Publications de ILBOUDO Adama Arukey (5)

A TOUT MEMBRE DE L'ATELIER DES MEDIAS !

 

ALERTE ! ALERTE ! ALERTE !

Ces derniers temps je rencontre de sérieuses difficultés sur le site de l'Atelier des Médias. Pour avoir vainement tenté de joindre la Direction du site, j'ai eu cette présence d'esprit d'imaginer ce billet pour exposer mes inquiétudes afin que l'information puisse être relayée à qui de droit en vue de solutions idoines.

 

J'ai constaté ceci:

 

1. Je n'arrive plus à y envoyer un message, quelle que soit la voie que j'emprunte: ma boîte personnelle ou par usage de la page personnelle de mon correspondant. Mes tentatives (respectant les usages et règles en cours) ont toutes été vaines et à chaque fois, un message "rouge" m'invitait à saisir l'identité de mon correspondant (ce que je faisais évidemment, en cochant ou remplissant la case prévu à cet effet).

2. De même, il ne m'est plus possible de commenter les billets publiés sur le site, évidemment, que j'aurais feuilletés 

 

Ainsi bloqué, je n'ai eu que cette issue pour me faire soutenir. Peut-être utile à signaler, il m'est arrivé de désactiver (fermer) une boîte de dialogue portant l'inscription suivante

 

" Sécurité Windows

Ce site atelier.rfi.fr à l'adresse atelier.rfi.fr requiert un nom d'utilisateur et un mot de passe

 

Avertissement: ce serveur requiert que votre nom d'utilisateur et votre mot de passe soient envoyés de façon non sécurisée (authentification de base sans connexion sécurisée) 

 

[ espace prévu pour:

Nom d'utilisateur

Mot de passe]

          ok                      annuler "

 

Bien au courant de la roublardise des arnaqueurs sur le web, vous conviendrez avec moi qu'une des meilleures sûretés consiste à ne pas prendre au sérieux cette info en la désactivant purement et simplement. 

 

Le problème viendrait-il de là, je ne saurais vous le confirmer, Ce qui est sûr je suis resté toujours prudent: avant tout clic ou opération je lis toujours et attentivement tout message qui s'affiche lors de mes diverses manipulations sur mon ordi.

 

Et, comme le problème persiste depuis plus d'une semaine, je commence à ne plus savoir sur quel pied danser et à me demander si ma longue absence sur le site n'a pas été pour beaucoup dans l'apparition de tels soucis. Enfin..je veux comprendre et trouver une solution à cette angoisse!

 

Une idée en appelant une autre, j'ai pensé aussi suggérer qu'il soit prévu sur le site, une sorte de foire aux questions où seront répertoriées toutes les possibles difficultés que l'on peut rencontrer dans l'usage du site et les éventuelles ébauches de solutions et diverses suggestions des uns et des autres pour un bon fonctionnement de la plateforme. Justement, cette zone pourrait me venir en aide pour m'éclairer par exemple sur les techniques d'insertion d'une vidéo (film, média, reportage, etc) dans un billet (de blog, sur ce site, type commentaire) ayant un endroit prévu pour cela.

 

Enfin, je pense que ce ne serait point de trop d'inviter tous les membres à taquiner le site (enfin, fouiller de fond en comble le site) pour en faire ressortir les coquilles ou manquements demandant réparation ou amélioration diverse.

 

En m'excusant par avance, pour la manière adoptée pour passer mes infos, j'ose croire pouvoir ainsi trouver une oreille attentive à mes doléances (mises en gras). 

 

Sincèrement vôtre !

 

Lire la suite...

PANAN KI, PANAN ZOE YE !


L'auteur compositeur burkinabè du célèbre refrain "m'panan ki, m'panan zoé yé ti douni wa yondg lébg noongo yé, noog wa la siid kom yé", c'est-à-dire "je ne mourrai pas, ni ne fuirai de peur que le monde ne devienne agréable comme de l'hydromel" a définitivement tirer ses révérences...!

 

En effet, dans la journée du 14 avril dernier, au Centre National Hospitalier Yalgado OUEDRAOGO de Ouagadougou, la mort a eu raison de sa détermination à lutter contre la maladie qui le traumatisait tant : ainsi, Jean Claude BAMOGO dit Man n'a donc pas pu tenir "sa promesse" de rester auprès des siens pour jouir des "délices" de la vie ici-bas! Mais le malheur de l'avoir perdu, ne doit pas nous faire oublier, le bonheur de l'avoir connu parce que, même humain, il a su faire valoir ses talents de grand musicien, d'homme intègre pouvant servir d'exemple à suivre.

 

Né à Samba en 1948, village situé à Yako au BURKINA FASO, sa profession de couturier ne lui a pas empêché de produire une riche discographie forte d'un disque 45 tours en 1973, de deux disques 45 tours en 1975, d'une cassette en 1986 et d'un album en 2005. Pour avoir séjourné dans plusieurs groupes musicaux depuis les années 60, il a marqué de sa voix les mélomanes Voltaïques, puis Burkinabè: il a été membre des neuf chanteurs du "Super Volta" (ex-Typic Band) en 1965, de "l'Afro Soul System" en 1974 avec To Finley, des "Soubagas" en 1977 ; du "Collectif des anciens", fondé en 1993 avec le regretté Thomas Tiendrébéogo (chant et saxo), d'Issaka Triandé (chant), une initiative perçue comme une tentative de sauvetage de l'expertise des anciens. Il a aussi évoluer la même année au sein de l'orchestre "Le Monde" du Gandaogo national, Georges Ouédraogo, et a créé et dirigé les formations musicales "Afro Soul System" et "Komenen Mogho".

A l'évocation de son nom, son titre à succès "Panaki Panazoé" revient à la mémoire de plus d'un mélomane de son genre musical; enregistrée dans les années 80 puis remixé en 2005, cette chanson a été reprise, en effet, par Maître Frédéric Titinga Pacéré dans son célèbre livre sur la Bendrologie, l'orchestre de la Police nationale, "Les Petits chanteurs aux poings levés" sous la révolution, le groupe de rap Faso Kombat. Elle a également fait l'objet d'une étude par l'universitaire Albert Patoin Ouédraogo, puis une quinzaine d'étudiants, pour leur mémoire, en regard de la promotion de la parenté à plaisanterie, bien lotie au "Pays des Hommes Intègres" qui y est célébrée.

C'est un "baobab" de la musique burkinabè qui vient à jamais de se taire.

 

Paix à son âme! 

 

 

Lire la suite...

CAN 2013, LE REVE BURKINABE!

C'est ce dimanche 10 février 2013 que les lampions de la Coupe d'Afrique des Nations vont enfin s'éteindre au stade de Johannesbourg en Afrique du Sud. Pour le moins qu'on puisse dire, les amateurs du ballon rond devront s'attendre à une spectaculaire rencontre qui opposera les équipes finalistes du Nigéria et du Burkina Faso, car à l'analyse de leurs précédentes prestations, chacune d'elles a su démontrer à merveille, ses aptitudes et capacités footballistiques .

Qui donc, du Nigéria ou du Burkina Faso, pourra bien marquer positivement l'histoire du football africain de ses empreintes en remportant le trophée tant convoité? 

L'histoire retient que depuis sa création en 1957 à nos jours, la Coupe d’Afrique des Nations, a présenté trois différentes formes de trophées ainsi conçus pour les vainqueurs de la compétition.

 

D’abord en bronze, le trophée original était appelé le Trophée Abdelaziz Abdallah Salem du nom du premier président de la Confédération Africaine de Football (CAF), l’Égyptien Abdelaziz Abdallah Salem. Et pour s'être emparé pour la troisième fois du titre en 1978, le Ghana a obtenu le droit de conserver définitivement ce joyau.

 

Entre 1980 et 2000, le Trophée de l’Unité africaine sur lequel étaient inscrits des anneaux olympiques incrustés dans une carte du continent africain fut alors mis en jeu. Et en 2000, c'est au tour du Cameroun de se voir autoriser à le conserver pour toujours à cause de son troisième titre dans la compétition. 

 

L'actuel trophée, plaqué or, existe depuis 2001: il est sous forme d’une tour en haut de laquelle il y a un globe terrestre présentant l’Afrique.

 

  

Ainsi donc, Le compte à rebours a bien commencé pour les Etalons du Burkina Faso et les Super Eagles du Nigéria dans la conquête de ce sacre continental!

 

Certes, face au charisme et à la grande expérience du Nigéria, les coéquipiers de l'entraineur burkinabè Paul Put ne pèseraient pas plus lourd qu'un duvet de plume! En effet, sur 16 participations, le Nigéria peut prétendre indubitablement à un troisième sacre continental qui l'autorisera définitivement à conserver, comme ses prédécesseurs ghanéens et camerounais, le trophée à domicile! En comptant sur ses attaquants de pointe comme Emmanuel Emmenike, le Nigéria espère fort d'en découdre vite avec ce minuscule Burkina Faso!

 

Mais le footbal n'étant pas mathématique, négligez les atouts et chances de succès de son adversaire serait bien se tromper grandement! Depuis le déroulement de cette compétition, le Burkina Faso a su démontrer les talents de grande classe de ses joueurs, preuve que le football burkinabè a évolué depuis 1998, à son échec lamentable à domicile.

 

Avec ses 8 participations en phases finales de coupe d'Afrique, le Burkina a su modeler des valeurs sûres capables de donner du fil à retordre à son adversaire anglais: Aristide Bancé et autre Pitroipa qui a eu la chance de revenir au devant de la scène après l'injuste carton qui l'en excluait, promettent une sortie triomphale en Afrique du Sud! Le match nul en poule avec le Nigéria les en ragaillardit, mieux, un sursaut d'orgueil peut réellement amener les Etalons à remporter pour une première fois dans l'histoire une coupe d'Afrique des Nations!

 

Vivement que le meilleur gagne!

 

Lire la suite...

(image d'emprunt Atelier des médias )

 

De nos jours, la une de l’actualité mondiale, consacre une large place à la déchéance des rapports humains, née du fait de l’agressivité des uns contre les intérêts des autres. En effet, la multiplicité des actes de vandalisme par-ci ou des guerres de libération par-là traduisent si bien une particulière recrudescence du phénomène de la violence. 

 

A l’évidence, ses conséquences, multiples et désastreuses, mettent sérieusement en péril l’existence même de l’humanité. 

Aujourd’hui, et plus que jamais dans l’histoire de l’humanité, nous sommes tous interpellés à œuvrer pour instaurer et sauvegarder cette paix qui nous est si chère et gage de tout développement.

Pourquoi tant de violence dans notre monde ?

Au-delà des pulsions naturelles qu’on lui reconnaît, la survivance de l’abus de la force chez l’humain trouve une de ses justifications dans l'ambivalence de la nécessaire volonté de chacun d'assurer son propre bien-être, à cette nécessité de la dépendance envers sa communauté. Et l’égoïsme propre à tout humain amène alors chacun à défendre en priorité ses propres plaisirs et sa survie, avant les intérêts des autres, en utilisant au besoin l'autre comme instrument, ou en l'éliminant quand il apparaît comme un obstacle à la réalisation de ses attentes. 

Au demeurant, l’abus des pouvoirs et la culture des inégalités, le déclin des questions de justice, l’érosion des valeurs culturelles et sociales alimentent  à souhait les facteurs et fondements intrinsèques de toutes les formes de violence que l’on rencontre çà et là. De par sa nature même, tout fait de violence répond assurément à cette envie machiavélique : obliger d’autres personnes à servir nos propres intérêts ou à nous ressembler, prendre ou usurper ce qui appartient aux autres, dominer son prochain.

La violence, est-elle ainsi inévitable ?     

La fin de la violence est bien possible si, partout, en bons citoyens, nous nous engageons désormais, individuellement, dans nos familles, communautés, États et sur le plan international, à cultiver, dans le dialogue, le pardon et la tolérance, des valeurs sociales qui respectent la dignité humaine. Parce que le devoir de vivre ensemble commande que l’on sache aimer son prochain pour produire des échanges utilitaires et vivifiants.

 

Lire la suite...

AVANT PROPOS


Pour les habitués du net, il y aurait comme une sorte de lacune à ne pas entretenir ou savoir gérer un blog, situation qui vous assimilerait à un novice des outils du web! Mais aujourd'hui, mieux vaut tard que jamais, ce défi va être relevé avec la naissance de ce nouveau blog intitulé "QUESTION DE COMPRENDRE" ou "Question2Comprendre" (en abrégé "Q2C"). Il est l'aboutissement heureux de mûres et longues réflexions qui tiennent compte des exemples et riches conseils d'expérimentés devanciers en la matière.

En plus du plaisir de surfer qui le justifie, la création de ce blog trouve ses raisons dans cet ardent désir d'assurer entre autres, une réelle et bonne continuité de l'Atelier des Médias (ADM) sur le web. Mieux, "Q2C" ambitionne servir de cadre d'apprentissage du métier du journalisme et de la communication en général; il sera donc une grande occasion de partage d'observations diverses sur l'information vraie, juste et sincère qui interpelle les consciences à plus d'humanités et de bienséances dans ce monde: et pour ce faire, il bannira toutes les idées préconçues, les propos partisans et tous les points de vue racistes ou susceptibles de troubler toute quiétude publique.

Il complète pour ainsi dire l'ADM en ce qu'il jouera un rôle d'observateur avisé pour cette émission à travers des apports riches et justifiés selon une thématique qui respecte la ligne éditoriale de l'émission; il y s'agira, somme toute de ne laisser aucune place où l'esprit critique n'aille fureter pour recueillir ces leçons et valeurs d'exemplarités sur tout ce qui peut faire avancer le monde dans le sens du bien-être et mieux vivre de tous!

Alors que tous ceux ou celles qui adhèrent à cet idéal, acceptent y laisser des commentaires et avis motivés et surtout riches et édifiants!


                                                                                                                                                                 Arukey

Lire la suite...