Troisième et dernier volet de notre série consacrée aux médias et à la banlieue . Nous nous intéressons cette fois à la relation complexe qu’entretiennent les médias télévisés avec les quartiers populaires. Tiraillée entre volonté de réalisme et réflexes stigmatisants, la télévision française est souvent accusée de présenter une image “non conforme à la réalité” des banlieues.

Dans cette émission vous entendrez :

  • Jérôme Berthaut, un sociologue qui s'est glissé pendant plusieurs années dans la rédaction du JT de 20 heures de France 2. Il publie en 21013 un ouvrage intitulé "La banlieue du 20 heures". Dans ce livre il analyse les conditions de production des sujets/reportages sur les grands ensembles français. Comment les médias télévisés traitent la banlieue ? Pourquoi l’image qu’ils renvoient est souvent péjorative ? Comment réagissent les habitants de ces quartiers ?
  • Le politologue Thomas Guénolé, auteur de "Les jeunes de banlieue mangent-ils les enfants ?"
  • Agnès Vahramian, rédactrice en chef du 20 heures de France 2
  • Des habitants de Bobigny. Ils ont décidé de porter contre M6 suite à la diffusion d'un reportage de Zone Interdite jugé "stigmatisant" et "discriminant" à leur encontre.

Des habitants de Bobigny portent plainte contre M6

Au moment où j’ai commencé à enquêter sur la relation compliquée qu'entretient la télévision avec les banlieues, une histoire a attiré mon attention. Cette histoire commence au soir du 12 avril 2015 avec la diffusion, dans le magazine Zone Interdite d’M6, d’un reportage intitulé “Quartiers sensibles le vrai visage des nouveaux ghettos". Ce reportage est un tour de France des cités HLM où il est question d’islam, de communautarisme, de familles monoparentales et de trafics de drogue. Pour illustrer ces “nouveaux ghettos”, les journalistes d’M6 ont choisi un quartier de Roubaix dans le Nord-Pas-de-Calais, mais aussi d’Evreux en Haute Normandie, de Marseille, des Mureaux et de Bobigny en Ile de France.

Trois jours après la diffusion du reportage le mouvement des Jeunes communistes de Bobigny-Drancy a décidé de porter plainte contre M6. Le 16 octobre je retrouve Deniz, le responsable du mouvement, devant le Tribunal de Grande Instance de Bobigny. L’enjeu de cette audience ne concernait pas le fond de la plainte mais sa recevabilité ainsi que le montant de la consignation à verser pour pouvoir continuer la poursuite. La plainte a finalement était reçue et le procès aura bien lieu le 17 décembre à Bobigny.

Le passage du reportage sur Bobigny qui a conduit ses habitants à porter plainte est une séquence sur une mère qui élève seule ses 5 enfants. Dans cette séquence, le journaliste demande à la mère si elle a déjà pensé à prendre la pilule et si ses enfants sont réellement souhaités. Nous avons voulu rencontrer les journalistes de Giraf Prod et Yemaya production, les deux sociétés qui ont réalisé le reportage pour M6. Nous souhaitions avoir leurs réponses. Giraf prod et M6 ont préféré s’abstenir et Yemaya Production n’a pour l'heure toujours pas répondu à notre demande.

Le discours critique à l'égard du traitement de la banlieue par la télévision est très commun. Même si les accusations portées par le fixeur du reportage, Mathias Quiviger, sont graves, les méthodes qu'il décrit ne sont pas nécessairement représentatives. De même le traitement médiatique n'est pas toujours aussi caricatural. A titre d'exemple, depuis un an, l’émission Zone Interdite sur M6 a diffusé près de 25 reportages. Sur ces 25 reportages, j’ai compté, 4 traitent des quartiers populaires, des banlieues. Sur ces 4 reportages, un équilibre est respecté, 2 abordent les banlieues sous l’angle de la drogue et de la violence et les deux autres sujets sont plus positifs.

La réponse des habitants de la Villeneuve (Grenoble) à France Télévision : réaliser une contre-enquête

Il est rare que les habitants de quartiers populaires décident de porter plainte contre un média. Le cas le plus emblématique est sans doute celui des habitants de la Villeneuve à Grenoble. En 2013, ils ont décidé de porter plainte contre France 2 après la diffusion, dans l’émission Envoyé Spécial, d’un documentaire sur leur quartier jugé “non conforme à la réalité”. Le collectif des habitants de la Villeneuve a été débouté par le tribunal de Grenoble mais le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel est intervenu. Il a reproché à la chaîne de “manquer aux obligations déontologiques prévues à l’article 35 de son cahier des charges, la nécessité d’assurer la diversité des points de vue sur un sujet prêtant à controverse”. Les plaignants de la Villeneuve ont été débouté mais ils ont décidé de continuer leur combat en usant d’une arme : l’expression.

Vincent Massot et Flore Vienot, deux journalistes de la Télé Libre, décident de créer un contre-documentaire. Ce “film colère intitulé “La Villeneuve l'utopie malgré tout” est un film “militant” qui "lutte contre la stigmatisation des banlieues, mais qui essaie aussi de construire une nouvelle relation entre les médias et les quartiers populaires”.

 

Des efforts visibles

Si la relation entre les banlieues et la télévision reste encore complexe, des efforts sont visibles. Journalistes et citoyens tentent de préciser l’image des quartiers populaires. Par exemple, le magazine Fumigène, consacré aux banlieues, fait son grand retour cette année. Cela faisait 4 ans qu’il avait disparu du paysage médiatique. Édouard Zambeaux que les auditeurs de rfi connaissent bien continue son travail sur la banlieue avec son émission “Périphéries” sur France Inter et avec le site Zep pour “Zone d'expression prioritaire”. France 24 a lancé “Pas 2 Quartier”, une plateforme sur laquelle les banlieues sont racontées par les gens qui y vivent. Enfin comme on le chronique souvent dans cette émission les citoyens -notamment ceux des banlieues - ont bien compris qu’ils n'avaient plus nécessairement besoin des médias traditionnels pour prendre la parole.

Pour réécouter les autres épisodes de notre série Médias / Banlieues :

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Journaliste en contrat pro à l'Atelier des Médias de RFI
Twitter: @manonmella

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • un très bon sujet a lire plusieurs fois.le problème des banlieues soulève des tensions.pour une fois que l,histoire est racontée par l,un d,eux.il faut etre attentif.

  • la position des banlieusards peut se comprendre.entre les deux idées, d,un cote tu as les journalistes ,qui font un travail difficile,et les habitants de banlieue  qui ne sont toujours contents a tort ou a raison.

This reply was deleted.

Récemment sur l'atelier

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Voila un nouvel événement pour mettre en lumière l'innovation…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

« L’idée, c’est de mettre en place un mouvement citoyen à grande…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Loïc Hervouet a récemment proposé aux participants des 46eme Assises de…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Faites un geste pour l'information, imprimez cette image et accrochez là dans votre…

Plus...