Abdoulaye Wade:« On a créé des fonctionnaires, mais pour l’action il y a rien et des budgets de 80% de fonctionnement contre 30 seulement pour l’action»

Mon œil de professeur de philosophie dans un lycée et dans quelques classes ne pe permet pas d'atteindre cette profondeur dans la vie l'Etat sénégalais où avec son « microscope » de « professeur » et de président,Abdoulaye Wade aurait dans ses investigations criminelles,découvert des ennemis de la nation.Dans le cadre du diagnostic de la santé des Etats africains fêtant leur indépendance,il me semble que c'est en toute sincérité patriotique et citoyenne,une révélation de taille à classer parmi celles des grands inspecteurs de police et des autres enqêteurs qui traquent la criminalité dans ses diverses formes.Malgré le très faible éclat de mes yeux et de ma conscience et de ma raison avide de justifications solides,théoriques ou historiques,il me semble avoir eu depuis longtemps une vague intuition de ce malaise au sein de notre Etat.

Dans l’esprit de la rationalité, les coûts doivent nécessairement et partout être soldés par les résultas, matériellement ou moralement ou psychologiquement. Dans l’esprit de la rationalité, aucune entreprise familiale ou étatique ne prend jamais plus de bras ou de machines ou de voitures ou de carburant ou de vacances qu’elle n’a besoin. De même aucune entreprise sérieuse qui protège un bien précieux ne prendrait jamais n’importe quel gardien pour veiller sur sa vie et sur ses biens. S'il y a un désordre dans la circulation, il est possible d'en supposer un autre ailleurs dans la vie de l'Etat.Or désordre n'est jamais un lieu favorable pour abriter la naissance et la conservation de l'indépendance et de la liberté dans la vie d'un homme ou d'un peuple.Cinquante ans d'indépendance et nous sommes encore dans l'univers du désordre et de l'irrationnel jusque dans l'Administration:qui n'a d'ailleurs jamais vu une voiture de l'Administration sénégalaise rouler en plein jour sur les trottoirs des chemins de Dakar ou même ailleurs quand l'impatience et pas l'urgence heurte mortellement l'ordre?

A quels besoins répondent véritablement 2,3, 4,5 ou même 7 voitures pour une seule personne dans la semaine et dans un tout petit pays ?

Créer des mangeurs et des buveurs et des fumeurs et des renifleurs de budget qui ne font rien est qualifiable de crime économique contre l’entreprise d’Etat ou n’importe quelle autre. Comment un proviseur ou un professeur ou un autre agent de l’Etat peut-il se détacher sans permission et sans nécessité de son poste pendant 1 mois sinon même plus sans que rien ne lui arrive ? A quoi servent tous ces inspecteurs de la vie scolaire qui ne savent véritablement rien de la vie scolaire quotidienne ? A quoi servent ces inspecteurs lorsque au nom de l’établissement et des élèves ont dégage un budget pour acheter des livres alors que l’on ne voit jamais ces livres ?

Personne ne peut nier l'urgence du travail de la police et du policier lorsque la sécurité augmente ou de manière plus visible, lorsque le taux de criminalité de toutes sortes diminue. Mais où est le mérite de l'augmentation du salaire d'un enseignant quand après cela on ne voit point que le taux de réussite et la qualité du produit de l'enseignement a augmenté? Comment peut-on comprendre encore dans le domaine de l’enseignement qui mange 40%du budget national que le niveau des élèves et celui des enseignants soient de plus en plus bas et leurs compétences de plus en plus douteuses selon le même « microscope » du même président qui s’interrogeait ainsi un jour : « Je me demande si nos professeurs ont les compétences pour enseigner » les savoirs qu’il faut à nos enfants, « notamment les mathématiques ».

Le paradoxe:les milliards d'euros et d'autres monnaies entrent de plus en plus dit-on dans l'Etat,les dépenses de fonctionnement de l'Etat augmentent,il mange de plus en plus beaucoup et diversifié et boit pareillement et s'instruit pareillement et malgré toute cette boulimie,l'Etat et le puple deviennent de plus en plus faibles dans tous les domaines.Qui donc mange et boit ce que l'Etat et le peuple doivent manger et boire?Aujourd'hui on peut ne pas savoir mais demain la réponse viendra.

Un Etat ou une nation véritable qui vit,pense et agit en toute indépendance et en toute lierté dans le monde, c'est toujours dans l’histoire, des femmes et des hommes, des adultes et des enfants bien éduqués, hautement qualifiés dans les divers domaines où l’homme livre ses guerres contre la nature et contre l’homme.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...