De Pascal Himmelsbach, journaliste, pour Alsace-Lorraine-Infos
Dernière mise à jour: Dimanche 28 juin 2015 à 18h00

Les points essentiels

  • Le 26/06/15, un acte terroriste a été commis dans l'usine Air Products de Saint-Quentin Fallavier en Isère
  • Un véhicule a percuté des bombonnes de gaz de l'usine provoquant ainsi une explosion
  • Deux personnes ont été blessées dans l'explosion
  • Une victime, dont la tête décapitée a été retrouvée, est en cours d'identification
  • Le Parquet de Paris a été saisi de l'enquête
  • Yassine Salhi, auteur supposé, a été arrêté: il avait fait l'objet d'une fiche S en 2006 pour radicalisation, non renouvelée en 2008, et n'a pas de casier judiciaire
  • Un conseil restreint s'est tenu à l'Elysée à 15h30
  • Le plan Vigipirate est renforcé en Rhône-Alpes pendant 3 jours

_______________________________________________________________________________________________________________________________

        Version texte de l'infographie :
  • Vigipirate alerte attentat

    Le dispositif vigipirate est relevé au niveau "alerte attentat" en Ile-de-France et Alpes-Maritimes

    Cela se traduit par le renforcement immédiat des effectifs des forces de l'ordre et des armées et par la mobilisation des opérateurs économiques pour assurer la surveillance et le contrôle aux abords et aux accès des sites suivants :
     
    • les grands magasins et centres commerciaux
    • les bâtiments officiels
    • les principales gares de transports ferroviaires et urbains
    • les lieux de culte
    • les écoles
    • les sites industriels
__________________________________________________________________________________________________

En images : Déplacement de Bernard Cazeneuve à Saint-Quentin-Fallavier en Isère

Bernard Cazeneuve s'est rendu à St-Quentin Fallavier - Photo A Lejeune - Ministère de l'Intérieur - DICOM
26 juin 2015

Bernard Cazeneuve s'est rendu à St-Quentin-Fallavier. Il est allé à la rencontre des personnels de secours présents sur le site de l'attaque terroriste.

26 juin 2015

Intervention de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, concernant l'attentat commis en Isère, le 26 juin 2015.


Déclaration du ministre

- Seul le prononcé fait foi -

Un crime à caractère terroriste est intervenu ce matin ici, dans l’Isère. Une personne a été assassinée, décapitée et le Parquet antiterroriste de Paris a immédiatement été saisi de l’enquête et cette enquête est en cours.

L’identité du criminel est en cours de précision, mais nous savons d’ores et déjà qu’il pourrait s’agir de Yassine SALHI. Ce personnage avait fait l’objet d’une fiche S en 2006 pour radicalisation, qui n’a pas été renouvelée en 2008. Il n’avait aucun casier judiciaire et nous saurons – dans le cadre de l’enquête en cours – si d’autres éléments le concernant permettent d’avoir des éléments plus précis concernant son profil.

Des instructions ont été données pour que l’enquête se poursuive et que d’éventuelles complicités soient identifiées, et que les auteurs soient mis hors d’état de nuire. Des personnes ayant pu participer à ce crime abject ont été mises en garde à vue après avoir été arrêtées, et l’enquête permettra là aussi d’établir s’ils sont impliqués dans cette affaire, de quelle manière ils l’ont été, il est encore trop tôt pour le dire. De la même manière, la victime est en cours d’identification.

Tous les services qui sont sous ma responsabilité sont mobilisés sous l’autorité du Parquet antiterroriste de Paris, de manière à faire aboutir rapidement cette enquête. L’auteur supposé de ce crime a été neutralisé après que le crime a été perpétré par une personne du SDIS de l’Isère, qui s’est rendu sur place et qui avec beaucoup de courage et beaucoup de sang-froid a procédé à la mise hors d’état de nuire de cet individu.

Je tiens à adresser à ce pompier – et à l’ensemble de ses collègues qui sont intervenus sur site – mes remerciements pour la promptitude et l’efficacité de leur intervention. De même que je tiens à adresser à l’ensemble des forces de sécurité – du département de l’Isère et de la zone de défense – mes remerciements également et ma gratitude, pour la rapidité avec laquelle ils sont intervenus sous l’autorité du Parquet, pour faire que ceux qui pourraient être impliqués dans cet acte odieux soient immédiatement neutralisés.

Je veux également indiquer que depuis des mois, le gouvernement prend toutes les mesures pour assurer la protection des Français face à un risque dont je n’ai cessé de dire, avec le président de la République et le Premier ministre, qu’il demeurait à un niveau très élevé. C’est ainsi que deux lois renforçant les moyens de l’État dans la lutte contre le terrorisme ont été adoptées. Une troisième loi concernant l’activité et les moyens de nos services de renseignement a été adoptée par le Parlement avant-hier, de façon définitive, qui permettra à nos services – dans le cadre de la lutte antiterroriste –de disposer de moyens nouveaux qui, pour l’instant, leur faisaient cruellement défaut.

Je veux également indiquer que sur l’ensemble du territoire national, sous ma responsabilité et celle des préfets, un dispositif puissant de protection des lieux de culte et des établissements sensibles est mis en œuvre, qui permet d’assurer la protection des Français qui sont plus particulièrement ciblés par des actes terroristes.

Enfin, je veux indiquer aussi qu’après que notre pays a perdu de nombreux emplois et de nombreux moyens, dans ces services de renseignement mais pas simplement, au sein de l’ensemble des forces de sécurité, le Premier ministre et le président de la République ont pris la décision au mois de janvier dernier de rehausser très sensiblement les moyens dont disposent nos services. Qu’il s’agisse des moyens en personnel, 1.500 postes ont été créés, 233 millions d’euros ont été alloués aux services de renseignement, leur permettant d’accomplir leurs missions.

Cet effort exceptionnel témoigne encore une fois de la volonté du gouvernement d’assurer, dans des circonstances particulièrement difficiles pour le pays, un haut niveau de protection des Français.

Je veux dans les circonstances particulières de ce drame, qui est une nouvelle épreuve pour notre pays, appeler une fois de plus – comme l’a fait le président de la République à l’instant à Bruxelles – à la dignité, à la responsabilité et au rassemblement de tous ceux qui dans notre pays sont attachés aux valeurs de la République, et sont conscients de la mobilisation générale du pays pour faire face au risque terroriste.

Je le fais aussi en ayant une pensée émue pour les victimes de ces actes, pour cette personne innocente qui a été assassinée et abjectement décapitée, pour les victimes des attentats aussi du mois de janvier. Dans les circonstances particulières que traverse notre pays et compte tenu de la violence de ces actes, de l’abjection barbare qui préside aux actions des terroristes, je tiens une fois encore à dire que notre pays sera plus fort, si chacun qui porte une parole publique est capable d’être dans la retenue et dans la dignité.

___________________________________________________

Réponses aux journalistes

Journaliste
Qu’est-ce que vous pouvez nous dire de plus sur ce Yacine SALI ? Quel âge a-t-il ? D’où est-il ?

Bernard CAZENEUVE
C’est un individu qui résiderait dans la région lyonnaise, à Saint-Priest. Je dis “résideraitˮ parce que nous sommes en train de procéder aux ultimes vérifications et qu’aussi longtemps que nous n’avons pas des éléments définitifs, il faut être extrêmement prudent, qui est un personnage qui a fait l’objet d’une fiche S en 2006 qui n’a pas été renouvelée en 2008, qui est un individu qui aurait été en lien avec la mouvance salafiste mais qui n’avait pas été identifié par les services comme ayant participé à des activités à caractère terroriste, qui n’avait pas de casier judiciaire contrairement à d’autres individus qui se sont trouvés impliqués dans de telles opérations et de tels crimes au cours des derniers mois.

Journaliste
Il n’était pas particulièrement surveillé ces derniers temps.

Bernard CAZENEUVE
Il ne faisait pas l’objet d’une fiche S depuis, encore une fois, 2008. Et donc, il faisait l’objet d’une attention depuis 2008-2010 pour sa radicalisation, son lien avec la mouvance salafiste mais il n’était pas connu pour être en lien avec des acteurs terroristes. Et il y a aujourd'hui un très grand nombre de services qui sont mobilisés dans tous les départements de France pour suivre sur la base des consignes que j’ai données ceux qui peuvent se radicaliser et on suit plus particulièrement ceux qui sont en lien avec des entreprises terroristes, ce qui n’était pas le cas de cet individu au regard des renseignements dont disposaient les services.

Journaliste
Des éléments liés à Daesh ont-ils été retrouvés sur les lieux de l’attentat ?

Bernard CAZENEUVE
Il y a des drapeaux qui vont faire l’objet d’une analyse. Pour l’instant, le texte de ces drapeaux n’a pas encore été traduit et nous sommes dans une enquête qui se déploie, qui est en cours, et c’est quand nous aurons les éléments de cette enquête bien entendu que le procureur de la République de Paris les commentera.

Journaliste
Combien y a-t-il d’interpellations ?

Bernard CAZENEUVE
Je ne peux pas pour l’instant donner d’informations précises sur ce point pour la bonne et simple raison qu’il peut y avoir encore des interpellations en cours et que je ne souhaite pas les…

Journaliste
Pourquoi cette entreprise était visée ? Pourquoi AIR PRODUCTS était visée ?

Bernard CAZENEUVE
Je ne peux pas répondre à cette question, l’enquête le dira, et je vous ai donné l’ensemble des informations dont je disposais. S’il y a dans le courant de l’après-midi d’autres informations qui nous sont communiquées, à ce moment-là bien entendu le procureur de la République de Paris, moi-même en lien avec lui, communiquerons ces informations à mesure qu’elles nous parviendront, mais je ne veux pas, comme toujours lorsqu’il s’agit de faits d’une grande gravité qui sont couverts par une instruction, donner des informations qui ne seraient pas absolument précises. L’enquête vient de commencer, cette enquête doit se déployer, elle se déploie dans le respect des procédures de droit et notamment sous l’autorité du parquet antiterroriste de Paris. Les informations que je donne là sont les premières informations dont nous disposons, nous sommes en train d’en récupérer d’autres. Une enquête est en cours et comme toujours lorsque des événements d’une telle gravité se produisent, nous communiquons les éléments de l’enquête en très étroite liaison avec le parquet antiterroriste et sous son autorité à mesure que ces éléments sont confirmés. On ne peut pas, sur des sujets de cette nature, être dans l’approximation. Je vous remercie.

______________________________________________________________________________________________________________________

26.06.2015 - Interview de Bernard Cazeneuve au JT de 20 h sur TF1

26 juin 2015

Le 26 juin 2015, Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, a répondu à Claire Chazal au journal télévisé de 20 heures sur TF1.


Claire Chazal
Bonsoir Bernard Cazeneuve.

Bernard Cazeneuve
Bonsoir.

Claire Chazal
Merci beaucoup d’être sur ce plateau ce soir. D’abord, est-ce que vous pouvez nous dire si d’autres suspects, on a vu qu’il y avait quatre gardes-à-vue actuellement dans cette affaire, est-ce que d’autres complices sont recherchés ? Est-ce que d’autres personnes ont été arrêtées déjà ?

Bernard Cazeneuve
D’abord, Claire Chazal, vous comprendrez que j’ai une pensée pour la victime, pour sa famille, une pensée aussi pour les 43 salariés qui étaient présents sur le site et dont j’ai pu constater lorsque je me suis rendu sur place à quel point ils étaient traumatisés et dans l’émotion, une pensée aussi pour le pompier qui a mis hors d’état de nuire ce terroriste et l’ensemble des forces de sécurité placées sous ma responsabilité qui sont mobilisées sous l’autorité du parquet antiterroriste pour faire aboutir l’enquête. Le procureur de la République, François Molins, s’est exprimé tout à l’heure avec un haut niveau de précision pour dire qu’il y avait quatre gardes-à-vue, que ces gardes-à-vue concernaient des membres de la famille de la personne suspectée, incriminée et des personnes éventuellement impliquées dans cette affaire. Je ne ferai pas d’autres commentaires parce que, comme l’a dit le procureur François Molins tout à l’heure, il faut être d’une extrême prudence et faire attention à ce qu’il n’y ait pas de déclaration qui puisse venir obérer l’efficacité de l’enquête.

Claire Chazal
Alors, monsieur le ministre, on a compris aussi que le suspect numéro 1 était connu de services de police pour radicalisation à un moment dans certaines années antérieures. Pourquoi n’était-il plus sous surveillance ou cette surveillance, pourquoi a-t-elle été relâchée ?

Bernard Cazeneuve
Il faut être extrêmement précis sur ce point. Il a été mis sous surveillance parce qu’il était suspectée dans les années 2005 et puis ensuite entre 2006 et 2008 d’être en lien non pas avec des groupes terroristes mais avec des groupes salafistes, radicalisés. Cette surveillance a eu lieu entre 2006 et 2008, il a fait l’objet d’une fiche S, il a été inscrit au fichier des personnes recherchées et puis en 2008, les services ont considéré qu’en l’absence d’éléments venant en appui de la suspicion dont il faisait l’objet, on levait la fiche S.

Claire Chazal
On ne sait pas s’il est parti en Syrie …

Bernard Cazeneuve
Ensuite, il y a eu d’autres éléments qui sont intervenus en 2014 qui ont fait l’objet d’une nouvelle mobilisation des services sur la base d’un témoignage d’une personne qui n’a pas confirmé son témoignage mais nous avons malgré tout continué les enquêtes d’entourage, procédé aux surveillances qui n’ont rien donné et il n’y a pas d’éléments entre les mains des services témoignant de l’engagement avant les événements de ce jour de ce personnage dans des activités …Il est évoqué dans des séjours à l’étranger qui n’ont pas été confirmés. Sur ce sujet, je veux dire ce que j’ai eu l’occasion de dire à plusieurs reprises lorsque des événements de ce type se sont déroulés. Premièrement, le ministère dont j’ai la charge est bien entendu désireux de la plus grande transparence, il l’a montré devant le Parlement, il l’a montré devant la presse et il continue à faire la transparence et la lumière aux côtés de la justice. Deuxièmement, nous sommes face à des actes d’une extrême barbarie et qui appellent la plus grande maîtrise à la fois dans les propos publics dans un contexte où il y a un traumatisme dans le public et la plus grande précision quant aux informations que l’on diffuse. Et enfin, troisièmement, j’en profite pour le dire, lorsqu’il y a des événements d’une telle ampleur qui suscitent un tel effroi et je l’ai vu ce matin sur le terrain, un tel chagrin, chacun qui est dans la responsabilité publique doit s’employer à assembler les forces du pays, à faire en sorte que le pays renforce la capacité de résilience par le rassemblement et la dignité des propos.

Claire Chazal
Alors, Bernard Cazeneuve, est-ce que vous estimez aujourd’hui que le risque terroriste qui existe en France on le voit depuis plusieurs mois, a changé de nature ?

Bernard Cazeneuve
Oui, il a changé de nature et nous n’avons cessé avec le président de la République et le Premier ministre de le dire : nous sommes face à un risque extrêmement élevé. Nous ne sommes plus face à des groupes terroristes qui venaient de l’extérieur, commettaient des actes et repartaient. Nous sommes face à ce que j’ai appelé un terrorisme en libre accès, c’est-à-dire par le biais de la fréquentation d’Internet, par le biais d’une propagande extraordinairement sophistiquée des groupes terroristes, un nombre de ressortissants des pays de l’Union européenne parmi les plus vulnérables basculent dans l’activité terroriste et c’est la raison pour laquelle nous n’avons cessé de nous adapter à cette menace pour être efficaces face à elle. En quelques mots  …

Claire Chazal
Ça veut dire que les arrestations se multiplient ?

Bernard Cazeneuve
Non… attendez… en quelques mots, là aussi je veux être extrêmement précis : beaucoup de postes ont été perdus dans les services de police et de renseignement ; nous en recréons et vous vous souvenez qu’au mois de janvier, le Président de la République et le Premier ministre ont pris la décision de créer 1.500 postes dont 1.000 dans les services de renseignement et de faire un effort de 233 millions d’euros sur trois ans pour moderniser nos services. Il y a deux lois antiterroristes qui ont été adoptées par le Parlement, une portée par le Premier ministre lorsqu’il était ministre de l’Intérieur, une portée par moi-même ; et nous avons adopté il y a deux jours une loi sur le renseignement dont on expliquait qu’elle était un dispositif de surveillance généralisée qui est pour l’essentiel de ce dispositif, centré sur la lutte antiterroriste et qui doit nous permettre dans un contexte de menace très élevée, d’être plus efficaces en mobilisant des techniques qui permettent de faire de la prévention. Donc le gouvernement n’a cessé d’agir en créant des postes, en donnant des moyens, en prenant des dispositions législatives, en réorganisant les services  et dans la responsabilité qui est la mienne, sous l’autorité du Président de la République et du Premier ministre, je continuerai en permanence à adapter nos services à la réalité de la menace.

Claire Chazal
Avec un plus grand nombre d’arrestations ?

Bernard Cazeneuve
Je vais vous donner là aussi des chiffres : la semaine dernière – la semaine dernière – avant cet attentat, la DGSI, placée sous ma responsabilité, a procédé à 14 arrestations. Depuis quelques mois, depuis que la menace augmente, nous avons 150 instructions judiciaires qui ont permis l’arrestation de plus de trois cents personnes. Nous avons à peu près 120 personnes qui ont été incarcérées, à peu près un soixantaine de contrôles judiciaires et 180 mises en examen ; c’est dire à quel point nous travaillons sans trêve ni pause ; et nous continuerons à le faire parce que nous devons aux Français la vérité : le niveau de menace est élevé et face à ce niveau de menace, nous devons nous adapter – législativement nous le faisons – donner à nos services de nouveaux moyens, améliorer la coopération européenne et internationale et il faut comprendre que nous sommes entrés dans un site de menaces qui nous impose de la vigilance, de la capacité d’adaptation et aussi du sang-froid, de la maîtrise et de la dignité.

Claire Chazal
… Nous allons vous entendre encore dans un instant Bernard Cazeneuve.

Reportage en Tunisie touchée par un attentat
(…)
Claire Chazal
On parlait de cette menace, Monsieur le Ministre, tout à l’heure. Pour cet attentat de Sousse, est-ce qu’on est sûr que des Français ne figurent pas parmi les victimes ?

Bernard Cazeneuve
Je n’ai pas d’autres informations à communiquer que celles qui ont été communiquées par le Quai d’Orsay au journaliste qui s’exprimait tout à l’heure. 38 morts, 42 blessés, un drame absolu qui a conduit le ministre Laurent FABIUS et le Président de la République à exprimer la solidarité de la France à l’égard de la Tunisie ; une coopération  dans la lutte antiterroriste entre les pays de l’Union européenne, la Tunisie et notamment la France, qui m’a conduit au moment de l’attentat du Bardo, à me rendre en Tunisie pour approfondir encore cette coopération ; d’autres pays de l’Union européenne coopèrent également parce que la lutte contre le terrorisme, c’est une affaire de mobilisation nationale, c’est aussi une affaire de mobilisation européenne et c’est une affaire de mobilisation de tous ceux qui aspirent à vivre dans la paix et dans la liberté. C’est la raison pour laquelle l’action de la France est également très forte en Europe : modification du dispositif Schengen pour faire en sorte qu’il puisse y avoir des contrôles systématiques et coordonnés aux frontières ; mise en place du PNR européen pour faire en sorte que nous soyons plus efficaces dans le rétablissement de la traçabilité du parcours des terroristes et que nous puissions judiciariser ceux qui reviennent sur le territoire européen après avoir franchi les frontières Schengen, coopération entre nos services de renseignement, renforcement d’EUROPOL, renforcement d’EUROJUST. C’est aussi cette action que nous conduisons au sein de l’Union européenne et qui nous mobilise, avec nos principaux partenaires, je pense aux Allemands notamment, aux Espagnols, aux Italiens, aux Britanniques.

Claire Chazal
Merci beaucoup Bernard Cazeneuve, d’être venu ce soir commenter cette double et triste actualité.

___________________________________________________________________________________

Vigipirate : Le département placé au niveau « Alerte Attentat »

 
Vigipirate : Le département placé au niveau « Alerte Attentat »

pour une durée de trois jours

Grenoble, le 26 juin 2015

VIGIPIRATE : Le département placé au niveau « ALERTE ATTENTAT »

A la suite de l’attentat terroriste survenu ce matin dans l’entreprise Air Products à Saint Quentin Fallavier, les mesures de vigilance ont été renforcées au niveau « Alerte ATTENTAT » dans le cadre du plan Vigipirate à la demande du Président de la République.

Dans ce cadre, Jean-Paul BONNETAIN, préfet de l’Isère a pris, conformément aux orientations du gouvernement et du ministre de l’intérieur, les initiatives nécessaires pour renforcer les mesures de protection et de vigilance autour des sites industriels de type SEVESO. Ainsi, les services de l’Etat ont pris contact avec l’ensemble des établissements du département pour leur rappeler leurs responsabilités et pour qu’ils renforcent les mesures de protection internes. Des consignes ont été données aux forces de police et de gendarmerie pour prendre contact avec et déployer des patrouilles dynamiques autour des sites concernés.

Les consignes de prévention et de vigilance ont été rappelées à l’ensemble des maires du département notamment s’agissant des grands évènements ou rassemblements qui devront faire l’objet d’une vigilance active et renforcée. Ces m êmes consignes ont aussi été rappelées aux différentes administrations ainsi qu’à l’ensemble des grands établissements recevant du public (grands magasins etc..). D'ores et déjà, les consignes de vigilance ont été rappelées à tous les effectifs engagés dans l'opération sentinelle. Le préfet a réuni ce soir les chefs de services principalement concernés afin de mettre en œuvre sans délai ces mesures.

Rappel des consignes permanentes Vigipirate :

Le plan Vigipirate mobilise tous les acteurs concernés par la protection contre le terrorisme : l’État mais aussi les collectivités territoriales, les opérateurs économiques et l’ensemble des citoyens. L’activité d’un individu ou d’un groupe qui paraîtrait anormale doit être signalée aux forces de l’ordre, aux patrouilles militaires ou aux services de surveillance et de sécurité du lieu dans lequel vous vous trouvez. Cette attitude citoyenne a déjà permis de déjouer des tentatives d’attentats et d’actes de malveillance. Ayez les bons réflexes à tout moment : www.risques.gouv.fr  Il est recommandé à tous ceux qui prévoient de se rendre dans un pays étranger de consulter la page « Conseils aux voyageurs » sur le portail www.diplomatie.gouv.fr  et de s’inscrire sur le portail « Ariane » pour être informé de tout événement important concernant la sécurité.

En ces moments tragiques pour notre pays, alors que les forces de l’ordre sont totalement mobilisées pour assurer la sécurité de nos concitoyens, Jean-Paul BONNETAIN, préfet de l’Isère, appelle toutes les iséroises et isérois à la vigilance face aux menaces et au devoir de responsabilité.

___________________________________________________________________________________________________________________
VOIR AUSSI:
 

_____________________________________________________________________________

_____________________________________________________________________________
De Pascal Himmelsbach pour Alsace-Lorraine-Infos
 
Lundi 29 juin 2015 à 11h00

Attentat en Isère :

"le Gouvernement continuera, face à un haut niveau de menace, à agir sans trêve ni pause"

(Bernard Cazeneuve)

Conseil restreint du 27 juin 2015 à l'Elysée

Le Président de la République tiendra un Conseil restreint le samedi 27 juin à 11h00 au Palais de l’Elysée.
Photo 3 / 6: description indisponible
Photo 4 / 6: description indisponible
Photo 5 / 6: description indisponible
Le Président François Hollande s'est exprimé devant la presse
à l'issue du Conseil restreint
organisé à l'Élysée à la suite des événements en Isère.
Photo 6 / 6: description indisponible

PLUS D'INFOS SUR ALSACE-LORRAINE-INFOS

https://sites.google.com/site/lorraineinfos/home

ATTENTAT TERRORISTE DANS UNE USINE DE GAZ EN ISERE

https://sites.google.com/site/lorraineinfos/attentat-terroriste-dans-usine-de-gaz-en-isere

VOIR AUSSI

https://sites.google.com/site/alsacelorraineinfosarchives/attentat-terroriste-en-france-6

http://atelier.rfi.fr/profiles/blogs/attentat-terroriste-dans-une-usine-de-gaz-en-isere-suite-2

http://atelier.rfi.fr/profiles/blogs/attentat-terroriste-a-air-product-en-isere

https://sites.google.com/site/terrorismeenfrance/attentat-terroriste-dans-une-usine-de-gaz-en-isere-suite-2

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier