Publications de Rokhaya THIAM (15)


Les journalistessénégalais prennent en main les applications du Web 2.0: les réseaux sociaux, les bureaux virtuels, les espaces de publication libres (blogs, portails etc). Les espaces de stocage de l'information (netvibes, delicious), les espaces de travail collaboratif (facebook, twitter). 
Et, ceci au cours d'une formation initiée par le ministère de l'enseignement supérieur. Pendant une semaine donc, ils sont formés au nouvelles technologies de l'informatique. Ils ont découvert de nouveaux outils de travail qui leur simplifient l'exercice de leur métier et leur permet de gagner beaucoup de temps. Le travail collaboratif que les outils leur a permis de faire a été apprécié par tous les participants.
Ils devront répondre à la fin du cours de M Cheikh Mbaye, aux questions suivantes:
1. Quelles étaient vos compétences en informatique et Internet avant cette formation?
2. En quoi cette formation peut amélioer votre exercie de journalisme
3.Imaginez dans cinq ans puis dans dix ans la place de l'outil informatique et de l'Internet dans votre métier?
Lire la suite...
Karim Wade a répondu à l’appel à l’aide de Penda Touré, une jeune militante de la Génération du concret malade depuis 2008 et hospitalisée il ya trois semaines. En 2007, Penda Touré a fait partie de ces jeunes qui avaient fait le trajet Kolda / Dakar à vélo pour venir voir Karim Wade qui les avait à l’époque reçu. Hier dans la matinée, vers 11 heures, le ministre d’Etat Karim Wade s’est rendu à l’hôpital général de Grand Yoff pour voir Penda Diallo.Il a été très ému de voir ainsi la pauvre fille de 22 ans qui a de gros ganglions au cou. «je suis là, tu me réclamais et bien je suis venu te voir. Je te reconnais bien sur tu avais fait Kolda / Dakar en 2007 pour venir me voir. Cela me rends très triste de te voir dans cet état, mais on va te soigner, tu verras que tu vas aller mieux» dit Karim Wade à sa jeune militante qui pleurait de joie de le voir.Karim Wade a aussitôt entretenu avec le médecin de Penda Touré. Ensuite, Karim Wade a fait un tour dans la salle à saluer les malades et échanger quelques civilités d’usage. Puis à Penda Touré ainsi qu’à plusieurs autres malades, il a remis des enveloppes d’argent. Penda Touré elle a d’ors et déjà reçu 300.000 mille francs en guise d’argent de poche pour que son frère et sa famille qui l’accompagnent puisse se payer quelques besoins.
Lire la suite...

Modou Lô / Eumeu Sène : c’est l’affiche qui le plus saliver les amateurs actuellement. Et au-delà des férus de lutte, elle intéresserait différents sponsors et en particulier deux promoteurs. En fait, Luc Nicolaï et Gaston Mbengue désirent tous les deux organiser ce même combat. Qui des deux réussira à concrétiser ce combat ? Et, jusqu’où vont aller les enchères ?

Sans doute, dans cette course effrénée entre Gaston Mbengue et Luc Nicolaï pour décrocher le combat Eumeu Sène / Modou Lô, tous les coups sont permis. Des manœuvres souterraines, à la surenchère des lutteurs en passant par le chantage affectif, qu’est ce que Luc et Gaston ne sont pas prêts à faire pour avoir ce combat ? Dès lors quelles sont les chances de chacun pour concrétiser cette affiche ?

Il est clair que Luc Nicolaï a été le premier à être sur l’affiche en commençant à démarcher les lutteurs depuis près d’un mois. Et, Pape Faye  de Luc Nicolaï & Co, interpellé sur les tractations et l’évolution des négociations ce combat avait déclaré que Luc, qui était alors hors du pays, allait finaliser ses pourparlers à son retour. Cela confirmait au moins que le promoteur de la petite côte avait déjà taillé bavette avec les deux camps, même si par la suite pour des raisons stratégiques, chacun s’est gardé de révéler les négociations. Aussi, Luc Nicolaï aurait de bonnes affinités ou relations avec Modou Lô ce qui lui a d’ailleurs valu l’ire de Lac 2.  Il s’y ajoute que tout comme Gaston Mbengue, Luc Nicolaï serait prêt à casquer fort pour obtenir le combat. Seulement, concrètement l’on ignore ce qui pourrait retenir Eumeu Sène ou Modou Lô, de sorte à que Luc soit le seul à pouvoir organiser ce combat. Pour l’heure, tout porte à croire que les deux lutteurs pencheraient pour lui.

Cependant, Gaston Mbengue est pragmatique et est fin négociateur. Il pourrait court-circuiter les négociations de son compère. Déjà, il a proposé une 4X4 et près de 80 millions de francs Cfa à Eumeu Sène. L’on sait aussi qu’il collabore avec le sponsor leader de la téléphonie mobile qui serait disposé à mettre sur la table une importante somme d’argent rien que pour décrocher le plus populaire des arènes, Modou Lô. A ce propos d’ailleurs, quel serait le cachet réclamé par Modou Lô ? La surenchère risque des s’inviter dans les négociations. Modou Lô qui aurait perçu 75 millions pour affronter Lac de Guiers 2 va certainement en demander plus, conscient de sa forte cote de popularité et du nombreux public qu’il est capable de drainer au stade. Eumeu Sène aurait craché sur un cachet de 80 millions. En veut-il plus ou aurait-il entendue meilleure offre de Luc Nicolaï ? Au-delà des manœuvres  des promoteurs, il en ressort que se sont les sponsors qui tirent les ficelles. La question est qui des deux sociétés de téléphonie mobile, sponsors de Gaston et de Luc Nicolaï va fermer la saison au niveau de son marketing ?  C’est l’énigme à percer.

Rokhaya THIAM

Lire la suite...

Ben Laden mort?

Après plus d'une décennie de traque, le chef d'Al-Qaida, Oussama Ben Laden, a été tué au Pakistan par les services spéciaux américains. Le président américainBarack Obama a annoncé, dimanche soir 1er mai, que l'auteur des attentats du 11 septembre 2001 avait été abattu. "Ce soir, je suis en mesure d'annoncer aux Américains et au monde que les Etats-Unis ont mené une opération qui a tué Oussama Ben Laden, le dirigeant d'Al-Qaida, un terroriste responsable du meurtre de milliers d'innocents", a déclaré M. Obama.

 

Selon le président américain, Ben Laden a été tué dans la nuit de dimanche à lundi, à Abbottabad, une ville située au nord d'Islamabad, lors d'un raid d'une quarantaine de minutes mené par un commando de Navy Seals américains [forces spéciales appartenant à la marine américaine], indique CBS News. Cinq autres personnes, dont un des fils de Ben Laden et une de ses femmes, ont également été tués. "Aucun Américain n'a été blessé. Après un échange de coups de feu, ils ont tué Oussama Ben Laden et ont récupéré son corps", a indiqué M. Obama. CBS News donne des détails sur l'opération. Le correspondant spécialisé sur les affaires de sécurité de la chaîne affirme que "qu'une équipe de deux douzaines d'hommes à bord de deux hélicoptère Blackhawk" ont agi sous l'autorité de Leon Panetta, le directeur de la CIA, les forces armées américaines n'ayant pas l'autorisation d'agir au Pakistan. Une deuxième équipe composée d'autant d'hommes se trouvait à proximité, en cas de besoin. Un des hélicoptères américains aurait eu des ennuis mécaniques et aurait été obligé de se poser avant d'être détruit par les Américains.
 
Les autorités américaines n'ont pour l'instant pas diffusé de photographies du corps de Ben Laden. Celui-ci a été immergé en mer, annoncent lundi les chaînes de télévision CNN et MSNBC. Le lieu et les circonstances de cette inhumation n'étaient pas précisés dans l'immédiat. "Nous nous assurons que son corps est traité en accord avec la pratique et la tradition musulmane. C'est quelque chose que nous prenons très au sérieux", avait auparavant affirmé un haut responsable de l'administration Obama lors d'une conférence téléphonique.
 
UNE OPÉRATION "EN PLEIN CŒUR DU PAKISTAN"
 
Près de dix ans après les attentats du 11-Septembre, "justice est faite", a lancé M. Obama, tout en prévenant ses compatriotes que la nébuleuse terroriste continuerait à essayer de s'en prendre aux Etats-Unis malgré la mort de son chef.
 
Lors de son intervention, M. Obama a révélé avoir été mis au courant par son équipe de renseignement en août 2010 de la possibilité d'une piste menant à Ben Laden. "Il a fallu plusieurs mois pour remonter ce fil. J'ai rencontré mon équipe de sécurité nationale à de nombreuses reprises pour développer davantage de renseignements relatifs à une localisation de Ben Laden dans un complexe de bâtiments en plein cœur du Pakistan, a-t-il ajouté. Et finalement, la semaine dernière, j'ai déterminé que nous avions suffisamment de renseignements pour agir, et ai autorisé une opération destinée à capturer Oussama Ben Laden et à le présenter devant la justice".
 
Selon le président américain, Ben Laden a été tué dans la nuit de dimanche à lundi, à Abbottabad, une ville située au nord d'Islamabad, lors d'un raid d'une quarantaine de minutes mené par un commando de Navy Seals américains [forces spéciales appartenant à la marine américaine], indique CBS News. Cinq autres personnes, dont un des fils de Ben Laden et une de ses femmes, ont également été tués. "Aucun Américain n'a été blessé. Après un échange de coups de feu, ils ont tué Oussama Ben Laden et ont récupéré son corps", a indiqué M. Obama. CBS News donne des détails sur l'opération. Le correspondant spécialisé sur les affaires de sécurité de la chaîne affirme que "qu'une équipe de deux douzaines d'hommes à bord de deux hélicoptère Blackhawk" ont agi sous l'autorité de Leon Panetta, le directeur de la CIA, les forces armées américaines n'ayant pas l'autorisation d'agir au Pakistan. Une deuxième équipe composée d'autant d'hommes se trouvait à proximité, en cas de besoin. Un des hélicoptères américains aurait eu des ennuis mécaniques et aurait été obligé de se poser avant d'être détruit par les Américains.
 
Les autorités américaines n'ont pour l'instant pas diffusé de photographies du corps de Ben Laden. Celui-ci a été immergé en mer, annoncent lundi les chaînes de télévision CNN et MSNBC. Le lieu et les circonstances de cette inhumation n'étaient pas précisés dans l'immédiat. "Nous nous assurons que son corps est traité en accord avec la pratique et la tradition musulmane. C'est quelque chose que nous prenons très au sérieux", avait auparavant affirmé un haut responsable de l'administration Obama lors d'une conférence téléphonique.

UNE OPÉRATION "EN PLEIN CŒUR DU PAKISTAN"
 
Près de dix ans après les attentats du 11-Septembre, "justice est faite", a lancé M. Obama, tout en prévenant ses compatriotes que la nébuleuse terroriste continuerait à essayer de s'en prendre aux Etats-Unis malgré la mort de son chef.
 
Lors de son intervention, M. Obama a révélé avoir été mis au courant par son équipe de renseignement en août 2010 de la possibilité d'une piste menant à Ben Laden. "Il a fallu plusieurs mois pour remonter ce fil. J'ai rencontré mon équipe de sécurité nationale à de nombreuses reprises pour développer davantage de renseignements relatifs à une localisation de Ben Laden dans un complexe de bâtiments en plein cœur du Pakistan, a-t-il ajouté. Et finalement, la semaine dernière, j'ai déterminé que nous avions suffisamment de renseignements pour agir, et ai autorisé une opération destinée à capturer Oussama Ben Laden et à le présenter devant la justice".
 
SCÈNES DE LIESSE À NEW-YORK ET WASHINGTON
 
Avant même l'annonce, la nouvelle avait été confirmée par un haut responsable américain sous couvert de l'anonymat, et s'était répandue comme une traînée de poudre dans le pays. Très vite, des centaines, puis des milliers de personnes se sont rassemblées devant la Maison Blanche, et à Ground Zero à New York, dans une ambiance de fête.
 
Avant même l'annonce, la nouvelle avait été confirmée par un haut responsable américain sous couvert de l'anonymat, et s'était répandue comme une traînée de poudre dans le pays. Très vite, des centaines, puis des milliers de personnes se sont rassemblées devant la Maison Blanche, et à Ground Zero à New York, dans une ambiance de fête.
 
Une des plus grandes organisations musulmanes des Etats-Unis s'est réjouie lundi de l'élimination de Ben Laden, estimant qu'une menace contre le pays avait disparu. "Nous nous associons à nos compatriotes pour saluer l'annonce de l'élimination du cerveau d'Al-Qaida Oussama Ben Laden en tant que menace pour notre pays et pour le monde", a déclaré dans un communiqué le Conseil pour les relations américano-islamiques (CAIR). "Comme nous l'avons déclaré à plusieurs reprises depuis les attentats terroristes du 11-Septembre, Ben Laden n'a jamais représenté les musulmans ni l'islam", a ajouté l'association. "En fait, en plus d'avoir tué des milliers d'Américains, lui et Al-Qaida ont causé la mort d'un nombre incalculable de musulmans dans le monde entier".
Lire la suite...

Violences après les combats de lutte Gora Thiam perd la vie dans des circonstances non encore élucidées Le pire que tout le monde craignait dans l’arène est finalement arrivé ce dimanche 27 mars dernier. Un jeune homme répondant au nom de Gora Thiam a perdu la vie après le combat, suite à une bagarre qui a éclaté à la Rue 11, à quelques mètres du portail du stade Iba Mar Diop. Le corps du défunt a été retenu à la morgue de l’hôpital Aristide le Dantec en attendant d’effectuer une autopsie.

 

La violence dans l’arène vient d’atteindre son apogée en causant une mort d’homme. Gora Thiam est décédé dans des circonstances non encore élucidées à la fin du combat entre Pape Mbaye et Mobile 2. Il était âgé seulement de 24 ans et était ouvrier. «C’était la première fois qu’il se rendait au stade pour assister à un combat de lutte», nous raconte son grand frère Oumar Thiam, trouvé hier chez lui au quartier Cheikh Wade de Nimzatt 3 à Guiédiawaye. «Il était un ouvrier, un jeune garçon sérieux et concentré qui n’avait pas de temps pour allera usatde àcause de son emploi de temps. Il travaillait tous les jours de 9 heures à 19 heures».Dans la tristesse et la consternation, Ooumar Thiam relate comment sa famille a été informée de la mort de Gora Thiam diamnche dernier. Si certains soutiennent que c’est suite à une bagarre entre supporters des deux lutteurs ci-dessus nommés, d’autres sont formels : le jeune homme aurait reçu une brique à la tête, lancée par des agresseurs habitant le quartier Médina qui sont coutumiers des faits à la fin de chaque événements de lutte. D’après les témoignages recueillis auprès de sa famille et des membres du staff du lutteur, le jeune supporter et ami du lutteur Pape Mbaye (école de lutte Mor Fadam) a été agressé. Seulement le grand frère Oumar Thiam témoigne : «c’est seulement vers 20 heures que nous avons reçu un appel téléphonique de la part des amis de Gora Thiam, nous disant que ce dernier avait fait un choc au stade et qu’il était tombé puis transporté à l’hôpital. Car, à la fin du deuxième combat, une bagarre avait déjà éclaté entre les supporters de pape Mbaye et de Mobile 2. Et, Gora et ses amis ont décidé de sortir en premier sans suivre le grand combat, pour éviter la bagarre au portail. Et, c’est dans leur course, que son ami s’est rendu compte que Gora était tombé. C’est tout le jeune garçon qui était lui nous a raconté. Après nous nous sommes rendus à l’hôpital CTO de Grand Yoff, puis à Dantec où nous avons trouvé son ami qui nous a informé de sa mort. Les médecins étaient partis diner quand nous sommes arrivés. Nous n’en savons pas davantage sur la mort de Gora Thiam. Mais nous avons entendu beaucoup d’autres versions». La famille attend dans la tristesse et la douleur le corps du jeune homme pour l’enterrer à Touba. Mais, en tant que croyant et fervent disciple et adepte de la confrérie Mouride, le père de Gora Thiam ne compte pas porter plainte et dit s’en remettre à Dieu.Rokhaya THIAM

Lire la suite...

Certificats médicaux en vogue dans l’arène

 

N’est ce pas une hantise de la défaite chez les lutteurs ?

Tous les lutteurs jouissant d’une certaine notoriété dans l’arène frémissent à l’idée d’un subir un revers lors d’un combat. Ils vivent tous avec cette hantise de la défaite. Et, que penser, ces derniers de ces certificats médicaux brandis dans l’arène, qui pour éviter d’honorer un contrat de sponsoring, quid pour faire reporter un événement presque arrivé.

En tout cas le constat est le même et semble confirmer au moins une chose : une  grande peur de  la défaite habite les lutteurs au sommet et qui les oblige parfois à user de moyens et de stratagèmes pour reculer quand certains doutent d’eux ou ne sentent pas prêts.  Eviter de tomber ou d’être terrasser,  privant au passage les amateurs et le public d’assister à un beau spectacle, gérer le temps d’un combat pour s’en sortir avec un nul au pire ou alors brandir un certificat médical juste pour gagner du temps, faire reculer les dates  pour davantage se préparer sur tous les plans, surtout au mystique, cela semble être le mot d’ordre dans l’arène au rythme où vont les reports, les matchs nul et longs combats insipides et verdicts par décision médicale.

Lac 2 ne s’est pas rendu à Louga croiser Modou Lô et comme excuse, il brandit un certificat médical. Tyson en fait de même à 11 jours de son combat face à Balla Gaye 2. La lutte serait-elle en train e perdre petit à petit son aspect sportif et culturel à cause de gros cachet payé aux lutteurs ?

Rokhaya THIAM

Lire la suite...
19 mars de tous les dangers à DakarLa vague de révolte qui secoue les pays arabes de l'Afrique risque de s'étendre à l aprtie Ouest de ce continent. Car au Sénégal la tension sociale est à comble avec les nombreuses délestages, le coût très cher de la vie et la situation catastrophique du secteur de l'éducation de façon générale.Des grèves générales dans les lycées et collèges du pays, débrayage des enseignants et bras de fer avec l'Etat, coût élevé des denrées de premières nécessité et une crise énergétique qui perdure, tels sont les problèmes des sénégalais auxquels jusque là le gouvernement de Souleymane Ndéné Ndiaye peine à trouver des solutions. Les sénégalais ne manquent la moindre occasion pour manifester leur mécontement et leur ras le bol à travers des marches dans la rue. Ce qui fait penser à beaucoup de personnes que bientôt un mouvement de révolte spontané risque de voir le jour à Dakar. Et, cela semble se confirmer car Sidy Lamine Niass, patron d'un groupe de presse relativement influent dans ce pays a lancé avant hier un appel au peuple sénégalais à aller assiger la place de l'indépendance au centre ville le 19 mars prochain, un endroit que le boss de Walfadjri compte rebaptisé place Tahrir comme en Egypte. Cela veut tout dire..En tout cas les autorités étatique ont réagi hier à l'occasion d'un point de presse pour dire qu'elles vont prendre acte de cette déclaration et prendre toutes leur responsabilités.ça risque de chauffer le 19 mars prochain à Dakar.
Lire la suite...

Rencontre Wade / Idy

UN DIALOGUE DE MALIN A MALIN

L’actualité politique est en grande partie dominée par la reprise des négociations entre Idrissa Seck ancien PM et actuel maire de Thiès avec le président de la République Abdoulaye Wade.La rencontre entre les deux hommes, par ailleurs adversaires lors des dernièresélections présidentielles de 2007, hier au palais a suscité comme d’habitudedes commentaires. Suspicion etscepticisme, voire inquiétude et crainte animent certains libéraux.

Le dialogue entre Idrissa Seck et le président de la République Abdoulaye Wade est au cœur des discussions dans les plus hauts salons de la classe politique sénégalaise, en particulier ausein des libéraux. Car, le retour de l’ex secrétaire général n’arrangerait pascertains. Cette récente rencontre du maire de Thiès avec le pape du Sopi sonmentor et père putatif. Cela présagerait de probables des mesures en vue d'unenormalisation de leurs relations. Et, une certaine rumeur pale de promessesimportantes faites au maire de Thiès, pour que cessent les rivalités entre Idyet Wade que s’instaure désormais un climat de confiance.

Des postes ministériels importants en vue ? A ce propos d’ailleurs, la Jadis (jeunesse autour de Idrissa Seck) a clairement déclaré que «ondirait que les gens attendent que Idrissa Seck se positionne quelque part dansle gouvernement. Comment voulez-vous que Idy accepte d’être rétrogradé au rang de ministre dans un gouvernement où ilavait été jadis, Premier Ministre ? L’éthique même ne le permettrait pas.Ce que les gens n’ont pas bien compris c’est que après Wade, c’est lui et nonKarim, sans intermédiaire». Sur cette logique, il n’est donc pas à exclureun remaniement ministériel même si le président avait déclaré, il a faitl’éloge de Souleymane Ndéné Ndiaye actuel Premier Ministre il y a quelquesjours.

Les réactions sur le dialogue Wade/Idy n’ont évidemment pas manqué. Au cour du journal de la mi-journée sur la Rfm, Mame Less Camara, journaliste, constate que «depuis 2004, quelque chosede profond s’est cassé entre Idy et Wade et que les retrouvailles manquent desincérité. «Wade n’a pas digéré qu’Idy soit arrivé 2ém derrière lui lorsdes dernières élections présidentielles. Et de son côté, Idrissa Seck ne veutpas d’une dévolution monarchique du pouvoir en la faveur de Karim Wade. A monavis chacun cherche à neutraliser son vis-à-vis » dira le journaliste surles ondes de la Rfm.

Quant à Cheikh Sarr de Benno Siggil Sénégal, il pense qu’Idy gagnerait à clarifier sa place au sein du Pds car il a une position mitigée.

Pour d’autres, Idrissa Seck pouvait mieux faire à travers des interventions méthodiques et étayées en évoquant les problèmes sans exagération et sans complaisance pour lesresponsables de la dure situation des sénégalais. Mais il aura réussi àinstaurer le doute dans l’opinion publique et à entretenir de préjugés quicirculaient autour de sa personne sur les chantiers de Thiès et son engagementpolitique. Il aurait perdu de sa verve et n’est plus le même.

Rokhaya THIAM

Lire la suite...
Après son jubilé du 08 août dernier au stade Demba Diop, MoustaphaGuèye «Tigre de Fass» se retire donc définitivement des compétitions mais nequitte pas pour autant l’arène. Car, le champion de Fass compte sérieusement s’investirdans l’écurie de Fass et prendre les lutteurs en main pour redorer le blason àFass qui vogue toujours dans des eaux troubles. Au cours de l’entretien qu’ilnous a accordé, le «Tigre de Fass» entreprend de grands chantiers pour sespoulains et décline ses ambitions en tant que promoteur de lutte. Et, parricochet, Moustapha Guèye a reconnu ses déboires anciens avec Yahya Diop Yékiniet dit avoir désormais enterré la hache de guerre avec le roi des arènes.

Naturellement, à présent que Moustapha Guèye a fêté son départ, il va prendre les choses en main à l’écurie Fass. Comment compter vous vouspositionner dans l’écurie de Fass ?

Déjà, je suis le deuxième entraîneur de Fass derrière Serigne Ndiaye. Je ne vais pas venir pour imposer ma loi en exigeant des postes. Aussi il faut souligner qu’il ne s’est pasencore tenu une assemblée générale de sur l’administration de l’écurie Fasspour me confier un autre poste. Donc, je me contente pour le moment de celui de2em entraîneur. Dés que le temps me le permet je viendrai encadrer mespoulains. J’ai d’autres activités à gérer je ne pourrai pas par conséquent yêtre à plein temps. Cependant il n’ y a pas d’inquiétude à se faire sur monimplication dans le staff de l’écurie. Je dois tout à Fass et je compte rendrela monnaie en faisant des pensionnaires de bons produits dans l’arène.

Après la victoire la victoire de Bruce Lee sur Khadim Ndiaye, vous avez littéralement vendu votre produit en faisant sa promotion en direct sur la télévision.

C’est important ce que j’ai fait. Il y a beaucoup lutteur à l’écurie de Fass et Bruce Lee a été le seul à venir me dire qu’il souhaitait vraiment lutter le jour de mon jubilé avec ou sanscachet alors qu’il aurait pu mettrel’argent en avant. Son geste m’est allé droit au cœur raison pour laquelle j’aicontacté Khadim Ndiaye qui, lui aussi avait manifesté la volonté de lutter cemême jour rien que pour participer à la fête. Evidemment je leur ai payé lemême cachet et ils ont livré un bon combat. Bruce Lee est un jeune lutteurtalentueux, un technicien avec la taille et le gabarit qu’il faut pour un bonathlète. C’est un gosse qui a fait 18 combats. Il est très bon lutteur et je nevois pas dans l’arène un lutteur qui est meilleur que lui. Le seul grief que jepuisse lui faire c’est qu’il n’aime pas les entraînements et ne mène pas unevie professionnelle de lutteur. D’ailleurs je ferai de mon mieux pour leconscientiser sur le fait qu’il a bien sa place dans l’arène et qu’il pourraitaller très loin grâce à ses aptitudes physiques. Donc qui ne refuse de lecroiser dans l’arène a juste peur de lui ou ne veut pas le croiser, mais BruceLee reste l’un des meilleurs lutteurs de sa génération.

Est-ce que vous pouvez en dire autant sur Gris Bordeaux que l’écurie de Fass a intronisé officiellement comme «troisième Tigre» ? A-t-il toutes ses qualités que vous venezd’énumérer ?

Ceux qui contestent Gris Bordeaux sont soit contre l’écurie de Fass ou alors ne sont pas animés de bonne foi. Car, à mon avis il ne faudrait pas voir un lutteur sombrer et ne pas lui tendrela perche. Gris Bordeaux est un grand champion sur lequel compte l’écurie deFass. Il a fait un parcours tout de même méritant dans l’arène. Nous nousdevons de bien l’encadrer L’introniser comme troisième «Tigre» c’est une façonde lui rendre un hommage. C’est le lutteur le plus coté de l’écurie Fass sur leplan financier et il a l’avantage de son gabarit qui le positionne dans lacatégorie des poids lourds de l’arène. Il lutté contre les grosses pointuresque sont Yékini et Bombardier. Il a de l’aura et ne pouvait pas être rétrogradédans l’écurie et ne pouvait pas faire un meilleur choix à Fass.

L’héritage ne serait-il pas trop lourd pour Gris Bordeaux qui revient de deux défaites et d’une année blanche ? N’est ce pas plutôt pour juste le stimuler ?

Evidemment, c’est un héritage certes lourd, mais justement il est fait pour être porté. Et, n’oubliez pas que dans sa tâche, il sera assisté par tout le monde à Fass. Nous allons l’encadrerpour le faire revenir au top. Qu’il se contente juste de suivre rigoureusementses entraînements, les conseils qu’on lui donnera et tout se passera comme onle souhaite à Fass.

Dans l’écurie de Fass malgré laies nombreux pensionnaires peu d’entre eux brillent actuellement lors des compétitions ?

Il n’y a pas que Bruce Lee et Gris. Forza est un bon lutteur mais qui, malheureusement s’était blessé mais on compte énormément sur lui. Et, Papa Sow, Balla Diouf et tant d’autres qui s’entraînentet vont se révéler au public la saison prochaine.

Concrètement à quoi peuvent désormais s’attendre les amateurs de lutte avec la présence de Moustapha dans l’encadrement de l’écurie Fass ?

Que les gens sachent que Fass a un promoteur en la personne de Tapha Guèye à travers «Tigger Production». Je concocterai beaucoup d’affiches dans le cadre de la promotion des pensionnaires de l’écurie de Fass et par mêmeoccasion je me battrai pour révéler d’autres champions et jeunes lutteurs àtravers le pays. Il y a près de 4000 licenciés et seuls les 8% ont l’opportunitéde lutté durant la saison. Pourquoi des galas de lutte où on retrouve les mêmestêtes et pourquoi limiter les compétitions aux samedis et dimanches ? Jecompte apporter des innovations majeures en instaurant les mercredi de TiggerProduction.

Pour revenir à votre jubilé, il vous a aussi été une occasion de vous réconcilier avec Yékini. Parait-il, il vous a rendu visite dés son arrivé à Dakar ?

Oui. Yékini qui était absent du territoire national n’a pas assisté à mon jubilé. Cependant, dés son arrivé à Dakar avant-hier nuit, il m’a rendu une visite de sise dans ma maison sur laVdn auprès de ma famille. Un geste qui m’est allé sincèrement droit au cœur.Nous avons bien discuté dans une ambiance vraiment conviviale, des détails quiavaient affecté nos relations dans le passé et arrêté que maintenant, la hachede guerre est enterrée. C’est mon frère et il me respecte beaucoup et je le luirends. Yékini est un grand champion au palmarès exceptionnel. Je lui souhaitebeaucoup de bien et une bonne continuation.

Qu’est ce que qui vous opposait réellement ?

Nous n’avons pas voulu trop nous attarder sur les tensions et querelles du passé. C’est derrière nous et ce qui compte c’est que désormais la paix est faite entre Yékini et moi. Ce sont desdétails que je ne tiens pas à évoquer. Ce qui compte, je le répète c’est quedésormais, nous allons avoir de très bonnes relations.

Il vous a remis beaucoup d’argent, d’après la rumeur. C’était combien ?

Non, je ne dirai pas la somme, cela ne se fait pas. Par contre je puis vous assurer que ce qu’il m’a offert est largement suffisant couvrir toutes mes dépenses au cours et bien après cemois béni de Ramadan. (Rires) Je ne peux pas avoir de problème de «sukaar koor»cette année.

A propos de finances, vous auriez collecté beaucoup d’argent avec ce jubilé.

Certes, c’est vrai que j’ai gagné beaucoup d’argent avec mon jubilé. Mais ce qui le plus fait ns plaisir, c’est cette marque de sympathie dont ont fait preuves tous mes fans et nombreuxsupporters, tous ces gens qui ont fait le déplacement au stade pourm’accompagner lors de la cérémonie. Je ne les remercierai jamais assez. Merci àtous les fans de Moustapha Guèye, du fond du cœur.

Entretien réalisé par Rokhaya THIAM

Lire la suite...
Le meurtrier de Samesidine Dino Néma Aïdara serait dans l’entourage de Me Wade, selon la famille de la victimeLa famille chérifienne Aïdara de Dar Salam en Casamance a organisé samedi dernier une cérémonie de don de sucre et de riz aux populations des Parcelles Assainies (U 18), dans ce contexte marqué par les inondations rendant plusieurs familles sinistrées. Cependant, en marge de la cérémonie, les membres de la famille se sont prononcés sur la situation de leur cousin et frère Samesidine Kébanding Aïdara, le présumé meurtrier de Samesidine Dino Néma. La famille chérifienne exige la libération de Samesidine Kébanding qui séjourne en prison à Ziguinchor, depuis bientôt deux ans.En partenariat avec l’ONG islamique basée en Angleterre, «Ummah Welfare Trust» (UWT) finançant à hauteur de plusieurs dizaines de millions de francs Cfa l’association caritative ANASRU qui intervient dans la sous-région notamment en Mauritanie, Gambie, Guinée Bissau et en Casamance, dans le cadre d’un programme nommé «Iftare», la famille Aïdara de Dar Salam, d’après une initiative de Chérif Elbou Aïdara, a procédé à la distribution de trois tonnes riz et une tonne et demie de sucre aux populations des Parcelles Assainies U18. La cérémonie a débuté par un récital du saint Coran et par des prières formulées par Cheikh Sidy Ali Aïdara, Chérif Cheikh Makhfou Aïdara, des membres très influents de la famille. En présence de nombre de dignitaires de la famille Aïdara, de l’Imam et plusieurs notables du quartier et d’une partie de la presse sénégalaise, les populations ont donc reçu du riz et du sucre.Cependant, en marge de la cérémonie de don de vivres de soudure, la famille Aïdara a tenu un point de presse pour communiquer sur l’affaire sur la détention de Samesidine Kébanding accusé du meurtre de son cousin, Chérif Samesidine Dino Néma, assassiné le 20 décembre 2007. En fait, la famille Aïdara demeure convaincue de l’innocence de Samesidine Kébanding qui est prison depuis bientôt deux ans. «En tant que frère du défunt, depuis cet assassinat, les autres membres de la famille et moi, nous avons fait confiance en la justice sénégalaise, la laissant suivre son cours. Mais, le juge en charge du dossier n’est toujours pas en mesure d’interroger certaines personnalités de l’Etat impliquées dans le meurtre de Dino Néma. À un moment donné même, le juge avait promis et programmé la libération de Samesidine Kébanding Aïdara, mais en vain et depuis lors personne ne veut plus parler ce cette affaire. Pourtant en Casamance, tout le monde sait que Samesidine Kébanding n’a pas tué Dino Néma. Même les enfants de mon défunt frères savent que ceux qui ont tué leur père se trouvent au palais. Sa fille ainée a d’ailleurs une fois fait des déclarations dans ce sens», déclare Abbah Aïdara. D’ailleurs son frère Elbou Aïdara lui emboite le pas et précise que : «lors de son arrestation, Samesidine Kébanding s’activait pourtant dans des œuvres caritatives. Il a été arbitrairement arrêté. Nul en Casamance n’ignore que Dino Néma et Kébanding étaient des amis inséparables. Il n’est donc pas imaginable que c dernier soit l’assassin de son cousin». Toujours ce même ordre d’idées, un autre frère de la famille, Cheikh Talibouya Aïdara, oncle du défunt, va plus loin et déclare tout de haut que : «nous ne demandons pas de faveur au gouvernement parce que convaincus de l’innocence de Samesidine Kébanding. Car d’après l’avocat de la défense Me Ibrahima Sarr, il n’y a même pas de preuves indirectes pour inculper son client. Ce qu’il se passe c’est que ce sont des hommes tapis dans l’ombre et se trouvant au palais qui ont commandité le meurtre de Samesidine Dino Néma. D’après des enquêtes menées par son fils ainé, la piste des coupables mènes vers des personnalités au sommet de l’Etat. Il est clair que le dossier de la Casamance est plus que juteux et Dino Néma dérangeait beaucoup de personnalités qui n’ont pas intérêt à ce qu’il ait la paix dans le sud. L’accalmie en Casamance est en grande partie due à l’emprisonnement de Samesidine Kébanding. Il jouait un rôle important dans le processus de paix car connaissant la forêt et ayant d’excellentes relations avec les rebelles. Certains n’ont pas intérêt à le voir en liberté, car il faciliterait la paix en Casamance alors que pour ceux là, ce serait une grosse manne financière qui les échapperait alors. Et, Samesidine Kébanding en sait beaucoup sur le dossier de la Casamance. Il en le plus informé au Sénégal sur ce sujet. Le problème serait réglé s l’Etat collaborait avec lui». Et Chérif Abbah Aïdara de conclure en ces termes, «c’est cet argent injecté en Casamance qui a envenimé la situation».La rencontre africaine des droits de l’homme (Raddho) a été saisi sur cette affaire. Joint au téléphone, Alioune Tine le secrétaire exécutif s’est exprimé sur la détention de Samesidine Kébanding pour dire qu’il s’agit d’une violation des droits de l’homme et d’une détention arbitraire. «La Raddho a écrit au président de la République il y a trois mois et nous sommes en train de saisir sr le plan international la commission africaine des droits de l’homme. Que la justice se prononce clairement sur cette affaire car Samesidine Kébanding a été gravement accusé. Nous demandons aussi à la famille Aïdara de nous faire une délégation de pouvoir qui nous permette d’intervenir en leur nom» a t-il martelé.Rokhaya THIAM
Lire la suite...

La comptabilité du BSDA rompt son silence Depuis bientôt un mois, le contentieux entre le groupe de presse Walfadjiri et le bureau sénégalais du droit d’auteur (BSDA) occupe les devant de l’actualité. Dernièrement il semble qu’une bataille médiatique a été entreprise par les deux parties pour avoir chacune l’opinion publique de son côté. C’est un contentieux qui en tout cas suscite un réel débat juridictionnel. Et, le service comptable du BSDA sort de son mutisme et apporte quelques précisions.Le contentieux opposant le groupe Walfadjiri au bureau sénégalais du droit d’auteur (BSDA) est pourtant très simple à expliquer selon, M.Mendy, comptable de ladite société sortant ainsi de son mutisme. «En réalité, le BSDA avait demandé depuis 1998 des informations en vue d’établir un projet de convention devant régir nos relations au groupe Walfadjiri pour sa première radio et celle de Kaolack. Par la suite, le BSDA a fixé des redevances d’un montant de 3.378.500 de francs Cfa couvrant toute l’année 1998. Mais après quelques discussions ce montant a été ramené à 1.028.669 francs Cfa. Dans un premier temps, Walfadjiri s’acquittait de sa redevance mais, depuis 2003, le groupe Walfadjiri ne paie plus. Ce qui fait qu’il nous doit à l’heure actuelle, la somme de 13.372.691 francs, y compris des pénalités e retard de paiement et de non fourniture de programme. Cependant comprenez que cela ne concerne que Walf 1 (radio) et Walf Kaolack car pour les toutes les autres chaines à savoir Walf 2, Walf 3 et Wafadjiri Tv, le BSDA n’a jamais eu à délivrer une autorisation de diffusion des œuvres protégées», nous confie M. Mendy comptable au bureau sénégalais du droit d’auteur. A ce propos d’ailleurs, le BSDA réclame au groupe Walfadjiri la convention de 1. 028.669 francs qui ne lui a toujours pas été signée et retournée. D’après notre interlocuteur, depuis le début du contentieux, le groupe Walfadjiri n’a eu à payer que la somme de 5.289.595 francs en deux chèques dont le premier (société générale de banques du Sénégal) d’un montant de quatre millions de francs Cfa délivré le 06 janvier 2001 et un autre de 1. 289.595 francs de la même banque à l’ordre du BSDA le 28 octobre 2003. Cependant le 25 janvier 2007, le BSDA a rejeté un troisième chèque de 1. 028.669 francs Cfa pour le motif de «modicité de la somme» selon M. El Hadji Sène, inspecteur assermenté de la dite structure. Et, M. Mendy de poursuivre, «que Walfadjiri montre ses autorisations de diffuser les œuvres protégées du répertoire délivrées par le BSDA pour ce qui concerne les autres chaines de radio (Walf2, Walf3) et la Walf Tv. Il n’en a jamais eu. Alors il serait plus judicieux que le groupe Walfadjiri nous fasse parvenir dans les meilleurs délais, toutes les informations nécessaires en vue d’établir d’abord une convention nous permettant de fixer un montant exact de la redevance annuelle qu’il devra verser au BSDA».En résumé, tous ces montants avancés dans la presse ne sont que spéculations. Le BSDA ne serait pas encore en mesure d’évaluer combien lui doit le groupe Walfadjiri faute d’un projet de convention qui établisse dans quelles conditions il devra utiliser les œuvres protégées des artistes. Il n’existerait pas de contrat d’adhésion entre les chaines Walf 2, Walf 3 et Walf Tv avec la structure de Mme Abibatou Diabe Siby.Rokhaya THIAM
Lire la suite...

ENCORE UN JOURNALISTE À LA DIC

Le journaliste présentateur de l'émission Pile ou Face sur le 2stv, a été convoqué tôt ce matin à la division des investigations criminelles. Pour l'heure on ignore pour quel motif mais certaines langues pendues avancent ce serait la suite de son différend avec son patron El hadji Ndiaye.En effet Pape Alé d'après El Hadji Ndiaye directeur de la 2stv, aurait enregistré une émission avec Abdou Latif Coulibaly, journaliste écrivain, auteur du livre "Contes et Mécomptes de l'Anoci", à l'insu de son patron. ce dernier ne diffusera donc pas l'émission en question qui a été out simplement censurée. Non content de la décision de El Hadji Ndiaye, Pape Alé a convoqué les médias pou exposer son problème. Il s'en est suivie évidemment une réplique du directeur de 2stv à travers un point de presse où il apportera quelques précisions.L'émission avec Adou Latif Coulibaly ne sera pas diffusée par la 2stv, mais les sénégalais et tous ceux qui le désirent ont pu le suivre sur le site internet du journaliste à savoir leral.net. C'est peut-être cela la raison de la convocation par la DIC de Pape Alé Niang. Mais Wait and see!

Rokhaya THIAM
Lire la suite...

LESBIANISME À DAKAR

Attention aux milieux de dragueAu Sénégal, dans l’entendement des gens, l’homosexualité renvoie souvent à deux hommes entretenant des actes contre nature, que les bonnes mœurs et la religion condamnent. Cependant, chez les femmes, le saphisme, plus communément appelé lesbianisme existe aussi. Certaines sénégalaises, hélas, préfèrent les femmes aux hommes. Ce serait une pratique, -d’après nos enquêtes-, qui n’est d’ailleurs pas récente mais est longtemps passée sous silence ou inaperçue. Elle n’attire guère l’attention des gens. Contrairement aux hommes, les lesbiennes sont plus sournoises et difficiles à repérer. Elles sont souvent bisexuelles, mariées ou célibataires, il y en a même qui ont eu des enfants, menant une vie aux apparences tout à fait normal. Au bout de deux mois à fouiner un peu partout dans «certains milieux de drague» de la capitale et de sa périphérie, nos enquêtes pourraient lever un coin du voile sur le saphisme. Des femmes, évidemment, dans l’anonymat nous en donnent des témoignages renversants. Et le nom d'une grande chanteuse du showbiz national et international a été plusieurs fois cité, des sportives.L’affaire des homosexuels de Mbao a fait naître, il y a trois mois, des controverses au sein de la société et de toutes les communautés religieuses de ce pays. Des voies se sont levées pour condamner ce genre de pratique que la morale réprime. Ainsi neuf homosexuels ont été condamnés à une peine de huit fermes, puis relaxés. Mais ce que semble ignorer la plupart des sénégalais, c'est que les lesbiennes sont aussi de la partie. Pourtant, être désirée par un homme, c'est naturellement ce que toute femme souhaite le plus. Hélas les gouines préfèrent les femmes aux hommes. Cela explique d’ailleurs le terme saphisme, qui désigne une relation entre deux femmes qui ont des penchants sexuels. Saphisme viendrait du nom d’une poétesse grecque Sappho, de l’île de Lesbos, qui tenait un collège de jeunes filles, et dont les poèmes passionnés dédiés à ses amies, et la vie entourée d’autres femmes lui ont valu la réputation d’homosexuelle. Ce sont des rapports sexuels entre femmes souvent composés de caresses avec les mains ou la bouche, ou simplement de masturbations. C’est le fait, pour deux femmes, de frotter leurs sexes l’un contre l’autre.Les lesbiennes, même si elles sont plus discrètes que les homosexuels- qui souvent ont une apparence efféminée dans leur démarche ou leur habillement et leur façon de se vêtir- existent bel et bien au Sénégal. La pratique du lesbianisme se cache derrière des apparences d'amitiés singulières. C'est que leurs procédés et manières reste faire demeurent sournoises. Elles se fréquentent entre groupes restreints d’amies particulières. Les relations entre lesbiennes ne font pas tiquer les gens, car elles ont des apparences anodines d'une amitié naturelle. Cependant que de telles amitiés peuvent donc se transformer en piège. C'était difficile de les approcher car elles sont très méfiantes et sont hostiles à de nouvelles fréquentations. A Thiès ce sont des jeunes filles qui pratiquent le football qui sont indexées. Plus de cinq d'entre elles sont des gouines et connues de tout le quartier où elles habitent. A Dakar, dans une boîte de la place, quelques unes se signalent mais, font vite mieux de partir car n'appréciant pas la présence de votre interlocuteur qui est de surcroît journaliste. Elles choisissent d'elles mêmes les adhérentes à leur groupe. Ce sont souvent des femmes intellectuelles dans la majorité des cas, très riches, sensuelles mais avec une touche de féminité très marquée qui draguent de jeunes femmes ou filles. Même si parmi elles, il en existent des femmes s'habillant ou adoptant une attitude d'homme. C'est le cas d'un groupuscule de cinq jeunes filles, que nous avons “épiées” ou suivies pendant quelques temps au quartier de Médina. L'une d'entre elles est mariée mais, tout le monde dans les parages, témoigne qu'elle est lesbienne. Toutefois, une Jeune fille de nous confirmer: ”elle était une fois venue me voir à la maison. Je ne la connaissait que de vue. Mais puisque j'avais des dreads locks à la tête, son groupe n'avait d'yeux que pour moi et elle est venue me déclarer sa flamme comme un garçon. Je n'en revenais pas de l'entendre me parlais ainsi. Je lui ai demandé de partir avant que je n'appelle les gens. Mais elle n'a pas arrêté, de temps en temps elle passe me dire bonjour. Tout le monde me recommande de faire gaffe à elle car elle serait de connivence avec une bande de bagarreuses“. Les lesbiennes font la drague comme des hommes. Il suffit pour s'en rendre compte de se rendre dans certains endroits du Dakar-by-night, les grands hôtels et milieux de luxe. Ce sont les milieux dits de drague des lesbiennes intellectuelles. Mlle X en a fait l'expérience. “C'est à l'occasion d'une séminaire international organisé dans un grand hôtel de la place qu'une femme m'a approché pour faire connaissance disait-elle. Je la reconnus aisément car elle passe tout le temps à la télé et est très célèbre. Nous avons discuté un peu du métier que nous avons en commun. Elle m'a alors écrit sur un bout de papier son numéro de téléphone portable. Mais la façon dont elle me regardait me mit mal à l'aise et elle s'était rapproché de moi et me parlait en me carressant mes mains. Je crus d'abord que c'était juste de la gentillesse, mais elle roulait ses yeux semblait faire un numéro de charme comme si elle avait en face d'elle un homme. Elle m'a expliqué qu'elle vivait seule et qu'elle avait été coptée par une importante agence (bien connue dans ce pays) comme chargé de la communication. Je prétextais aller prendre un café et pris alors congé d'elle. Avant que je ne parte, elle a insisté pour que je lui téléphone. Plutard j'ai appris qu'elle était lesbienne et s'en cacherait même pas“. K. Dieng, de renchérir:”c'est sur la route de Ouakam à hauteur du restaurant X, alors que je hélai un taxi qu'une belle voiture ss'est garée à mes pieds. Il y avait à bord une femme. Je pensais qu'elle voulait des renseignements et je me suis approchée de la portière. Elle m'a dit sas détour que j'étais très belle et qu'elle vouliat bien me déposer la où j'irai, qu'elle voulait vraiment faire ma connaissance. J'ai tout de suite compris son jeu et j'ai décliné gentillement son offre. Elle me lança avant de démarrer que c'était dommage car elle a eu un coup de foudre avec moi“.Les lesbiennes sont maintenant nombreuses, même si actuellement, elles savent bien se terrer et fréquentent des endroits discrets. Elles se reconnaissent aisément entre elles. Comment elles sont devenues lesbiennes ? Qu’est ce qui les poussent à agir de la sorte ? Les réponses varient selon la personne. En fait, les femmes adoptent souvent certains comportements et font pratiques comme se laver ensemble, toucher le sexe ou les seins de l’autre, qu’elles jugent sans gravité. Ce sont des jeux auxquels elles s’adonnent naturellement cependant que cela mène tacitement à la dérive. Combien de femmes sont devenues lesbiennes et ont commencé à s’adonner au saphisme sans s’en rendre compte? En témoigne cette jeune dame,qui dit avoir raccroché, «au début, nous confie t-elle, c’était juste pour s’amuser à l’occasion des tours que nous organisions avec une bandes de copines. Elles sont toutes des driankés, de grandes commerçantes etc. Comme nous étions uniquement entre femmes, je ne trouvais pas de mal, parfois d’exhiber à l’occasion de certaines danses, nos dessous de pagnes et nos parties intimes. Mais petit à petit, l’une d’entre elles m’a approchée pour nouer une amitié «ndeydiké». Elle m’invitait chez elle de temps en temps. A chaque fois, elle me recevait dans sa chambre à coucher. Et puis un jour alors que nous étions toutes les deux sur le lit en train de causer, elle a commencé à me caresser, me demandant avec quels produits je me faisais blanchir ma peau. Sur le coup je comprit pas ce qu’il se passer et je me suis laisser faire. C’est comme ça que du jour au lendemain, je suis devenue lesbienne». D’autres jeunes filles nous dirons que «c’était juste l’occasion de rester vierge jusqu’au mariage. Un jeu entre des amies, mais qui n’implique aucuns sentiments, mais c’est pour se faire plaisir un moment et puis ça s’arrête là. Je préfère mille fois être avec ma copine que de me faire pénétrer par un homme. Les gens nous blament et parlent s'en savoir de quoi il s'agit réellement».Mais le témoignage de cet homme X, un batteur de tam-tam nous en dit en plus sur la pratique du lesbianisme; il y en aurait beaucoup plus qu'on ne l'imagine chez les grandes dames ou driankés. “C'est une grande dame, son mari était alors ministre. Elle organisait un “tama” dans sa résidence aux Almadies. Il n'y avait que de belles “driankés”, mais que des danses obsènes. Elles ne remarquaient même pas la présence d'hommes que nous étions mes trois gars et moi. Je l'ai suivie jusque dans sa chambre en battant mon “tama” mais la scène avec une dame était choquante. Elles se montraient leurs sexes mutuellement et l'une était presque nue en dansant, elle ne portait plus son pagne”.Mais la grande question est comment en sortir ? Comment reconnaître les femmes homosexuelles ou quelles peuvent être les signes particuliers pour les distinguer des autres? Parmi les gouines, il y en a qui incarnent le rôle de l’homme. Elles draguent amènent de nouvelles recrues au sein du groupe. A ce propos, une grande diva de la musique sénégalaise plusieurs fois été citée par des jeunes filles anonymes qui ne cachent pas leur lesbianisme mais préfèrent ne pas se montrer pour ne pas être juger par les populations. Cette chanteuse musicienne fait l'unanimité des témoignages, même ses amis confirment la rumeur du penchant sexuel de la chanteuse.Rokhaya THIAM
Lire la suite...

Walfadjr radio et télévision ne diffusent plusLe bras de fer avec le Bureau sénégalais du droit d’auteur (BSDA) pour non paiement des droits d’auteurs. En effet, les chaînes de radios de celle de la télévision du groupe privé Walf Communication ne diffusent plus de programmes depuis six jours. Le matériel a été confisqué par des huissiers encadrés par des éléments de la police. Cela s'est passé jeudi matin dans les locaux de la télévision sis au Front de Terre.C'est la consternation chez les responsable et travailleurs du groupe Walf communication du mollah de Sacré Cœur, Sidy Lamine Niass président directeur général du groupe.La mesure de fermeture est survenue suite à ne nombreuses plaintes des artistes sénégalais qui peinent à vivre de leurs arts à cause de la piraterie en premier, mais aussi à cause de toutes ces chaînes de radios et de télévisions qui ne paient plus les droits d'auteur ou alors qui tardent à le faire. C’est ainsi que le BSDA(bureau sénégalais du droit d'auteur) s'en est allé en guerre contre le groupe Waldjri qui doit à peu près 50 millions de francs Cfa aux artistes. Sidy Lamine Niass, selon le BSDA, refuserait de payer la somme d'argent due et ceci malgré plusieurs sommations.Evidemment le mollah et président du groupe Walf Communication nie devoir de l'argent au BSDA et crie à qui veut l'entendre que c'est là, juste une manœuvre de l'Etat sénégalais pour l'anéantir.”Tout a été bien orchestré. Ils ont commencé depuis le 22 mars dernier. Si ce n'est pas la RDV, c'est la RTS ou l'ARTP. Cette fois-ci c'est le BSDA mais, je sais en réalité que c'est l'Etat qui cherche à me nuire. Je vais commettre des avocats pou récupérer les biens qu'ils m'ont volés" a t-il déclaré.Pour l’heure les travailleurs du groupe Walfadjri ont décidé d’organiser, dans les jours à venir une marche de protestation à travers les rues de Dakar, ‘’pour que justice leur soit rendue et que leur outil de travail leur soit intégralement restitué’’. Ils nt tenu hier une assemblée générale au cours de laquelle les travailleurs du groupe disent ‘’prendre l’opinion à témoin sur cette forfaiture’’. Ils tendront en même temps une conférence de presse dans les prochaines heures.Rokhaya THIAM
Lire la suite...

LES NOUVEAUX ESCROCS DU NET

L’Internet est un superbe outil de communication mais des malfaisants, originaires des pays anglophones de la sous région, l’utilisent dans le mauvais sens en arnaquant d’honnêtes citoyens dont le seul tort est la naïveté . Notre reporte sillonnés les quartiers de prédilection de ces escrocs du net et nous raconte leurs modes opératoires. Reportage…Des cybers café, on en trouve maintenant dans chaque quartier de Dakar, ils poussent comme un champignon, dans tous les coins de la ville. C’est un business qui rapporte gros pour ceux qui ont fait le choix d’y investir leurs ressources. Ce sont des lieux qui ne désemplissent pas durant toutes les heures dans la journée. Les enfants, les élèves et étudiants, les adultes, bref tout le monde y trouve son compte. Mais un constat est très frappant, ce sont surtout les ressortissants de deux pays africains anglophones qui se singularisent. Ils y passent des heures et achètent parfois jusqu’à plus de 50 heures de connexion par semaine.Dans près de cinquante cybers visités à Dakar, un fait apparemment banal a toutefois attiré notre attention : il y a beaucoup de ressortissants étrangers africains anglophones, majoritairement des nigérians et ghanéens qui défilent, des va-et-vient incessants. Jusque là, rien d’anormal. Mais quand tous les gérants de cybers interrogés nous confient que ce sont des clients particuliers qui viennent en nombre et peuvent passer une journée entière à se relayer dans les cybers et ne veulent pas se mêler aux autres préférant s’asseoir côte à côte entre eux, il est alors intéressant de chercher à savoir pourquoi un telle attitude. Ils ne font qu’envoyer et recevoir des fax et cela aiguise quand même la curiosité. Et nous avons cherché à savoir s’il n’y avait pas anguilles sous roche.L’Internet c’est une révolution dans les nouvelles technologies et dans la manière de communiquer, un outil de travail désormais indispensable et avantageux qui a pris une place prépondérante dans notre société. C’est se parler et se voir au même moment malgré une distance de plusieurs milliers de kilomètres. Cependant, l’Internet c’est aussi un couteau à double tranchant car la cybercriminalité prend des proportions inquiétantes et il se signale des sites à caractère pédophile et pornographique. Aussi, la toile est devenue un moyen efficace pour escroquer des innocents par des transactions bancaires. Il existerait un vaste réseau, très bien organisé qui parvient à entrer en contact avec des internautes et de les soutirer de l’argent grâce à des manœuvres frauduleuses. C’est la possibilité de scanner des papiers officiels, de faire du faux et usage de faux. Via des liens sur plusieurs sites que nous parvenons pas encore à identifier sur Internet, des personnes mal intentionnées et qui maîtrisent l’outil informatique contactent des internautes au hasard pour leur raconter qu’ils auraient gagné une importante somme d’argent grâce à une loterie organisée sur plusieurs sites sur la toile. Mais c’est de l’argent pour lequel il fallait toutefois fournir ses numéros de cartes de crédit pour le recevoir directement sur un compte. Les internautes étaient ainsi dans un premier temps tentés de donner des informations personnelles comme l’adresse e-mail et le numéro de téléphone pour être directement contacté. Ils appellent dans la plupart à partir de pays étrangers sous un numéro de carte téléphonique non identifiable, comme nous le confirme madame D. directrice d’une agence de communication : « en fait il y a juste deux mois, j’ai reçu un appel téléphonique d’un certain monsieur Clark qui disait travailler dans une agence de loterie en Belgique. C’était pour me signifier que je venais de gagner du matériel électroménager d’une valeur assez importante qui allait me parvenir par voie maritime et que je devais aller récupérer, une fois arrivé au port autonome de Dakar. Dans un premier temps, ce fut une nouvelle qui m’intrigua car je n’avais jamais participé à une quelconque loterie. Et je lui en fis part d’ailleurs. Mais il me rassura en me disant que je n’avais pas de raison de douter puisqu’il m’appelait sur la ligne de leur bureau qui se trouverait en Belgique. Après vérification, j’ai pu effectivement me rendre compte que l’appel venait du Belgique et ainsi j’ai mordu à l’hameçon. Et il me rappela une semaine plus tard pour cette fois me dire que le matériel serait à bord d’un conteneur qui avait transité au Nigeria et que pour retirer mes bagages je devais juste leur faire parvenir une somme de 250 euros pour le dédouanement au port. J’en fis part à mon mari qui me déconseilla d’envoyer comme ça de l’argent sans m’assurer de bien connaître mes interlocuteurs. C’est ainsi que quand il me contera une unième fois pour me réclamer de l’argent pour un soi-disant dédouanement je lui proposa de m’envoyer la marchandise que je payerais qu’une fois que je l’aurais vue. Et depuis, il me laissa tranquille ». Et une autre personne monsieur P. Ndiaye, la quarantaine entamée, de nous dire « je suis un parieur et il m’arrive d’aller sur Internet et de jouer dans certains Casinos en ligne. C’est ainsi qu’au cours du mois dernier, un lundi vers 10 heures, j’ai reçu un appel sur mon téléphone portable. L’homme au bout du fil, certainement un homme blanc d’après son accent et le son de sa voix, m’a annoncé que j’avais en fait gagner la rondelette somme de 2300 euros. Et après la même occasion il me remit un numéro sur lequel je devrais le contacter dans bref délai pour rentrer dans mes fonds, ma prime ne serait plus valable. Sur-le-champ je partis à Liberté 3 voir un ami pour qu’il m’achète une carte téléphonique de 5 000 francs CFA puisque j’étais un peu fauché. Mais je ne le trouvais pas sur place. J’étais tellement désespéré de perdre une telle somme d’argent. C’est en moment, environ une heure après le premier coup de fil que le monsieur me rappela mais cette fois-ci me demander de lui communiquer un numéro de compte sur lequel il allait me virer l’argent. Je leur demandait alors de me rappeler trente minutes plus tard afin d’avoir l’aval de mon ami. Mais quand je lui en fis part, il me suggéra de laisser tomber. Mais l’homme inconnu insista encore pendant plus de semaines ».A Dieupeul par exemple, c'est le nombre anormalement élevé d’heures de connexion achetées par ses groupuscules étrangers qui intriguent le gérant d’un cyber. Les autres habitués des lieux se plaignent même car ils n’ont quasiment plus l’accés libre dans leur cyber préféré où à chaque qu’il viennent, faute de place disponibles, qu’ils trouvent occupées par ces personnes là.Que peuvent t-ils bien y faire ?Est-ce qu’il ne s’agirait pas d’un trafic de papier officiel ou même d’une escroquerie ? Un interlocuteur anonyme de nous confier que « j’ai été une fois contacté par un certain S. John pour servir d’interprète dans un échange de devise à l’aéroport. Le gars avait sur lui plus de deux millions en CFA et une importante somme en dollars et d’autres monnaies que je ne connais pas. Il me paya 15 000. Et me dit que si jamais je voulais voyager en Angleterre qu’il pourrait me procurer les papiers nécessaires pour pas cher ».Pour l’heure les rares concernés qui ont accepté de nous parler n’ont pas été bavard sur leurs activités dans les cybers. Mais la susceptibilité et la suspicion dont ils ont fait montre laissent penser que quelque soit l’activité dont il s’agit, elle ne serait pas du tout catholique. Pour l’heure, ce trafic et toute cette affluence suspecte e ces ressortissants anglophones, ne profite pour qu’aux gérants et propriétaires de cybers café. Bien des jeunes riverains se plaignent et restent convaincus que ces internautes peu ordinaires ne sont pas cleans.Rokhaya THIAM
Lire la suite...