Après des débuts hésitants, la discussion sur la gestion des déchets électroniques en Afrique bat son plein sur le forum de l’Atelier des Médias. Et ce sujet, inexploré jusqu’alors, s’annonce fort intéressant. Ce n’était pas évident. Évoquer la question des déchets électroniques en Afrique francophone, c’est d’abord admettre que beaucoup des ordinateurs d’occasion envoyés en Afrique pour subvenir aux besoins en informatique de tous ceux qui en ont besoin sur place, finissent dans des décharges, mélangés au reste des ordures ménagères. Pourtant, les internautes de Rfi se sont emparés de ce sujet délicat.

« Dire que l'Afrique n'a pas besoin de matériels de seconde mains, c’est refuser de croire à la réalité qui est le manque et le besoin des équipements informatique sur le terrain. » C’est ainsi qu’Abdramane a inauguré la discussion depuis Ouagadougou au Burkina pour ajouter dans le même message que « se débarrasser des équipements de troisième main, bons pour la casse, en Afrique est une politique bien voilée de certaines compagnies occidentales qui voient en cela un moyens plus avantageux (…) car les envoyer à la casse sur place reviendrait plus cher. » Un des aspects du débat était ainsi posé et bien posé. Autrement dit par Eric, qui nous écrit de Belgique, « L'Afrique ne doit pas être un dépotoir mais les ordinateurs d'occasions peuvent être une bonne chose. » Pertinente, cette position ne résout toutefois pas le problème majeur que représentent ces milliers de machines envoyées depuis les pays du Nord, car à moins de constater comme le fait Bamba Yaya que « nous (les Africains ndlr) préférons nous retrouver dans le modernisme que de tenir compte des dangers de la pollution », la question reste entière. Elle commence d’ailleurs tout juste à faire l’objet d’un projet d’étude financé par le Centre de Recherche pour le Développement InternationaI.

Parmi les intervenants de cette action, pionnière pour les trois pays qu’elle vise (1), l’ONG Enda Tiers Monde a commencé à travailler sur la grande décharge de Dakar. Amadou Diallo est un des responsables du projet, nous lui avons demandé si il y avait effectivement des déchets électroniques mélangés au reste des ordures :

Ecouter


Or le Sénégal comme les autres pays de la sous-région ne dispose pas (encore?) de système de recyclage des composants électroniques. Rapidement, les morceaux d’ordinateurs qui ont de la valeur sont récupérés pour être revendus. « Car c'est une activité lucrative, très lucrative, » nous dit Sidonie depuis le Cameroun « dont les professionnels de surcroît se nourrissent de l'absence de législation en la matière. »

(1) Sénégal, Mali, Bénin

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Bonjour Alice
    Nous avons également reçu ce message qui me semble douteux pour les raisons que vous évoquez. Je les ai contacter par mail pour voir. A suivre ...
  • aussi vrai que " l'ordinateur poubelle " a permi une certaine demistification de l'outil informatique ,il faut dire l'état dans lequel vegete l'Afrique est une insulte à notre pauvreté mais aussi le vrai signe que l'on ne sait pas où l'on va .Comme un animal sans volonté l'Afrique suit sans pouvoir vraiment exposé son ideal du développement et du bonheur.L'africain se plait à trouver son mirage de bonheur dans ce que l'occident à utiser, comme pour dire "moi aussi je suis comme"
    Puisque nous ne valorisons pas suffisament se que nous avons et ce que nous voulons pourquoi se pleindre de ce que les autres nous donne quand ils n'env eulent plus?simple question
  • Bonjour à tous les fidéles de l'atelier des medias , j' ajoute ceci pour aujourd'hui ; juste à preuve du contraire
    ces appareils de seconde main ont aidé beaucoup d' Africain de sortir du l'enclos qui est l' afrique pour s'ouvrir sur la face du monde .
  • Il est vrai que les ordinateurs d'occasion ne sont écologiquement pas propres mais ces appareils ont permis à bon nombre d'Africains de se familiariser avec l'outil informatique car, il n'est pas du tout aisé d'acquérir un ordinateur neuf en Afrique. En plus, très peu de gens en Afrique maitrisent l'outil informatique, ce qui nous laisse à croire que même les ordinateurs d'occasion ne s'offrent pas à la portée de tout le monde. Donc, essayons de penser du côté des techniques de récyclage, mais de grâce, donnons la chance à ceux qui veulent apprendre l'informatique de le faire avec des ordinateurs de seconde main.
  • Des ordinateurs d'occasion en Afrique, c'est un mal, mais un moindre mal. En fait, il est vrai qu'écologiquement c'est pas propre mais vu qu'il est difficile d'acquérir un ordinateur neuf en Afrique, les ordinateurs d'occasion font bien l'affaire et permettent à beaucoup de gens de se familiariser avec l'informatique.
    Nous ferons donc mieux de penser à mettre en place des usines de récyclage en Afrique.
  • La mondialisation et le développement sans précédent des N TIC ont fini par façonner et uniformiser les modèles de consommation des populations.Ainsi, les produits et services consommés par les populations du SUD sont de même nature que ceux utilisés par les populations du NORD.Cependant ,le caractère extraverti des économies du SUD fait qu'on y consomme des produits et des services de qualité moindre ou de seconde main.A ce titre ,les équipements électroniques et informatiques n'échappent pas à la règle.Autant ,on ne saurait douter de l'utilité de ces équipements,autant on ne saurait ne pas se rendre à l'évidence qu' en fin de vie,ils posent bien des problèmes à causes de leurs déchets .Ces déchets contiennent des éléments toxiques pour la santé et l'environnement.Sous ce rapport,la gestion de ces déchets -du fait de la vacuité législative du statut des déchets des équipements électroniques et informatiques, dans les pays du SUD-reste une équation à résoudre pour prévenir les problèmes sanitaires et environnementaux liés à leur utilisation.
  • Bonjour à tous,

    Encore une fois, il n'est surtout pas question dans cette discussion de stigmatiser ceux qui n'ont pas les moyens de s'acheter du matériel neuf . La partie la plus polémique de l'affaire concerne les entreprises qui enverraient du matériel sachant pertinemment qu'il en fonctionne pas pour faire des économies de recyclage dans leur pays d'origine. Par ailleurs il semble bien qu'il y aient plusieurs projets de recyclage en Afrique dont on reparlera bientôt,
    Anne-Laure Marie
  • l'outil informatique est indispensable pour l' épanouissement du peuple Africain , tout le monde n' a pas la possibilité de s'attraper un matériel neuf , voilà la raison qui pousse les gens à acheter le pc de séconde main .
    Que les autorités trouvent des solutions pour récycler les déchets informatiques .
  • moi je trouve que ce deverssemnt des déchets des ordinateurs en afrique explique le contexte de pauvrété dans ce continent et, aussi la fracture numérique qui tire de plus en plus l'afrique vers le bas ainsi que le pécimisme qui se fortifile autour du développement de ce continent pourtant fournisseur des matières 1ère qui enrichissent les pays riches
  • Je viens de remarquer que la page est désormais inaccessible, c'est pour cela que mon lien ne marche pas. Désolée. En tapant sur google henst technologies on tombe sur un lien ANR : Don de matériel informatique et en cliquant sur "en cache" on peut encore lire ce qui suit :

    Don de matériel informatique :
    Henst Technologie
    Übersetzungen
    Helmpth-Baochle-Str. 18
    D-72135 ESSLINGEN GERMANY
    Email : germanyhenst@googlemail.com


    Pour le renouvellement de notre parc informatique, Henst Technologies a décidé de faire don de ces matériels informatique de dernière génération remise à neuf à toutes les associations ou aux organismes de jeunes du monde entier qui seront dans le besoin.

    Nous faisons don des matériels suivants :
    168 Ordinateurs portable de marques Dell, Toshiba, HP, Sony
    342 Ordinateur Ecran LCD - Unités Centrales de marque Fuji Tsu Siemens
    110 imprimantes Laser de marque Canon
    188 Scanner de marque Canon

    Pour faire une demande de donation, veuillez nous écrire à notre adresse mail ci-dessus. Nous vous ferrons parvenir les modalités d'octroi et le formulaire de demande.

    NB : Veuillez nous adresser votre demande uniquement à notre adresse mail suivante: germanyhenst@googlemail.com pour avoir les modalités d'octroi et le formulaire de demande.

    La commission Kenst.
This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...