Le mouvement et l’évolution politique des Etats de l’Afriques sont contenus dans les premiers germes théoriques et les bases matérielles de ces Etats et de leur indépendance. La configuration, le mouvement et l’évolution politique des Etats africains dépendent dans une large mesure de l’esprit, des moyens et des méthodes que ces Etats héritèrent de leurs anciens dominateurs.

A mon avis, il est très logique de voir un Etat sortant d’une période de domination s’appuyer des moyens et des méthodes qu’utilisa la puissance de domination qui s’empara de son territoire et de ses hommes. Quand cet Etat et quand son prince et ses gouvernants pensent que la loi du plus fort n’est pas toujours la meilleure mais peut être très efficace et durer très longtemps avant de mourir, il n’a pas tort parce que c’est une leçon d’expérience vécue et longuement vécue. C’est pourquoi l’ère des paris unique est une conséquence logique dans l’histoire de ses Etats. Peut-être aussi que partout dans le monde-je ne sais pas-tout commença par Un seul, aussi bien dans la nature que parmi les hommes.

Le parti unique est l’expression type de la conception de l’Etat comme « monopole de la violence » sur les choses et sur les vies du territoire d’Etat. Un Etat sortant d’une période de domination par la force ne peut commencer à gouverner que par la force. L’usage de cette force peut être manifeste ou cachée et plus intelligente. Gouverner pas la force ce n’est pas seulement et pas surtout diriger des grenades et des balles sur des vies humaines ou sur leurs biens. Gouverner par la force c’est partout et toujours refuser le partage, la concertation, la critique, éléments essentiels du gouvernement démocratique. Ce refus peut être en divers lieux au sein de l’activité de l’Etat et de son gouvernement.

Cette hypothèse a le soutien de certaines vérités scientifiques : l’accoutumance à la force, le culte de la force hérité de l’esprit du dominateur durant la période de la colonisation devaient nécessairement accompagner la marche des jeunes Etats et dirigeants africains, ainsi que l’obscurité reste dans le regard et l’incapacité de « voir clair » lorsque que nous sortons d’un espace très obscur dans lequel le regard a séjourné pendant un long moment. Le mouvement circulaire reste conservé dans le moteur de l’être vivant s’il a appris à se mouvoir dans un espace circulaire pendant des années. Cette première forme de gouvernement est donc un héritage direct de la colonisation et non pas nécessairement ou pas seulement une méthode inspirée d’une certaine conception africaine du pouvoir et du pouvoir politique.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...