Ayant été bloqué comme nombre de ses collègues dans leur service pendant 10 jours, à partir du 31 Mars, l’un des journalistes de ‘L’Inter’ (indépendant), Litié Boagnon décide de renter chez lui à Yopougon, le 11 Avril. Il est intercepté par des éléments des FRCI à qui il se présente comme un journaliste. Il est frappé, blessé à une main, puis délesté de ses chaussures et ses portables. Il retourne à son service d’où il ressort finalement le 15 Avril pour son domicile.

Thibault R. Gbéi, également à ‘L’Inter’ est arrêté le 31 Mars entre 16 H et 17H au Plateau (centre d’Abidjan) par des éléments de la Garde républicaine qui l’accusent d’être un indicateur, en dépit du fait qu’il se soit présenté comme un journaliste. Il est gardé durant cinq jours dans le sous-sol au Palais de la Présidence. Durant sa captivité, le journaliste qui dit n’avoir été l’objet d’aucune violence, s’abstient cependant de manger et en sort amaigri et affaibli le 04 Avril, dans l’après-midi. Ses détenteurs avaient appelé le Rédacteur en chef, Félix D. Bony, le lendemain de l’arrestation du journaliste, vers 8H, pour s’assurer qu’il travaille effectivement à ‘L’Inter’. Malgré l’assurance donnée par son chef, le journaliste est maintenu durant trois autres jours.

 

De nombreux journalistes pro-Gbagbo se disant menacés de mort veulent quitter Abidjan

Des journalistes de ‘Fraternité Mati’, ‘RTI’, ‘Notre Voie’, ‘Le Temps’, ‘Le Quotidien’, ‘Le Nouveau Courrier’, entre autres, considérés comme pro-Gbagbo se disent menacés de mort et veulent quitter Abidjan.

Depuis la chute de Laurent Gbagbo, le 11 Avril jusqu’au 15 Avril, 25 d’entre eux, dont huit de ‘Fraternité Matin’ disent que leur nom figure sur une « liste noire » qui aurait été élaborée à l’hôtel du Golf (quartier général d’Alassane Ouattara) pour attenter à leur vie.

De leur côté, au moins 40 journalistes des quotidiens pro-Ouattara ont déserté Abidjan depuis le début du mois de Mars, pour des raisons de sécurité. La moitié d’entre eux sont évacués depuis le 29 Mars, par vagues, grâce à l’ONUCI qui transporte dans un hélicoptère pour Bouaké (centre, fief des ex-rebelles des Forces Nouvelles).

A cette allure, avec la déstructuration des entreprises de presse due aux menaces et agressions contre les journalistes et les attaques contre les sièges de médias, la reprise des activités du secteur, annoncée pour le lundi 18 Avril par le CNP et le GEPCI semble hypothétique.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Le problème est que les médias ivoiriens ne sont pas indépendants.
  • Triste que des victimes supposées ou réelles de l'ancien régime s'en prennent physiquement au journalistes qui étaient au service du président déchu ! Il est bien vrai que ces derniers ont joué un rôle sinistrement déterminant dans la boucherie humaine qui a endeuillé les familles de tous les camps en diffusant des appels à la haine tribale et au chauvinisme ! Certains avaient même cru à la métempsycose de la lugubrement fameuse « Radio des Mille Collines « Un instrument financé par tous les contribuables a été, hélas, confisqué et utilisé pour diviser les citoyens.

    Cet élan hystérique de ces victimes qui ne peut qu'entraver le processus de replâtrage d'une nation étalée sur la paillasse de l'agonie devrait être condamné voire réprimé et la laisser la justice en place de se saisir du brûlant dossier de implications des uns et des autres dans le pogrom que nous tous déplorons amèrement ! Nous espérons que tous aurons droit à un procès équitable !

  • Merci Grâce. C'est vraiment déplorable parce que c'est çà la  démocratie à l'ivoirienne .
  • Merci pour ce billet Stéphane et pour l'ajout également. Cet article est intéressant et en même temps il me glace le sang parce que en ces temps obscures, les règlements de compte personnels ont la part belle.

    bonne fin de journée

    Grâce

This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...