Aboubacar Sanogo et Yayoro Kangbé Charles Lopez, ont été arrêté hier Vendredi 28 Janvier 2011, au environ de 17H, à l’aéroport international d’Abidjan, par des militaires.
Nos deux confrères, respectivement directeur et sous-directeur de la télévision TV Notre Patrie qui émet en zone CNO, devaient rallier l’hôtel Sebroko, siège des Nations Unies en Côte d’Ivoire, d’où ils devaient se rendre au Golf hôtel, selon notre secrétaire régional à Bouaké.
‘’Les deux journalistes ont quittés Bouaké hier à 15 H à bord d’un avion des forces onusiennes pour Abidjan. Nous avons été saisis de leur arrestation ce matin.
Pour l’heure, nous sommes sans nouvelle d'eux. Bien qu’étant préoccupé de leur sort, nous n’osons pas envisager le pire. La presse en à fait écho à la une du journal ‘’ Le Temps’’, les présentant à souhait comme des ‘’rebelles’’. Nous savons de fait que nos confrères sont aux mains des éléments du Groupement Aérien de transport et de Liaison (G.A.T.L).’’ : nous a confié Ladji Abou Sanogo, secrétaire régional C.I.P.J de la Valée du Bandama.




Depuis le déclenchement de la crise post électorale en Côte d’Ivoire, plusieurs journalistes subissent de graves atteintes à la liberté de la presse et des menaces suivies d’agressions systémiques de tous genres.
En effet le reporter d’image de Tv5, Gbon Coulibaly a été agressé, en Novembre dernier, sur le campus Universitaire de Cocody, devant plusieurs témoins, par un élément de la FESCI surnommé dans le milieu ‘’ Ben Laden’’.
Sa camera a été endommagé.
En outre, le directeur du site d’information, KOACI.TV, dans ce même mois de Novembre 2010, a été battu à sang, par des éléments de la Fesci, non loin du siège du PDCI, à Cocody.
La police assistait de loin à la scène sans bouger.
Tout son équipement de reportage (camera appareil photo dictaphone) ainsi que son porte monnaie et son téléphone portable lui ont été arraché.
Un de ses agresseurs, armé de machette, s’apprêtait à lui donné le coup de grâce quand une mère de famille, choqué par la scène, s’est interposé, en suppliant de ne pas lui ôter la vie.
C’est ainsi que notre confrère, Laurent Despas, à pu profiter pour se mettre à l'abri, dans une maison, de ses agresseurs qui en avaient toujours après lui.
Le 13 Janvier 2011, un véhicule de l’ONUCI a été incendié à la Riviera II, par des jeunes très excités dont des éléments de la FESCI, selon plusieurs journalistes présent sur les lieux, quelque minutes après, pour exercer leur métier..
Un reporter Photographe, a été dépossédé de son équipement, avec une brutalité sans nom, devant les forces de l’ordre qui sont, là encore, resté de marbre.

Ces jeunes ''Fescistes'', venaient encore de s'illustrer de leur plus belle manière.

Polycarpe Ilboudo, de son nom, leur avait pourtant brandit une carte de presse du journal Le Temps, journal pro-Gbagbo.
Il a été tout de même battu, dépossédé de ses deux iphones, de deux chèques au porteur qu’il avait reçu un plus tôt et de la somme de 20.000 Fr en espèces.
Il s’en est sorti avec ses vêtements en lambeau.
Dans la semaine du Lundi 17 au Dimanche 23, Hilaire Zonh, un journaliste reporter d’image, a été agressé à Yopougon, par des ''sorbonnards'', des jeunes pro-Gbagbo.
Le téléphone portable de ce journaliste de France24 lui a été arraché.
Sa camera lui a été brutalement arraché, avant d’être détruite sous ses yeux.
Au regard de ces graves manquements aux droits de l'homme et à la liberté de la presse, le C.I.P.J est très préoccupé et lance un appel à tous les journalistes présent en Cote d’ivoire à doubler de vigilance afin de préserver leur intégrité physique.
Le Secrétariat général du C.I.P.J

Source: www:http://ivoriancommiteeforprotectionofjo.blogspot.com

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...