"Photo prise par Guejopaalgnane à la cité Fadia à Dakar lors de la campagne électorale"

A l'intérieur du pays comme à l'extérieur,notamment aux Observateurs de France24 la question se posait: "Le Sénégal peut-il se passer d'Abdoulaye Wade? " D’autres renversaient la question: "Abdoulaye Wade peut-il se passer du Sénégal et de son palais présidentiel ?"

"Photo prise par Guejopaalgnane au village"

La réponse à la première question est connue de tous depuis le dimanche dernier 25 mars 2012. Les sénégalais ont apporté la réponse ainsi que bientôt les français apporteront leur réponse à la même question. Sur la deuxième question, beaucoup se sont encore trompés: le recours à la force n'a pas eu lieu: le choix de la démocratie et de la paix a pris le dessus sur le choix des armes.

Au lendemain de sa défaite très vite reconnue face au peuple qui accompagna Macky Sall dans les urnes du 25 mars dernier, bien avant la voix d'un conseil constitutionnel dont la crédibilité est affectée depuis la validation de la troisième candidature du président maintenant déchu,  Abdoulaye Wade a rendu visite aux autorités religieuses de Touba et à celles de Tivaone. Peut-être qu'il rendra visite au cardinal. Dans la ville sainte de TIvaone, Abdoulaye Wade a fait savoir au khalife général de la confrérie des tidianes: « Je n’irai nulle part ailleurs, je reste au Sénégal parce que je suis sénégalais. » Que signifient ces propos ?

Au terme de leur mission de président de la république du Sénégal, Senghor et Abdou Diouf ont quitté le Sénégal pour aller vivre ailleurs. Les propos d'Abdoulaye Wade peuvent être reformulés ainsi en guise de réponse à ses prédécesseurs: Ceux qui pensent que je ne peux pas vivre en dehors de ce palais que l'occupe depuis 2000 seulement, se trompent  car "Dès lundi prochain je vais quitter le palais présidentiel . Mais contrairement à mes prédécesseurs, « Je n’irai nulle part ailleurs, je reste au sénégal parce que je suis sénégalais. » Que vaut cette différence ?

Entre les trois présidents Senghor, Diouf et Wade, il y a aussi cette différence qui apparaît dans les propos d'Abdoulaye Wade devant le marabout: « Karim aussi pourra rester au Sénégal s’il le désire ; il y a beaucoup de banques qui lui ont déjà fait des propositions. Ceux qui pensent qu’il est coupable parce qu’il a été ministre sous mon autorité se trompent, parce qu’ils ignorent qu’il ne suffit pas d’être ministre pour être responsable ». Ni Senghor, ni Diouf n’avait besoin de cette précision. Qu’est-ce que l’ex président Abdoulaye Wade a voulu dire d'autre?


Il y a de cela quelques mois seulement, l’ex porte-parole de la présidence, le très véridique ou alors très inquiet Serigne Mbacké Ndiaye révélait ce grand secret au peuple sénégalais : « Si nous perdons le pouvoir, nous devrions tous aller en prison ».Abdoulaye Wade n'avait pas démenti et personne d'autre n'avait démenti ni porter plainte malgré la gravité de l'aveu ou de l'accusation. C'était la condamnation de tout un système et de tous ses agents de conception et d'exécution: de l'intérieur. Le peuple et le monde entier étaient sans doute scandalisés à moins que le scandale ne se définissent maintenant autrement par les modernes. Ont-ils encore déjà oublié?

Peut-être, puisque durant la campagne électorale,le candidat  Abdoulaye Wade se plaignait du fait que les sénégalais "oublient très vité" , pour dire qu'ils sont ingrats parce qu'ayant oublié tout le bien qu'il eu à penser et à réaliser pour le pays. L'oubli n'est pas toujours une bonne chose. Quelquefois il est préférable de tout oublier que de vouloir se rappeler jusque dans les moindres détails. Le Sénégalais n’oublie pas nécessairement très vite, mais il me semble qu’il est habité par une grande force qui lui permet de pardonner sans oublier.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • J'ai contribué à un article des Observateurs de France24 dont le titre est "Le Sénégal peut-il se passer d'Abdoulaye Wade?" Je veux dire que c'est face à la même question que se trouve les français qui iront bientôt aux urnes pour répondre à la question "La France peut-elle se passer de Nicolas Sarkozy? "autrement dit est-il toujours majoritaire parmi ceux qui se décideront à voter?

  • C'est du bleuf que de croire tout le cinéma que fait Wade en ce moment après sa défaite: pure hypocrisie de politicien, j'attends de voir pour changer d'avis sinon pour l'instant il ne m'inspire aucune confiance; faites comprendre à Maky de s'en méfier beaucoup !

    Enfin je ne comprends votre point de vue à propos de la postion de la France sur la fin de cette élection : "Les Sénégalais ont apporté la réponse ainsi que bientôt les français apporteront leur réponse à la même question." Que voulez vous dire SVP,

This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...