Publications de TOUR50tenaire du BENIN (5)

1er Août 1960 - 1er Août 2010, il y a 50 ans, la République du Bénin accédait à la souveraineté nationale. De ce glorieux jour à aujourd'hui, le Dahomey devenu le bénin a connu plusieurs Présidents. Du Président Hubert MAGA à Nicephore SOGLO, puis de Mathieu KEREKOU à YAYI Boni, le pays du Roi Béhanzin fait partie actuellement des pays qui ont connu plus de chefs d'Etat dans la sou-région.

Hubert MAGA

Instituteur de formation, il a été le premier président du Dahomey independant, du 1er Août 1960 au 28 Octobre 1963, date à laquelle suite d'une crise socio-politique, il remit le pouvoir au colonnel des Forces Armées Dahoméennes, Christophe SOGLO.

Christophe SOGLO

Colonnel des Forces Armées Dahoméennes, après la chute de Hubert MAGA, le 28 Octobre 1963, il fut Chef du gouvernement provisoire jusqu'au nouveau régime, la deuxième République avec SOUROU MIGAN APITHY.

Sourou Migan APITHY

Expert Comptable, président de la république, Chef de l'Etat du janvier 1964 à novembre 1965, le président APITHY et le vice-président AHOMADEGBE Tomètin ont été forcés par l'armée à démissionner suite à une crise survenue entre les deux hommes.C'est alors que Taïrou CONGACOU, président de l'Assemblée Nationale issue des élections de janvier 1964, et deuxième dans l'ordre de succession, est devenu président de la république, du 29 novembre 1965 au 22 decembre 1965.

Christophe SOGLO

Général de brigarde, chef d'Etat Major de l'armée Dahoméenne est alors devenu président de la république le 22 decembre 1965.Il fut à son tour renversé par les jeunes officiers de l'armée dirigés par le Commandant Maurice KOUANDETE, le 17 decembre 1967.

Alphonse ALLEY

Lieutenant-colonnel de l'armée, il devient président de la républiquele 17 decembre 1967.A la suite des élections présidentielles organisées en mars 1968 par l'armée, le Docteur ADJOU, ancien fonctionnaire international de l'OMS fut élu.Mais il n'a jamais exercé le pouvoir, son election n'ayant pas été acceptée par l'armée.

Emile Derlin ZINSOU

Médecin, ancien ministre, président de la cour suprême, a été après la contestation de M. Basile ADJOU par les militaires, appelé à la tête de l'Etat le 17 juillet 1968, il a été président de la république jusqu'au 10 decembre 1969, date à laquelle il a été renvervé par un coup d'état militaire dirigé par Maurice KOUANDETE, devenu Colonnel. L'armée mit en place à cet effet un directoire, organe collègial de direction de l'état, composé de trois membres, tous colonels: Emile De SOUZA, Maurice KOUANDETE et Koffi SINZOGAN.Le président du directoire, Emile de SOUZA exerçait les fonctions du Chef d'Etat.

Hubert MAGA

Le directoire fait appel aux trois anciens leaders: Hubert MAGA, Sourou Migan APITHY et AHOMADEGBE pour former un conseil présidentiel qui exercera le pouvoir.Chacun des trois leaders sera à tour de rôle, président du conseil présidentiel, Chef d'Etat, Chef du gouvernement pendant deux ans.C'est ainsi que Hubert MAGA a exercé son mandat de président du conseil présidentiel, chef de l'etat et chef du gouvernement le 7 mai 1970 au 6 mai 1972.

Justin T. AHOMADEGBE

Médécin dentiste,ancienvice-président en1964, il apris fonction en qualité de président du conseil présidentiel, chef de l'Etat et du gouvernement du 7 ami 1972 date à laquelle un coup d'état militaire a renversé le régime du conseil présidentiel et amené au pouvoir le commandant mathieu KEREKOU.

Mathieu KEREKOU

Il était commandant lorsqu'il devient président de la république à la suite du coup d'état du 26 octobre 1972 .Il resta jusqu'à la conférence des forces vives tenue à Cotonou du 19 au 28 février 1990. Un premier ministre , Nicephore SOGLO, fut élu par la conférence Nationale pour la période de transition.mathieu KEREKOU, qui était devenu entre temps général, restera président de la république jusqu'aux éléctions présidentielles du 24 mars 1991 avec la victoire de Nicephore SOGLO.

Nicephore D. SOGLO

Inspecteur des Finances , ancien premier Ministre de transition, il a été président de la république aux élection de mars 1991 pour un mandat de cinq ans.Il avait toutes les chances de briguer le second mandaten mars 1996.Mais à l'issue des élections présidentielles de cette année et à sa grande surprise c'est le président Mahieu KEREKOU lremporte le pouvoir. et est investi le 4 avril 1996.

Mathieu KEREKOU II

Le général Mathieu KEREKOU reveint donc au pouvoir en 1996, cette fois par la voie des urnes après victoire sur son prédécesseur et son successeur, Nicephore SOGLO.Il est réélu en 2001 pour un mandat qui a pris fin en 2006.

YAYI Boni

Ancien président de la BOAD et banquier de profession, il est élu de la nation et incarne l'unité nationale, l'intégrité territoriale et le respect de la constitution, les traités et accords internationaux...Il est à la tête depuis avril 2006.

Lire la suite...

Le Premier gouvernement du Dahomey a été formé par le Président Hubert MAGA, premier Chef d'Etat du Bénin.

Il est constitué de:

  • Président de la République: M. Hubert MAGA

Président de la République en 1960, c'est à Hubert Maga que revient la charge de diriger le Dahomey lorsque celui-ci accède à l'indépendance le 1er août 1960. Mais il est destitué en octobre 1963 à la suite d'importantes grèves et manifestations. Le colonel Christophe Soglo prend le pouvoir et Hubert Maga est obligé de se réfugier en Côte d'Ivoire. Il reste néanmoins un acteur politique très présent et le peuple dahoméen se retournera vers lui en mai 1970 pour mettre un terme à la crise institutionnelle qui secoue alors le pays. Il restera à la tête du Dahomey jusqu'au coup d'Etat mené par Mathieu Kérékou le 26 octobre 1972.

  • Vice -Président de la République, Chargé du Développement et du Plan: M. Sourou-Migan APITHY
  • Ministre d'Etat, Chargé de la Fonction Publique: M. Oké ASSOGBA
  • Ministre de la Justice et de la Législation, Garde des Sceaux: M. Joseph A. KEKE
  • Ministre des Affaires Etrangères: Dr Emile Derlin ZINSOU
  • Ministre des Affaires Intérieures et de la défense: M. Mama AROUNA
  • Ministre des Finances et du Travail: M. Bertin BORNA
  • Ministre du Commerce, de l'Economie et du Tourisme: M. Paul DARBOUX
  • Ministre de l'Education Nationale et de la Culture: M. Michel AHOUANMENOU
  • Ministre des Trav

    aux Publics, des Transports et des Postes et télécommunications: M. Victorien GBAGUIDI
  • Ministre de l'Agriculture et de la Coopération: M. Alexandre ADANDE
  • Ministre de la Santé et des Affaires Sociales: M. René DEROUX
  • Secrétaire d'Etat à la Présidence, Chargé des Affaires Africaines et Malgaches et du Conseil de l'Entente: M. Dominique APLOGAN

Lire la suite...

Histoire de Lokossa

L’histoire de Lokossa remonte au début du XVIIIème siècle, au temps du règne d’Agadja, roi d’Abomey. Les exactions et les nombreuses razzias en cours à Toffo (Allada) obligèrent une bonne partie des habitants, en l’occurrence ceux du village Adjaho, à tenir conseil sous les prescriptions de Totoh Gnawoh, alors Chef de terre. L’oracle qui fut consulté, révéla l’endroit sûr où ils pourront aller retrouver la quiétude, endroit devant être matérialisé par la présence d’un iroko situé derrière le fleuve Couffo en pays Adja.
Connu dans toute la contrée pour sa bravoure et sa puissance, Kossou Agbon, du quartier Agongo, se porta volontaire pour cette expédition désespérée. Cet homme se caractérise par sa tête ornée de nids habités de guêpes actives, le suivant dans tous ses déplacements et qui deviennent passives à ses moments de repos. Pour cette aventure, il fût accompagné de Agbo-Doglo, un non moins mystique de la région. Ainsi, bravant maintes difficultés, ils traversèrent forêts et lacs. Ils passèrent par Houin, Bokohoué où ils rencontrèrent Boko-Kpo puis échouèrent à Avédji où ils séjournèrent quelques jours. Les autochtones, craignant certainement d’éventuelles représailles, décidèrent de leur octroyer un domaine en vue de les isoler. C’est ainsi qu’un matin de bonheur, ils les conduisirent à la limite inférieure de leur futur domaine reconnu de nos jours sous le nom de Toguèmè. De là, les deux migrants commencèrent une exploration des lieux en vue de retrouver l’iroko fatidique. Ils en repérèrent trois : le premier aux environs de l’actuelle cathédrale St Pierre-Claver, le deuxième à Lokoviguè sur la voie de Ouèdèmè et le dernier au nord de l’enclos de la présente mairie. Face à ce résultat, ils décidèrent de rentrer à Toffo afin de rendre compte au Totoh. Sur le chemin de retour, ils découvrirent un ruisseau d’eau rafraîchissante. L’un d’eux goûta au liquide et s’écria : « Lohounvo » ; ce qui veut dire littéralement « maintenant, je suis libre ».


De ce fait, ils rentrèrent chez eux et portèrent la nouvelle au Chef de terre. Dans son enchantement, Totoh Gnawoh, satisfait, recommanda un nouvel oracle qui confirmera le troisième iroko comme repère du lieu de quiétude tant espéré. Sous sa direction, les populations enclenchèrent un exode organisé avec une seule ambition : partir pour la destination sûre et loin des troubles ; vivre sous l’iroko donc à Lokotinssa d’où viendra le nom Lokossa que porte actuellement la ville. Totoh Gnawoh libéra la première équipe dirigée par Kossou Agbon, Agbo-Doglo et Boko Satchi. Ensuite, il rejoignit Lokossa pour continuer son règne. Agbo-Doglo alla s’installer à Doukonta, quartier Zèko. C’est à cet endroit précisément qu’au cours d’un bras de fer, il arracha de sa bouche une cure dent (brosse végétale) qu’il enfonça dans le sol. Ce bout de bois est devenu un grand arbre encore vivant sur les lieux baptisé plus tard Botinsa (Sous l’arbre du gris-gris).

IMG_1133.jpg

La Caravane:

De par la lutte des deux hotes de l'histoire.Nous pouvons dire que l'independance est debord nationale et interne.Cest l'une des raison qui a pussé le comité de la caravane à Choisir Lokossa comme lieu de stationnement.Cette localité historiquement riche abrite depuis avant hier le caravane: le tour du Bénin en 50 jours.Aux sons de la musique et des débats toute la jeunesse de lokossa est mobilisée et apprécie cette noble initiative qui est vraiment une fièvre réelle de la fête de l'independance du Bénin.

Aujourd'hui sera le départ pour Abomey où le grand héro Béhanzin fera l'objet de modèle dans l'independance du Bénin.

Rendez-vous aux debat et concert demain 25 Juin2010 à Abomey

Lire la suite...

ABOMEY CALAVI / GANVIE NE MANQUERA PAS DE CETTE FIEVRE

La commune d’Abomey-Calavi est un regroupement de localités dont l’historique varie. Si Abomey-Calavi, l’arrondissement central a une histoire liée au Royaume d’Abomey, les arrondissements de Togba, de Ouèdo etc. ont une histoire de peuplement propre à chacun de leurs villages ou quartiers de ville.La tâche à ce niveau est immense pour la recherche afin qu’un manuel sur l’histoire de peuplement de la commune soit réalisé.

La commune d'Abomey Calavi, située dans la partie sud de la République du Bénin et du département de l'Atlantique, est limitée au nord par la commune de Zè, au sud par l'océan Atlantique, à l'est par les communes de Sô-Ava et de Cotonou, et à l'ouest par les communes de Tori-Bossito et de Ouidah. C'est la commune la plus vaste du département de l'Atlantique dont elle occupe plus de 20%. Elle s'étend sur une superficie de 539 Km2 représentant 0,48% de la superficie nationale du Bénin.

Abomey –Calavi fut historiquement un démembrement du royaume d'Abomey. Il a été créé par ce dernier afin d'être plus proche du comptoir de Cotonou pour les transactions commerciales.

La commune d'Abomey Calavi compte soixante dix (70) villages et quartiers de ville dirigés par des chefs de villages ou de quartiers de ville et répartis sur neuf (09) arrondissements que sont : Calavi Centre, Godomey, Akassato, Zinvié, Ouèdo, Togba, Hêvié, Kpanroun et Golo-Djigbé. Chacun des arrondissements est dirigé par un chef d'arrondissement (CA) élu. Le Conseil Communal actuel a été installé en 2003 et compte 25 conseillers (dont trois femmes) et au sein duquel ont été élus le Maire et ses deux Adjoints.

Le Conseil Communal d’Abomey–Calavi est l’un des rares conseils du Bénin à avoir plusieurs femmes en son sein (Trois femmes sur vingt cinq hommes y siègent). Toutefois, le taux de participation des femmes à la prise de décisions demeure faible. Les facteurs d’influence pour la faible implication des femmes dans la prise de décision sont entre autres : le faible niveau d’instruction des femmes, le poids de la tradition, les occupations ménagères et le manque de solidarité entre elles. Par contre, certains facteurs pourraient favoriser une forte participation des femmes à la prise de décision à savoir : l’alphabétisation et la scolarisation, l’existence des groupements de femmes et la mise en œuvre d’une politique nationale de promotion des femmes.

Cadre physique

Relief, climat et hydrographie

La commune d'Abomey Calavi a un relief peu accidenté. Les principaux traits caractéristiques sont : une bande sablonneuse avec des cordons littoraux, un plateau de terre de barre et des dépressions.

Le climat est de type sub-équatorial marqué par deux saisons pluvieuses et deux saisons sèches.

Le réseau hydrographique est constitué essentiellement de deux plans d'eau que sont le lac Nokoué et la lagune côtière. Par ailleurs, la commune dispose d'une façade maritime juxtaposée à la lagune côtière, des marais, des ruisseaux et des marécages. Tout cela lui offre des potentialités touristiques et halieutiques.

Sols et végétation

La plus grande partie du territoire de la commune d'Abomey Calavi est occupée par des sols ferrugineux tropicaux et des sols sablonneux peu propices à l'agriculture. Les sols hydromorphes très inondables n'occupent qu'une petite partie au nord du territoire. Les terres cultivables sont estimées à 464,5 Km2.

Le couvert végétal de la commune varie selon les faciès traversés. Ainsi, on y rencontre la mangrove à palétuviers dans la zone côtière, une savane dégradée sur le plateau, des cultures maraîchères le long des marais et un groupement herbeux dans les marécages et le long des berges du lac Nokoué.

Milieu humain

Le recensement général de la population en 2002 indique pour la commune de Calavi 307.745 habitants soit 21% de la population des départements de l'Atlantique et du Littoral. 74,12% de cette population vivent dans les centres urbains et 25,88% dans les milieux ruraux. Les femmes représentent 51,37% de la population totale de la commune. D'une densité moyenne de 571 habitants par Km², cette population est inégalement répartie dans les neuf arrondissements. L'arrondissement de Godomey concentre à lui seul plus de la moitié de la population de toute la commune. Par contre, les arrondissements de Togba et de Kpanroun sont les moins peuplés. La croissance démographique est de 5,84% en milieu urbain et de 2,89% en milieu rural. La commune d'Abomey –Calavi subit aujourd'hui l'influence de la proximité de Cotonou, la capitale économique. En effet, l'exiguïté du site de Cotonou et sa forte population conduit à une extension vers Abomey–Calavi.

L'ethnie dominante dans la commune est le Aïzo, mais les migrations récentes ont permis l'installation d'autres ethnies comme les Fon, les Toffin, les Yoruba, les Nagot, les Goun et autres.

Les religions les plus pratiquées sont le christianisme, les religions traditionnelles, l'islam et autres.

C'est donc cette commune qui abrite la caravane ce jour.on attends ainsi le demarrage du géant concert.Les dispositions pratiques sont en train d'être prises pour demarrer.Les artistes de la musique traditionnelle de la localités se sont mobilisés pour rendre belle cette fête.Des populations des differents arrondissements sont mobilisés nombreux pour vivre en direct ce spectable de façon impatiente.

mille regret aux absents.

http://www.epa-prema.net/abomey/infos.htm#coordonnees

http://http://www.abomey-calavi.bj/index.php?option=com_content&view=article&id=36&Itemid=46

Innocent Antoine HOUEDJI

Chargé de Communication

De Abomey -Calavi

Fête de la musique sur Nomao
Lire la suite...

De Maga à Boni YAYI


Cette photo retrace les Présidents qui ont règné depuis Maga jusqu'à ce jour.

Ils ont participé énormément au processus avant et après indépendance de 1960.

En ces temps, nous devons nous souvenir de tous ces présidents et fairel'état des lieux de chacun de leur règne afin de pouvoir analyser et critiquerl'évolution de notre très cher et beau pays, le Bénin.

Lire la suite...