Publications de N'dri Kauphy Stephen (5)

COTE D'IVOIRE: LES HABITATIONS A RISQUE

Comme cette maison, beaucoup sont les maisons qui présentent des risques , exposant leurs occupants à des dangers.sur cette image nous pouvons voir cette habitation perchée sur une colline de terre argileuse , rongée par l'érosion.Avec la saison des pluies qui s'annonce sur Abidjan par des averses par endroits,il faut dire que les familles vivant dans ce genres de maisons peuvent être victimes d'éboulement de terrain. Il faut donc que L'OFFICE NATIONALE DE LA PROTECTION CIVILE ainsi que toutes les structures qui ont à charge la sécurité civile doivent anticiper sur de probables désastres en sensibilisant les populations à risque sur les dangers qu'il ya à vivre dans pareils milieux en temps de pluies. Faite passer le message
Lire la suite...

LEURS PAROLES

VU LA SITUATION POLITIQUE ACTUELLE DE LA CÔTE D'IVOIRE
NOUS VOUS PROPOSONS UNE LISTE D'OPINIONS D'HOMMES D'ÉTAT IVOIRIENS:



LAURENT BGAGBO: '' C'est un honneur pour moi de faire un duel , un face à face avec ADO ''

JEAN JACQUES BECHIO: '' Quand on est Houphouetiste on ne vote pas pour un étranger ''

ANAKY KOBENAN : '' Votez le candidat RHDP ''

LAURENT GBAGBO : '' Je suis le seul candidat à avoir un électorat véritablement nationaliste ''

ANGELE GNONSOA : '' Nous appelons à faire bloc autour de LAURENT GBAGBO pour sauver le pays ''

MIAKA OURETO : '' Le choix de GBAGBO s'impose à ceux qui aiment la Côte d'ivoire ''
'' Bédié a préféré son bourreau à son bienfaiteur ''

ELIE HALLASSOU : '' Bédié n'est pas le propriétaire du PDCI-RDA ''

BEN SOUMAHORO : '' Le 28 novembre c'est la grande finale ''

PALE DIMATE : L'appel de Bédié est absurde ''



Extrait du blog souslarbreapalabre.ivoire-blog.com


Lire la suite...
En
plus du français que la côte D’ivoire a comme langue officielle, un
autre langage, qui a commencé dans les années 80 par le parlé des hommes
et enfants de la rue est a fini par se positionner comme une seconde
langue commune à tous les ivoiriens. Ce langage qu’on appel NOUCHI a
remplacer le français soutenu qui jadis était parlé par quiconque
voulait se faire entendre. Aujourd’hui a Abidjan et même partout en côte
d’ivoire tout le monde parle NOUCHI, Du charbonnier aux hommes d’Etat
en passant par les gens de la rue, les élèves, les étudiants, les
fonctionnaires, les hommes d’affaires, les commerçantes, … tout le monde
parle NOUCHI à cause de son usage facile mais surtout par sa diffusion
rapide et sa capacité à dépeindre la réalité ivoirienne telle qu’elle
est.
Le NOUCHI est un mélange de Français et de mots empruntés aux 65
différentes ethnies que compte ce pays avec quelques petits mots
Anglais. Quand on dit par exemple en NOUCHI « YA FOHÏ » on exprime la
quiétude et se traduit littéralement comme « YA RIEN » ou « YA PAS DE
PROBLEMES » ; le thème FOHÏ est un mot malinké qui veut dire rien. Il
faut « BLAI BLAI » pour dire calme toi ; « BLAI BLAI » est un mot Baoulé
qui veut dire doucement. En plus de ces mots, le NOUCHI s’est enrichi
des mots propres à la rue qui n’appartiennent à aucune ethnie. Il ya par
exemple les mots comme CABA : la prison, FRAYA : fuir, LALE : téléphone
portable, GAOU : ridicule. Cependant, il ya des mots en français qui
sont transformés d’une manière assez original afin de faire ressortir
une situation plus proche de la réalité ivoirienne. Ce sont par exemple «
TU AS VU DEDANS » pour dire TU AS COMPRIT ou « SON CŒUR EST MORT » pour
dire IL A PEUR. Comme mot Anglais nous avons par exemple « ENJOY » qui
est devenu ENJAILLE pour dire qu’on est joyeux.
Vu au début comme une manière de s’exprimer des gens de la rue qui
étaient mal vus, le NOUCHI était un langage de barbares de voyous, de
brigands mais aujourd’hui pour se faire facilement comprendre à Abidjan,
il faut parler NOUCHI. Même le Président Bédié dans un discours de
campagne a employé le thème NOUCHI « ILS VONT PRENDRE DRAP » pour dire
que ses adversaires auront du pain sur la planche. Charles Blé Goudé,
leader des Jeunes Patriotes à son tour s’exprime en NOUCHI en disant «
YA RIEN EN FACE C’EST MAÏS » pour dire qu’en réalité il n’ya pas
d’opposants face de son candidat. Le NOUCHI a quitté la rue pour la
classe politique ivoirienne,…Quelle sera sa prochaine destination ?

QUELQUES MOTS ET EXPRESSIONS NOUCHI

Mots NOUCHI Traductions Origines

nabobié salaud La rue
gnaga bagarre La rue
caba prison La rue
piss maison la rue
douahou chance malinké
môgô L’homme malinké
fraya fuir La rue
gbangban soulèvement La rue
zôtô L’argent La rue
gbringbrin monnaie La rue
Yôrô / bingué Europe Malinké et rue
zié voir Français(yeux)
Bara ou djôssi travail Malinké et rue
kpêkpêro Petit frère rue
Vié père Doyen Français (vieux père)
Vieille mère Doyenne '' '' ''
La gnagne police criminelle La rue
woody garçon Bété
gbehngué fusil baoulé
woyo taxi La rue
dakota Garde pénitencier La rue

- être enjaillé : être content
- c’est gâté : c’est la confusion
- c’est comment ? : Qu’est ce qui se passe ?
- elle est kpata : elle est belle
- j’ai kètèkètè : je me suis débrouillé
- wahyé quelqu’un : le ridiculiser
- tu es au zango : tu es sapé
- on est ensemble : on est d’accord
- bloques les sciences : arrêtes ces comportements
- vient on va gbô : vient on va manger
- j’ai fini avec ça : je suis un professionnel dans ça

N'DRI KAUPHY STEPHEN
+225 07 22 38 87
callebo7@yahoo.fr






Lire la suite...
Voilà déjà 50 ans que les pays africains ou du moins la plupart sontdégagés de la tutelle coloniale. Tutelle qui selon la plupart desafricains les empêchaient de s’épanouir, de se construire, de se développer. Seulement, après 5 décennies d’indépendances, nous pouvonsdire sans détour que même si les colons dans les années de « travauxforcés »portaient de quelques manières que se soit atteinte à la libertédes indigènes, ces derniers n’étaient pas moins responsables de leurspropres galères comme c’est le cas aujourd’hui.
Après les « euphories des indépendances » de 1960, le destin de chaquepays africains étaient aux mains de ses nouveaux conducteurs : sespropres fils. Ces fils avaient la noble mission de porter ce continentdans les entrailles même du développement grâce aux ressourcesnaturelles immenses dont disposait et dispose encore ce continent.Hélas, l’Afrique est victime de la gestion toujours désastreuse de seshommes d’état très souvent parrainés par « des mains noires » del’extérieur. Ils peuvent pour des raisons personnelles non nationalisteset cupides agréer des décisions non collectives, corrompre desparlementaires, entretenir des brigades spéciales puissamment arméesplus que l’armée régulière, manipuler la voix des urnes, etc.…
Déjà entre 1965 et 1970, des failles comme le tribalisme , la dictature,l’exiles d’opposants et la corruption des régimes politiques africainslaissaient voir les difficultés d’ordre politiques ,économiques etsociales qui secoueraient plu-tard Afrique déjà fragilisée par desguerres civiles.Les « nouveaux chefs » d’Afrique au lendemain desindépendances ne tardaient pas à entreprendre des campagnes dereprésailles :meurtres, enlèvements,exécutions d’opposants sur toutel’étendue de leurs États au détriment des familles qui perdaient desleurs sans traces ni enquêtes . C’est dans cette atmosphère politiqueque beaucoup des États d'Afrique ont évolués jusqu’en 1990 , date del’avènement du multipartisme. C’est l’époque de la mise en applicationde la démocratie. Ce système politique a bouleversé beaucoup de régimeet changé les habitudes des populations vis-à-vis de leurs responsablesqui étaient vus comme des dieux,destinés à Régner jusqu’à leursmorts.Seulement, après 20 de multipartisme pouvons nous dire quel’Afrique a été bonne élève à l’école de la démocratie ?pas vraiment.L’ Afrique n’a encore finit d’apprendre, ou tout simplement elle refused’apprendre .Des constitutions sont violées,des régimes nondémocratiques règnent en maître et des opposants sont arrêtés sansmotifs réels. Aussi avons-nous vu dans ces dernières années le retourd’une sorte de monarchie fabriquée dans le moule de la démocratie : à lamort d’un chef d’état, des circonstances dont nous ignorons encore lescontours provoquent la venue au pouvoir de son Fils promu dès le ventrede sa mère à la chose politique ,Tout simplement parce que « Papa » futun « Hero ».
L’ Afrique n’a pas changé, ses hommes d’état non plus. Pendant que nouscélébrons à tour de roles nos 50 ans indépendance , n’oublions pasnos frères , nos sœurs, parents , amis et connaissances qui sont tombésaux moments forts des crises qui ont secouées nos pays (Patrice Lumumba ,Norbert Zongo et tous les autres qui ont payé de leur sang le prix dela bonne gouvernance et de la liberté en Afrique.

STEPHEN KAUPHY
Lire la suite...
Voilà déjà 50 ans que les pays africains ou du moins la plupart sontdégagés de la tutelle coloniale. Tutelle qui selon la plupart desafricains les empêchaient de s’épanouir, de se construire, de se développer. Seulement, après 5 décennies d’indépendances, nous pouvonsdire sans détour que même si les colons dans les années de « travauxforcés »portaient de quelques manières que se soit atteinte à la libertédes indigènes, ces derniers n’étaient pas moins responsables de leurspropres galères comme c’est le cas aujourd’hui.
Après les « euphories des indépendances » de 1960, le destin de chaquepays africains étaient aux mains de ses nouveaux conducteurs : sespropres fils. Ces fils avaient la noble mission de porter ce continentdans les entrailles même du développement grâce aux ressourcesnaturelles immenses dont disposait et dispose encore ce continent.Hélas, l’Afrique est victime de la gestion toujours désastreuse de seshommes d’état très souvent parrainés par « des mains noires » del’extérieur. Ils peuvent pour des raisons personnelles non nationalisteset cupides agréer des décisions non collectives, corrompre desparlementaires, entretenir des brigades spéciales puissamment arméesplus que l’armée régulière, manipuler la voix des urnes, etc.…
Déjà entre 1965 et 1970, des failles comme le tribalisme , la dictature,l’exiles d’opposants et la corruption des régimes politiques africainslaissaient voir les difficultés d’ordre politiques ,économiques etsociales qui secoueraient plu-tard Afrique déjà fragilisée par desguerres civiles.Les « nouveaux chefs » d’Afrique au lendemain desindépendances ne tardaient pas à entreprendre des campagnes dereprésailles :meurtres, enlèvements,exécutions d’opposants sur toutel’étendue de leurs États au détriment des familles qui perdaient desleurs sans traces ni enquêtes . C’est dans cette atmosphère politiqueque beaucoup des États d'Afrique ont évolués jusqu’en 1990 , date del’avènement du multipartisme. C’est l’époque de la mise en applicationde la démocratie. Ce système politique a bouleversé beaucoup de régimeet changé les habitudes des populations vis-à-vis de leurs responsablesqui étaient vus comme des dieux,destinés à Régner jusqu’à leursmorts.Seulement, après 20 de multipartisme pouvons nous dire quel’Afrique a été bonne élève à l’école de la démocratie ?pas vraiment.L’ Afrique n’a encore finit d’apprendre, ou tout simplement elle refused’apprendre .Des constitutions sont violées,des régimes nondémocratiques règnent en maître et des opposants sont arrêtés sansmotifs réels. Aussi avons-nous vu dans ces dernières années le retourd’une sorte de monarchie fabriquée dans le moule de la démocratie : à lamort d’un chef d’état, des circonstances dont nous ignorons encore lescontours provoquent la venue au pouvoir de son Fils promu dès le ventrede sa mère à la chose politique ,Tout simplement parce que « Papa » futun « Hero ».
L’ Afrique n’a pas changé, ses hommes d’état non plus. Pendant que nouscélébrons à tour de roles nos 50 ans indépendance , n’oublions pasnos frères , nos sœurs, parents , amis et connaissances qui sont tombésaux moments forts des crises qui ont secouées nos pays (Patrice Lumumba ,Norbert Zongo et tous les autres qui ont payé de leur sang le prix dela bonne gouvernance et de la liberté en Afrique.

STEPHEN KAUPHY
Lire la suite...