Une victime de Poliovirus à Kalemie au Katanga en RDC

Le Commissaire de district du Tanganyika, Jean-Félix Ilunga Mpafu, a présidé mercredi, 17 septembre 2014 à la Place Kisebwe de Kalemie, la cérémonie du lancement de la Campagne de lutte contre le poliovirus sauvage au Nord Katanga. Les activités de la campagne qui sont supervisées par le Programme Elargi de Vaccination, PEV, bénéficie d’un financement de l’OMS et de l’Unicef. La nouvelle campagne de lutte contre le poliovirus sauvage cible cinq cent douze mille deux cent vingt et un enfants de zéro à cinquante-neuf mois vivant au Tanganyika. Elle survient au moment où les acteurs engagés dans la lutte observent depuis trois ans l’absence d’un seul nouveau cas de poliovirus sauvage dans la région. La maladie a affecté en 2011 douze cas détectés et confirmés par le laboratoire de l’Institut national de recherche biologique, INRB, à Kinshasa dont cinq victimes à Ankoro, trois à Nyunzu, deux autres à Kabalo, un à Kongolo et une autre encore à Mbulula. Les acteurs impliqués dans la lutte contre le poliovirus sauvage appellent encore à la mobilisation des communautés afin participer à l’éradication du poliovirus sauvage dans la région, les vaccinateurs adoptent au cours de cette opération, la stratégie de porte à porte pour atteindre les enfants ciblés par la campagne. Ils accompagnent à cette stratégie, les activités de plaidoyer menées dans les zones à problèmes de réfractaires. A Manono, par exemple, le lancement a été fait dans le camp des adeptes d’une secte de réfractaires à la vaccination dans le village de Kanteba à 7 km de Manono centre. C’est aussi le cas d’Ankoro, en territoire de Manono toujours, les activités de campagne ont été lancées dans un site où sont regroupées de nombreuses populations autochtones Pygmées n’ayant pas encore été ciblées par des campagnes de vaccination. Le Médecin responsable du PEV explique la répétitivité de la campagne organisée dans la zone par le souci des acteurs de contrer le grand risque d’importation du poliovirus sauvage d’autres pays de la région. Le Dr Collard Madika a indiqué qu’en 2014, huit nouveaux cas de poliovirus sauvage viennent d’être détectés dont cinq en Guinée Equatoriale et trois autres au Cameroun. A ces facteurs qui favorisent la propagation du virus, se retrouvent aujourd’hui le mouvement des milliers de populations provoqué par l’insécurité qui sévit dans la zone à cause de la présence des Mai Mai et Kata Katanga et enfin, les conflits inter communautaires ayant jeté dans la rue des milliers d’autres populations vulnérables.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

ziad maalouf posted a blog post
L’Atelier des médias est allé en Turquie pour enquêter sur la liberté d’expression dans le pays. No…
26 déc. 2017
Mélissa Barra posted a blog post
Le 8 décembre 2017 s’est tenue à Paris la remise du Prix Numérique et Transparence. Il récompense d…
15 déc. 2017
ziad maalouf posted a blog post
Nées il y a douze ans en France, les conférences gesticulées désignent un exercice d’expression en…
20 oct. 2017
ziad maalouf posted a blog post
En 2005, Anjan Sundaram renonce à de brillantes études de mathématiques aux États-Unis pour partir…
18 oct. 2017
Plus...