Publications de KOM Bernard (10)

Profil du nouveau Scientifique Africain

Par KOM Bernard, en collaboration avec la classe de Terminale C ( 2012/2013) du Lycée JOSS de Douala.

    Vendredi 07 Novembre 2012

          L'un des nouveaux concepts qui fait fureur depuis quelques années déjà maintenant  dans le concert des nations est bien celui de "pays émergents", des pays qui comme la Chine, l'Inde ou le Brésil, ne sont plus en voie de développement tout simplement. Ces pays qui désormais tutoient plus ou moins les grands du G7 dans un domaine de production ou un autre, sont de plus en plus pris comme modèle dans le monde, et pour les pays pauvres en particulier.

          Et comme la tendance l'oblige, les pays africains, déterminés à ne pas demeurer à la traîne, ont mis le "cap sur l’Émergence", qui dans vingt ans, qui dans quinze ans, etc. Si l'observation démontre que l’atteinte du point d'émergence est fortement tributaire d'un facteur tel que la Technologie, quoi de plus normal que l'Afrique se mobilise davantage sous cet angle d'attaque. Que l'Afrique soit déjà parvenue à ce jour à produire ses propres téléphones portables (Benjamin LEKOUA, Cameroun), à fabriquer sa propre tablette numérique (Vérone MANKOU, Congo), à mener la conquête spatiale ( Jean Patrice KEKA OKESE, R.D. Congo), à produire des voitures électriques (TICKODRI TOGBOA, Ouganda), pour ne citer que ces quelques cas, cela mérite d'être promu à la face du monde en général et des Africains eux-mêmes en particulier.

          C'est dans le même objectif d'un ardent soutien de la Science et de la Technologie au développement du continent africain, qu'est publié le présent article. De ce fait, voici énumérées quelques recommandations aux scientifiques Africains:

1- Le Scientifique Africain doit rechercher davantage de perfection dans son domaine.

2- Il doit maitriser (Comprendre, Écrire et Parler ) plus ou moins l'anglais et/ou le Chinois.

3- Il doit s'informer (Radio, Télé, Affiches, Journaux, Internet, etc.) régulièrement.

4- Il doit être sportif, si sa condition physique le lui permet.

5- Il doit désormais aspirer à des fonctions administratives et/ou politiques, question de mieux intégrer les sphères décisionnelles et imprimer une autre approche gouvernementale.

6- Il doit promouvoir davantage de Scientifiques à des postes de responsabilités, lorsqu’il en a le pouvoir.

7- Il doit croire à son esprit de créativité, sans préjugés aucun vis-à-vis des autres peuples.

8-Il doit s'informer des prouesses scientifiques et technologiques de ses prédécesseurs Africains ou Noirs. A voir sur www.africamaat.com ou sur www.panafrique.e-monsite.com, par exemple.

9- Il doit être panafricaniste, car le panafricanisme scientifique dont CHEIKH ANTA Diop en est l'un des grands précurseurs, est une aubaine pour l'Afrique.

10- Même s'il rêve de s'imposer à la N.A.S.A (National Aeronautics ans Space Administration), à la SILICON VALLEY, américaines, ou à BANGALORE (Inde), il doit d'abord se soucier de transformer positivement par son génie, le quotidien de ses semblables sur le continent.

11- Il doit créer et / ou participer à des espaces permanents d'échanges scientifiques et philosophiques.

12- Pour des besoins locaux, il doit rechercher le concret en priorité.

13- Il doit toujours trouver les voies et moyens de s'harmoniser avec les autorités de son pays, en vue du développement.

          Penser à l’Émergence, avoir le souci de bâtir les États-Unis d'Afrique un jour, c'est bien, mais ,il faut s'en donner tous les jours les moyens, même idéologiques d'emblée. L’Africain doit proposer à l'Afrique, en jetant un regard critique (et non plus exclusivement admiratif) sur les autres cultures, afin de sortir de l'éternel philosophie inverse. Aux lecteurs de compléter éventuellement cette vision. Vive l'Afrique.

Lire la suite...

Islam faced with religious extremism

          International news is daily marked by a certain  dose of permanent violence. This violence is due to sport , war, politics, living conditions and sometimes also, religious fundamentalism.

           
How long can one remain indifferent to all these religious clashes that take place in Palestine, Nigeria, Somalia, or all of these bomb attacks that fill the lives of many citizens of the planet? Is it possible to remain inactive when one often lives scenes of violence in schools, or if there are around you relatively authorized voices  to deal with the question in one way or another, and when research  suggests you ideas? Probably not. The world needs peace, and any builder can only mobilize in a natural way to bring his contribution to the construction of the building.

          
The following analysis is a given to think freely by everyone. It focuses on the relationship between Islam and religious extremism, in order to eventually contribute to easing the various tensions observed between human communities. The approach here is that of a cold and honest questioning vis - à - vis the different aspects of the problem. Here is:

1 - Does the JIHAD (holy war), a concept that does not seem peaceful visibly, not contribute to threaten world peace through the Islamists?

2 - How must the moderate Muslim understand and/or interpret the concept of holy war?

3 - Al-Shabaab in the horn of Africa, AQMI in the Maghreb, Boko Haram in Nigeria, MUJAO jihadis, MNLA and ANSAR DINE in the north of Mali, and other similar attacks in northern Cameroon. Can we, through this panorama, think that one day, some extremists Muslims seated to plan the global Islamization of Africa?

4 - What practical actions do moderate Muslims undertake daily against radical Muslims?

5 - Islamists, to take the case of northern Mali, want to install a new moral and religious order, but what then when at the same time, they benefit from drug trafficking? Is this not in contradiction with the divine ethics they want to achieve? Do they not just want to hurt, at the end?

6 - What urgent, concrete and permanent mesures can you propose in order to prevent religious conflicts that already threaten many countries in the world?

7 - When a football team comes to be denominate "Muslims", as it is often the case in our cities, is this really acceptable? Isn't that already a virtual fracture for peace needed between religious communities?

8 - The knife seems to be a strong symbol for some Muslims who wear it so regularly. How to explain this attitude? Is it proper in society?

9 - One has the impression that some extremists Muslims, in case of conflict, easily stab their fellow man, or easily sacrifice themselves as Kamikaze, killing often many innocent lives. Does this means that human life represents nothing to them? How do you explain that extremists of other religions do not always do so?

10 - One of the fundamentals of Arab-Israeli conflict in the Middle - East is religion, and more specifically religious fundamentalism. In order to radically solve this problem that every day kills many humans, can we not simply and harmoniously rewrite sacred texts, even as they were, they say, inspired by God. Desperate diseases require desperate remedies, as the saying goes, right? What do you think?

11 - Who finances jihadism in the world, since the movements involved are often well armed?

12 - Should we fear that one day in the future, other people of our country come to suffer from a jihad launched by local extremists, animated by a sudden inspiration?
 
13 - "If someone strikes you on the right cheek, turn to him the other ...", or "Love your brother as yourself", we read in the Holy Bible. The Holy Qur'an itself, permits to return evil with evil, under certain conditions. Similarly, the first book authorizes monogamy, and the second polygamy. Have both books been inspired by the same God, recognizing that God can not contradict Himself?

14 - Today, youth violence knows some increase, both in society and in educational environments. There is in particular the rise of what might be called "The fights with reinforcements": an individual in a difficult situation, whether right or wrong, calls for reinforcements (friends or gang of neighborhoods). These reinforcements, always ready to participate in a massacre, then intervene in support of the "victim" without appreciating the just or the unjust, nor find any amicable arrangement. Outside of the consequences of modernism, do some basic educations or  deep religious convictions should not be fundamentally revised and corrected? What solutions do you recommend against this tragedy?

15 - In today's world where religious extremism everyday leads conflicts and massacres of many human communities, can we not believe that religions have failed in their mission of raising awareness of earth. Does the world not need a new way of teaching God to people, of understanding faith, or a new synthesis religion, for example?

 
16 - Is Islamophobia a simple misunderstanding to you?

 
17 - What do the holy Qur'an says about the physical sacrifice (suicide?) of oneself?

18 - The Holy Qur'an advocates both holy war and tolerance, how to understand it?

19 - "I am the way, the truth and the life. No one comes to the Father except through Me." Jesus said in John 14:6. This sentence is it the source of christian extremism?

20 - The concept of "Arab Spring" as it's being used for several months today by some medias, is it not an illusion at the end, or even a manipulation, given that we are faced with a "revolution" hanged by Islamism, whether in Iraq, Egypt and Tunisia, to be limited to those cases?

21 - Some Western values are really a sin against divine ethics, but not all of them as block. By this fact, should Boko Haram not,  instead of using arms to immediately introduce a "model" and contrary education, publish literary productions, hold conferences, establish schools and universities or media groups, for example, to objectively, gently and peacefully convince populations by their ideology?

22 - What do you think of the idea of the evil axis, George Bush, former U.S. President, has been talking about?

23 - In addition to Palestine, religious extremism seems to gradually transform many arab or muslim countries, into permanent bubbling spaces. Is there still be any human solutions to all the daily suffering of the people of these countries?


          That is, 
finally, a series of questions that can allow us to better understand the muslim positions on the issue of religious extremism in the world. May this publication generate fruitful and respectful exchanges between observers, spiritual seekers and other religious believers, so that religion remains the fundamental tool of peace among nations.


Copies:

- TV program "Vitrine de l'Islam"("Showcase of Islam") on Canal 2 International,

www.panafrique.e-monsite.com,">- Www.panafrique.e-monsite.com,

www.atelier.rfi.fr,">- Www.atelier.rfi.fr,

www.facebook.com,">- Www.facebook.com,

Lire la suite...

L'islam face à l'extrémisme religieux

L'actualité internationale est souvent marquée au quotidien par une certaine dose permanente de violence. C'est souvent des violences dues au sport, à la guerre, à la politique, aux conditions de vie ou parfois aussi à l'intégrisme religieux.

Comment rester longtemps indifférent à tous ces affrontements interreligieux qui ont lieu en Palestine, au Nigeria, en Somalie, ou encore à tous ces attentats meurtriers qui meublent le quotidien de beaucoup de citoyens de la planète? Est-il possible de demeurer dans l'inaction lorsque l'on vit très souvent des scènes de violences en milieux scolaires, ou encore si l'on a autour de soi des voix relativemnt autorisées pour en découdre d'une manière ou d'une autre, et que la recherche vous suggère des idées? Probablement, non. Le monde a besoin de paix, et tout artisan de cette donne ne peut que se mobiliser de façon naturelle, afin d'apporter sa pierre à la construction de l'édifice.

L'analyse suivante est une donnée à penser librement par tout un chacun. Elle s’intéresse principalement aux rapports entre l'islam et l’extrémisme religieux, dans le but de contribuer éventuellement à un apaisement possible des diverses tensions observables entre communautés. La démarche ici est celle d'un questionnement froid et honnête vis - à - vis des différents aspects de la problématique. Voici:

1- Est-ce que le DJIHAD (guerre sainte), concept qui ne semble pas pacifique à vue d’œil, ne contribue- t- il pas à menacer la paix mondiale à travers les Islamistes?

2- Comment est-ce que le Musulman modéré doit- t- il comprendre et/ou interpréter cette notion de guerre sainte?

3- Les Shebab dans la corne de l'Afrique, AQMI au Maghreb, Boko Haram au Nigeria, les Djihadistes MUJAO, ANSAR DINE et MNLA au Nord du Mali, et des attaques similaires au Nord du Cameroun. Peut-on, à travers ce panorama, penser qu'un jour, des Musulmans extrémistes se sont assis pour programmer l'islamisation globale de toute l'Afrique?

4- Quelles actions pratiques les Musulmans modérés entreprennent-ils au quotidien contre les Musulmans radicaux?

5- Les islamistes, pour ne prendre que le cas du Nord du Mali, veulent installer un nouvel ordre moral et religieux, mais que dire ensuite lorsqu'en même temps, ils profitent du trafic de drogue? N'est-ce pas contradictoire avec l'éthique divine qu'ils veulent instaurer? Ne veulent-ils donc pas nuire tout simplement, à la fin?

6- Quelles mesures urgentes, concrètes et permanentes pouvez-vous proposer dans le but de prévenir les conflits interreligieux qui menacent déjà de plus en plus les pays du monde?

7- Lorsqu'une équipe de football vient à se dénommer "Musulmans", comme c'est souvent le cas dans nos villes, est-ce vraiment acceptable? N’est- ce pas une fracture virtuelle à la paix recommandée entre communautés religieuses?

8- Le couteau (arme blanche) semble être un symbole fort pour certains Musulmans qui en portent donc régulièrement sur eux. Comment expliquer cette attitude? Est-ce convenable en société?

9- On a l'impression que certains Musulmans extrémistes, en cas de conflit, poignardent facilement leur semblable, ou encore se sacrifient aisément en Kamikaze, emportant souvent plusieurs vies innocentes. Est-ce à dire que la vie humaine ne représente rien pour ceux-là? Comment expliquer que les extrémistes d'autres religions n'en fassent pas toujours autant?

10- L'un des fondamentaux du conflit israélo-arabe au Proche - Orient est la religion, et plus précisément l'intégrisme religieux. S'il fallait résoudre radicalement ce problème qui fait tous les jours tant de morts, en réécrivant simplement de manière harmonieuse les textes sacrés, même comme ils ont été, dit-on, inspirés par Dieu. Aux grands maux les grands remèdes, dit l'adage, non? Qu'en pensez-vous?

11- Qui finance le Djihadisme dans le monde, étant donné que les mouvements concernés sont le plus souvent solidement armés?

12- Faut-il craindre qu'un jour à l'avenir, les autres populations de notre pays viennent à subir un certain djihad lancé par des extremistes locaux, mus par une inspiration soudaine?

13- "si quelqu'un te gifle sur la joue droite, tends lui encore l'autre...", ou encore "Aime ton frère comme toi même", lit-on dans la Sainte Bible. Le Saint Coran, lui, permet de rendre le mal par le mal, dans certaines conditions. De même, le premier autorise la monogamie, et le second, la polygamie. Les deux livres ont-ils été inspirés par le même Dieu, en admettant que Dieu ne peut pas se contredire?

14- De nos jours, la violence juvénile connaît une certaine recrudescence, tant en société qu'en milieux éducatifs. On observe en particulier la montée de ce qu'on pourrait appeler "Les bagarres à renforts" : un individu en situation difficile, qu'il ait tort ou raison, appelle du renfort (amis de gang ou de quartiers). Ces renforts, toujours prêts à participer à un massacre, interviennent alors en soutien à la "victime", sans apprécier le juste ou l'injuste, ni rechercher un quelconque arrangement à l'amiable. Est-ce qu'en dehors des conséquences du modernisme, certaines éducations de base, ou alors de profondes convictions religieuses ne devraient-elles pas fondamentalement être revues et corrigées? Quelles solutions pouvez-vous préconiser face à ce drame?

15- Dans ce monde actuel où l'extrémisme religieux engendre tous les jours des conflits et de nombreux massacres de communautés humaines, n'y a t-il pas lieu de croire que les religions ont échoué dans leur mission d'élévation des consciences sur la terre. Le monde n'a t-il pas besoin d'une nouvelle façon d'enseigner Dieu, d'appréhender la foi ou d'une nouvelle religion synthèse, par exemple?

16- L'islamophobie est-ce une simple incompréhension selon vous?

17- Que dit le Saint Coran au sujet du sacrifice physique (suicide ?) de soi?

18- Le Saint Coran prône à la fois la guerre sainte et la tolérance, comment comprendre cela?

19- " Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au père que par Moi.", dit JESUS dans Jean 14.6. Cette phrase serait-elle la source de l'extrémisme chrétien?

20- Est-ce que le concept de "Printemps arabe" tant utilisé depuis quelques mois déjà par certains médias, n'est pas à la fin une illusion, une manipulation même, étant donné que l'on se trouve devant une "révolution" accrochée par l'islamisme, que ce soit en Irak, en Egypte ou en Tunisie, pour se limiter à ces cas-là?

21- Pas mal de valeurs occidentales sont réellement un péché par rapport à l'éthique divine, mais pas tout en bloc quant même. Est-ce que de ce fait, Boko haram, au lieu d'utiliser d'emblée les armes pour instaurer une éducation "modèle" et contraire, ne devrait pas plutôt faire des productions littéraires, tenir des conférences, créer des établissements scolaires et universitaires ou des groupes médiatiques, par exemple, afin de convaincre objectivement, doucement et pacifiquement les populations par leur idéologie?

22- Que pensez-vous de l'idée de l'axe du mal dont parlait Georges Bush, l'ancien Président américain?

23- En plus de la Palestine, l'extrémisme religieux semble progressivement faire de nombreux pays arabes ou musulmans, des espaces bouillonnants permanents. Y aurait-il encore des solutions humaines à toutes les souffrances quotidiennes des populations de ces pays?

Voilà enfin, une succession de questions pouvant nous permettre de comprendre davantage les positions musulmanes sur la question de l'extrémisme religieux dans le monde. Puisse cette publication susciter des échanges fructueux et respectueux entre observateurs, chercheurs spirituels et autres fidèles religieux, afin que la religion demeure l'outil fondamental de paix entre les nations.

Ampliations:

- Emission télévisée "vitrine de l'islam" sur Canal 2 International,

- www.panafrique.e-monsite.com,

- www.atelier.rfi.fr,

- www.facebook.com,

Lire la suite...

Au courant de l'année scolaire 2011/2012, le Club orientation - Emploi du lycée Joss de Douala (Cameroun) aura vibré au rythme de nombreuses activités suivantes:

1- Mercredi 30 novembre 2011:

i) Election des membres du bureau (Président, Vice-Président, Secrétaire Général, Trésorier, Commissaire au compte, etc.)       ii) Début du forum éducatif sur le théme: Comment s'organiser pour bien étudier.                                                                                      iii) Participation auprès des clubs Santé et Unesco, aux activités de la journée internationale sur le sida, au gymnase du lycée Joss.

2- Début décembre 2011: Lecture dans quelques salles de classes d'un extrait de quinze pages du livre "La réalité de la prostitution africaine en Europe" d'Amely James KOH BELA, question de sensibiliser la société sur ce phénomène omniprésent, dangereux et inconnu de beaucoup. Multiplication par la photocopie de plusieurs exemplaires, pour large diffusion, en collaboration avec les élèves volontaires.

3- Mercredi 07 décembre 2011: Tenue effective du forum éducatif: Comment s'organiser pour bien étudier. De 13h à 14h30mn.

4- Mercredi 14 décembre 2011:                                                                                                                                                                             

i) Inventaire des activités pour l'année scolaire.                                                                                                                                                        ii) Ebauche d'un plan d'action pour l'année.                                                                                                                                                         iii) Tenue d'un bref forum sur le théme:Les avantages et inconvénients du réseau social facebook.                                                                                                                                                     iv) Echec dans notre envie de confectionner des badges et des tricots pour les membres du club.

5- Vendredi 06 janvier 2012: Visite du coordonnateur du club au Fonds National de l'Emploi (F.N.E.) , dans le but d'en savoir plus sur les filières porteuses du moment.

6- Vendredi 20 janvier 2012: Sélection des thèmes d'exposés pour les élèves, en matière d'orientation. Une dizaine de thèmes sont retenus.

7- Mardi 07 février 2012: Semaine de la fête de la jeunesse: Echec de l'excursion à la société industrielle CHOCOCAM. Et pour cause, les excursions au sein de l'entreprise sont momentanément suspendues.

8- Mercredi 08 février 2012:                                  

i) Le Club Orientation - Emploi assiste aux journées portes ouvertes du Fonds National de l'Emploi, à la maison du combattant à Bonanjo.                                                                                                                                                                                                                      ii) Réalisation d'un petit documentaire vidéo sur "la réalité de la prostitution africaine en Europe", ouvrage d'Amely James KOH BELA, avec la collaboration de Mlle YOUMBI Amina, alors élève en Première C au lycée Joss. Vidéo réalisée à partir d'un téléphone protable ordinaire que l'on peut écouter et/ou télécharger sur www.youtube.com, en lançant simplement la recherche par mots clés.

9- Jeudi 09 février 2012: Visite d'entreprise à la Société de téléphonie mobile YOMEE, à l'invitation de cette dernière. Le Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Douala honorera de sa présence cette visite.

10- Mercredi 15 février 2012: Organisation par le club de la première journée interne d'orientation scolaire universitaire et professionnelle au lycée Joss de Douala, avec la participation des étudiants et de quelques professionnels.

11- Mercredi 14 mars 2012: Conférence débat tenue par le Coordonnateur du Club, sur proposition conjointe avec les élèves, sur le thème: "Jeunesse, Sexualité et Spiritualité". Conférence ayant suscitée engouement et quelques affrontements idéologiques entre les divers participants (Elèves et Enseignants).

12- Mercredi 21 mars 2012: Visite par le club de l'Institut d'Enseignement Supérieur ISEM - IBCG, avec le Chef de service d'Orientation Scolaire du lycée, Mme ANABA.

13- Mai 2012: Organisation par le club, de la deuxième journée interne d'orientation scolaire universitaire et professionnelle au lycée Joss de Douala, avec la participation des étudiants et de quelques professionnels.

14- Mai 2012: Réalisation de deux petits documentaires vidéo sur "Les études littéraires au Cameroun" et "Les études scientifiques au Cameroun", par le coordonnateur, toujours à partir d'un téléphone portable ordinaire. Vidéos que l'on peut écouter et/ou télécharger sur le site web: www.youtube.com.

Vos critiques et suggestions seraient les bienvenues. Merci.

Le Coordonnateur

KOM Bernard

Lire la suite...

CONFÉRENCE DU 07 NOVEMBRE 2012 AU LYCEE JOSS DE DOUALA

                                            Par KOM Bernard

          La conférence démarre ce jour-là vers 13h30mn, avec un petit retard, ce en raison de quelques préparatifs ayant pris un peu plus de temps que prévus, avec l'arrivée de Mme MOUEN Nathalie, Représentante du Proviseur empêché. A sa suite, on pouvait noter les présences de quelques Professeurs du lycée dont
MM DOUANLA Maurice, MOHAMADOU KOIRANGA, NANKO Théodore, outre les principaux Organisateurs MM KAMGA KUATE, NDEUTCHOUA Casimir,et KOM Bernard.


      I- MOT DE BIENVENUE DE LA PRESIDENTE DU CLUB SCIENTIFIQUE
    
M le Proviseur du Lycée JOSS,
Mmes et MM les Censeurs et Surveillants Généraux,
MM les Professeurs,
Mmes et MM de la Société Civile,
Honorables Invités,
Chers Elèves,
        En ce jour du 07 novembre 2012, au nom du Club Scientifique en particulier et du lycée JOSS en général, j’ai l’honneur de vous souhaiter la bienvenue dans notre établissement, à l’occasion de cette conférence sur le thème : “ Afrique berceau de l’humanité et de la Mathématique “.
        En effet, le Club scientifique, fidèle à son idéal de promotion de la culture scientifique en milieux jeunes et dans la société africaine en général, reçoit aujourd’hui un éminent scientifique internantionale, en la personne du Dr  ès Sciences Jean Paul MBELEK de l’Université Pierre et Marie Curie , à qui nous souhaitons une chaleureuse bienvenue dans notre établissement.
        De cette conférence, nous autres jeunes attendons d’être bien édifiés sur ce sujet assez original qui, il faut le dire, fait grand honneur à l’Afrique en particulier, et à l’Homme noir en général. De ce fait, nous exprimons tout notre soutien vis – à –vis des Chercheurs du monde qui oeuvrent tous les jours pour de tels éclairages. D’emblée, nous tenons déjà à dire merci au Dr MBELEK pour ce souci manifeste qu’il a de venir partager un peu de son savoir avec la jeunesse du continent.
        Enfin, le Club Scientifique, en solidarité avec d’autres Clubs invités pour la circonstance, remercie l’Administration du lycée et M le Proviseur Louison NJOH MBONGUE en particulier, pour cette marque de sollicitude à l’égard des besoins intellectuels de la jeunesse.
        Mmes et MM, une fois de plus Merci et bonne conférence.

         Vive le club Scientifique, Vive le Lycée JOSS, Vive la Recherche Scientifique, Vive le Cameroun et Vive l'Afrique.

Le Coordonnateur                                                                    La Présidente

KOM Bernard                                GYPMEGNY Gladhis N., Elève en Terminale C



     II- RÉSUMÉ DE L'EXPOSE DE M JEAN PAUL MBELEK, CONFÉRENCIER

L’Afrique berceau de l’humanité et des Mathématiques

Par Jean Paul MBELEK
Docteur ès sciences de l’université Pierre et Marie Curie, Paris VI
Spécialité : astronomie et astrophysique

 
Résumé :

1-L’Afrique est le berceau de l’humanité

Les ancêtres du genre homo sont nés en Afrique :

Toumaï il y a 7 millions d’années, les australopithèques, etc …

Les plus anciens représentants du genre homo sont nés en Afrique : homo habilis, homo erectus, etc …

L’homme moderne, homo sapiens sapiens, est né en Afrique :
- Le crâne Omo I est daté de 195 000 +/- 5 000 ans
- Homo sapiens idaltu daté de 160 000 ans.

L’homme moderne a vécu pendant plus de 100 000 ans en Afrique sans en sortir. L’homme de Qafzeh en Israël, le plus ancien homme moderne trouvé hors d’Afrique, n’est daté que de 92 000 à 100 000 ans.


2-La pensée symbolique est née en Afrique

Les colliers de coquillage de la grotte de Pinacle point attestent de l’invention de la pensée symbolique en Afrique il y a 160 000 ans (colliers de la grotte de Blombos, 77 000 ans).

Des artéfacts en ocre rouge de la grotte de Blombos datés de 75 000 ans présentent des motifs géométriques réguliers (lignes parallèles, triangles semblables) : ce sont les plus anciennes attestations de figures géométriques tracées de mains d’homme.

En Europe, les peintures rupestres de la grotte de Chauvet ne sont datées que de 30 000 ans et cette datation est contestée. Les peintures rupestres de la grotte Apollo XI en Namibie sont quant à elles bien datées de 28 000 +/- 2 000 ans.           


3-L’Afrique est le berceau des Mathématiques

L’os de Lebombo daté de 37 000 ans est un péroné de babouin de 7 cm présentant 29 encoches régulières : c’est plus ancien artéfact qui atteste que l’homme compte et écrit des nombres.

Les deux os d’Ishango datés de 25 000 ans et longs de 10,1 cm et 14 cm présentent des ensemble de groupes d’encoches définissant des suites de nombres. Ces nombres sont en relation les uns avec les autres : ce sont les plus anciens artéfacts qui attestent que l’homme pratique les mathématiques.

Les papyrus de l’Egypte ancienne datés de plus de 3600 ans attestent de l’invention du concept de mesure en Egypte, dont la mesure du temps, de la masse, de la valeur marchande (le shaty et le deben), …, et même de l’âme comparée à Mâat.

Les Mathématitiens de l’Egypte ancienne ont noté le zéro.

 

4-La pratique des arts Mathématiques s’est perpétuée en Afrique dans les royaumes les plus puissants malgré la traîte négrière

L’université de Sankoré à Tombouctou est une des plus anciennes au monde : les manuscripts conservés à la bibliothèque Ahmed Baba de Tombouctou attestent de la qualité des études scientifiques (Mathématiques, sciences naturelles, astronomie, mécanique, géographie, etc …) au Mali du XIII ème au XVIII ème siècle en langue arabe mais aussi en bambara, peul, songhoï, tamasheq, etc …

Le Mathématicien peul du Katsina (état haoussa du nord du Nigéria) Muhammad ibn Muhammad al Fullani al Kishnawi est le véritable inventeur de la théorie des groupes dès 1731 ce que l’on attribuera, par ignorance, à Evariste Galois un siècle plus tard en 1832.

Le professeur de Muhammad ibn Muhammad était Muhammad al Wali de Baguirmi. Muhammad ibn Muhammad a vécu les 14 dernières années de sa vie en Egypte.

       
Références

J.P. Mbelek, Le déchiffrement de l’os d’Ishango, Ankh 12/13, 2003-2004.

J.P. Mbelek, Une lecture axiomatique de la cosmogonie égyptienne, Ankh 14/15, 2005-2006.

J.P. Mbelek, Le déchiffrement des os d’Ishango – Confirmation de la naissance des Mathématiques en Afrique équatoriale aux sources du Nil, Ankh 16, 2007.

J.P. Mbelek, L’histoire des sciences et des techniques en Afrique noire, in La Conscience historique africaine, textes réunis par Babacar Mbaye Diop et Doudou Dieng, L’Harmattan, 2008.

Kossivi Adjamagbo et Cheikh M'Backé Diop, Sur la mesure du cercle et de la sphère en Égypte ancienne, Ankh 4/5, 1995/1996.


          Le Club Scientifique, à la fin de cette activité, tient par ailleurs à remercier le Centre de ressources multimédia du Lycée pour son assistance technique. Remerciement particulier aussi à M NDEUTCHOUA Casimir qui a bien voulu se munir d'une caméra-vidéo pour la circonstance.Peut-être que des vidéos y relatives viendront à être ainsi publiées en temps opportun sur ce site web. Remerciements aussi à tous les autres qui nous ont soutenu de près ou de loin dans la réussite de cet évènement

          Aussi, en raison des contraintes de temps, et compte tenu du nombre important de questions non couvertes, le Club Scientifique a fini en adressant la suite des questions par courrier électronique, à M Jean Paul MBELEK, afin que le conférencier y apporte des réponses adéquates même ultérieurement. Cette interview fera donc ainsi l'objet d'une publication prochaine sur le présent site web. Des échanges d'adresses email ont également eu lieu dans le souci de préserver cette coopération scientifique déjà si bien engagée entre le Lycée JOSS et la diaspora, à travers M Jean paul MBELEK, son initiateur.

          L'honneur de clôturer cette conférence est revenu à M NANKO Théodore, Enseignant de Physiques-Chimie au Lycée, qui a souhaité au nom de JÉSUS, que des expériences de cette nature soient renouvelées prochainement, avec le concours éventuel d'autres éminences scientifiques.



Lire la suite...

<<Monsieur l’Abbé : Pour atteindre Dieu, les pratiques ancestrales africaines sont plus efficaces que celles du christianisme, car plus simples et plus rapides! >>: Mgr Jean Pierre Youdjeu

Envoyer Imprimer PDF

 Cher Monsieur l’Abbé, réagissant à ma « Lettre ouverte aux chrétiens Bamiléké », dont la question de fond reposait sur le tribalisme d’un confrère du Sacré Collège des Evêques du Monde, contre toute une région à laquelle j’appartiens en tant que Bamiléké, vous vous êtes résolu d’occulter la vraie question pour vous attaquer à la religion de nos ancêtres et à moi-même. Voici votre réaction : « Mon cher soi-disant archevêque des gâteaux, on ne commande pas la foi des personnes. Une simple culture aurait suffit pour vous le faire comprendre. Si tu aimes la religion de tes parents pourquoi es-tu donc gallican ou bien c'est une religion des bamiléké. C'est triste que vous aussi vous ne dépassez pas le bout de votre nez. Ps Je suis prêtre du diocèse de Bafoussam et je ne tolère ce type de propos ni de mon évêque, ni de personne, à moindre raison de vous. »

          Comme pour dire qu’il n’y a que le christianisme qui puisse contribuer au salut des âmes ;  et aussi comme pour dire que nos ancêtres, qui sont morts longtemps avant l’arrivée et la pénétration des armes à feu cachées sous la soutane et la Bible du Colon, dont vous continuez honteusement de servir les intérêts, n’iront jamais au ciel.

            Vous avez vu juste. Je dirais volontiers que c’est l’Esprit Saint qui vous a inspiré de me donner le titre « d’Archevêque des gâteaux » ! Ce que je ne réfute pas. Bien au contraire, je suis très fier de l’être ; puisqu’avec bonheur et délectation, je sers ce gros gâteau (Le succulent ‘’poum’sèh’’, ou gâteau de maïs) à mes ancêtres.

Archevêque de l’Eglise Catholique Gallican Apostolique du Cameroun, par la volonté de mes ancêtres, je vous rappelle que nous nous distinguons de l’Eglise Catholique Romaine Apostolique par le refus et le rejet du dogme de l’infaillibilité du Pape et du Célibat des prêtres depuis le Concile Vatican I en 1870. Nous sommes essentiellement tolérants !

L’église Gallicane  est indépendante et ne reçoit des ordres d’aucune autre église. Je peux comprendre votre révolte contre la religion de nos ancêtres et je respecte d’ailleurs votre point de vue, qui est celui de tout bon prêtre moulé  et formaté dans ces écoles dogmatiques que nous déplorons tous les jours. Si vous continuez ainsi de voir les choses, votre sort est à plaindre ; d’autant plus que ceux de vos patrons qui sont mes collègues, avec qui nous avons eu l’habitude d’échanger sur ces questions, pensent exactement comme moi. Mais pour des raisons évidentes, ne peuvent pas s’afficher publiquement. D’ailleurs ils m’encouragent et me respectent pour ce double privilège que j’ai de pouvoir célébrer l’eucharistie pour mes chrétiens, et de pouvoir aussi partager le gâteau de maïs à l’huile rouge et au sel avec mes ancêtres. Ce gâteau qui vous a nourri, et que vous rejetez dédaigneusement. Par aliénation…

Révérend André Marie KENGNE vous me semblez être un jeune prêtre fougueux et enthousiaste, comme la plupart des jeunes qui ignorent la longueur du chemin. La sagesse populaire dit : « Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait. » Ordonné  il y a 15 ans à peine, en Août 1997, vous avez encore un très long chemin à parcourir. Et surtout beaucoup de leçons à apprendre. En tant qu’initié je suis disposé à partager ce gâteau de la connaissance ancestrale africaine avec vous. Comme je le fais avec nombre de nos compatriotes qui, après avoir embrassé aveuglement et moutonnièrement les dieux d’autrui, ont le courage désormais, soit volontairement, soit contraints et forcés, de revenir vers cet immense puits de sagesse. Je suis disposé, disais-je à vous amener avec moi, visiter toutes les cathédrales et basiliques naturelles qui sont autour de vous, ici dans votre propre diocèse de Bafoussam. Ces lieux de puissance, les Bamiléké les ont reçus et hérités, comme un don divin, depuis le récit de la création du monde en 06 jours.

Malgré mon indignité, je suis parvenu au grade « d’archevêque des gâteaux » dans l’église des blancs et par la volonté de mes ancêtres. Vous y cherchez encore votre voie. Cette ascension, à un très jeune âge, m’a permis de comprendre de l’intérieur et de débusquer l’hypocrisie et le mensonge qui y sont pratiqués de façon folklorique. J’ai pu comprendre que dans cette affaire, il y a une grande manipulation des esprits des pauvres africains, par des nouveaux esclaves des maisons spirituelles, au profit de ceux qui ne servent pas les intérêts des africains.

En tant qu’Archevêque « des gâteaux », le bon ‘’poum’sèh’’ de chez nous, j’ai pu savoir qu’il vous faut célébrer 32 messes votives des anges, et de façon ininterrompue, pour bénéficier de la grâce ou de la réponse, et/ou de la résolution d’un problème. Or il suffit d’un simple passage, un et un seul, dans un lieu sacré traditionnel pour les avoir. Les choses sont directes et rapides avec nos ancêtres.

Oui j’ai compris que chaque repas partagé sous forme de gâteau, notre bon vieux ‘’poum’sèh’’, ou d’holocauste dans un lieu traditionnel, est 100 fois plus lumineux (nous nous comprenons j’espère) que l’hostie que vous consacrez à l’église du commun des mortels, sous le couvert de l’os d’un Saint venu d’ailleurs. Or je parie que vous-même  ignorez  tous les mystères qui s’y déroulent. Nos mystères, cher M. l’abbé, d’éminents anthropologues occidentaux sont aujourd’hui déterminés à en percer le secret. Oui, mon Père, vos maîtres, cherchent encore à comprendre ce qui est caché dans nos us et coutumes, tels que nous les vivons depuis la nuit des temps. Ce secret, disent-ils, qui font de nous des êtres exceptionnels, qu’on n’a pas pu aliéner. Et je me réjouis de ce qu’ils n’y parviendront jamais, tant qu’ils auront des gens tels que vous pour les servir.

Toujours en tant que Archevêque de gâteaux, ce doux ‘’poum’sèh’’ qui vous a nourri dès l’enfance, selon la volonté des ancêtres, je sais qu’il  faut jusqu’à 15 voyages comme pèlerin à la grotte de Massabiel à Lourdes et consorts, pour bénéficier de la grâce d’un simple passage à la grotte de Fovù à Baham. Je vous la recommande vivement d’ailleurs, car les vrais occidentaux l’ont compris, et ils viennent de temps en temps s’y ressourcer. Sans tambours ni trompette ! Dépouillez-vous de vos complexes de nègre spirituellement colonisé, allez-y faire un tour, et vous m’en direz des nouvelles.

C’est cela que nous devons enseigner aujourd’hui à nos enfants et aux générations futures. Je suis allé à l’école du blanc et je suis reconnaissant d’avoir puisé à bonne source. J’ai maitrisé un pan de leur mystère, que je mets humblement à la disposition des miens. Comme dirait Cheik Anta Diop, j’ai appris avec eux, « à lier le bois au bois », sur le plan spirituel s’entend. J’ai ainsi pu réaliser que malgré tout mon savoir, je ne serai jamais blanc. Je suis africain, Bamiléké et Archevêque des gâteaux, de notre adorable ‘’poum’sèh’’ qui a fortifié nos premiers pas ; et en même temps serviteur du Verbe conscient, Ministre de la réconciliation et des prodiges. Et à ce titre, ce que nous disons ici est incontournable : un peuple qui veut se développer véritablement ne peut que d’abord s’appuyer sur sa propre tradition. Les japonais, chinois, coréens, indiens l’ont compris. Même les récentes cérémonies d’ouverture des Jeux olympiques nous ont révélé que les anglais ont fondé leur développement sur leurs traditions. Lesquelles ils ont « cuisinées » avec le christianisme, pour avoir l’Anglicanisme.

Cher petit Père André Marie, l’ivresse du lait ne doit pas vous faire perdre la raison. Je sais que vous avez fait allégeance en signant le vœu d’obéissance et de soumission aveugle à vos supérieurs et à leur successeurs ; lesquels je tutoie, lesquels qui me respectent. Ces supérieurs auxquels vous avez l’obligation de baiser l’anneau épiscopale. Respectez votre serment pour protéger votre tapioca. Mais d’aventure, si vous ressentez le besoin d’être vous-même, d’être autre chose qu’un pantin aux mains et au service des Blancs, je serais là pour vous. Peut être que mes conseils vous aideront à devenir Archévêque comme moi, à ma manière : vous serez alors plus fort, et regarderez vos anciens maitres dans les yeux. En attendant, je vous recommande de lire très attentivement mes autres articles sur l’Eglise et la tradition dans le site www.l’ouestrépublicain.com. Ou dans le groupe « Religion et Traditions Africaines pour le Développement », sur Facebook. Vous y trouverez matière à vous édifier d’avantage, et qui sait, à vous affranchir de la servitude mentale.

L’Eglise chrétienne a tout intérêt d’aller le plus loin possible dans sa timide et sa pseudo-inculturation tel que présentée et pratiquée  jusqu’ici.  Sans quoi, il faudra prévoir sa chute libre, surtout avec des bergers morveux et mercenaires qui prêchent la haine, la division et le tribalisme contre d’autres régions.

Révérend Abbé KENGNE André Marie, retenez ceci l’église Gallicane est l’église de Rome. Le gallicanisme est la seule religion proche de nos ancêtres. Elle n’exclue personne pour des raisons supposées de polygamie ou toute autre considération. Le gallicanisme est l’église de la tolérance et du bon sens, de l’équilibre et du pardon. Cette église, autre fois avant la révolution française, faisait allégeance au roi de la Gaule ou des Francs, lequel était d’office membre de ce clergé là. Et être roi en France et en Afrique voudrait dire qu’on est d’abord traditionniste avant d’être moderniste. D’où la nécessité du culte des ancêtres et l’offrande de gâteaux traditionnels fait à base du maïs et de l’huile rouge. Le ‘’poum’sèh’’ donc !

Et si vous ne le comprenez pas, alors vous êtes un ‘’ tsè poum’sèh’’ : tête de gâteau de maïs !

Ancêtre Ancestralité Christianisme Jesus Chrétien Dieu Afrique Africaine Bamiléké

Lire la suite...

CONFERENCE - DEBAT AU LYCEE JOSS DE DOUALA

          Dans le cadre de ses activités pour l'année scolaire 2012 / 2013, le Club de Recherches Scientifiques du Lycée JOSS de Douala a l'honneur de recevoir un invité prestigieux qui a jugé, après toutes ses longues années d'études scientifiques, de venir partager son savoir avec ses jeunes cadets, dans le souci évident d'un meilleur  éveil des consciences africaines:

Conférencier: Jean Paul MBELEK

Personnalité: Astrophysicien de l'université pierre et Marie Curie, Paris, France, ancien du lycée JOSS.

Travaux de recherches: Plusieurs publications consultables sur internet. (Google)

Thème de la conférence: "L'Afrique berceau de l'humanité et de la Mathématique".

Date: Mercredi 07 novembre 2012

Heure: A partir de 13H

Public cible: la société

Autres contributions: seraient les bienvenues.

Entrée: Libre

Réactions: libres, avant ou après l'évènement. De préférence, écrites et publiables éventuellement.

Lieu: Salle des Professeurs du Lycée JOSS de Douala (MAC JOSS)

Coordination: KOM Bernard , Enseignant au lycée JOSS, Chercheur Indépendant

                          NDEUTCHOUA Casimir, Animateur Pédagogique de Mathématique au Lycée JOSS,

                          MME MOUEN Nathalie, Censeur Chargé de l'Administration,

 

Supervision Générale: NJOH MBONGUE Louison, Proviseur du Lycée JOSS

Merci.

Lire la suite...

DE LA QUESTION DU BRASSARD DE SAMUEL ETO'O

       C'est autour de 16h20 ce jour, heure du Cameroun, qu'une radio FM de Douala annonce la lettre de Samuel ETO'O au Président de la Fédération Camerounaise de Football (FECAFOOT), comme pour signifier son risque de ne pas participer à la rencontre du 08 septembre 21012 prochain contre le CAP VERT, malgré sa sélection par le coach des Lions Indomptables Denis LAVAGNE.

         A en croire cette même radio qui a annoncé qu'elle fournira de plus amples informations au fur et à mesure, la FECAFOOT trouverait dans l'attitude de Samuel ETO'O, un simple désir d'anticiper sur la décision que Dénis LAVAGNE s'apprêterait à prendre contre lui, notamment lui retirer le brassard de capitaine.

 

          Donc, une bataille serait en cours pour une question de brassard de Capitaine, dans la tanière des Lions, même si Samuel ETO'O argue plutôt qu'il ne saurait réintégrer l'équipe alors que la cause de sa dernière suspension n'est pas encore résolue. Et si c'était une question de brassard, reconnaissons que ce n'est pas son retrait qui va ternir l'image de Samuel qui n'a plus rien à prouver. Que Samuel ETO'O et les autres joueurs se souviennent toujours qu'ils jouent avant tout pour le peuple Camerounais et non pour un individu ou la FECAFOOT, même si LAVAGNE et autres ont le droit de prendre leurs responsabilités. Etre capable, cher ETO'O, de jouer avec ou sans brassard pour l'équipe de son pays, c'est un grand geste de patriotisme qu'il convient de marquer d'une pierre blanche. Veuille oser et tu n'en n'auras que davantage de soutien. Tu restes indispensable dans les Lions, vu ton statut de meilleur buteur jusque là. c'est aussi simple que cela, même si l'orgueil camerounais voudrait que l'on dise '' Nul n'est indispensable''. l'humilité est toujours une marque de grandeur Samuel, et il est souhaitable que tu joues, quoi qu'il arrive, pour servir le pays.

 

          Quant à l'attitude du Ministre ADOUM Garoua des sports qui aurait refusé d'entériner la décision de Dénis LAVAGNE de retirer le brassard à ETO'O, laquelle décision avait déjà eu l'aval de la FECAFOOT, il faut dire qu'elle ne contribue pas toujours à arranger les choses. Depuis que ce problème est pendant à la FECAFOOT, il aurait pu convoquer une réunion de crise avec le coach, le président de la Fédé, et éventuellement quelques ténors de l'équipe nationale de foot dont Samuel éventuellement, pour ensemble enterrer la hache de guerre. Alors, au cas où il ne l'aurait pas fait, l'on peut se demander si c'est la technique du linge sale en public qui primerait au pays de Roger Milla.

 

          De toute façons, il n'est apparemment pas tard pour le faire. Ce serait dans l'intérêt de tous, même si ETO'O devait évoluer sans le  brassard. Vive les Lions et vive le Cameroun.

Lire la suite...

LANGUE GHOMALA ET CONCEPTS SCIENTIFIQUES

LANGUE GHOMALA ET CONCEPTS  SCIENTIFIQUES

Par KOM Bernard, Chercheur Indépendant

Douala - Cameroun

Août 2012

          Le souci du progrès, quelle ambition bien naturelle chez les peuples. Que ce soit en pays riches ou en pays pauvres, en occident ou dans le tiers monde, le souci du développement constitue un crédo permanent chez les autorités politiques, administratives ou traditionnelles et autres.

          Et pour parvenir à la réalisation quotidienne de cet objectif commun, il est indispensable qu'une mobilisation des ressources disponibles soit faite systématiquement dans tous les différents domaines: Politique, Agriculture, Urbanisation, Éducation, culture, Science etc. Cette dynamique le plus souvent impulsée par les pouvoirs publics, sont quelques fois aussi l’œuvre d'initiatives indépendantes.

          Pour revenir au cas du continent africain en proie à moultes difficultés de développement, une préoccupation culturelle permanente est la promotion des langues locales, lesquelles sont le plus souvent menacées d'abandon ou de disparition. Mais cependant, malgré l'immensité du travail à faire dans ce sens, une certaine recherche linguistique a plus ou moins lieu en vue de préserver ou d'améliorer ce qui existe déjà.

          Le GHOMALA, comme beaucoup d'autres langues africaines, dites à tons, se trouve aujourd'hui être enseigné sur la base de l'écriture phonétique internationale. Or, un tel enseignement assez exclusivement basé sur la phonétique, même s'il a certains avantages, contribue malheureusement à enfermer la langue à l'usage par écrit, à grande échelle.

          Dans le développement qui suit, il s'agit d'oser donner une autre dimension au niveau actuel d'intégration de la langue ghomalà dans les habitudes linguistiques quotidiennes. A cet égard, il serait indispensable d'en justifier au préalable la nécessité, de définir de nouveaux concepts ensuite, ainsi que leurs modes d'utilisation.

1- Quelques définitions préliminaires

i) Le son: C'est est une sensation auditive provoquée par une vibration, d'après le E-book de la sonorisation.                      

ii) Langue à tons: C'est une langue pour laquelle une différence de tonalité dans la prononciation de mot entraîne des significations différentes. C'est le cas du Ghomalà, par exemple, où Mtze peut désigner ‘‘devant’’, "la chèvre", "l'habit", ou "les testicules", selon les tonalités adoptées. La majorité des langues du monde sont tonales, et de telles langues existent sur tous les continents.                               

iii) Langue vernaculaire: La langue vernaculaire, ou le vernaculaire, est une langue parlée seulement à l'intérieur d'une communauté en général réduite.                                   

iv) Langue véhiculaire: La langue véhiculaire, qui est une langue de communication entre des communautés d'une même région, dont les langues vernaculaires diffèrent plus ou moins.                                                                                  

v) Homographes: Ce sont des mots qui s'écrivent de la même manière, tout en se prononçant ou non de façons différentes. S'ils se prononcent de la même façon, ils sont alors également homophones.                                                         

iv) Diacritique: C'est un signe accompagnant une lettre. Il peut être placé avant, après, au-dessus, en-dessous ou autour de celle-ci, dans le but de modifier la valeur phonétique de la langue, permettre une lecture plus précise, éviter une ambigüité entre les homographes.                          

vii) La phonétique: Du grec « phônêtikos », où « phônê » qui signifie la « voix », le « son », est une branche de la linguistique qui étudie les sons utilisés dans la communication verbale.

 2- Un état des lieux actuel du ghomalà

i) Définition du Ghomalà: Le Ghomalà (littéralement "langue du pays/village") est l'une des onze (11) langues bamilékés. Il est issu du dialecte de Bandjoun et fait office de langue écrite commune à plusieurs dialectes bamilékés parlés.

Le Ghomalà est parlé dans des départements de la Province de l'Ouest –Cameroun, tels que:

  • Mifi, Koung-Khi et Hauts-Plateaux : la plus grande partie des trois départements (sauf extrême sud et sauf poches dans le nord et l'Ouest)
  • Ménoua : Est du département
  • Bamboutos une poche au sud

Il représentait 260 000 locuteurs en 1982 et appartient, comme les autres langues bamilékés, à la famille des langues semi-bantoues.

ii) L'alphabet du ghomalà: Il compte quarante caractères différents:

a

b

bv

c

d

dz

e

ə

aə

ɛ

f

g

gh

h

i

j

k

l

m

n

ny

nt

ŋ

ŋk

o

ɔ

p

pf

mpf

r

s

sh

t

ts

u

ʉ

v

z

zh

ʼ

Source: Encyclopédie universelle Wikipédia

iii) Quelques Travaux Antérieurs sur le Ghomalà.                                          

- " De la terminologie de l'éducation à la citoyenneté en langues camerounaises: le cas du ghomalà. Mémoire de formation au DIplôme de Professeur de l'Enseignement Secondaire deuxième grade, par KAYUM FOKOUE Carole, 05K662, année académique 2010-2011.                                                                       - Dictionnaire Ghomalà, 2002, Erika EICHHOLZER.                                                                                             - "Apprendre le ghomalà", par NTAGNE Sébastien.                                                                                            - Pé Khé, par Vincent FOUTCHANTSE et P. BOUBOU.                                                                                        - Le Bamiléké-Ghomalà: Parler de Bandjoun, par Gabriel Nissim.

3- De la nécessité d'améliorer le ghomalà:

          Quelques raisons peuvent justifier la nécessité d'envisager une amélioration de la langue ghomalà, autant qu'il peut en être ainsi pour toutes les autres langues africaines.                                                                                                                                                                                                   i) Le ghomalà est jusque-là assez exclusivement enfermé dans l'écriture phonétique. Même si cette dernière a le mérite d’être internationale, il n'en demeure pas moins qu'elle constitue une barrière pour ceux qui voudraient apprendre et surtout écrire le ghomalà, et qui sont nombreux à ne rien connaître du tout de l'écriture phonétique. Donc, si juste peu de gens maitrisent l'écriture phonétique et qu'une langue se l'approprie assez exclusivement, alors cette langue a peu de chance de bien se vulgariser.                                   

ii) L'alphabet ghomalà standard comporte jusqu'à quarante lettres, utilisables en plus avec adjonction possible de diacritiques. Tout cela est relativement étendu et complexe pour un bamiléké ordinaire qui voudrait pouvoir écrire cette langue. Quel bamiléké (intellectuel au sens classique ou pas) est-il disposé à revenir apprendre cet alphabet avant d'écrire sa langue, malgré toute la bonne volonté? Très peu d'entre eux, certainement. Le monde va si vite et la concurrence linguistique est là, surtout avec ces langues étrangères déjà ancrées et contraignantes.                                                                                                        iii) Le ghomalà, comme d'autres langues, considéré comme langue vernaculaire ne bénéficie que de préjugés défavorables et pourtant,...

     Alors, comment donner une autre dimension au ghomalà? Comment la rendre plus accessible à un public plus large? Voilà qui explique l'avènement du concept de ghomalà intégré ci-dessous.

4- Le ghomalà intégré:

          - C'est le ghomalà classique, au niveau du parlé.                                                                                             - C'est le ghomalà écrit plutôt à l'aide des vingt six (26) lettres latines de l'alphabet français A, B, C,  ..., Y, Z.      

          - C'est un ghomalà surtout accessible aux personnes parlant le ghomalà, sachant lire et écrire le français et dont la population est probablement plus grande  que celle des personnes maitrisant l'écriture phonétique. Ne pas connaître le Français ou le ghomalà parlé, serait donc un petit handicap pour qui veut écrire le ghomalà intégré.      

            - C'est une écriture normalisé de ce ghomalà que le bamiléké francophone adopte spontanément quand il veut écrire sa langue au moyen de sa connaissance de la langue française. 

            - C'est une écriture qui utilise les consonnes et voyelles de la langue française, avec des sons souvent modifiés.

         Le GHOMALA INTEGRE peut autrement être appelé GHOMALA FRANCISE ou encore GHOMALA LATINISE. Cela ressemble à la capacité à tirer le positif du " négatif ".

          Les sons des consonnes et voyelles relatives au Ghomalà sont les suivants:

A comme dans: Ne wa (fendre, égorger), Ne ta (voler dans l'air), Ne kwa (porter, transporter), Ta (vase d'argile), yata (trois), etc.

A comme dans: Ne tà (fouiller), (la maison), Ne pà (tisser, tresser), Ne kwà (coucher une femme), Ne pàdjim (rembourser, renvoyer, retourner), etc.

E comme dans: Ptse (la cola), Kkghe (la corde), Die (intérieur de la maison), Tondie (Le foyer, le domicile), Ne ptse (semer), etc.

E comme dans: TCHUENTE ou TCHUINTE (nom propre), Ne Kedie (courir), Te (le fer), Kamte (morceau de fer), Me ou Methhe (l'être humain, l'homme), etc.  

E comme dans: Ne pé (prendre, ramasser), (la concession), TCHUENPE (nom propre), Ne té (vomir, soustraire), Ne kwé (tousser), etc.

I comme dans: Ne zi (dormir), Ne kwi ou kui (recevoir), Ne wui (rire), Ne kuie (grandir), wuie (une chose), kki (la clé), etc.

I (i accent grave) comme dans: Ne kwi ou kui (augmenter, ajouter), Ne zipi (regretter), Ne juitse (tester, essayer), etc.

O comme dans: Ne to (brûler, braiser), Ne lo (demander, quémander, solliciter), Longa (le seau), Dopà (la toiture), Ne tom (tenir, saisir), etc.

O (O accent grave) comme dans: Ne to (commencer, débuter), Ne lo (sursauter), Lo (l'igname), Ko (carcasse, le coq), Tcho (le chapeau), etc.

U comme dans: Ne tsu (manger une banane, une mangue, du couscous), Ne Tsum (serrer, enrouler avec une corde), Dzu (dehors), Dzudie (le successeur), Ne kku (fuir), etc.

U (U accent grave) comme dans: KAMSU (nom propre), TCHUENSU (nom propre), Ne Tsù (cultiver, essorer, torsader), Ne Kkù (longer), Ne pù (soulever), etc.

Y comme dans: Ne Yà (couper), Ne Yap (poser, déposer), Ne Yen (être léger), Ne Yoù (écouter, comprendre), Yoù (igname blanc), etc.

          S'agissant des sons relatifs aux consonnes de l'alphabet français, leurs modifications pour adaptation au ghomalà semblent pour l'instant ne pas être d'une quelconque urgence.

5- Quelques concepts scientifiques en ghomalà

          Étant donné la nouveauté de l'initiative, et qu'il s'imposait aussi au préalable de façonner convenablement la langue à cet effet, les concepts scientifiques en questions ici sont surtout élémentaires.

i) Les chiffres: Somwuie(0), Yamoù(1), Yapwe(2), Yata(3), Yapfe(4), Yato(5), Thhock(6), Sombwe(7), Hom(8), (9). Pour le zéro, il y a aussi Tchewuie(qui n'a rien) qu'on pourrait adapter, s'il n'y a pas mieux.

ii) Les nombres: Gham(10), Chouamoù-gham(11), Chouopwe-mgham(12), Mbwe(20), Chouopfe-mthho(54), Kkgheta(300), Chouopwe-mkketo(502), chà(1000), chàto(5000), Tàchoù(1 million), le reste à développer au fur et à mesure.

iii) Les opérations arithmétiques: Ne Tamtse (Additionner), Ne Té (Soustraire), Ne wa (Diviser). S'agissant de  "multiplier", peut-être y a t-il aussi un terme approprié. A l'aide.

         Cependant, il convient de réaliser qu'une multiplication peut être ramenée à une addition, dans certaines circonstances déjà. Par exemple, 2x3=2+2+2=3+3=6, et plus généralement, nxm=n+n+...+n (m fois) = m+m+...+m (n fois), dans l'ensemble Z des entiers relatifs.

          De même, dans le cadre de l'amélioration de la langue ghomalà, un terme pourrait toujours, en cas de manquement, être trouvé pour exprimer le concept "multiplier".

Mini dictionnaire scientifique en ghomalà :

- : le bord, le côté, Bang: A côté, Bédie: A côté ou le long du mûr, Baskou: Le vélo

- Chuikke: Appareil de messagerie, le téléphone portable, Connem: Angle, Chie : L’eau

- Dandan: Droit, rectiligne, Dessem: Identique, identiquement, pareil, équivalent, Djo: Le miroir, Demtchà: La surface terrestre

- Fo (Ne): Mesurer, Fang(Ne) : Tirer

- Galloum: unité de volume anglo-saxonne = 3,8 litres, Ghang: côté, Gwàgne : Le livre, Gwà (Ne) : Ecrire, Gweing (Ne) : Briller, Illuminer,Ghhia (Ne): Appuyer, Presser,

- Hap (Ne): Scinder, séparer, Haptse (Ne): Diviser successivement, Démultiplier, Hap: La moitié, Hhia (Ne) : Appuyer, Presser

- Jùtse (Ne): Goûter, tester, tater, Jie (Ne): Recueillir, amortir, Jie (Ne) : Connaître, savoir

- Kken: La ligne, la droite, Kamkken: le segment, Kwuiwuie ou kuiwuie: Idem, Identique, pareil, Ken (Ne): Trier, Kwi, Kui (Ne): Augmenter, Ajouter, Kuie ou kwie(Ne): Verser, Kwuietse ou Kuietse (Arroser, déverser), Kkghe (Ne): Tracer, Kilou: Kilogramme, Kketse (Ne): Griffonner, Esquisser, Ké (Ne): lire, appeler, Kkete: Téléphone fixe, Kkghe: Message, la nouvelle, la corde, Kiè (Ne): Allumer, Kam: Un morceau, kwé (Ne): clouer, tousser, Kang (Ne): barricader, kweing: moto, collier, bracelet

- Latré: Lumière, Lam: lampe d'éclairage, Lagne (Ne): Apprendre, Enseigner, La (Ne): Prendre, Lock (Ne): Fermer à clé,

- Méta: Le mètre, Màtse (Ne): Expliquer, Jeter ou lancer successivement, Mà (Ne): Jeter, lancer, Mtchoung: Information, Mseing: Les étoiles, un éclair, Matoua: La voiture,

- Ning (Ne): Introduire, Neing (Ne): cuire, Nomtse (Ne): Tenir avec précaution, Nam: Le soleil, Noba: nombre

- Pap: Surface, Région, Pétse (Ne): Prendre successivement, Evoluer logiquement, raisonner, Pempem: Rond, Pakwuie: Objet plan, Pakpak: Plan, Pia: paire, Potse (Ne): Briser en petits morceaux, Pe: et, Piètse (Ne) : Economiser, optimiser

- Sum: La frontière, Seing (Ne): Compter, Analyser, Seingtse (Ne): Cogiter, Sotse (Ne): Casser en plusieurs morceaux, Sak: Côté, Ssing (Ne) : Tirer (élastique)

- Tam (Ne): Frapper, Taper, coudre, Tamtse (Ne): Additionner, sommer, mélanger, associer, Tchoùtse (Ne): Rassembler, unir, Té (Ne): Soustraire, Enlever, Ta(Ne): voler dans l'air, Tchang (Ne): Chercher, Attacher, Tcheing (Ne): Suspendre, Tcha (Ne): Envoyer, Tchak (Ne): Piquer, Injecter, Tchoù (Ne): Enfoncer, Tchui (Ne): Transmettre une information, un message, Tsù (Ne): Tordre, essorer, torsader, serrer, Tsù: Lieu, Tchetse (Ne): Approcher, tendre vers, Touomtchoung: La radio, Tom (Ne): Tenir, Tcheingtse (Ne): Asperger, Tchetcha: Le milieu, Tchouo (Ne): Ouvrir, Tchwing: un bout, Tchà : La terre, le sol, Tosselam : Torche

- Ve (Ne): Ecrire, Ve (Ne) : Briser, Vetse (Ne): griffonner, Vetse (Ne): Casser successivement, Vang (Ne): Frapper

- Wa (Ne): Diviser, fendre, Wàtse (Ne): liquider, Wuie: L'objet, la chose,

- Xam ou tsam (Ne): Contourner, Entourer,

- Yà (Ne): Couper, Yàtse (Ne): Découper en plusieurs morceaux, Yang (Ne): Relier, Yangtse (Ne): Relier successivement ou plusieurs éléments, Ye (Ne): Couvrir

- Zia (Ne): Coller.

          Voilà pour l'instant quelques petites notions scientifiques tirées du ghomalà pratiqué actuellement. Ce travail n'est qu'un début, et comme tel, comporte assez d'insuffisances à améliorer.

          Nous avons bien pu ignorer des mots et/ou expressions scientifiques que d'autres personnes connaissent. Bien vouloir toujours nous faire part de vos critiques et suggestions qui seront naturellement les bienvenues. Des mots tels que Woudou (fenêtre), Taplé (Table), Pépa (Papier), inspirés de l'anglais viendront bien à rentrer d'une manière ou l'autre dans notre mini dictionnaire scientifique, autant que chaque langue en emprunte souvent aux autres.

          Une remarque au passage consiste à dégager le besoin actuel de compléter à la main, les accents diacritiques, à la fin d’une saisie d’un texte ghomalà sur un clavier azerty d’ordinateur, par exemple.

          Le précédent mini dictionnaire scientifique pourrait servir de base à l’élaboration progressive d’un dictionnaire (tout simplement) du ghomalà intégré.

          L'amélioration continue de l'écriture ghomalà pourrait passer non seulement par la formalisation du vocabulaire existant, mais aussi par la création progressive de nouveaux mots, de la même manière que les langues dites véhiculaires ont dues apprendre à désigner un ordinateur, un photocopieur, un laser, l'internet, pour ne citer que quelques uns de ces nouveaux noms. Pour cela il faudrait que des ‘académiciens’ locaux s’y mettent.

          Aussi, au niveau actuel d'avancement des choses, ces précédents concepts préliminaires peuvent permettre la traduction minimale de quelques petits problèmes scientifiques, autant que composer quelques dictées élémentaires. Mais, cet autre volet du problème fera l'objet d'études ultérieures, au point que l'on puisse éventuellement parvenir à la traduction en ghomalà de la théorie de la relativité d'Einstein, par exemple, comme feu le Pr CHEIKH Anta Diop l'a fait avec le wolof, langue parlé et écrite au Sénégal.

          Le présent travail de latinisation du ghomalà, qui visiblement n'altère en rien le parlé original, pourrait être mené avec d'autres langues autant engluées par quelques considérations péjoratives. Aucune langue n'est définitivement destinée à rester morte ou vernaculaire, car il suffit que des hommes en général et des académiciens linguistes s'y affairent. La concurrence linguistique naturelle dans le monde ne doit plus nécessairement supposer une inféodation des langues africaines. Merci.

Lire la suite...