Par Jean Elie Paul

P-au-P, 13 mai 2014 [AlterPresse] --- « Haïti ne sera pas un pays émergent en 2030, si notre système éducatif ne se réforme pas », fait savoir Josette Bruffaerts-Thomas, présidente d’Haïti-Futur (une organisation franco-haïtienne versée dans l’éducation numérique et l’entrepreneuriat social en Haïti), lors de la signature d’une convention pour mener un projet d’électrification de 500 écoles, qui seront bientôt équipées de tableaux numériques interactifs (Tni).

Un saut technologique permettrait d’améliorer significativement l’enseignement en Haïti et de faire face aux problèmes aigus, auxquels il est confronté : classes surchargées, élèves surâgés, enseignantes et enseignants peu formés, méthodes pédagogiques désuètes, estime Josette Bruffaerts-Thomas.

Toutes les écoles en Haïti pourraient, alors, disposer d’un même outil et des mêmes cours développés.

« Cela veut dire qu’il n’y aura plus d’enfant pauvre, d’enfant riche, d’enfant de milieu rural, ou enfant de milieu urbain. Tous les enfants auront le même outil technologique pour apprendre, puisqu’avec la technologie, le vocable d’en dehors n’existe pas, parce qu’en dehors sera en dehors de la technologie », insiste cette professeure à l’Université Paris-Dauphine en France, également enseignante au Conservatoire national des arts et métiers, et présidente de l’entreprise Haïti-Futur.

Le tableau numérique interactif est très utilisé chez les personnes handicapées, chez les jeunes qui ont des déficiences visuelles ou auditives, pour leur permettre d’apprendre. Cet outil va être utilisé à la localité La Montagne de Jacmel (Sud-Est), à Cité Soleil (Ouest), chez les Frères de Saint-Louis de Gonzague, au Collège Sacré Cœur et au Lycée Alexandre Dumas Fils (Lycée Français d’Haïti), établissements situés à Port-au-Prince.

« L’éducation c’est l’arme la plus puissante pour changer le monde. Déployons cette arme de construction massive, avec la puissance de la technologie pour changer Haïti, pour changer nos écoles et valoriser les enseignantes et enseignants, parce que beaucoup de professeurs sont autonomes aujourd’hui avec ce tableau numérique ».

Grâce à l’appui des partenaires en France, l’organisation Electriciens sans frontières contribuera au financement du projet par une donation de matériels (1,200 panneaux solaires, 5 mille ampoules de basse consommation et 500 lots de matériels électriques), dont le montant avoisinera 1,200,000.00 dollars américains (US $ 1.00 = 46.00 gourdes ; 1 euro = 65.00 gourdes aujourd’hui).

Sur recommandation du Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp), l’organisation Haïti-Futur s’est appliquée à développer, en Créole et en Français, les contenus pour les deux premières années fondamentales, pour les cours de Français, de mathématiques et de sciences expérimentales.

En 2012, suite à un concours lancé par l’Usaid et AustralianAid, Haiti-Futur a obtenu un premier prix sur 75 pays ayant participé. L’intégralité du montant de 286 mille dollars américains, correspondant au prix, a été versée à l’Ecole supérieure d’infotronique d’Haïti (Esih), où une équipe de création de contenus numériques se penche sur les contenus spécifiques pour les cours de Créole et de sciences sociales, à partir des transferts d’expertises avec des professionnelles et professionnels.

« Nous sommes à l’aube d’une très grande révolution en matière d’enseignement. Dans un pays comme Haïti, qui a beaucoup à maitriser en matière d’enseignement, qui a un système éducatif très éclaté, l’enseignement numérique peut représenter une formule à laquelle nous devons apporter toute notre attention », clame Bruno Asseray, un représentant de l’Ambassade de France en Haïti.

En avril 2012 et juillet 2013, 180 tableaux numériques et 500 autres matériels ont été, respectivement, donnés par l’Etat français au gouvernement d’Haïti.

Les 700 tableaux interactifs, qui devraient encore être installés à travers le pays, ne devraient pas permettre de couvrir les 17 mille écoles dans le pays.

Seulement quelques centaines, parmi ces 17 mille écoles fondamentales répertoriées à travers le pays, expérimentent ce projet d’éducation numérique.

Avec des supports d’ 1,5 million de dollars américains du gouvernement français et 4 millions de dollars de la Banque Mondiale, le projet d’éducation numérique devrait être étendu à d’autres écoles, indique le Ministère des travaux publics, transports, énergie et communication (Mtptec). [jep kft rc apr 13/05/2014 11:25]

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted a blog post
Les récentes législatives et l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba ont ravivé certaines…
4 févr. 2019
mapote gaye posted a blog post
Ceci après avoir publié par «erreur» l’information selon laquelle la présidente du Sénat,  Lucie…
4 févr. 2019
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv. 2019
Plus...