L’Association des Femmes Chefs de Famille se penche encore sur un autre dossier brûlant, celui de la traite de « plus de 200 mauritaniennes » en Arabie Saoudite.
(crédit photo)
Selon la présidente de l’AFCF, Aminetou Mint Moctar, que rimweb a rencontré ces femmes dont « les téléphones ont été saisis » dès la révélation de cette affaire vivent des conditions difficiles.
Certaines ont été victime de mauvais traitement, d’insultes et de séquestrations, une d’elle a été « violée » selon notre source. Elle nous explique également que la mère d’une des femmes (qui a pu cacher son phone) elle venue en pleurant la voir au siège de l’Association pour lui mettre au parfum de ce scandale d’un réseau non encore démantelé.
Une plainte a été déposée au niveau du procureur où le dossier  devait être clôturé selon la présidente de l’AFCF, ce 30 juillet. En attendant, cette militante des droits de l’homme soupçonne « certaines autorités mauritaniennes et saoudiennes de complicité» estimant que le montage d’une telle filière ne peut pas passé inaperçu.
A.S.T
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • je suis contre l'exploitation des êtres humains,mais avant de traverser les océans pour le défendre,élaborons  d'abord un cadre idéal pour que celles ci soit respecter dans nos pays ainsi les autres respecterons nos compatriotes connaissant la respectabilité des pays d'origine.comme on dit 9(respecte toi et on te respectera)je parle par expérience pour avoir était traiter de chien a l’étranger

This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...