700 milliards de dollars que le gouvernement américain devra perfuser dans les entreprises mises en difficulté depuis la complication de la crise financière il y a une semaine et demie, telle est la solution préconisée par Alan Paulson (plan Paulson), le secrétaire américain au Trésor, pour juguler cette dernière et espérer retrouver un équilibre dans les marchés. Le besoin de liquidité alors que le marché interbancaire se constipe est avéré, et l’introduction de liquidité semble être la seule issue. Les blocages apparaissent qu’il devient question de l’origine des fonds que le privé n’est pas prêt à assumer compte tenu du risque perçu. Le Congrès, démocrate en majorité, hésite à offrir au détriment des contribuables une sortie trop facile à ces entreprises qui se sont amusés à prendre des risques inconsidérés. Le Bureau Fédéral d’Investigation (FBI) a d’ailleurs annoncé qu’il mène des enquêtes en vue d’établir les responsabilités des uns et des autres pour ce qui concerne Freddie Mac et Fannie Mae, les deux géants de refinancement hypothécaire résidentiel, qui auront échappé à la faillite grâce à une mise sous tutelle par le Trésor. N’est-ce pas là le grand retour du keynésianisme et de l’interventionnisme de l’Etat comme on l’avait déjà vécu lors de la crise économique de 1929 ? Une fois encore, le système ultralibéral régulé par la "main invisible" montre ses limites. Et comme en 1929, l’Etat se voit obliger d’intervenir en jouant plus que le rôle d’un régulateur, mais également celui d’un acteur. C’est ainsi qu’après la mise sous tutelle par le Trésor de Freddie Mac et Fannie Mae, et l’octroi de 85 milliards de dollars de prêt à l’assureur American International Group (AIG), le gouvernement américain sollicite l’accord du Congrès pour mettre en œuvre le plan Paulson. En 1929, l’intervention de l’Etat s’était traduite dans un premier temps par une injection de crédits publics ; puis par la dévaluation du dollar et, l’accentuation du pouvoir régulateur de l’Etat à travers des lois (Emergency Bank Act) et des organismes (Federal Deposit Insurance Corporation, Securities and Exchange Commission), pour ne citer que les mesures financières et monétaires. Par ailleurs, les entreprises avaient été invitées à adhérer à des codes de concurrence loyale (avec le label : "we do our part") afin de bénéficier d’aides de l’Etat, outrepassant de facto les principes de la libre concurrence et les lois antitrust.
Si on devait ces observations au découpage des cycles économiques, on pourrait être amené à conclure qu’en phase de prospérité et même de croissance, il y a une tendance au libéralisme voire à l’ultralibéralisme, on aboutit à une quasi-disparition de l’intervention de l’Etat. A contrario, pendant la période de crise, le bon vieux Keynes est ressuscité et l’Etat devient un acteur majeur jusqu’à l’atteinte de la croissance. Il semble donc clair qu’aucun système ne doit passer pour la panacée, pour le système passe-partout qui pourrait être efficace en toute situation.
FKY

Vues : 16

Commenter

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Atelier des médias

Écoutez !

RFI sur Youtube

La vie de la communauté

Icône de profilmekfouldji, Mariemot, Ahmed Sy et 3 se sont joints à Atelier des médias
il y a 45 minutes
Billet de Francis Pisani
il y a 2 heures
Clara-Doïna Schmelck a partagé son billet sur Twitter
il y a 4 heures
Clara-Doïna Schmelck a partagé son billet sur Facebook
il y a 4 heures
Clara-Doïna Schmelck a partagé son billet sur Facebook
il y a 4 heures
Clara-Doïna Schmelck a promu le blog La dure réalité des lanceurs d'alerte de Simon DECREUZE
il y a 4 heures
Clara-Doïna Schmelck a promu le blog Les réseaux sociaux ont-ils une ligne éditoriale ? de Marie-Catherine Beuth
il y a 4 heures
Billet de Mariette Yao

Cote d'Ivoire: les réseaux sociaux au service des ONGs

Les réseaux sociaux, avec le nombre d'utilisateurs qui ne cesse d’accroître (1,260,000 abonnés Facebook en avril…Plus
il y a 8 heures
Raphaelle Constant a promu le blog La dure réalité des lanceurs d'alerte de Simon DECREUZE
il y a 20 heures
Billet de Marie-Catherine Beuth
il y a 20 heures
DIAKITE Ibrahima Kalil a partagé son billet sur Facebook
il y a 21 heures
Billet de DIAKITE Ibrahima Kalil

L'AFRIQUE SOUS LE NOM DE "PARADOXTAN" AU ZENITH DU DESESPOIR

L’Afrique est la portée existante du mot «Paradoxe» et cette situation me semble être une plaie saignante pour le monde, qui mérite attention et soins intensifs par des toubibs qualifiés d’ici et d’ailleurs car, les bandages d’infirmier n’ont rien…Plus
il y a 21 heures
Icône de profilRFI | Atelier des médias via Facebook
Miniature

Lancer l'alerte oui, mais pas n'importe comment !

La dure réalité des lanceurs d'alerte

atelier.rfi.fr

Ils…

Plus
Facebookil y a 22 heures · Répondre
Billet de Clara-Doïna Schmelck

Pourquoi le journalisme long format a un avenir sur le web

Produire l’info sur le long temps, nouvelle tendance des médias sur web ? Le 15 septembre, le NUMA, à Paris, organisait un débat autour d'un modèle qui fut longtemps l'apanage du papier : le journalisme « long format ».  Le format long sur le web,…Plus
il y a 22 heures
Icône de profilRFI | Atelier des médias via Facebook
Miniature

Et votre bureau, il est comment ? Suivez ce lien si vous voulez voir la vidéo : http://golem13.fr/evolution-of-the-desk/

Facebookhier · Répondre
Mahmoud Ag Al-Housseiny a publié un statut
"Bonjour! voici mon nouveau article:…"
hier

Photos

Chargement en cours…
  • Ajouter des photos
  • Tout voir

Mondoblog

© 2014   Créé par Philippe Couve et Simon Decreuze. Coordonné par Ziad Maalouf.

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation