Publications de abidjandirect.net (7)

Trier par
Le mardi 29 mars, le Président de la République Laurent GBAGBO par un communiqué a demandé un cessez le feu sur toute l’étendue du territoire.Mais comme d’habitude le camp Ouattara a manifesté un refus par l’attaque à l’arme lourde des positions des FDS.Depuis l’offensive militaire du camp Ouattara qui ne cesse d’endeuiller de nombreuses familles, le Président de la République de la Côte d’Ivoire , chef suprême de l’ armée, Gbagbo Laurent a demandé un cessez le feu immédiat sans condition pour permettre aux populations civiles qui souffrent déjà des effets collatéraux de la crise de bénéficier de l’assistance des organisations humanitaires telle que la croix rouge et d’offrir les premiers soins aux victimes des affrontements .Mais par dessus tout, il veut offrir une énième chance de règlement pacifique de la crise post électorale.Cette initiative illustre encore une fois les valeurs qui incarnent l’homme. C’est un homme de paix soucieux de la vie de ses compatriotes.Devant toute cette bonne volonté du Président Gbagbo, le camp Ouattara ne cesse de dresser ce qu’il sait faire le mieux : tuer.En effet après les attaques de Duékoué,Bloléquin, …ce sont d’autre villes de l’intérieur qui sont pris pour cible par les rebelles de Ouattara aidés par la Licorne, et l’ONU ci déterminés à prendre de force le fauteuil du président Gbagbo.Dans tous les cas ce n’est pas la première fois qu’ils agissent ainsi, l’on se souvient qu’au lendemain de l’investiture du Président GBAGBO, ils ont refusés sa main tendue, ce week-end, ils ont récusés la nomination de José Brito au poste de haut représentant de l’Union Africaine en Côte d’Ivoire, un manque de considération à l’égard cette institution qui le soutient dans ses dérives.Depuis le début le camp Ouattara est hors la loi et ne respecte aucunes institutions même. Le pouvoir leur est tellement monté à la tête qu’ils oublient ce qui constitue l’essence même de ce pouvoir ; le peuple .C’est ce peuple qu’il veut diriger qu’il tue en longueur de journée.Le Président Gbagbo est un homme de cœur qui veut le bien être de son peuple c’est pourquoi il a demandé le cessez le feu qui n’est pas un signe de faiblesse mais plutôt de grandeur.Certains font la politique d’autre suivent la politique et ne prennent aucun enseignement de ce qui pourraient les aider à devenir meilleur dans la politique.Comme des chiens qui salivent devant un morceau de viande oubliant que le morceau appartient à son maitre, ainsi le camp Ouattara agit devant le pouvoir oubliant que son maitre c’est le peuple qui a choisit le président Gbagbo.source : abidjandirect.net
Lire la suite...

ONU ci :Réunion secrète à Sebroko

Le Général togolais Bérénat, nouveau commandant des forces de l’Onu en Côte d’Ivoire a décidé d’achever la sale mission sécrète que Ban Ki-moon et Sarkozy ont imposé depuis la crise post-électorale à l’Onuci.

Une réunion s’est ténue au siège de l’Onuci à Sébroko, le lundi 24 mars dernier. Celle-ci a été présidée par le nouveau Chef d’état- major de l’Onuci, le Général togolais. A cette réunion, avec des motifs qui tranchent avec le mandat de l’Onuci en Côte d’Ivoire, étaient également présents deux commandants togolais, un Adjudant photographe togolais et le chef du contingent mercenaire nigérian.

Selon notre source, il a été question au cours de cette concertation de la position de l’Onuci dans les préparatifs de l’attaque du District d’Abidjan. En des termes plus clairs, le rôle que les éléments de Choi doivent jouer. Ainsi, entre autres préoccupations, il a été fait le point du dépôt des rebelles dans le District d’Abidjan et dans certaines villes de l’intérieur du pays. Aussi,il a été convenu que les contingents nigérians et togolais sont chargés d’achever le dépôt des rebelles du Golf vers les sites et localités prévues pour compléter en nombre les effectifs.Ce sont en tout : Abengourou : 25, Grand Lahou : 1O, Fresco : 10, Sassandra : 7, Moussadougou : 7 et San Pedro : 15. Rappelons-le,ces mercenaires vont s’ajouter à ceux qui sont déjà prés positionnés sur les lieux sur cités. Par ailleurs, il a été demandé à l’Onuci de bloquer les deux ponts et l’aéroport afin de sécuriser les populations cibles relativement à leur mandat.

Cela se voit, le nouveau commandant de l’Onuci n’a pas été nommé pour se croiser les bras. Après avoir annoncé dès sa prise de fonction que, ses soldats ne seront là que pour assurer les tâches régaliennes dues à leur mandat, le Général Bérénat se confond avec cette réunion qui a pour seul but de parachever la sale besogne que Sarkozy et Ban ki moon souhaitent de tous leurs vœux. Les billets de banques des casses de la Bceao venus de Dakar ont-ils commencé à faire leurs effets sur le nouveau commandant de l’Onuci ? Toute porte à le croire.

Y J C. correspondance particulière
Lire la suite...
Tôt hier matin, le département de Duékoué, s'est réveillé dans la tourmente. Selon des témoins que nous avons joints sur place, Duékoué a été attaqué sur quatre flancs: Guézon à 25 km au sud, Guehiebly à 26 km au Nord et certains quartiers à l'ouest de la commune. Même le quartier "Carrefour" qui accueille près de 12.000 déplacés depuis les évènements de janvier n'a pas échappé aux visées rebelles.Un véhicule de type 4x4, ayant à son bord des rebelles armés, a eu le culot de foncer droit dans la cour du Poste de Commandement (PC) des FDS, proche de la mission catholique qui accueille 20.000 déplacés. Sans sommation, il s'est mis à tirer sur les éléments FDS en poste. Dans un reflexe de légitime défense, ils ont pu venir à bout de leurs agresseurs. Pendant ce temps, le poste FDS de Guehiebly était débordé par un flot de rebelles venus de Man et Bangolo. Avec bravoure et intelligence, les éléments du Général Philippe Mangou réussiront à contenir l'assaut avant de se replier sur Duékoué, sauvant ainsi leur armement. Selon des agents en poste à l'hôpital de Man et au centre de santé de Bangolo, certains des rebelles blessés et évacués ont rendu l'âme à leur arrivée. D'autres sont encore dans un état grave.Débutés tôt le matin, les combats ont connu des accalmies par intermittence, notamment dans le quartier KOKOMAN d'où l'on apercevait par moments de la fumée. A partir 17H, l'ONUCI qui avait déjà escorté, en milieu de matinée, les rebelles jusqu'au corridor de Guitrozon s'est signalé dans le ciel par son hélicoptère, survolant la ville à basse altitude. Il s'en suivra un regain d'activisme de la part des rebelles, surtout que des informations faisaient état de ce que l'ONUCI avait établi un corridor à Dibobly (45 km au sud de Duékoué) à l'entrée du pont du fleuve Sassandra. L'occupation de cette position stratégique par l'ONUCI est de nature à empêcher l'arrivée de tout renfort à Duékoué où les populations sont livrées depuis la nuit dernière (lundi) aux exactions des rebelles. Après juin 2005, les populations de Petit-Duékoué et Guitrozon vivent à nouveau l'enfer, ces deux villages étant toujours aux mains des rebelles au moment de boucler notre journal. Le corridor de Guitrozon, à 500 m de la position de l'ONUCI, est contrôlé par les éléments des Forces Nouvelles. Toutefois, la ville de Duékoué reste sous le contrôle des FDS qui font face à une guérilla par certains endroits de la ville.Nouveau courrier
Lire la suite...
La femme a été célébrée hier, au complexe Jessie Jackson de Yopougon. Lors de cette commémoration, la première Dame a appelé ses sœurs à œuvrer pour la libération totale de la Côte d’Ivoire.La Côte d’Ivoire a célébré hier, à l’instar du monde entier, la Journée internationale de la femme. A l’initiative du ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, les femmes de Côte d’Ivoire ont en effet été magnifiées ce mardi 8 mars, au complexe Jessie Jackson de Yopougon. Evoquant l’épisode douloureux que traverse le pays depuis les résultats de la présidentielle, la première Dame Mme Simone Ehivet Gbagbo a invité ses sœurs à continuer le combat de la résistance en vue de la libération de la Côte d’Ivoire du joug colonial. «Nous devons faire reculer les forces d’aliénation et les forces de domination», a martelé Mme Gbagbo. Pour ce faire, la première Dame a recommandé à ses sœurs le courage, la foi, la conviction parce que, selon elle, elles doivent relever tous les défis. Mais, le député d’Abobo a averti que le combat sera âpre et rude du fait des ennemis qui pullulent. «Nous devons lutter dans notre pays contre la rébellion qui s’est muée en organisation terroriste. Mais, nous devons également lutter contre l’Onuci, contre la France, contre l’Union européenne, contre certains pays de la Cedeao dont le Burkina Faso ; nous devons lutter contre les intérêts égoïstes des Occidentaux (…) qui ont débarqué sur notre sol comme des diables», a-t-elle indiqué.Pour elle, la bataille est inévitable et incontournable. «C’est pour cela que nous devons nous lever et nous battre… Nous devons demeurer fermes et surtout persévérantes», a-t-elle souligné. En menant ce combat, la première Dame recommande aux femmes de bâtir une nation de paix, d’unité, de partage, d’équité et de justice en œuvrant à réduire la fracture sociale.Danièle Boni Claverie, ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant a salué le combat des femmes ivoiriennes pour que la Côte d’Ivoire soit toujours debout. Elles qui souffrent dans leur chair et dans leur cœur depuis 2002. C’est pourquoi elle a conseillé à travers le thème de cette commémoration «Femme de Côte d’Ivoire, travaille et sois compétente, alors ton mérite sera facteur de paix et de développement», d’avoir pour credo le travail, l’effort, la compétence et le mérite dans tous les secteurs d’activité. C’est à ce prix seul, selon elle, que les femmes acquerront une égalité de chances et de droits afin de faire la promotion du genre.Représentant le président de la République, Laurent Dona Fologo a salué la mobilisation des femmes patriotes qui ont fait le pied de grue devant le siège de l’Onuci la semaine dernière pour décrier l’activisme des soldats de Choi. Feuilletant l’actualité sociopolitique, le président du Conseil économique et social a affirmé que seul le peuple a le dernier mot pour le choix de son dirigeant et les Ivoiriens ont choisi Laurent Gbagbo. «Il n’y a aucune honte à reconnaître ce qui est vrai», a-t-il indiqué. Dans un propos de remobilisation, Laurent Dona Fologo a exhorté le peuple ivoirien à ne jamais se laisser gagner par le découragement quelles que soient les difficultés. Car, «Laurent Gbagbo est un grand homme qui met l’amour du pays avant tout».Au cours de cette journée, sept femmes ont été décorées au titre de chevalier de l’ordre du mérite national. Ce sont notamment, Tra Lou Irié Joséphine, Odi Assamoi, Louise Turquin, Mme Doué, Lath Djéa Elise, Namogo Rosemonde née Yao Yao et Mme Nebout Elisabeth.Mohamed KabaNouveau corrier
Lire la suite...
Deux hélicoptères MI 24 frappés du sigle de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) ont survolé hier mardi 08 mars 2011 la région du Bas-Sassandra pour dit-on une mission de ''reconnaissance''. Des confidences faites par une source très informée sur ces manœuvres, les hélicoptères de combats immatriculés UN 185041859 Alpha Bravo et UN 182041976 Alpha Bravo, ayant à bord des équipages, chacun de 4 personnes, ont décollé de la base de l’ONUCI de Daloa à destination du Bas-Sassandra à 10h22 ce mardi. Partis de la cité de l'Antilope, ces engins de guerre ont survolé Soubré, Sassandra et particulièrement la ville de San-Pedro avec une intensification de leurs manœuvres sur la zone portuaire de la cité du Nawa. De 12h 37 à 14h 23, les « oiseaux crachant du feu » ont paradé sur cette zone avec insistance ainsi que les bases militaires de la ville, notamment la légion de gendarmerie qu'elle abrite et les positions des Forces de défense et de sécurité (FDS). Puis ils mettront le cap sur le village de Kablaké situé à 3 km de San-Pedro sur l'axe de la côtière, qui sera survolé à très basse altitude par les hélicoptères de la mission onusienne qui, selon les témoins, vont même tenter l'atterrissage. Finalement, c'est à 15h30 que les deux hélicoptères vont regagner leur base à Daloa. Que recherchaient-ils ces engins dans la zone? A quoi riment ces manœuvrent inquiétantes? Les équipages de ces engins de la mort n'auront d'autres explications à donner à la tour de contrôle que celle de la ''mission de reconnaissance de terrain'' qu'ils se sont investis en tant que nouveau contingent de l'ONUCI. Faut-il le rappeler, Laurent Gbagbo, déclaré vainqueur du scrutin présidentiel de novembre 2010 par le Conseil constitutionnel, au motif que la force onusienne appuie les rebelles acquis à Alassane Ouattara, son rival, récuse sur son sol les hommes de Ban Ki-Moon, qui ont décidé de bander les muscles depuis quelque temps pour faire face à toute adversité que leur opposeraient les partisans du camp présidentiel en Côte d'Ivoire.H.KL'Inter
Lire la suite...
La 03 :19 on voit le cameraman amateur nous montrer l’immeuble en grand plan.A la 03 :33 on voit les manifestant se diriger vers la voiture blanche suivie d’un véhicule de couleur sombre, mais les manifestants,hommes lèvent les mains pour acclamer l’arrivée de ces deux véhicules en signe de victoire ou encore de dire c’est le moment de tirer.03 :36 on entend la voix d’un homme disant « arrêtez, arrêtez » puis réel layer par d’autre voix d’homme.03 :39 on entend les tires venant en face d’eux et on voit la petite foule rebroussée chemin en sauve qui peut.BN : la fuite de la foule commence à la 03 :39 jusqu'à ce que on entend encore la même voix du même homme donnant l’ordre à la foule de ne pas se disperser trop loin et suivi du premier coup de siffler 03 :50 comme au rassemblement d’un événement prémédité et synchronisé.03 :01 on vois l’actrice principale passée en grand plan sur l’écran.03 :52 on peut tous voir en grand plan la main de l’organisatrice, qui est sûrement une femme mariée qui transmet un papier blanc de main en main comme sous un dessous des carte ; et qui s’échouée chez l’homme en marinière rouge. Mais qu’est ce les Hommes font dans une manifestation des femmes si ce n’est pas pour solliciter leur savoir faire ?03 :59 on voit en même temps le nez du premier véhicule militaire 4x4 à droite de l’écran et on entend encore la voix du même homme hurler : « calmez-vous on va commencer là ! » mais les véhicules militaires continuent de passer en se dirigeant vers le lieu venant les tires.Chose curieuse dans tout ça, on voit a la 04 :31 la femme avec drapelet rouge, qui se dirige vers la droite de l’écran .Donc a l’encontre de la direction venant les véhicules fds, la même direction que toute la foule a prise lors que les premiers tires ont retenti en face d’elle. Suivit à la 04 :40 d’une deuxième femme avec foulard sur la tête, qui regarde prudemment à sa gauche, la direction d’où sont venues les tires tandis que les véhicules fds se dirigent la où les tirs se sont fait en tendres.04 :44 on entend le coup de sifflé du rassemblement pour que le scénario commence. Et soudain !les cris et des pleurs commencent. Mais le cameraman amateur pris le soin de ne pas filmer le début de la mise en scène, il nous montre le ciel brumeux pour qu’on ne voit pas les actrices principales convergées vers la cible du scénario.NB : les pleurs ont commencé dès la 04 :44 jusqu'à la 04 :56 où on voit le présumé cadavre la tête camouflée des feuillages. Comme si cela ne suffisait pas, un conspirateur lui jette un foulard rouge sur la tête à la 04 :57 pour mieux camoufler la tête et éviter toutes suspicions de l’œil indiscret. En Afrique noire, on ne couvre pas le visage du cadavre, mais le corps tout entier. C’est question de pudeur. Les occidentaux doivent comprendre nos codes sinon ils se disqualifieront sur tout le plan à tel point qu’ils deviennent ridicules.Sur la deuxième vidéo de 00 :12On voit la jeune fille se relever a la 00 :04 dans une marre de colorant rouge. ne se rendant pas compte que le scénario n’est pas encore fini et la camera continue de tourner en se dirigeait vers elle,elle se relève et son bourreau lui ordonne de se recoucher. Et tout le monde peut bien voir la main de son bourreau la plaquée au sol. Tandis que la fille n’en peut plus. Mais le mec lui dit : « attend, attend eh !...nettoyage, c’est l’en…frise. ».Maintenant mon résumé est clair sur cette vidéo. C’est une mise en scène montée de toute pièce et orchestrée par le camp opposé, vassal de l’occident (France) qui joue à une blague de mauvais goût. D’autre par, je vois venir en cote d’ivoire avec ces genres d’attitude un camp des politiciens véreux, qui vont bafoué les droits, le respect et la dignité de la femme en cote d’ivoire.NB : les coups ont été tirés en face des manifestants tandis que les fds eux venaient derrière les manifestants. Donc ce ne sont pas les fds qui ont tiré .Ce sont ceux qui étaient loin devant les manifestant qui ont tiré. Pour établir la vérité, il faut engager une procédure d’analyse balistique. D’ailleurs à quoi ça sert puis que les mortes sont toutes ressuscitées.Cyril Foueni / facebook
Lire la suite...
Depuis quelques jours la quiétude des populations ivoiriennes est rangées au placard, en fait la tranquillité et la sécurité sont devenues des denrées extrêmement rares pour l’ivoirien et cette situation fâcheuse est à mettre au compte d’un groupe d’individu épris de guerres, de destructions et de bains de sang avec à leur tête un pseudo ‘’brave-tchè’’ pas si téméraire que ça.Que se passe t-il dans la tête de OUATTARA et ses rebelles pour qu’ils s’en prennent à nos institutions républicaines, à notre armée et surtout au peuple de Côte d’Ivoire qu’ils prétendent vouloir sauver mais à qui ils font le plus grand mal?Désordres, assassinats et attaques comme programme de gouvernement !Duekoué, Touleupleu, Yamoussoukro, Abobo, Koumassi, Treichville, Adjamé… et même Yopougon partout en Côte d’Ivoire, c’est la mort. C’est la mort Partout. A Yopougon, à Treichville, à Adjamé, à Williamsville on tue, on meurt. A Cocody on pille, on détruit. Les marchés sont attaqués ainsi que les commerces. L’intérêt individuel et personnel est mis au devant de l’intérêt général du peuple de Côte d’Ivoire. Le pouvoir, le pouvoir à tout prix même si pour cela il faut ‘’tuer’’ la patrie, la démocratie et son peuple…La violation du cessez le feu et les attaques répétées contre les FDS !Apres les nombreux fronts qu’ils ont ouvert partout : à Abobo, Koumassi, Toulepleu, Yamoussoukro contre les FDS avec l’appui logistique, financier et technique de l’ONU ci et de la Licorne ; les forces du mal ont ainsi violé de manière avérée et manifeste le cessez le feu entre les forces belligérantes en Côte d’Ivoire .Suite aux nombreux appels à l’insurrection, les manœuvres de divisions de ‘’la grande muette’’ non sans omettre les odieux crimes crapuleux et rituels attribués à tord à nos FDS, rien que pour ternir l’image de la vaillante armée ivoirienne.Face à tous les ennemies de la patrie qui complotent et imaginent de nombreux scenarios pour jeter le pays dans un long cycle de conflit, d’instabilité tendant vers une guerre civile et une partition du pays, la population ivoirienne s’interroge et est en droit de poser à nos autorités politique et militaire ; une seule et unique question : à quand la contre attaque de nos vaillants FDS ? Quel sera le jour de notre offensive militaire pour anéantir une bonne fois pour tous ces rebelles qui ont jurés la perte de la patrie Ivoire ?Il nous faut libérer notre chère Côte d’ Ivoire de tous ces suppôts du diable à la solde de Ouattara et de sa clique de mercenaires sanguinaires.Et se seras pour très bientôt !!!
Lire la suite...