Eric Houndété, président de la république ! Abdoulaye Bio Tchané, premier ministre, chef du gouvernement ! Point besoin d’être un initié d’un art divinatoire quelconque pour connaître, à quelques détails près, à quoi ressemblera la nouvelle classe dirigeante qui présidera aux destinées du Bénin nouveau au lendemain du 06 avril 2016. Le passé récent fourmille d’indicateurs, qui une fois bien agencés avec les signaux des temps présents, permettent d’anticiper sur les événements à venir avec une marge d’erreur qui tend vers zéro. Il devient dès lors facile, non pas de produire des fruits d’incantation, mais d’indiquer avec clarté, cohérence et suivant une pertinence implacable pourquoi et comment Eric Houndété et Abdoulaye Bio Tchané constituent le tandem qui s’imposera en 2016 comme la suite logique des événements qui se déroulent de nos jours. Démonstration…

15 août 2014 à Savalou : le jour où le destin s’est s’écrit ? 

Journée doublement symbolique dans le chef-lieu du département des Collines. Entre la Nouvelle Igname et la fête de l’Assomption, l’édition 2014 de la célébration de la 15 août enregistre son cortège d’événements insolites, divers et variés. Pour cette année, c’est la mission Catholique, rebaptisée pour l’occasion ‘‘Paroisse Notre Dame de l’Assomption de Savalou’’, qui a été le théâtre de l’un des principaux faits inédits qui alimentent et agrémentent la 15 août à Savalou. Abdoulaye Bio Tchané (Abt), dont les visées sur la Marina ne sont plus un mystère pour personne, n’a pas voulu se faire compter la messe de la 15 août à Savalou. Sur place, l’y a déjà précédé Eric Houndété, dont le nom est incrusté dans les esprits comme le probable futur candidat unique de l’Union fait la nation (UN) pour Marina 2016. En attendant l’arrivée du prêtre célébrant, les deux hommes engagent une conversation sur les sujets qui agitent l’opinion publique. Même les murs de l’église ont des oreilles.  Chaque mot est pesé, soupesé ; chaque phrase n’est ventilée que d’après d’infinies précautions. La seule information qui filtrera finalement de ce tête-à-tête improvisé et fugace, c’est l’engagement pris par les deux hommes de se revoir très bientôt dans un cadre plus formel. La 15 août édition 2014, aura au moins servi à cela ; ce qui n’est pas rien !

Ce qu’ils se diront quand ils se reverront

Il était écrit qu’ils se verront. Il est écrit qu’ils se reverront. Quand Abt et Eric Houndété se retrouveront comme ils se le sont promis, ils parleront de tout et de rien, c’est certain ; Ils parleront aussi de la Lépi, des ballons d’essai pour tâter le terrain dans la perspective d’un troisième mandat ; ils parleront surtout de la Marina, de leurs ambitions personnelles respectives. Ils évalueront les chances de l’un et de l’autre. Puis, comme porté par la même inspiration soudaine, l’autre répondra : « pourquoi pas ! ». Au préalable l’un aura dit : « Imagine que nous nous mettions ensemble ! Imagine que nous coalisions nous forces pour la course à la Marina… ». Ensuite, il sera question de définir l’ordre de préséance. Abt fera valoir qu’il est monté au podium en occupant la troisième place en 2011 et qu’ainsi, il part favori pour 2016 puisque les deux premiers, Boni Yayi et Adrien Houngbédji, sont constitutionnellement forclos. Fort de ceci, il proposera à Eric Houndété de former avec lui le duo invincible pour 2016. Eric va sans doute sourire de prime abord. Ensuite, il fera remarquer qu’il est le favori, voire le choix naturel pour faire office de prochain candidat unique de l’Union fait la Nation. Beau joueur, il rappellera que le candidat de l’UN a fini deuxième à la dernière présidentielle, c'est-à-dire devant Abt. Il soulignera que le groupe qui portera ainsi sa candidature, est la première force d’opposition en termes d’élus (dans les mairies et à l’hémicycle). Il estimera qu’il est dans l’ordre des choses que le candidat de l’UN soit le ‘‘cheval de base’’ du tandem. Il miroitera ensuite l’avenir radieux qui les tendraient la main s’ils réussissaient à se mettre ensemble pour être plus forts : « Imaginez le candidat de l’Un au poste de président de la république, nous vous offrirons le poste de premier ministre, avec le titre de chef du gouvernement, ce qui veut dire que nous vous laisserons une large marge de manœuvre pour la formation du gouvernement…imaginez tout ce que nous réussirons si nous agissions en symbiose…Imaginez… » On peut s’imaginer que sur ces possibles mots, Abt portera sa main à son menton, songeur ; qu’il s’abandonnera dans une profonde méditation. Après quelques tournures verbales pour arrondir quelques angles, les deux hommes prendraient congés l’un de l’autre en promettant l’un l’autre d’aller murir la réflexion. Le pont serait ainsi établi…

Ce qui se passera ensuite sur l’échiquier politique national

L’Union fait la Nation et la Coalition ABT dans un front commun de conquête et d’exercice du pouvoir d’Etat ! Une fois qu’une telle idée est agitée, elle ne s’invite plus à la table de discussions ; elle s’impose ! Impossible pour les deux parties de s’affranchir de cette éventualité, encore moins de miner l’indifférence maintenant que le schéma taraude les esprits. Sans forcer sur les mots ou tourner autour des sujets tabous, il y a dans cet attelage UN/Coalition ABT la réponse à tous les maux, toutes les inquiétudes des citoyens sur la paix, la cohésion et l’unité nationale. Tout le monde sait qu’un tel bloc sera tout de suite accueilli avec le plus grand soulagement par une communauté nationale qui voit dans les échéances électorales à venir une source de sérieuses menaces sur l’unité nationale. Et qu’ainsi, il y aura comme une course effrénée vers cette alliance parce que tous les acteurs politiques de tous les autres bords comprendront tout de suite que le camp de la victoire a vu le jour. Et puisque personne n’aimerait jouer contre l’équipe qui gagnera, il y aura comme une sorte de chamboulement, de redéfinition ou de redistribution de cartes sur l’échiquier politique nationale. Comme un vent qui balaie tout sur son passage, ce bloc réduira en miettes toutes velléités de troisième mandat et ramènera toutes les autres candidatures individuelles ou isolées à leur plus simple expression. Au passage, la cacophonie des ambitions actuellement en gestation fondra comme du beurre exposé aux rayons d’un soleil radieux et irradiant. En un mot, avec le ticket UN/Coalition ABT, une effervescence sans précédant va déferler sur l’ensemble du territoire national. Les échéances électorales se vivront dans une ambiance de ‘‘les jeux sont faits !’’. Dans un tel contexte, sera-t-il encore besoin d’attendre le verdict des urnes pour savoir qui prêtera serment le 06 avril 2016 à Porto-Novo ? Sera-t-il encore besoin d’entretenir un inutile suspense sur l’identité de la personnalité qui aura à charge de former le premier gouvernement de ce Bénin nouveau ?

On vous l’avait indiqué : la messe a été dite d’avance le 15 août dernier à Savalou… A la question : Eric Houndété Président ? La réponse coule de sainte source et tient en un seul mot : Amen !

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

ziad maalouf posted a blog post
L’Atelier des médias est allé en Turquie pour enquêter sur la liberté d’expression dans le pays. No…
26 déc. 2017
Mélissa Barra posted a blog post
Le 8 décembre 2017 s’est tenue à Paris la remise du Prix Numérique et Transparence. Il récompense d…
15 déc. 2017
ziad maalouf posted a blog post
Nées il y a douze ans en France, les conférences gesticulées désignent un exercice d’expression en…
20 oct. 2017
ziad maalouf posted a blog post
En 2005, Anjan Sundaram renonce à de brillantes études de mathématiques aux États-Unis pour partir…
18 oct. 2017
Plus...