20è anniversaire de l’Anader

Le Développement de l’agriculture confronté à l’engagement politique

La salle de conférences du ministère des Affaires Etrangères a servi de cadre au lancement du 20ème anniversaire de l’Agence nationale d’appui au développement rural. Cette cérémonie d’ouverture vendredi 13 septembre 2013, a permis de savoir, après certaines interventions dont celle du ministre de l’Agriculture Mamadou Sangafowa Coulibaly et du Dg Dr Cissé Sidiki, que le développement de l’agriculture en Côte d’Ivoire est confronté à un réel engagement politique.

Dire qu’il n’y a pas la volonté politique pour accompagner de l’Agence nationale d’appui au développement rural (Anader) en Côte d’Ivoire, c’est prêcher le faux.

Le ministre de l’Agriculture, Mamadou Sangafowa Coulibaly, représentant le Premier ministre en sa qualité de parrain, a encouragé les organisateurs. « Il ne peut pas avoir de développement rural sans l’Anader », a-t-il soutenu.

Mais, qu’est-ce qui est fait concrètement pour accompagner cette volonté politique et lui donner un sens, voire un contenu? En somme, quelles sont les mesures prises qui engagent l’Etat à faire sortir les agriculteurs ou producteurs de la précarité, depuis la naissance de l’Anader le 29 septembre 1993 ? Quand on sait que, selon la volonté de feu Félix Houphouët-Boigny, cette structure est née de la fusion de trois ex-sociétés de développement sectoriel, à savoir la Compagnie ivoirienne de développement des vivriers (Cidv), la Société d’assistance technique à la modernisation de l’agriculture en Côte d’Ivoire (Satmaci) et la Société pour le développement des productions animales (Sodepra).  «A la différence des ex-Sode, jugées trop onéreuses et n’ayant pas permis une réelle maîtrise des techniques agricoles par les producteurs assistés sous plusieurs formes (distribution gratuite d’intrants, primes en espèces, prêts en nature rarement remboursés, etc.), l’Anader apparaissait comme une solution à la multiplicité d’intervenants au niveau d’un même exploitant. La création de l’Anader devrait aussi résoudre le problème de coût élevé de l’encadrement, de la forte implication des agents d’encadrement dans les activités qui incombent à l’exploitant et qui font de lui un simple exécutant, de l’insuffisance de formation conséquente (encadrement dirigiste) », a soutenu le Dg de l’Anader, Dr Cissé Sidiki.

 

L’Etat a failli

 

La crise militaro politique survenue en 2002 a mis en les activités de l’Anader en veilleuse. En conséquence, le financement de la banque mondiale a été brutalement arrêté en 2003, alors que, conformément aux textes de sa création, l’Anader a vu son statut évolué en 1998, passant de société d’économie mixte de type particulier avec plus de 90% de participation de l’Etat au capital social de 500 millions de FCFA, à une société anonyme à participation minoritaire de l’Etat (35%) à ce même capital. Au point où, le Directeur général du groupe américain Cargill pour l’Afrique de l’Ouest, Lionel Soula, a annoncé, au cours de cette cérémonie, que son groupe a investi 1,8 milliard de FCFA dans la formation de 60 000 planteurs de cacao ivoiriens.

 

 De nouveaux enjeux, talon d’Achille

 

Au niveau de la Cedeao, il y a des orientations. Concernant les investissements, il y a la volonté de cette communauté de mettre 10% à l’actif des agriculteurs. Mais, dans sa mise en œuvre la volonté politique prend un coup. Or, selon certains observateurs, le développement devrait accompagner le politique et non le contraire. Ce ne sont pas les chercheurs qui manquent. Mais, les résultats font état de ce que toutes les recherches restent dans les tiroirs. Pourtant, les pays comme la Chine, le Brésil et autres mettent beaucoup l’accent sur le travail des chercheurs en y mettant le prix.

 

Quelques résultats significatifs

 

Malgré les difficultés liées à la crise ivoirienne, l’Anader n’a pas baissé les bras. Bien au contraire elle a su tisser des partenariats qui lui ont permis de poursuivre sa mission auprès des populations rurales. Dans la période de 2005 à 2012, l’Anader a pu aider les producteurs de la filière café cacao à créer environ 40 000 ha de verger de cacao, soit une moyenne de 5 000 par an, et 800 ha de café avec du matériel végétal performant selon le Dg. Depuis 2010, ce sont environ 50 000 acteurs de la filière (producteurs, gérants et dirigeants de coopérative, employés) que nous formons chaque année, aux bonnes pratiques de récoltes et post-récolte, à travers des coopératives pour la certification. Des appuis sont aussi apportés à des producteurs d’anacarde, de palmier à huile et d’hévéa. En matière de sécurité alimentaire, les interventions de l’Anader ont touché les producteurs de vivriers et de légumes, ainsi que des éleveurs et pisciculteurs. L’Anader a aidé plusieurs collectivités territoriales à élaborer leurs plans stratégiques de développement et appuyé au montage de projets ou à leur mise en œuvre. Face à la pandémie du VIH qui nécessite des actions vigoureuses et multisectorielles, L’Anader s’est engagée à prendre une part active dans la lutte contre ce fléau mondial qui a gagné le milieu rural ivoirien. Ainsi, en plus de la lutte qu’elle mène au sein de son dispositif, l’Anader met en œuvre, avec succès depuis près de 10 ans, le projet Pepfar. « Avec le retour à la paix, les appuis de l’Anader aux filières agricoles ont été relancées grâce à la réforme de la filière café cacao, à l’accroissement de la demande en nourriture dans la sous région ouest-africaine à cause des menaces de crises socio politiques, et à la volonté des pouvoirs publics », soutient Dr Cissé Sidiki.

L’Anader a démontré sa capacité à influencer positivement le développement agricole du pays au regard des résultats importants obtenus dans le cadre du Pnasa. En outre, malgré ses difficultés actuelles, elle donne la preuve de sa capacité à répondre efficacement aux demandes, dans la mesure où les moyens d’actions lui sont fournis en compensation de ses services.

Toutefois, pour que son action s’inscrive dans la durée et par conséquent dans une perspective de moyen et long terme, il importe que les actions de l’Etat et des partenaires en faveur de l’Anader, soient renforcées, mieux coordonnées dans l’espace et dans le temps.

                                                                                          Sériba Koné

                                                                                          seriba67@yahoo.fr

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted a blog post
Les récentes législatives et l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba ont ravivé certaines…
4 févr. 2019
mapote gaye posted a blog post
Ceci après avoir publié par «erreur» l’information selon laquelle la présidente du Sénat,  Lucie…
4 févr. 2019
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv. 2019
Plus...