Publications de Litteratour (4)

Du bonheur d'être enseignante de Français...

    En tant qu'enseignants, il faut dire que nous avons déjà tout vu, du cancre heureux qui, depuis le fond de la salle de classe, s'amuse à saper notre autorité, jusqu'à l'adolescente en pleine crise (De quoi? Devinez!!!) qui nous lance à la figure que notre statut ne vaut pas son blackberry tout neuf offert par son papa chéri....

Bon, bref. J'avais le choix. Faire l'inventaire de mes rancœurs d'enseignante et régler accessoirement son compte au système éducatif Camerounais, ou digérer en palabrant sur la question des copies de mes élèves dans la matière que j'enseigne, le Français.

Ce qu'il y a de bien quand tu enseignes cette matière, c'est que forcément, tu deviens tolérant. Soit, tu noies d'encre rouge les copies des élèves pour bien leur montrer l'étendue de leur inculture, soit tu installes dans ton cerveau une application pour retenir juste les mots clés afin d'éviter le déluge de zéros. J'ai appelé ça: SNO (Système de notation optimiste).

Après, tu as ceux qui se paient ta tête. Au bout de huit pages de dissertation, tu finis par comprendre trois choses: 1- Le gamin n'a assisté à aucun de tes cours 2- Le gamin se fiche d'avoir une bonne note ou pas, l'essentiel est de remplir le contrat social passé avec ses parents 3- Le gamin a réussi à filtrer les classes de cette façon depuis la maternelle. Après, quand à savoir ce qui est le plus effrayant...

Enfin, tu as les libres penseurs. Rois des néologismes, ceux qui te font parcourir les pages du Larousse au point d'en devenir folle. Perdre son latin ici n'est plus une expression dénuée de sens, c'est que les gamins te poussent vraiment au suicide intellectuel: au bout de deux mots du genre "démarration" ou "abréviage", tu te poses des questions sur tes propres connaissances!

Parfois, heureusement, une lumière émerge du tas de copies dont la seule vue pourrait te faire renoncer à enseigner. Une lumière qui te dit qu'elle a assisté à au moins un de tes cours, qui ne confond pas "lire un livre" avec "lire des posts sur facebook", bref, une lumière qui te rappelle qu'au fond, tu aimais bien ça au début, enseigner.

C'est cette lumière là qui te permet 'avancer, ensuite. C'est cette lumière que le Littératour veut suivre. Des perles qui émergent de cette forêt ténébreuse qui recouvre désormais nos établissements.

Un collègue m'a dit un jour que la médiocrité des systèmes éducatifs était le fait d'une grève silencieuse élaborée par les enseignants à cause des conditions de vie misérables dans lesquelles la société les plongeait. Mais je crois, parce que j'en ai fait l'expérience, qu'il suffit pour chaque enseignant d'un élève consciencieux et passionné, pour raviver la flamme...

Lire la suite...

FIN DE L’EDITION 2012/2013 DU LITTERATOUR

Les activités du Litteratour s’achèveront dans quelques semaines. Lancé en ce début d’années, l’atelier de lecture et d’écriture a régulièrement réuni une quarantaine d’élèves du Lycée d’Oyack autour d’œuvres littéraires et d’activités ludiques. Les participants à l’atelier réunis autour de l’animatrice Mme Juanita TSAYEM  ont donné libre cours à leur passion. Au final, les poètes et écrivains en herbe y ont trouvé un espace leur permettant de s’exprimer et  de s’initier à la création littéraire.

De l’avis général, le point d’orgue des activités pour l’année qui s’achève a été la participation du club de lecture et d’écriture du Lycée d’Oyack aux activités de la semaine de la jeunesse. Au cours des soirées culturelles organisées au Lycée et dans l’arrondissement de Douala IIIème,  les membres du Littératour  y ont présenté des poèmes et des saynètes sous l’encadrement de Mme SCHOUEL Carine  et M BAPIDI, laissant ainsi entrevoir des talents que nous étions loin de soupçonner.  

Bien sûr tout  n’a pas été rose. L’ambition affichée en début d’année de rallier d’autres établissements scolaires au projet est  loin d’être atteinte. Faute de moyens et de temps, les coordonateurs du projet n’ont pas pu organiser le concours d’écriture programmé pour clore les activités. Ils se sont cependant fortement investis  dans la sensibilisation au concours de lecture « trophée livre d’or ». En attendant l’organisation d’un véritable concours d’écriture inter-établissements, les meilleurs poèmes et nouvelles produits pendant l’année seront primés lors de la remise des prix du Lycée d’Oyack.

La reconnaissance désormais effective des activités du Littératour par la Délégation Régionale de l’Enseignement Secondaire du  Littoral  constitue en tout cas une importante étape pour les prochaines années. A ce soutien de poids a précédé celui du proviseur du Lycée d’Oyack Monsieur MOMHA Roland, des collègues enseignants d’Oyack et d’ailleurs mais surtout des élèves qui ont participé à cette première édition.  

A tous merci et à l’année prochaine !

                                                                                                                                         Juanita TSAYEM

Lire la suite...

Le Français???? Pour quoi faire?!!!!!!

"Le Français est ce magnifique vestige trouvé dans les décombres de l'époque coloniale"

A quelques mots près, une citation de L. Sedar Senghor, utilisée par François Hollande lors du dernier sommet de la Francophonie.

Tout ça c'est très beau, mais la mater bayam sellam, hein, elle n'en n'a cure. Le mec du marché Mboppi en haillons façon vêtements-tout-terrain, il s'en torche le derrière. Le taximan qui doit pointer son quart de journée, est ce que ça lui achète sa consommation quotidienne de cigarette,le "flanti"?

D'une certaine façon, notre société est le reflet de ces gamins dans nos écoles qui emmêlent les temps verbaux dans un réseau inextricable de phrases incompréhensibles. Et puis, au bout, on est toujours là à se plaindre, le bac et ses résultats alarmants, le niveau en chute libre des étudiants, etc.

Le Français, pourquoi faire???

Pour se vêtir comme un col blanc et affronter le degré zéro d'un bureau climatisé chez les ngomnas? Pour se rendre à Mbeng et singer le white?

Ou au fond, d'une certaine façon, et inconsciemment, par reconnaissance envers cette langue qui nous a offert, bien au delà des simples mots, le rire,le rêve, l'amour, la haine, la colère, et quelque chose de précieux enfin: l'oubli de ce monde merdique qui, derrière les grands idéologies, cache l'inhumanité démocratiquement consommée...

Alors, le Français, pourquoi faire????

Viens prendre la réponse dans nos cœurs.

Lire la suite...

Le Français???? Pour quoi faire?!!!!!!

"Le Français est ce magnifique vestige trouvé dans les décombres de l'époque coloniale"

A quelques mots près, une citation de L. Sedar Senghor, utilisée par François Hollande lors du dernier sommet de la Francophonie.

Tout ça c'est très beau, mais la mater bayam sellam, hein, elle n'en n'a cure. Le mec du marché Mboppi en haillons façon vêtements-tout-terrain, il s'en torche le derrière. Le taximan qui doit pointer son quart de journée, est ce que ça lui achète sa consommation quotidienne de cigarette,le "flanti"?

D'une certaine façon, notre société est le reflet de ces gamins dans nos écoles qui emmêlent les temps verbaux dans un réseau inextricable de phrases incompréhensibles. Et puis, au bout, on est toujours là à se plaindre, le bac et ses résultats alarmants, le niveau en chute libre des étudiants, etc.

Le Français, pourquoi faire???

Pour se vêtir comme un col blanc et affronter le degré zéro d'un bureau climatisé chez les ngomnas? Pour se rendre à Mbeng et singer le white?

Ou au fond, d'une certaine façon, et inconsciemment, par reconnaissance envers cette langue qui nous a offert, bien au delà des simples mots, le rire,le rêve, l'amour, la haine, la colère, et quelque chose de précieux enfin: l'oubli de ce monde merdique qui, derrière les grands idéologies, cache l'inhumanité démocratiquement consommée...

Alors, le Français, pourquoi faire????

Viens prendre la réponse dans nos cœurs.

Lire la suite...