Publications de Portail Humanitaire (18)

Du 7 au 15 décembre 2013, pendant La Social Good Week, Entrez en action

Portail Humanitaire vous propose de passer quelques de WebSurfeur solidaire :

Les organisations de la société civile des pays du Sud sont, chaque jour, des partenaires précieux de l'aide humanitaire d'urgence.
L'annuaire du Portail-Humanitaire, c'est un répertoire gratuit et collaboratif de ces ONG.
Aidez-nous à mettre à jour ce référentiel international et à améliorer la qualité du service en faisant connaître Portail-Humanitaire.org à travers vos réseaux et proposant des structures locales ou en devenant acteur. Un défi particulier pendant cette semaine en direction de l'Asie et de l'Océanie pour lesquelles l'information manque !

Portail-Humanitaire.org c’est 670 000 visiteurs /an, 
2 200 000 pages vues, 2 000 à 2 500 visiteurs uniques par jour !
Une application mobile avec + 6 000 utilisateurs + 13 300 abonnés Twitter

PArticiper Du 7 au 15 décembre 2013, 2 options pour participer :

  • rentrer une assos ponctuellement que vous connaissez , au travers du formulaire de saisie
  • rejoignez la communauté des websurfers solidaire du portail et tenez vous au courant des avancées de l'opération en vous inscrivant auprès de info@portail-humanitaire.org

Social Good Week

La Social Good Week

est une manifestation consacrée au numérique solidaire. Rassemblés autour du thème « Comment les nouvelles technologies changent le monde », plus d’une vingtaine d’évènements à travers la France proposent de découvrir ces innovations qui apportent des solutions à des problèmes sociaux et environnementaux, et de stimuler leur création. Utilisation des réseaux sociaux pour informer sur des maladies, création d’applications pour lutter contre la pauvreté, construction de site web pour rendre l’éducation accessible à tous…. L’alliance du numérique et de l’action sociale a d’ores et déjà porté ses fruits.
Nous sommes convaincus que la démocratisation des nouvelles technologies donne à chacun le pouvoir de passer à l’action, de s’engager, de se révolter, de faire entendre sa voix ; que la portée du numérique solidaire n’en est qu’à ses balbutiements ; et qu’il revient à un écosystème hybride d’inventer les outils et les usages qui changeront vraiment les choses.
La Social Good Week est une occasion unique de rassembler cet écosystème, développeurs, entrepreneurs sociaux, bloggeurs, activistes, autour d’une motivation commune : changeons les choses maintenant. Place à l’action.

Lire la suite...

Une conférence à découvrir au Salon Des Solidarités

Intervenants :

  • Gaël Musquet, président d'OpenStreetMap et spécialiste open source & gestion de crise pour l'association Silicon Sentier,
  • Antoine Petibon, directeur des opérations de la direction des relations et opérations internationales de la Croix-Rouge Française,
  • Mark Prutsalis, fondateurs et président directeur général de la Sahana Software Foundation (sous réserve),
  • Olivier Sarrat, ingénieur systèmes d’information au Groupe URD et animateur du projet Sigmah,
  • Modérateur : Bartel Van de Walle, professeur en systèmes d'information de la Tilburg University (Pays-Bas) et président de l'association ISCRAM.

Descriptif :

La réponse au séisme de Port-au-Prince en 2010 a fait apparaître aux yeux du système humanitaire international de nouvelles formes d’actions. Au moyen des technologies de l’information, les populations affectées sur place, aussi bien que des initiatives globales portées par des communautés de volontaires œuvrant pour des objectifs humanitaires, ont réussi à mettre en œuvre des formes de collaboration innovantes et des nouveaux services.

Un rapport, « Disaster Relief 2.0 », présente ces innovations et des recommandations pour une meilleure synergie entre ces nouvelles formes d’aide et le système déjà existant. Une des principales conclusions est la nécessité de faire se rencontrer les acteurs "traditionnels" du système humanitaire avec les acteurs émergents des communautés de volontaires informatiques qui sont au cœur de cette étude.

Cette conférence ouvre le débat sur les enjeux de l’exploitation de ces innovations et de l'amélioration de la collaboration entre ces deux types d'acteurs.

Pour aller plus loin, un espace dédié permettra au public de rencontrer ces nouveaux acteurs tout au long de la durée du salon.

Une conférence organisée par le Groupe URD et OpenStreetMap.

Lire la suite...

Loi relative à l’immigration et l'asile : Forum réfugiés regrette que le Conseil constitutionnel confirme un texte rognant des droits fondamentaux publié le 11 Juin 2011

Forum Réfugiés

Avant-hier, le Conseil d’état a mis fin aux espoirs de voir censurées les dispositions les plus inquiétantes du projet de loi sur l’immigration, en en validant le texte à quelques détails près.

Alors que la promulgation de la loi est imminente, on ne peut que déplorer vivement le fait que les autorités administratives pourront désormais :

  • créer des zones d’attente privant de liberté les membres d’un groupe d’au moins dix étrangers – y compris espacés chacun de 10 km – venant d’arriver de manière irrégulière sur le territoire ;
  • durcir dramatiquement les conditions du droit au séjour temporaire des étrangers gravement malades au seul motif que le traitement de leur pathologie « existe » dans leur pays d’origine, sans se soucier de la réelle disponibilité du traitement ;
  • interdire un étranger de retour sur le territoire français ;
  • allonger la rétention administrative des étrangers jusqu’à 45 jours, alors même que la durée moyenne de rétention ne dépasse pas 11 jours ;
  • marginaliser le rôle du juge judiciaire – pourtant garant de la liberté face aux risques d’arbitraire – puisqu'il n’interviendra qu’au bout de cinq jours au lieu de deux pour contrôler, d’une manière au surplus restreinte, la privation de liberté en cas de rétention administrative ;
  • rendre possible la mise sous bracelet électronique d’un étranger - mesure aujourd’hui réservée aux délinquants - et multiplier les mesures de surveillance et de signalement ;

En matière d’asile, la nouvelle loi durcit les conditions d’accès au séjour provisoire pendant la procédure d’asile, apporte des limitations à l’accès à l’avocat devant la Cour nationale du droit d’asile et autorise le recours problématique à la visioconférence par la Cour.

Par cette loi, le caractère dérogatoire du droit des étrangers se trouve encore accentué, au risque d’entamer l’exercice de droits aussi fondamentaux que celui de voir la privation de sa liberté contrôlée par un juge au-delà de 48h.

Forum réfugiés regrette vivement de n’avoir pas! été entendu et appelle les administrations et les juridictions à faire des nouvelles dispositions une application aussi humaine que possible.

 

Jean-François Ploquin Directeur général - Forum réfugiés

 

 


 



Une info proposée par :

www.Portail-Humanitaire.org
Un portail francophone collaboratif
pour faciliter l'action et la collaboration d'acteurs de solidarité
A suivre sur TWITTER

Lire la suite...

Un an après les expulsions où en est on ?

Maroc, Aïn Leuh, Le 8 mars 2010, en l'espace de 2 heures, 23 personnes expatriées étaient expulsées de l'orphelinat "Village de l'Espérance" (Village of Hope - VOH).
Il s'agit de 16 adultes et de leurs enfants qui s'étaient constituées familles d'accueil pour de jeunes orphelins marocains, pour la plupart abandonnés par leur mère, suite à une grossesse illégitime.
Les 33 enfants de VOH dont personne ne voulaient furent accueillis et aimés à partir de 1999 et jusqu'à 2010 dans des cellules familiales.

 

Depuis cette expulsion, qui s'est faîte en total désaccord avec la loi Marocaine (voir section "questions et réponses" ci-dessous), les familles d'accueil se battent ne serait-ce que pour ouvrir un dialogue avec les autorités du pays pour:
- Pouvoir retrouver les enfants qui pour la seconde fois dans leur vie ont été abandonnés.
- Obtenir justice concernant la totalité de leurs biens spoliés en l'espace d'une matinée (possessions, documents personnels, véhicules, bâtiments...), de manière arbitraire et sans procès d'aucune sorte.
 
Un an après ces événement dramatiques, malgré les tentatives d'apaisement et de rencontre de la part de l'équipe du Village de l'Espérance aucune ouverture de dialogue n'a été possible avec les autorités marocaines.

Nous lançons un appel afin de faire valoir le bien être des orphelins traumatisés par la séparation d’avec leurs familles d’accueil ainsi que les droits des travailleurs de VOH dont les biens ont été spoliés sans aucune forme de procès.
 
Les mois écoulés ont confirmé que le fonctionnement de VOH n’était pas le coeur du problème. En effet, presque 150 chrétiens et ainsi que des chiites marocains ont été expulsés au cours de l’année. Il s’agit en fait d’un geste politique comme l’explique le reportage de France 24.
 

 

Michael PAÏTA - Responsable projets de solidarité internationale pour La Gerbe



Quelques articles et vidéos publiées dans les jours suivant l'expulsion:
Article publié par "Telquel" mensuel Marocain , n°416
Vidéo :Conférence de presse de l'équipe VOH: Appel public au Roi Mohammed VI, suite à l'impossibilité d'être entendus par les autorités marocaines, 16/03/2010
Déroulement de l'expulsion : un responsable témoigne : 10/03/2010
Déclaration officielle du Village de l'Espérance , 11/03/2010
Vidéo France 24: une équipe de journaliste s'est rendu sur place et à interviewé des gens du village de Aïn Leuh, 06/04/2010
Article diffusé par France 24: Pourquoi le Maroc expulse-t-il les chrétiens?, 09/04/2010
 
 
Questions et réponses:
> De quel droit les chrétiens du Village de l'Espérance accueillaient-ils des orphelins Marocains?
VOH est en fait un projet issu du travail de deux femmes américaines ayant constaté, avant 1955, un besoin important concernant des enfants marocains abandonnés. En effet, dans le cas de naissances illégitimes, les jeunes mères, si elles gardent l’enfant, se retrouvent dans une situation extrêmement douloureuse, puisqu’une mère célibataire ne pourra jamais se marier et sera socialement rejetée, avec son enfant dont l’avenir est, de fait, directement compromis. De 1955 à 1995, Ellen Doran et Emmagenes Cortes accueillirent donc ces enfants, leur offrant l’espoir d’une existence sociale.
A partir de 1997 Errol Muller (directeur de V0H de 1999 à 2009), originaire d'Afrique du Sud, s'est rendu sur place et s'est mis en contact avec les autorités qui ont donné leur feu vert pour l'accueil des enfants. Ce sont ces mêmes autorités qui ont fixé un objectif d'accueil à 100 places. A la fermeture de l'orphelinat, 33 enfants étaient accueillis. Enfin, chaque enfant était confié à VOH légalement par le Caïd (juge de famille local) qui lui était le tuteur légal des enfants (question de la Kafala). Il est extrêmement suprenant de constater la fermeture de cet organisme sans aucune forme de procès et
dans l’espace d’une matinée alors que VOH avait reçu le 8 janvier (2 mois jour pour jour avant l’expulsion) un agrément le reconnaissant comme Etablissement de Protection Sociale (EPS). VOH était le seul établissement de la région d’Ifrane a posséder cet agrément. Seuls 5 établissements du pays possédaient cet agrément en 2010.

 
 
> Le Village de l'Espérance n'a t-il pas caché ses activités qui en fait consistaient à faire du prosélytisme?
Depuis le départ, les responsables du Village de l'Espérance ont toujours affiché une éthique chrétienne. Il était clair pour tous que les enfants seraient élevés dans une double culture et qu'à leur majorité ils choisiraient de s'orienter selon leur libre arbitre. Les familles étant chrétiennes vivaient leurs convictions à la maison. A l'école, les enfants recevaient un enseignement coranique comme la loi l'exige. Dans la mesure où la morale chrétienne n'est pas en conflit avec la morale de
l'Islam, les autorités ont accepté ce fonctionnement qui s'est fait depuis le départ en toute transparence. Enfin, et c'est essentiel, ces enfants on été élevés dans l'amour de leur pays. Ils étaient préparés à devenir de bons citoyens marocains. S'ils n'avaient pas été accueillis par le Village de l'Espérance, ils n'auraient eu comme espoir de vie social que la marginalité du fait de leur naissance vue comme illégitime
par la société.

 
 
> Les autorités marocaines sont souveraines sur leur territoire. N'ont-elles pas le droit de refuser la présence de personnes qu'elles estiment indésirables?
Le Maroc est souverain lorsqu'il s'agit d'accorder un droit de séjour sur son territoire. Mais sur ce point comme sur les questions d'expulsion, la loi marocaine est très claire.
Le Chapitre III de la loi n°02-03 relative à l'entrée et du séjour des étrangers au Royaume du Maroc, à l'émigration et à l'immigration irrégulières déclare que:

- sont susceptibles d'être expulsées les personnes étrangères ayant fait l'objet d'une condamnation définitive à une peine au moins égale à un an de prison sans sursis (Article 26 §6) :
disposition de la loi marocaine non respectée par les autorités


- Un étranger résidant régulièrement sur le sol marocain depuis plus de 10 ans ne peut être expulsé (Article 26 §3). Disposition de la loi marocaine non respectée par les autorités


Selon l'Article 23 de cette même loi:

- L'étranger, qui fait l'objet d'une décision de reconduite à la
frontière, peut, dans les 48 heures suivant la notification, demander l'annulation de cette décision au président du tribunal administratif, en sa qualité de juge des référés.
Disposition de la loi marocaine non respectée par les autorités
 

- L'étranger peut faire appel à un traducteur et avoir accès au dossier contenant les pièces sur la base desquelles il a été attaqué. Disposition de la loi marocaine non respectée par les autorités


- L'étranger a droit à une audience publique durant laquelle il est présent. Disposition de la loi marocaine non respectée par les autorités


Selon l'Article 24 de cette même loi:

- L'expulsion d'un étranger ne peut être exécutée avant l'expiration d'un délai de quarante-huit heures suivant sa notification ou, si le président du tribunal administratif est saisi, avant qu'il n'ait statué.
Disposition de la loi marocaine non respectée par les autorités


Un groupe de soutien s'est constitué sur Facebook et recueille déjà plus de 1500 amis.

 

 

 

Le Village de l'Espérance lors de l'annonce aux enfants du départ immédiat de leurs parents


Lire la suite...
 

Human Right« Quiconque, y compris Mouammar Kadhafi,
ayant ordonné ou commis des atrocités,
dont les homicides illégaux de manifestants,
doit savoir qu'il sera tenu personnellement responsable de ces actes. Nous craignons une forte hausse du nombre de victimes
si Kadhafi ne met pas fin immédiatement à sa répression sanglante
du mouvement de contestation.»

Sarah Leah Whitson,
directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord
à Human Rights Watch

Lire la suite de l'article

 


Dossier Lybie
Un dossier interactif du Portail Humanitaire
auquel vous pouvez proposer des liens pertinents.

Lire la suite...
Le 17 Octobre 2007, le Président Sarkozy s'est engagé à réduire la pauvreté d'un tiers en cinq ans et à publier chaque année un tableau de bord pour rendre des comptes aux Français.

Trois ans après, le gouvernement vient de communiquer sur un seul indicateur, que nous avons toujours contesté, « le taux de pauvreté monétaire ancré dans le temps » (seuil choisi à l'époque : 60% du revenu médian de 2007, soit 880 euros, ajusté par l'inflation) pour annoncer que la pauvreté diminue puisque ce chiffre est passé de 13,2% à 11,6% entre 2006 et 2008. Depuis le départ, le gouvernement a choisi un indicateur qui reflète bien mal la réalité.



Voir le communiqué de presse .
et la carte interactive pour trouver les annonces des divers évènements prévus.


Journée mondiale du refus de la misère17 octobre,
Journée mondiale du refus de la misère

reconnue par les Nations Unies comme la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté


Lire la suite...


Le Département des Yvelines donne rendez-vous le 2 octobre prochain
au Parc des Exposition de Mantes-la-Jolie pour la deuxième édition
des Assises "Yvelines, partenaires du développement".


Particuliers, associations, collectivités locales : tous les acteurs yvelinois
de la coopération décentralisée porteurs de projets ou souhaitant
s’impliquer en faveur de la solidarité internationale sont invités à participer.

Lire la suite...
Les multinationales doivent rendre des comptes !
Appel à mobilisation en vue d'une plus grande justice sociale et environnementale

Travail des enfants, expropriation de terres, destruction irréversible des forêts, mépris des normes de santé…

Nombre de multinationales se rendent coupables de violations des droits de l’homme ou d'atteintes à l'environnement dans les pays en développement. Parce que leur siège est en Europe et/ou qu'elles se cachent derrière leurs filiales locales, elles agissent dans une quasi-impunité et ne peuvent être attaquées en justice par les victimes de leurs activités.

Des Droits pour Tous, Des Règles pour les Multinationales! Il s’agit de la campagne lancée ce jour par le réseau Une seule planète et le Forum Citoyen pour la Responsabilité Sociale des Entreprises (FCRSE).

Plus d'info
Lire la suite...

Rroms : le tour de France des évacuations

Le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux a annoncé, le 28 juillet dernier, que la moitié des camps illégaux de Rroms serait démantelée dans les trois mois. Depuis, les évacuations et les expulsions vont bon train, sans que les médias en soient toujours informés. Le Courrier des Balkans vous proposera une carte actualisée chaque jour de ces opérations discriminatoires et reviendra, au cas par cas, sur ce que deviennent les familles traquées.
Source : Le Courrier des Balkans

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir également le [Dossier sur la question des Rroms] : Expulsion et accueil
proposé par le Portail Francophone de la Solidarité Internationale

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Lire la suite...
Et pourtant les médias en parlent si peu !
En 2004, le Tsunami était la plus grosse catastrophe naturelle,
« battue » début 2010 par le tremblement de terre en Haïti,
« battu » à nouveau par les inondations au Pakistan avec environ 20 millions de personnes touchées.
3 records en 6 ans !
Sans compter les autres catastrophes comme Katerina et autres ouragans... la famine au Sahel...
la crise économique qui, par répercussion, a gravement touché les pays pauvres…

Plus que jamais, la solidarité doit jouer.

Lire la suite...