La bergerie suisse

Ne faut-il pas, tous comptes faits -surtout ceux des décomptes de voix des élections parlementaires du 21 octobre- rendre à Blocher ce qui revient Blocher, à savoir sa fulgurante intuition que la Suisse n'est pas une grande banque aux numéros de comptes bien préservés, mais bel et bien une vaste bergerie où les moutons sont effectivement bien gardés?

undefined

Cela fait des années que l'UDC (voir billet précédent) prépare le bon pâturage à broûter, à grand renfort d'affiches plus nauséabondes les unes que les autres, à travers moult coups médiatiques faisant les délices d'une télévision si policée normalement que les journalistes laissent passer n'importe quelles énormités (insultes comprises) proférées par ces braves bergers, accompagnés de leurs chiens, du moutonneux peuple suisse sans émettre le moindre son, par des campagnes aussi agressives que mensongères (c'est bien connu, plus l'énormité est énorme, plus elle passe facilement...) et ciblés principalement sur les étrangers, les requérants d'asile, les musulmans, les homosexuels, les marginaux (pour les amis français - voir aussi billet précédent: oui, oui, il y en a aussi en Suisse) et autres gauchos (ce qui pour eux comprend un large spectre idéologique).
Bon, les autres partis politiques sont dépassés, ne savent pas quoi faire d'autre que d'essayer de sauver ce qu'il reste à sauver comme voix. C'est pathétique, mais ils semblent tellement terrifiés qu'ils en perdent toute mesure des réalités et fraient ainsi le chemin aux moutons: les bergers et leurs chiens ne doivent pas en revenir de tant de facilité. Ils n'ont même plus besoin de faire la désalpes, le troupeau vient tout seul à eux. Mais dans le paysage politique idyllique ne manque-t-il pas quelque choses? Hum. Voyons voir. La politique, un pouvoir qui se partage en trois domaine...et mais oui, bien sûr! Un quatrième pouvoir! Celui de la presse.
Et oui, il a fallu cette fameuse affiche, et surtout le fait qu'elle soit détournée et taguée dans de nombreux cantons par quelques citoyens qui ne supportent plus cette polution idéologique, pour qu'elle se réveille d'un coup...et même se lève presque comme un seul homme, enfin mouton. Et oui, les moutons sont partout. Personne ne veut être le mouton noir de l'affiche et lever la main au milieu de la foule et poser les questions qui dérangent, rectifier les faits et dénoncer les abus. Dans le même mouvement quelques politiciens ont aussi réagi, tellement mollement que cela en est pathétique: par exemple, Pierre Vaneck, candidat de la liste Solidarité(s) (pour nos amis français - si ce n'est déjà fait, voir le billet précédant, c'est le parti genevois entre le parti socialiste et le parti du travail, ce qui en suisse romand veut dire communiste) tout en s'insurgeant contre cette affiche raciste a déclaré que cela ne servait à rien de porter l'affaire devant la justice, cela ne les empêcherait pas de continuer! Belle logique: c'est certainement en ne faisant rien que cela les freinera dans leurs ardeurs racistes et xénophobes de plus en plus débridées!

Petit florilège de loin non-exhaustif. Même les bébés en prennent pour leur grade! Mais le plus intéressant, ce sont les affiches au graphisme national-socialisant: il y a 4 ans, ils utilisaient beaucoup plus ce procédé qu'à présent, mais personne ne semblait s'en offusquer plus que cela, ni la presse ni les politiciens ni la justice, bien qu'il faille reconnaître que si personne ne saisit cette dernière, elle ne risque pas d'auto-produire des gardes-fous à la bergerie bien-heureuse.

undefined

undefined
http://info.rsr.ch/fr/rsr.html?siteSect=200101&sid=4708067&cKey=1076335253000
Les rats rouges représentent les partis de gauche qui veulent ruiner la Suisse par leurs propositions fiscales (et qui veulent certainement tondre la laine du mouton directement sur son dos...mais là j'extrapole...)

undefined

et pour la bonne bouche, encore une fois les moutons, plan large cette fois:

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Brève trouvée dans L'Hebdo No.41:

    L'UDC dans la trappe aux moutons

    Au cours d'une émission de la radio locale BE1, le modérateur a appelé la centrale suisse de l'UDC, prétextant être un éleveur de moutons noirs choqué par l'affiche du parti. La secrétaire de service a calmé le jeu en prétendant qu'il n'était pas question de bannir les moutons noirs de la Suisse: "Nous ne voulons expulser que les personnes, pas les animaux!" En soulignant par ailleurs que, chez les moutons, les noirs sont les mêmes que les blancs...
    MSA
  • Il y a 4 ans, de passage pour le boulot à Genève, je me retrouve aux Pâquis, devant l'arrêt de bus du 1 devant la Coop et je vois un candidat UDC faisant campagne dans le quartier d'une manière agressive, en interpellant les gens qui attendent le bus, qui ne veulent pas lui parler, mais lui, ne se démontant pas, continuant à les accoster et à les forcer au "dialogue" par l'argument (à ses yeux) imparables: "mais vous savez, il ne faut pas croire ce que disent les journaux sur nous". Je me dévoue donc pour répondre à ce monsieur qu'il n'est pas obligé de prendre les citoyens pour des abrutis, qu'ils peuvent et savent se faire une opinion seuls, il suffit pour cela de les lire et les écouter et surtout regarder leurs affiches qui rappellent allègrement celles de la propagande fasciste de l'entre-deux guerres. La seule chose que ce monsieur à su me répondre, c'est de me demander de quelle guerre je parlais...
  • UDC peut se traduire pour un suisse normal par union des catastrophes. C'est un désastre à l'interne et de même sur le plan de l'image internationale.
This reply was deleted.

Récemment sur l'atelier