes hypothétiques tentatives d’élimination physique du chef de l’Etat au délestage sauvage de ces dernières semaines en passant par les arrestations critiquées par ci et par là, la confusion est totale. Or, tous les Béninois nourrissent l’espoir d’un avenir meilleur et ces genres d’annonces ont le mérite au moins de renforcer l’espoir des jeunes et de retarder leur ras-le-bol.

Mais sincèrement, quel béninois serait indifférent aujourd’hui si on nous annonçait que le sous-sol de notre pays renferme de l’or, du diamant ou de l’uranium à tel ou à tel endroit du pays ? Franchement je n’en vois aucun, nous en serions tous contents. Seulement les Béninois se rappellent encore le jour où ce même ministre avait annoncé à grand renfort de médias qu’il existe encore du pétrole à exploiter à Sèmè. Mais jusque-là, personne ne sait plus ce qu’il en est. Il parait même que le président est déjà sorti d’un tel rêve. Sachant cela et quand on imagine que ce sont les milliards du contribuable qui seront mobilisés pour réaliser ces manœuvres dont on ne peut encore deviner le lendemain, évidemment toutes nos questions restent posées.

En tout état de cause, je souhaite bon courage au ministre. Je lui souhaite même bonne chance, car lui seul sait de quoi il parle et lui seul pourra se justifier les prochains jours des résultats de ces recherches.

 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...