Malaoua Koffi Bertin, machiniste au quotidien ''Le Patriote'', lors d’un entretien téléphonique nous a confié être victime de plusieurs menaces de mort dans son quartier sis à Yopougon ''Toits Rouges'' .

Selon lui, tout a commencé par une scène banale qui a attiré son attention, dans le mois de Décembre, au début de la crise post électorale.

En effet, s'étant rendu à la messe, il s'est assis sur le même banc qu'un camarade de quartier. Ce dernier, qui est aussi le représentant du LMP dans son quartier, a tout de suite changé de place, sans répondre à sa salutation.

En outre, entre le 28 et 29 Janvier, pendant qu'il était encore au travail, un groupe de ‘’Jeunes Patriotes’’ s'est introduit chez lui. Leur présence a été remarquée par les voisins qui leur ont demandé ce qu'ils cherchaient. Sans donner de réponse, ils ont rebroussé chemin.

Courant Février des jeunes du quartier se sont encore invités chez lui, vers 15H. Ils lui ont demandé de leur donner à manger et de l'argent. ''Je n'ai pas d'argent, ni de nourriture chez  moi'', a répondu Malaoua qui vit seul chez lui. ‘‘Nous allons vous tuer, vous les rebelles là, on vous connaît'', ont-ils lancé en partant. Pour ne pas être pris pour cible, l'agent du quotidien ''Le Patriote'', apeuré, a dit qu'il travaille pour la ‘’Radio Nostalgie’’. Il a déjà travaillé par le passé en temps qu'animateur pour cette radio commerciale. ‘Tout ça là, c'est même chose'' lui ont-ils rétorqué. 

Le 15 Mars 2011, il se dépêchait de rentrer chez lui à cause du couvre feu qui rentrait en vigueur à 22h. Après s’être soumis aux fouilles à tous les barrages qui joncent les rues de Yopougon, le chauffeur du Journal ‘’Le Patriote ‘se soumettait à l'avant dernier barrage  quand des jeunes lui ont dit que'' ce n'était pas la peine qu’il fasse mine de se soumettre aux fouilles. ''Les gens d'Alassane Ouattara sont connus ici ! Quand tout va se gâter on va finir avec vous!’’ Entendez par là qu’ils vont les tuer.  

Depuis lors, Malaoua Koffi Bertin, surnommé dans son quartier par certains jeunes, ‘’l’homme du Golf’’ pour avoir passé trois nuits à l’hôtel du golf, vit terré chez lui. 

Il a sollicité l’aide du CIPJ pour quitter la ville d’Abidjan.

http://ivoriancommiteeforprotectionofjo.blogspot.com/2011/03/atteinte-la-liberte-de-la-presse-le_22.html

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier