Articles

Mon Activité

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • LA CRISE DU PARLEMENTARISME BOURGEOIS OCCIDENTAL. CE MODELE EST-IL A ADOPTER (OU A IMPOSER) EN AFRIQUE, COMME LE VEULENT LES USA ET LES OCCIDENTAUX ?

    Par Kenfack Dirane

    les alternatives :
    - Démocratie Directe, comme l’expérience-pilote de la Jamahiriya libyenne de Kadhafi ;
    - Démocratie souveraine de Poutine en Russie ;
    - Voie de développement chinoise.

    LA MONTEE DES PARTIS POPULISTES DANS L’UNION EUROPEENNE
    Alexander Mosesov, Correspondent du English News Desk, Sputnik News Agency (Moscou, anciennement La Voix de la Russie) : Sputnik a mené un sondage d'opinion sur les partis politiques en Europe et en particulier la montée de partis tels que l'UKIP, Podemos et le Front national. Lorsqu'on a demandé quelles sont les raisons de la montée des partis d'extrême droite, comme l'UKIP, Podemos et le Front national, la plupart des Européens ont cité trois raisons – le haut niveau de l'immigration (47%), des promesses qui ne sont jamais satisfaites (46%) et le désenchantement à l'UE (38%).

     

    Alex Mosesov / Sputnik News Agency: Nous avons découvert que les Européens attribuent la montée de ces partis au haut niveau de l'immigration et au désenchantement dans le projet de l'Union européenne. Une première chose à dire, c’est que la qualification à l'intérieur de la catégorie de "mouvement populiste" est une qualification du système occidental. Dans cette catégorie, ils ont inclus des forces politiques très différentes, principalement de façon à les discréditer. Il y a des partis de droite conservatrice, des mouvements populistes de gauche et les partis d'extrême droite bien sûr (dans la perspective idéologique du fascisme et du néo-fascisme). Dans ces pays, la position politique de ces forces populistes, mais aussi de leur place dans le jeu politique national, ne dépend pas seulement de l'histoire de chaque pays, mais aussi de l'histoire elle-même de chaque mouvement. Dans cette histoire, la relation de la conscience historique du peuple avec la mémoire de l'occupation allemande et du fascisme est différente.

    La question de l'immigration ou de la crise sociale n’est que les symptômes d'une crise plus profonde et fondamentale: la crise des Etats d'Europe occidentale. Un Etat européen qui est de plus en plus faible dans la confrontation avec la mondialisation libérale occidentale. Cet état ne fonctionne pas avec efficacité et ne remplit pas son obligation historique, politique et sociale. Dans cela s’inscrit aussi la crise du parlementarisme occidental, qui n’est plus une "démocratie", mais une oligarchie avec une classe dirigeante (politique, finance, médias et show-business) profondément séparée du peuple. Ce qui explique l'aspiration d'une partie de plus en plus importante de la population pour une autre et plus réelle forme de démocratie (comme la Démocratie directe, la Démocratie participative et ainsi de suite).

     

    Pour Alex Mosesov / Sputnik News Agency: Au Royaume-Uni, 67% des personnes interrogées ont cité les niveaux d'immigration.  Au Royaume-Uni, il ya une montée non pas d'un parti d'extrême droite, mais d'une force conservatrice: l’UKIP, qui n'a pas de base idéologique en commun avec le Front national français. Les clones idéologiques du FN français, comme le BNP (British National Party), n'ont jamais réussi à émerger électoralement.

    L’UKIP est aussi une opposition au système britannique qui s’inscrit dans divers mouvements indépendantistes, non seulement le puissant et important SNP en Ecosse (un parti de gauche). Mais aussi dans d'autres mouvements indépendantistes (par exemple au Pays de Galles).

    L’UKIP, qui est le principal adversaire au système britannique, peut montrer le meilleur et le pire. Ses positions en matière de politique étrangère sont en opposition avec le système occidental: l'amitié avec la Russie de Poutine, le soutien à la Syrie baasiste, le refus des expéditions militaires de l'OTAN. Par exemple l’UKIP soutient la position de la Russie dans le dossier de la Crimée avec une campagne publique spectaculaire. L'UKIP surfe surtout sur la question de l'immigration, mais au Royaume-Uni, il est principalement axé sur l'immigration interne de l'UE, avec des campagnes honteuses contre les Roumains, Bulgares et Polonais.

    Mais le centre de l'attraction politique populaire pour l’UKIP est l'échec complet des partis politiques classiques britanniques.

     Le désenchantement dans l'UE serait une exagération, mais parlons plutôt de l’

     échec de l’idée européenne (occidentale). Cette idée a été trahie par les politiciens d'Europe occidentale. Leur soumission à l'OTAN et aux Etats-Unis a complètement empêché la création dans les années 90 d'une "superpuissance Europe», un état transnational avec de l'argent, un gouvernement et une armée. L’OTAN est là pour interdire complètement cette armée européenne (qui est la condition indispensable pour un Etat européen). L'UE, et avant la CEE, a été construite sur l'idée de la paix entre les peuples européens (plus de guerre après deux guerres mondiales) et du progrès et de la justice. L'imposition par le système occidental de l'idéologie libérale détruit progressivement l'idée de progrès social et de justice. Pour le moment la question TATFA (traité transatlantique entre l’UE et les Etats-Unis) démontre le hiatus entre le libéralisme et «l'état social européen» occidental. L’OTAN avec ses différentes agressions militaires, et sa création illimitée de zones de tension, a fermé l'idée de paix entre Européens. Le bombardement de Belgrade en 1999, le premier bombardement d'une capitale européenne depuis 1945, a été la consécration de l'échec européen. Depuis lors l'idée européenne est à l'agonie.

    Cela explique aussi la crainte profonde des politiciens de Bruxelles pour la "Deuxième Europe» que le président Poutine construit avec l'intégration eurasienne, qui est une autre idéologie (grand-) européenne, une alternative pour unir le continent, et tout cela n’est pas supportable par la classe politique de l'Europe occidentale.

    Le Front national est une partie de l'oligarchie française, en dépit de toutes ses prétentions à être une alternative. Depuis sa création au début des années 70, le FN est instrumentalisé en permanence à la fois par la droite classique française et par la social-démocratie. Tous les présidents français ont joué sur ce point. Le Président Mitterrand en particulier a soutenu et organisé l’émergence de Le Pen dans les années 80, en lui donnant accès aux médias d'Etat de masse et en finançant le FN sur le budget caché de la présidence française (les fameux «fonds spéciaux»). La famille Le Pen, une famille de millionnaires, qui a fait fortune avec et par la politique, est un représentant de l'oligarchie française et non du peuple. Sur cela, vous ajoutez le népotisme et la direction clanique du parti. Cette semaine, il ya un grand débat en France parce que le nunéro 2 du FN Philippot a choisi pour avocat Goldanel, l'un des principaux chef de file, représentant non seulement du lobby néocon  atlantiste en France, mais aussi du lobby pro-israélien en France (le CRIF , équivalent de l'AIPAC américain, proche du Likoud israélien). Révélant les liens étroits entre ces lobbys et Marine Le Pen.

    En Espagne Podemos aussi ne peut pas offrir une alternative. Voir l'échec de Syriza en Grèce, à gauche. 

    Mon opinion est qu'il n'y a pas de possibilité dans le système parlementariste occidental. C’est également l'opinion de plus en plus de citoyens européens, qui refusent tout simplement toute participation à ce système. En France, le premier parti n’est pas le FN, mais le «parti des abstentionnistes». Lors des dernières élections européennes (mai 2014), ainsi que pour les dernières élections départementales (genre d'élection régionale), 60% des Français ne vont pas voter. Si vous prenez ces 60% à l'extérieur du vote (votes vraiment exprimés), le FN a moins de 10% et le PS du président Hollande a moins de 7%. Cette situation existe dans d'autres pays européens, par exemple 70% de la population tchèque ne sont pas allés voter aux élections européennes en 2014. Cela explique pourquoi des alternatives démocratiques tels que la Démocratie directe, le référendum, la Démocratie participative, etc, rencontrent un grand intérêt en Europe occidentale.

     

  • LE BALAI CITOYEN N’EST PAS UN EXEMPLE POUR L’AFRIQUE

        Dschang,le 08 aout 2017-08-10 pour la conférence du Think Thank, antenne de Dschang, Radio Yemba, Menoua-Dschang

    Conférencier : Kenfack Dirane

    - PRESENTATION DU BALAI CITOYEN

    Le balai citoyen est un mouvement qui se dit de la société civile burkinabé qui s’est opposé à Blaise Compaoré. Il a été cofondé par deux individus reconnus, populaires à savoir le musicien et animateur d’une radio sams’k et un rappeur, serge bambara. Ils étaient à la tête de plusieurs manifestations en 2014 et ont tenu des meeting avec les partis politiques d’opposition avec un nombre de manifestants estimé à 65 .000 personnes à Ouagadougou .

    Le mouvement se dit Sankariste en voulant restaurer les idées de celui-ci : La révolution, le marxisme, le mouvement des non-alignés. Le balai citoyen prétend nettoyer le pays de la corruption politique. Le nom de balai citoyen fait référence aux activités de balayage de rues et aux travaux initiés par thomas Sankara durant lesquels les citoyens s’armaient de balai et autres instruments pour nettoyer leur voisinage dans un acte civique, comme un moyen par la population de prendre en main son destin.

    Il est clair qu’en 2014 les Etats-Unis annoncent une vague de changement de régimes en Afrique. Le sommet alternatif organisé par un organisme américain  financé par le budget de l’Etat ,On a la NED(National Endowment for Democracy),la NDI (National Democratic Institute),l’Open society de Georges soros,l’USAID et un ensemble d’ONG, de medias-mensonges. De centaines d’activistes, de syndicalistes, de journalistes, d’opposants et responsables de la société civile sont pris en main et manipulés. En septembre 2014 la révolution organisée au Burkina le balai citoyen est la manœuvre des hommes pilotés par Soros. Le logo et les banderoles d’OPTOR sont la marque de fabrique du printemps africain. Le scénario burkinabé est bien connu. De 2000 à 2005,les révolutions de couleur ont installé les régimes pro-américain ;Serbie, 2005,Géorgie, Ukraine avec la révolution orange,la révolution du cèdre au Liban …Le schéma de déstabilisation est dans le livre de Maurice lemoine ;les enfants cachés du général Pinochet :précis de coups d’etat modernes et autres tentatives de déstabilisation.

    -LA FACE CACHEE DU BALAI CITOYEN

    L’objectif de l’occident aujourd’hui est de recoloniser l’Afrique et la maintenir sous son joug face à la chine, la Russie, la Turquie, etc… l’argent américain finance les mercenaires révolutionnaires à la solde des américains.Le cœur de l’action occidentale c’est l’argent massivement distribué à ces mercenaires. Car pas de « révolution de couleur » sans une intense préparation médiatique, à la fois au niveau du pays déstabilisé, mais aussi international. Ici soutien dans les autres pays africains. Support dans les grandes capitales occidentales. Rapidement les groupes de jeunes activistes sont organisés, sur le modèle des Serbes d'OTPOR/CANVAS (les tombeurs de Milosevic en 2000, la première des révolutions de couleur). Et tout aussi vite la conformisation de la presse africaine est mise en place, d'autant plus facilement qu'un vaste réseau d'ONG, Instituts et médias existe déjà. Soutenu, financé, organisé à la fois par les Réseau Söros (notamment la Fondation OSIWA, «Open Society Initiative for West Africa », en Afrique du Sud) et la NED et ses pseudopodes. La suite fait l'actualité de dizaines de pays livrés à la déstabilisation …

     

     

    Depuis les élections au Sénégal ou abdoulaye wade a voulu se maintenir au pouvoir, le mouvement « y en a marre » financé et soutenu par Georges soros est né. Le même modèle s’est reproduit au Burkina sur l’appellation de balai citoyen. La nouvelle crise au Burkina Faso, avec le putsch du RSP, révèle l’emprise des réseaux et des agents d’influence américains sur l’Afrique. la crise au Burkina Faso, comme dans tous les pays déstabilisés par Washington depuis un an, ne peut déboucher que sur l’instabilité. L’instauration du chaos est la voie scientifiquement choisie (c’est la géostratégie du chaos, théorisée notamment par les géopolitologues américains de Stratfor) par les USA pour dominer l’Afrique au XXIe siècle.

    Washington est un grand marionnettiste qui a instrumentalisé de nombreuses forces et les lance les unes contre les autres. Au Burkina Faso ,Zida (formé comme officier à l’Ecole des Amériques”) ou Diendéré (homme clé de la collaboration avec l’Africom US) sont sous contrôle US.

    Toute force politique ou sociale, tout politicien qui ouvre aujourd’hui une crise en Afrique sur les thèmes de l’agenda américain (la soi-disant “bonne gouvernance”, l’intangibilité des constitutions”, “alternance” etc) démontre qu’il travaille pour le néocolonialisme américain.

     D’autres mouvements  similaires sont nés, dont la lucha et filimbi en RDC et trop c’est trop au Tchad.Les vecteurs d’une nouvelle image de la jeunesse africaine qui se fait manipuler et luttant pour un mythe de démocratie dans leur pays. Ils ne réussissent pas à tromper les spécialistes des questions en rapport avec l’Afrique .Il suffit de s’interroger sur leur financement des activités pour percevoir une manœuvre à distance de l’occident qui forme une génération spontanée. L’USAID a reconnu le financement de la lucha et autres, afin de parvenir aux moyens et objectifs de la CIA dans la désapprobation, le déshonneur, c’est le leitmotiv de la création  de ces réseaux d’organismes. Les suspicions sur la mainmise de soros sur ces jeunes activistes africains sont confirmées .Soros , l’homme actif dans de nombreux changements de régimes dans le monde.

    LE BALAI CITOYEN N’EST PAS UN EXEMPLE  A SUIVRE

    Aujourd’hui  la jeunesse africaine aspire au changement ; L’occident a changé sa manière de déstabilisation qui n’est plus trop faite par les coups d’etat, mais une façon d’atteindre, de désinformer l’opinion, la société civile. Pour ce faire, ils comptent sur la misère des jeunes en leur distribuant de l’argent et en contrepartie ils manifestent pour un pseudo démocratie occidentale. Certains africains diront que l’Afrique n’a pas les moyens de financer ses révolutions. Vous avez tord. Il suffit de revisiter le passé glorieux de l’Afrique pour comprendre, apprendre et savoir   c’est dans ses valeurs, son identité spirituelle et culturelle que la richesse se trouve. Depuis la révolution burkinabé, quel  bilan pour ce pays ?

     

     

    Par KENFACK Dirane, professeur d’histoire géographie et ECM, chercheur et spécialiste du néocolonialisme occidental au XXIè siècle.

    Dschang,Cameroun.

     

  •  

    LE YEMEN, LA SECONDE GUERRE DU PROCHE-ORIENT APRES LA SYRIE CACHEE PAR LES MEDIAS DE L’OTAN

    C’est aussi l’ouvre des saoudiens et des américains (Comprendre que les BRICS ne sont pas une réalité géopolitique distribuant les bombes

    Par Kenfack Dirane.

    inscrit dans le projet US dit du « Grand Moyen Orient » et en voie de réalisation via le scénario stratégique opérationnel du soi-disant « printemps arabe ». Après l’Egypte et la Libye, le Yemen est un régime (agonisant) de plus, issu du Nationalisme arabe (de type nassérien), qui est remplacé par le système politique prôné par les USA dans le cadre de leur projet du « Grand Moyen-Orient » : l’association de militaires pro occidentaux (verrouillant le système) et d’un parlement sous contrôle ouvert aux islamistes radicaux. Le but étant de dissocier l’aile parlementariste des islamistes (Frères Musulmans, Salafistes, etc) de sa base radicale djihadiste (liée à Al-Qaida ou AQMI, son aile nord-africaine).

    la désagrégation du Yemen, un pays profondément divisé, dans un processus de guerre civile larvée, autour de factions armées antagonistes :

    - Nationalistes arabes (les partisans du président sortant Saleh qui a capitulé – en échange d’une immunité et du maintien de ses partisans dans l’armée et l’appareil d’état – et de son « Congrès Général du Peuple », l’ex parti dirigeant) ;

    - fondamentalistes soutenus par les Saoudiens, le Qatar et les USA (ceux du parti islamiste Al-Islah, hégémonique au sein de l’opposition) ;

    - Djihadistes d’Al-Qaida (qui contrôlent plusieurs villes et mènent une insurrection islamiste radicale puissante, la Guerilla d’Al-Qaida au Yemen n’en est plus au stade du terrorisme mais à celui d’une insurrection sur le modèle afghan). « Les djihadistes sont les derniers arrivés sur la scène yéménite en 2009. Après la restructuration des branches saoudienne et yéménite d’Al-Qaida dans la péninsule arabique et profitant de la déliquescence de l’Etat, ils sont entrés dans une phase active de contrôle du territoire » ;

    - une rébellion islamiste, née en 2004 – celle du du Mouvement houthi -, chiite cette fois (et discrètement soutenue par Téhéran), qui a proclamé une république autonome dans le Nord Yémen (à quelque 150 km de la capitale Sanaa !), qui est un équasi-Etat houthi de facto » ;

    - enfin, dans le Sud, où existait la République démocratique populaire du Yémen, un mouvement sécessionniste né en 2007 veut aussi reprendre son autonomie.

    SOMALISATION ET « THEORIE DU CHAOS »

    Une situation qui rappelle tragiquement précisément cette Somalie, qui servit de laboratoire au Nouvel Ordre Mondial US. Ou comment démembrer un Etat que l’on ne peut contrôler.

    Dans une Somalie aujourd’hui démembrée en cinq états fantoches (Somalie résiduelle – un état failli -, Somaliland, Jubaland, Puntland et autre Somalie du sud-ouest), livrée au chaos, les milices Shebab islamistes achèvent un pays à l’agonie assassiné par Washington et ses complices, ONU, NATO et cie … Sans oublier les frappes aveugles des drones d’Obama (comme au Pakistan), qui font principalement des victimes civiles innocentes. Qui se souvient aujourd’hui de l’Etat somalien en développement du régime socialiste de Siyaad Barre ?

    Derrière le chaos somalien, il y a une théorie, la « théorie géostratégique du chaos », qui est mise en place pour la première fois en Somalie à partir de 1992. Cette théorie du Chaos c’est le plan B du projet du « Grand Moyen Orient ». Le pseudo « printemps arabe » en étant le plan A.

    Les deux ont été mis en œuvre successivement au Yemen. Précisément dans ce Yemen qui fait face à la Somalie sur l’autre rivage du Golfe d’Aden …

     

  • LE BALAI CITOYEN N’EST PAS UN EXEMPLE POUR L’AFRIQUE

        Dschang,le 08 aout 2017-08-10

    - PRESENTATION DU BALAI CITOYEN

    Le balai citoyen est un mouvement qui se dit de la société civile burkinabé qui s’est opposé à Blaise Compaoré. Il a été cofondé par deux individus reconnus, populaires à savoir le musicien et animateur d’une radio sams’k et un rappeur, serge bambara. Ils étaient à la tête de plusieurs manifestations en 2014 et ont tenu des meeting avec les partis politiques d’opposition avec un nombre de manifestants estimé à 65 .000 personnes à Ouagadougou .

    Le mouvement se dit Sankariste en voulant restaurer les idées de celui-ci : La révolution, le marxisme, le mouvement des non-alignés. Le balai citoyen prétend nettoyer le pays de la corruption politique. Le nom de balai citoyen fait référence aux activités de balayage de rues et aux travaux initiés par thomas Sankara durant lesquels les citoyens s’armaient de balai et autres instruments pour nettoyer leur voisinage dans un acte civique, comme un moyen par la population de prendre en main son destin.

    Il est clair qu’en 2014 les Etats-Unis annoncent une vague de changement de régimes en Afrique. Le sommet alternatif organisé par un organisme américain  financé par le budget de l’Etat ,On a la NED(National Endowment for Democracy),la NDI (National Democratic Institute),l’Open society de Georges soros,l’USAID et un ensemble d’ONG, de medias-mensonges. De centaines d’activistes, de syndicalistes, de journalistes, d’opposants et responsables de la société civile sont pris en main et manipulés. En septembre 2014 la révolution organisée au Burkina le balai citoyen est la manœuvre des hommes pilotés par Soros. Le logo et les banderoles d’OPTOR sont la marque de fabrique du printemps africain. Le scénario burkinabé est bien connu. De 2000 à 2005,les révolutions de couleur ont installé les régimes pro-américain ;Serbie, 2005,Géorgie, Ukraine avec la révolution orange,la révolution du cèdre au Liban …Le schéma de déstabilisation est dans le livre de Maurice lemoine ;les enfants cachés du général Pinochet :précis de coups d’etat modernes et autres tentatives de déstabilisation.

    -LA FACE CACHEE DU BALAI CITOYEN

    L’objectif de l’occident aujourd’hui est de recoloniser l’Afrique et la maintenir sous son joug face à la chine, la Russie, la Turquie, etc… l’argent américain finance les mercenaires révolutionnaires à la solde des américains.Le cœur de l’action occidentale c’est l’argent massivement distribué à ces mercenaires. Car pas de « révolution de couleur » sans une intense préparation médiatique, à la fois au niveau du pays déstabilisé, mais aussi international. Ici soutien dans les autres pays africains. Support dans les grandes capitales occidentales. Rapidement les groupes de jeunes activistes sont organisés, sur le modèle des Serbes d'OTPOR/CANVAS (les tombeurs de Milosevic en 2000, la première des révolutions de couleur). Et tout aussi vite la conformisation de la presse africaine est mise en place, d'autant plus facilement qu'un vaste réseau d'ONG, Instituts et médias existe déjà. Soutenu, financé, organisé à la fois par les Réseau Söros (notamment la Fondation OSIWA, «Open Society Initiative for West Africa », en Afrique du Sud) et la NED et ses pseudopodes. La suite fait l'actualité de dizaines de pays livrés à la déstabilisation …

     

     

    Depuis les élections au Sénégal ou abdoulaye wade a voulu se maintenir au pouvoir, le mouvement « y en a marre » financé et soutenu par Georges soros est né. Le même modèle s’est reproduit au Burkina sur l’appellation de balai citoyen. La nouvelle crise au Burkina Faso, avec le putsch du RSP, révèle l’emprise des réseaux et des agents d’influence américains sur l’Afrique. la crise au Burkina Faso, comme dans tous les pays déstabilisés par Washington depuis un an, ne peut déboucher que sur l’instabilité. L’instauration du chaos est la voie scientifiquement choisie (c’est la géostratégie du chaos, théorisée notamment par les géopolitologues américains de Stratfor) par les USA pour dominer l’Afrique au XXIe siècle.

    Washington est un grand marionnettiste qui a instrumentalisé de nombreuses forces et les lance les unes contre les autres. Au Burkina Faso ,Zida (formé comme officier à l’Ecole des Amériques”) ou Diendéré (homme clé de la collaboration avec l’Africom US) sont sous contrôle US.

    Toute force politique ou sociale, tout politicien qui ouvre aujourd’hui une crise en Afrique sur les thèmes de l’agenda américain (la soi-disant “bonne gouvernance”, l’intangibilité des constitutions”, “alternance” etc) démontre qu’il travaille pour le néocolonialisme américain.

     D’autres mouvements  similaires sont nés, dont la lucha et filimbi en RDC et trop c’est trop au Tchad.Les vecteurs d’une nouvelle image de la jeunesse africaine qui se fait manipuler et luttant pour un mythe de démocratie dans leur pays. Ils ne réussissent pas à tromper les spécialistes des questions en rapport avec l’Afrique .Il suffit de s’interroger sur leur financement des activités pour percevoir une manœuvre à distance de l’occident qui forme une génération spontanée. L’USAID a reconnu le financement de la lucha et autres, afin de parvenir aux moyens et objectifs de la CIA dans la désapprobation, le déshonneur, c’est le leitmotiv de la création  de ces réseaux d’organismes. Les suspicions sur la mainmise de soros sur ces jeunes activistes africains sont confirmées .Soros , l’homme actif dans de nombreux changements de régimes dans le monde.

    LE BALAI CITOYEN N’EST PAS UN EXEMPLE  A SUIVRE

    Aujourd’hui  la jeunesse africaine aspire au changement ; L’occident a changé sa manière de déstabilisation qui n’est plus trop faite par les coups d’etat, mais une façon d’atteindre, de désinformer l’opinion, la société civile. Pour ce faire, ils comptent sur la misère des jeunes en leur distribuant de l’argent et en contrepartie ils manifestent pour un pseudo démocratie occidentale. Certains africains diront que l’Afrique n’a pas les moyens de financer ses révolutions. Vous avez tord. Il suffit de revisiter le passé glorieux de l’Afrique pour comprendre, apprendre et savoir   c’est dans ses valeurs, son identité spirituelle et culturelle que la richesse se trouve. Depuis la révolution burkinabé, quel  bilan pour ce pays ?

     

     

    Par KENFACK Dirane, professeur d’histoire géographie et ECM, chercheur et spécialiste du néocolonialisme occidental au XXIè siècle.

    Dschang,Cameroun.

  • Bonsoir Kenfack Dirane merlin,

    Merci pour la demande de contact. Je vois que le journalisme à encore de belles heures devant lui au Cameroun. Je n'avais pas encore entendu parler de Maroua, j'espère que tu m'en apprendras plus.

    A bientôt

    Grace

This reply was deleted.

A propos

Sexe

Homme


Lieu

Maroua, Cameroon


Anniversaire :

11 décembre


Pays de résidence

Cameroun


Ma ville

Maroua


Mon année de naissance

entre 1980 et 1989


Ma profession

Enseignant-chercheur


Mes centres d'intérêt

éducation et sensibilisation de la jeune fille à l'extreme-nord Cameroun,promotion de l'éducation,du leadership féminin


Notification

Kenfack Dirane commented on Kenfack Dirane's photo
"s'orienter à Douala-Cameroun"
30 déc. 2018
Kenfack Dirane left a comment for Kenfack Dirane
"LA CRISE DU PARLEMENTARISME BOURGEOIS OCCIDENTAL. CE MODELE EST-IL A ADOPTER (OU A IMPOSER) EN AFRIQUE, COMME LE VEULENT LES USA ET LES OCCIDENTAUX ?
Par Kenfack Dirane
les alternatives : - Démocratie Directe, comme l’expérience-pilote de la Jamahir…"
30 déc. 2018
Kenfack Dirane left a comment for Kenfack Dirane
"LE BALAI CITOYEN N’EST PAS UN EXEMPLE POUR L’AFRIQUE
    Dschang,le 08 aout 2017-08-10 pour la conférence du Think Thank, antenne de Dschang, Radio Yemba, Menoua-Dschang
Conférencier : Kenfack Dirane
- PRESENTATION DU BALAI CITOYEN
Le balai citoyen…"
30 déc. 2018
Kenfack Dirane left a comment for Kenfack Dirane

LE YEMEN, LA SECONDE GUERRE DU PROCHE-ORIENT APRES LA SYRIE CACHEE PAR LES MEDIAS DE L’OTAN
C’est aussi l’ouvre des saoudiens et des américains (Comprendre que les BRICS ne sont pas une réalité géopolitique distribuant les bombes
Par Kenfack Diran…"
30 déc. 2018