La sud-africaine Caster Semenya, récente championne du monde du 800m à Berlin va subir un test pour confirmer (ou infirmer) sa féminité ! L'athlète présente des signes apparent de masculinité, même sa voix prête à confusion.Le doute s'est installé fin Juillet - debut Août lors des championnats du monde Junior à l'île Maurice. Pendant cette compétition, la jeune Caster (18 ans) a surclassée toute ses adversaires en établissement un temps de 1'56''72 sur 800m, (améliorant ainsi son record personnel de 15 secondes !) et en remportant la médaille d'or sur 1500m. C'est après ces chronos qu'elle a eu le droit de défendre sa chance aux championnats du monde de Berlin. Bis repetita ! Caster Semenya remporte assez facilement sa série, sa demi-finale et la finale du 800m avec plus de 2 secondes d'avance sur la championne du monde en titre de la distance, la Kenyane Janeth Jepkosgeï ! autant le dire, Janeth a pris une raclée !Alors, la sud-africaine est elle un Homme ? une hermaphrodite ? ou simplement une femme ? L'IAAF a demandé à la fédération sud-africaine d'athlétisme de rassembler des documents pouvant prouver la féminité de Caster. C'est un processus long, car il comprend des expertises d'experts, gynécologues et psychologues. Quant au test de l'IAAF, nous pourrons avoir les résultats d'ici 2 à 3 semaines. En attendant le jeune Semenya aura le droit de participer à la cérémonie de remise des médailles, au côté de ses adversaires médusées. En même temps, il n'y a pas de raison de l'exclure.C'est justement à ce niveau que je trouve injuste le "petit" acharnement de l'IAAF. Après tout, ce n'est pas sa faute ! si elle est hermaphrodite, elle devrait quand même avoir le droit de faire de l'athlétisme. N'est ce pas là une forme d'exclusion ? parfois la frontière entre homme et femme n'est pas aussi clair que ça. On ne devrait pas mettre Caster Semenya dans le lot des dopés ! son problème (s'il y en a un) est plus subtil, et doit être traîté avec le plus grand respect.Ce cas est également loin des sportives des pays de l'Est des années 1960 qui étaient bourrées de Testostérones et d'anabolisant qui ressemblaient plus aux hommes qu'autres chose. Elles avaient poussées la fédération internationale à faire des tests salivaires de féminité, mais en 1992, l'IAAF y a renoncé," il n'était pas sûr à 100%" selon M. Weiss le sécrétaire général de la fédération internationale d'athlétisme.Espérons que tout ça se terminera bien, mais je suis convaincu qu'elle n'est pas une tricheuse, la nature est parfois beaucoup trop généreuse...J-Rv Djiahttp://djiathink.blogspot.com
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • @Sidonie: tu dit "Cependant, conseille a l'IAAF d'organiser ce genre de test avant toute compétition pour éviter de vexer les athlètes et leurs fans" mais je craint que la vraie dérive ne soit là. éffectuer des tests de féminité, c'est la chose la plus dégradante qu'il soit.
  • Triste pour une femme d'être traitée jusqu'à ce niveau.Je souhaite beaucoup de courage a Caster car je sais qu'elle vaut mieux que ça et que la célébrité n'est pas toujours chose facile.
    Cependant, conseille a l'IAAF d'organiser ce genre de test avant toute compétition pour éviter de vexer les athlètes et leurs fans. Merci
  • E fait, avant la série de victoire ce n'était qu'une jeune "femme" junior de 18 ans. Les performances ont jetés le doute sur elle, d'où la serie de test. Si elle n'avait pas briller ça aurait été une varie perte de temps. En plus on touche là à la dignité humaine ! ces tests ne peuvent pas être automatisé ! pourquoi je douterais si une femme me dit qu'elle est bien une femme ?
  • Pourquoi on n'a pas fait le test dès le début avant la série des victoires?Y'aurait-il eu autant d'intérêt si à la place de la victoire c'était l'échec?
This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...