Publications de GUILLAUME NGOY AMISI (69)

Le vieux Pont routier de Lwizi aujourd’hui impraticable!

Les travaux de reconstruction du pont de Lwizi, c’est pour bientôt. Ce pont jeté sur la rivière qui porte le même nom est situé à plus ou moins 70 km sur l’axe routier Kabalo-Kalemie. Le pont routier de Lwizi a été détruit lors de la guerre du RCD (Rassemblement congolais pour la démocratie) en 1998. Depuis, pour joindre les deux destinations, Kabalo et Kalemie, les usagers de la route étaient contraints de passer par Kongolo, un détour de plus ou moins 300 km, pour atteindre les deux localités. Le gouvernement provincial du Katanga et ses partenaires du Programme alimentaire mondial et de la FAO viennent de s’engager à Lubumbashi pour la reconstruction de ce pont. Le début des travaux est prévu à la fin de ce mois. La reconstruction de ce pont va permettre d’évacuer plusieurs tonnes de produits agricoles qui trainent dans le territoire de Kabalo vers d’autres grands centres de consommation. La nouvelle sur la reconstruction du pont de Lwizi fait le bonheur de la section de Fédération des entreprises du Congo de la localité de Kabalo. Son président, André Ilunga, parle du désenclavement de Kabalo après plusieurs années d’asphyxie économique.

Lire la suite...

Incendie de véhicule au bureau du Territoire de Moba (Photo d’archives)

Le Gouvernement provincial du Katanga a procédé lundi, 20 septembre 2014, à la remise de quatre motos aux quatre personnes victimes de destruction méchante de leurs engins par un militaire de FARDC, Force armée de la République démocratique du Congo, en état d’ébriété à Moba.

L’autorité territoriale qui a remis les motos au cours d’une courte cérémonie a indiqué que ce dédommagement est une expression de la volonté de l’Etat Congolais qui a pris ses responsabilités.

Retour sur les faits

La nuit du 1er au 2 janvier 2014, le sergent Bahati Barega de FARDC de Moba, a fait usage de son arme en état d’ébriété sur les usagers de la route reliant Moba-Kirungu à Moba-port. Il a tué trois personnes et a blessé trois autres admises à l’hôpital général de référence de Moba. Il a ensuite brûlé quatre motos et quatre véhicules dont deux de l’administration du territoire de Moba, un de la Monusco (Mission de l’Organisation des nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo) affecté aux Casques bleus béninois et un appartenant au Vice-président de l’Assemblée nationale de la RD Congo, l’Honorable Mwando Nsimba. L’intéressé lui-même a été abattu au matin du 2 janvier 2014 par les forces de défense et de sécurité alors qu’il tentait de s’attaquer à la résidence privée de l’Administrateur du territoire.

La remise de quatre motos fait suite à une série d’autres dédommagements effectués auparavant aux victimes a fait savoir l’Administrateur du territoire de Moba.

Michel Mwila a déclaré à ce sujet que le gouvernement provincial du Katanga avait déjà pris en charge, il y a quelques mois, par le truchement du Ministre de l’Intérieur du gouvernement national, les trois personnes qui étaient blessées et internées à l’hôpital général ; les familles qui avaient perdu les leurs avaient reçu chacune cinq mille dollars américains. La cérémonie a été organisée pour le reste de cette catégorie des victimes qui avaient perdu leurs motos, a-t-il conclu.

Quant au dédommagement du véhicule de la Monusco, l’autorité du territoire indique que cette affaire est traitée au niveau supérieur de l’Etat Congolais

Lire la suite...

Pénurie de ciment gris dans la ville de Kalemie

La ville de Kalemie dans le Nord Katanga connait depuis une dizaine des jours une pénurie de ciment gris. Les activités de construction sur un grand nombre de chantiers des particuliers tournent au ralenti. Plusieurs facteurs justifient cette pénurie sur le marché local.

Un sac de ciment gris de 50 kg vient de passer en l’espace de dix jours de dix-huit à vingt dollars américains. La plupart des dépôts sont quasiment vides du ciment gris. Et pourtant, l’usine de ciment de la société Interlacs qui alimente la ville en ciments gris est située à seulement 60 km de Kalemie.

La direction de cette entreprise fait savoir que l’absence de ciment gris sur le marché local est due à trois principaux facteurs. Premièrement, le ciment manque à cause de la grève qui a secoué pendant tout un mois la SNCC, Société nationale des chemins de fer du Congo, n’a plus permis à la société d’assurer convenablement le transport ferroviaire, puis lacustre du charbon provenant de la carrière de Makala, à dix-huit kilomètres sur la voie ferrée à l’Ouest de Kalemie qui alimente le four de la cimenterie de Kabimba, située à 60 km au Nord de Kalemie. Le stock de ciments gris s’est épuisé pendant cette période. En deuxième lieu,
les dépôts de ciments gris enregistrent une forte demande due essentiellement à des grands travaux de modernisation de la ville et ses environs entrepris par le gouvernement par le biais des sociétés Malta Forrest pour la construction du nouveau pont à jeter sur la rivière Lukuga, Safricas avec la réhabilitation des principales routes de la ville de Kalemie et Synhoydro qui réalise des travaux sur la RN5, Route nationale numéro cinq, reliant la localité de Kalemie à Lubumbashi, le chef-lieu de la Province du Katanga , en passant par Moba, Pweto et Kasenga. Et enfin, il y a aussi la clientèle de la Province du Sud-Kivu qui s’approvisionne à Kalemie.
Du coup, les cent cinquante tonnes de ciments gris produites au quotidien ne suffisent plus pour répondre aux nombreux besoins des consommateurs, a conclu le responsable du dépôt principal de l’Interlacs.

L’usine de cimenterie de l’Interlacs à Kabimba

Lire la suite...

Le MV Lengwe pris par une tempête a menacé de couler au Port de Kalemie (Photo d’archives)

L’Administrateur Délégué Général de la Société nationale des chemins de fer du Congo, SNCC, et le Secrétaire exécutif du Comité de pilotage et de réforme des entreprises du portefeuille de l’Etat, COPIREP, ont visité le port de Kalemie.

Les deux personnalités ont affirmé avoir été mandatées par le Chef de l’Etat congolais pour préparer la modernisation du port menacé depuis plusieurs années par le sable causant d’énormes problèmes d’accostage des unités de navigation. L’ADG de la SNCC a démenti formellement la rumeur ayant couru selon laquelle les deux personnalités venaient préparer le processus de cession de la gestion du port de Kalemie à des particuliers. L’ADG Ilunga Ilunkamba a indiqué à la presse locale que la délégation composée des experts et des techniciens qu’il a conduite est arrivée à Kalemie pour faire un état des lieux avant d’envisager la modernisation du port de Kalemie. De son côté, le Secrétaire exécutif du Copirep a tenu à préciser avec insistance sur les opportunités qu’offre le port de Kalemie qui dispose de beaucoup d’avantages comparatifs et bien prononcés par rapport aux autres ports dans la sous-région. Alex Nkusi s’est ainsi exprimé à cause de l’existence d’une cale sèche construite au port de Kalemie sollicitée par plusieurs opérateurs.

Lire la suite...

Une victime de Poliovirus à Kalemie au Katanga en RDC

Le Commissaire de district du Tanganyika, Jean-Félix Ilunga Mpafu, a présidé mercredi, 17 septembre 2014 à la Place Kisebwe de Kalemie, la cérémonie du lancement de la Campagne de lutte contre le poliovirus sauvage au Nord Katanga. Les activités de la campagne qui sont supervisées par le Programme Elargi de Vaccination, PEV, bénéficie d’un financement de l’OMS et de l’Unicef. La nouvelle campagne de lutte contre le poliovirus sauvage cible cinq cent douze mille deux cent vingt et un enfants de zéro à cinquante-neuf mois vivant au Tanganyika. Elle survient au moment où les acteurs engagés dans la lutte observent depuis trois ans l’absence d’un seul nouveau cas de poliovirus sauvage dans la région. La maladie a affecté en 2011 douze cas détectés et confirmés par le laboratoire de l’Institut national de recherche biologique, INRB, à Kinshasa dont cinq victimes à Ankoro, trois à Nyunzu, deux autres à Kabalo, un à Kongolo et une autre encore à Mbulula. Les acteurs impliqués dans la lutte contre le poliovirus sauvage appellent encore à la mobilisation des communautés afin participer à l’éradication du poliovirus sauvage dans la région, les vaccinateurs adoptent au cours de cette opération, la stratégie de porte à porte pour atteindre les enfants ciblés par la campagne. Ils accompagnent à cette stratégie, les activités de plaidoyer menées dans les zones à problèmes de réfractaires. A Manono, par exemple, le lancement a été fait dans le camp des adeptes d’une secte de réfractaires à la vaccination dans le village de Kanteba à 7 km de Manono centre. C’est aussi le cas d’Ankoro, en territoire de Manono toujours, les activités de campagne ont été lancées dans un site où sont regroupées de nombreuses populations autochtones Pygmées n’ayant pas encore été ciblées par des campagnes de vaccination. Le Médecin responsable du PEV explique la répétitivité de la campagne organisée dans la zone par le souci des acteurs de contrer le grand risque d’importation du poliovirus sauvage d’autres pays de la région. Le Dr Collard Madika a indiqué qu’en 2014, huit nouveaux cas de poliovirus sauvage viennent d’être détectés dont cinq en Guinée Equatoriale et trois autres au Cameroun. A ces facteurs qui favorisent la propagation du virus, se retrouvent aujourd’hui le mouvement des milliers de populations provoqué par l’insécurité qui sévit dans la zone à cause de la présence des Mai Mai et Kata Katanga et enfin, les conflits inter communautaires ayant jeté dans la rue des milliers d’autres populations vulnérables.

Lire la suite...

A Kalemie, un incendie d’origine inconnue a fait jeudi, 18 septembre 2014, trois morts dans une maison d’habitation sur l’avenue Lukuga de la cité de Kalemie. Les victimes sont issues d’une même famille. Il s’agit d’un père de famille âgé de trente ans et ses deux fillettes dont l’une de cinq ans et l’autre de trois ans.

Dans le quartier de la Lukuga, ce sont des pleurs qui entourent ce drame. Les visages de plusieurs habitants expriment le choc profond sur place. Les conversations vont dans tous les sens. Le feu qui a envahi la maison dont la toiture est en tôles a surgi autour de zéro heure, racontent les habitants environnant la maison du sinistre. Et tout le monde cherche à savoir l’origine du feu ; cet incendie s’est déclaré au moment où tout le quartier de la Lukuga soumis ce soir-là au délestage par la Société nationale d’électricité a été plongé dans le noir.

Le voisin le plus proche arrivé le premier sur le lieu du drame a déclaré ne rien comprendre de cet incendie : <<>>.

Le drame vient d’épargner seuls la femme et deux autres enfants de la même famille sortis en catastrophe de la maison en feu. La police a ouvert une enquête.

Lire la suite...

Prison centrale de Kalemie

La première partie des produits pharmaceutiques anti –tuberculeux en provenance de Kinshasa du Fonds Mondial est arrivée vendredi, 19 septembre 2014, à Kalemie. Ces médicaments, quinze cartons au total, dont une partie de la logistique a été assurée par l’Ong internationale Action Damien, sont arrivés par vol Monusco (Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo) à Kalemie.
La coordination de lutte contre la lèpre et la tuberculose au district du Tanganyika indique que ces médicaments sont destinés aux malades de deux zones de santé de Kalemie et Nyemba et à la population carcérale. Tous ces malades dépistés depuis environ un mois n’avaient pas pu accéder aux premiers soins faute de médicaments. Cet appui arrive au moment où la zone de santé de Moba qui connaît l’un des taux les plus élevés de prévalence à la tuberculose dans la région continue d’attendre son réapprovisionnement en médicaments.

Lire la suite...

Les femmes puisant de l'eau dans le Lac Tanganyika

Le  Centre de Traitement du Cholera CTC de l’hôpital général de référence de Kalemie, informe avoir depuis trois jours la maitrise sur l’épidémie de cholera qui s’est déclarée il y a quatre semaines dans les deux zones de santé de Kalemie et de Nyemba. Le Médecin directeur de l’hôpital général qui parle d’une situation passée sous contrôle médical de l’épidémie affirme que le nombre de cas admis au centre est observé en baisse. Le centre a admis pour la journée de samedi, 6 septembre 2014, trois cas alors que le même centre a enregistré par une dizaine des malades trois jours auparavant. Les acteurs engagés dans la lutte contre l’épidémie du cholera se félicitent des résultats obtenus grâce à la stratégie de riposte mobile.

La stratégie adoptée consiste à déployer en toute urgence, une équipe mobile sur le lieu de provenance du nouveau cas admis au CTC. Sitôt parvenue sur le lieu, l’équipe mobile s’active à la désinfection intro domiciliaire de la victime du cholera. Elle vient en appui à une autre équipe fixe installée devant la porte principale du CTC qui a pour objectif, la désinfection de toute personne accédant au centre. Et la stratégie apporte déjà des résultats encourageants, a indiqué le Médecin directeur de l’hôpital général de référence de Kalemie. Le Dr Jean-Pierre KITENGE a fait savoir qu’une fois sur terrain, l’équipe mobile doit désinfecter non seulement le ménage du malade mais également six autres ménages autour du ménage afin de limiter et combattre la propagation de la maladie au niveau de la communauté.

L’hôpital général fonctionne avec deux équipes mobiles qui compte chacune deux infirmiers et dotées chacune d’une moto, don de l’Ong française Solidarité, et d’un équipement de désinfection.

Le cholera a fait en l’espace de six semaines deux cent six cas au CTC. Toutefois, le centre ne déplore jusqu’à présent aucun décès. La prise en charge médicale est assurée en intrants nécessaires par l’Ong MSF-France.

Par ailleurs, le Médecin inspecteur du district sanitaire du Tanganyika tire une sonnette d’alarme sur le fait que le cholera qui sévit dans les deux zones de santé de Kalemie et Nyemba est parvenu à dépasser le seuil épidémique. L’épidémie touche aussi la zone de santé de Kongolo à 350 km au Nord-ouest de Kalemie. Le Dr Adalbert Nghandwe s’inquiète que la maladie dépasse par semaine la marge de dix malades dans la région. Il parle d’une extension dangereuse de l’épidémie qui demande une attention des acteurs engagés dans la lutte: l’épidémie a fait quarante-quatre cas parmi lesquels deux décès à Kongolo. L’Inspecteur sanitaire qui vient d’envoyer en urgence quatre-vingt-dix kilogrammes du chlore à Kongolo se félicite de la disponibilité à la fois des ressources humaines bien formées assurant une bonne prise en charge médicale et des intrants permettant de limiter le nombre de victimes.

François Xavier Mybe

Lire la suite...

L’Ong Heal Africa basée à Goma en République Démocratique du Congo a démarré samedi, 6 septembre 2014, une campagne chirurgicale des fistules à Manono, une localité située à 450 au Sud-ouest de Kalemie. Les interventions de Heal Africa sont organisées dans la zone en partenariat avec l’Unicef et le bureau sanitaire du Tanganyika. 

Hopital général de Manono

Pour la première journée, une vingtaine des femmes malades de fistules ont bénéficié des premières interventions organisées à l’Hôpital général de référence de Manono. Le programme prévoit d’intervenir sur une centaine des femmes. Le Médecin gynécologue obstétricien de l’Ong Heal-Africa indique sur place que la localité de Manono est une zone à problème de fistules. Le Dr Justin Paluku a noté que cent huit femmes malades attendent depuis plusieurs mois à être réparées par des spécialistes. La plupart des cas de fistules enregistrés à Manono sont dus essentiellement aux problèmes d’accouchement, a fait savoir le médecin spécialiste de Heal Africa-Goma. La prise en charge médicale des femmes malades est assurée gratuitement. Toutefois, le Médecin gynécologue obstétricien recommande aux femmes une fois réparées de passer une période de trois mois sans rapports sexuels, d’attendre au minimum six mois pour avoir une grossesse et d’accoucher à l’hôpital. La voie d’accouchement, a insisté le médecin réparateur des fistules, c’est la césarienne ; ceci pour éviter la rechute de la fistule sur une femme déjà réparée, a prévenu le Dr Justin Paluku.

Lire la suite...

Au Nord Katanga, dans le chef lieu du district de tanganyika à Kalemie,

le bateau super bus avec  à son bord plus 300 passagers a été attaqué par des hommes armés alors qu'il revenait du territoire d'Uvira dans la province du sud Kivu.

cette attaque par des hommes armés et non autrement identifiés a eu lieu au camp de peche Kibije situé à une vingtaine de km du port de Kalemie. selon nos sources les hommes armés étaient à bord d'une embarcation motorisée.ils ont tiré plusieurs coups de balle en l'air pour faire stopper l'unité navigante.

Leurs tirs de sommation se sont poursuivis jusque non loin de l’aéroport de Kalemie. aucun secours n'a été fait.

signalons que dans cette partie du pays; seuls des privés possèdent des bateaux d'embarquement.

Guillaume Amisi

Lire la suite...

La population recourt aux bornes fontaines pour accéder à l’eau

Une carence d’eau potable est observée depuis trois mois à Nyunzu, une localité située à 190 km à l’Ouest de Kalemie. Les machines de la Regideso se sont arrêtées, depuis plus aucune goutte d’eau ne coule aux robinets.
Les machines de la Regideso sont tout simplement en panne.

Le service technique de la Regideso situe la panne des machines à deux niveaux ; une partie mécanique et une autre électrique. Il y a quelques semaines auparavant, un mécanicien parti de la ville de Kalemie a procédé à la réparation de la panne mécanique. Au cours de la réparation, les machines ont présenté des ennuis électriques. Un électricien est attendu.

Les habitants de Nyunzu ont renoué avec des habitudes abandonnées il y a deux ans depuis l’avènement de la Regideso dans la ville de Nyunzu. Des habitudes qui ont consisté à pousser les courageux à aller chercher de l’eau brute à une rivière située à 3 km du centre. Et puis revendre cette denrée aux ménages moyennant deux cents francs congolais le bidon de vingt litres.

Lire la suite...

Représentant de l'UNICEF Tanganyika entrain de suppléer la vitamine A

Les enfants du Centre de santé de Mbulula en territoire de Kongolo ont failli rater la campagne de supplémentation en vitamine A et au Mebendazole lanccée depuis jeudi, 23 juin 2014, dans la région. Un transporteur à moto qui ramenait vingt-deux boites de Vitamine A et six autres de mebendazole à Kongolo pour Mbulula, un village situé à 250 km au Nord-est de Kalemie, a été jeudi, 19 juin 2014, victime de kidnapping au village de Mulungula. Le transporteur à moto a été gardé pendant deux jours en brousse et a été systématiquement pillé de tous les médicaments destinés à la campagne par des présumés combattants FDLR armés d’AK-47.

Le Coordinateur des activités de la campagne et Commissaire de district du Tanganyika, Jean-Félix Ilunga Mpafu,  a indiqué que le trou causé par le vol des médicaments venait urgemment d’être comblé par le stock de réserve. Et les intrants ont été vite expédiés à Mbulula en territoire de Kongolo, a-t-il précisé.

Pour rappel, quatorze hommes armés presque tous d’AK-47 ont tendu jeudi, 19 juin 2014 vers sept heures du matin, une embuscade au village de Mulungula, à 55 km sur l’axe Kalemie-Nyunzu. Quatre camions et cinq motos avec leurs passagers, y compris le motard transporteur des intrants pour la campagne de supplémentation en vitamine A et au vermifuge, sont tous tombés dans cette embuscade et ont tout perdu.

Lire la suite...

A Kalemie, le Commissaire de District du Tanganyika a plaidé pour la consolidation de la paix au Nord Katanga. Jean-Félix Ilunga Mpafu a appelé la population du Nord Katanga au cours de son adresse clôturant un défilé de quatre heures à participer activement à la consolidation de la paix, à la cohésion nationale et à la protection des acquis de la sécurité restaurée dans la région grâce aux efforts de l’armée régulière et la police nationale. Jean-Félix ILUNGA MPAFU s’est ainsi exprimé devant la population estimée à plus de vingt milles personnes venues nombreuses répondre à la manifestation essentiellement militaire marquant le cinquante-quatrième anniversaire de l’indépendance de la République Démocratique du Congo.

Le Commissaire de district a remercié la Monusco, Mission de l’Organisation des nations Unies pour la stabilisation en République Démocratique du Congo, pour son implication dans la stabilisation de la paix dans la région et les autres agences du système des Nations Unies pour leur appui aux vulnérables. Les groupes armés actifs dans la région ont provoqué le mouvement de nombreux déplacés qui posent de nombreux problèmes humanitaires. Il a aussi appelé la population à un partenariat avec les services de sécurité pour consolider la paix et assurer le développement dans le Tanganyika. Il a enfin indiqué que grâce à la paix acquise dans la zone, les travaux de construction d’un nouveau pont sur la rivière Lukuga ayant bénéficié d’un appui financier de la Banque Mondiale et du gouvernement provincial, ceux de réhabilitation de l’avenue principale sur la ville de Kalemie et d’autres projets sont aujourd’hui rendus possibles.

Lire la suite...

A 25 km de Kalemie, bifurquent deux axes routiers. A gauche, l’axe Kalemie-Nyunzu et à droite, l’axe Kalemie-Bendera

Quatorze hommes non identifiés ont tendu jeudi, 19 juin 2014 entre sept et neuf heures du matin, une embuscade aux usagers de la route sur l’axe Kalemie-Nyunzu au village de Mulungula, situé à 49 km au Sud-ouest de Kalemie. Les candits presque tous armés de fusils de marque AK 47 accrochés de trois à quatre chargeurs ont réussi à emporter au cours de cette attaque argent et biens de valeurs aux usagers de la route.

Les autorités de district annoncent l’envoi d’une équipe de militaires de la FARDC, Force armée de la République Démocratique du Congo, sur le lieu.

Certains d’entre eux les assaillants étaient en uniformes militaires et d’autres en tenues civiles. Ils ont attaqué quatre véhicules avec passagers dont un camion de marque Fuso en provenance de Nyunzu et trois autres Toyota revenant de Kasongo au Maniema. Cinq conducteurs de motos et leurs clients ont subi le même sort. Les victimes rapportent que les assaillants d’expression rwandophone se sont livrés à une fouille systématique des passagers. D’importants biens matériels et numéraires comme des habits, des téléphones portables, des souliers et une somme estimée à plus de deux millions de Francs Congolais ont été emportés au cours de cette attaque.

Deux fillettes dont l’une âgée de 9 ans et l’autre de trois ont été séquestrées sans être violées.


Les bandits se sont retirés dans la nature avant l’arrivée d’une équipe des militaires de  FARDC basée au village de Kabulo à 5 km du lieu de l’attaque soit 50 km de Kalemie.

Lire la suite...

Le Représentant du Programme Alimentaire Mondial à Kalemie a déclaré , au cours d’une réunion d’évaluation de la situation sécuritaire tenue au Quartier Général de la Monusco, Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République Démocratique du Congo, à Kalemie que le gouverneur de la Province du Katanga, Moise Katumbi Chapwe,  a plaidé auprès du Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies en République Démocratique du Congo, le déploiement en territoire de Pweto, District du Haut Katanga, en Province du Katanga, des éléments des Casques bleus de la Monusco afin de protéger les populations civiles et de permettre aux humanitaires d’intervenir en faveur de la population vulnérable très nombreuse.

L’Unité Spéciale d’Intervention des Casques Bleus Egyptiens de la Monusco qui a été déployée le 05 mars 2014 par vol à Pweto, une localité située à 620 km au Sud de Kalemie dans le district du Haut Katanga pour la sécurisation de la zone, a été retirée. Les derniers éléments ont quitté le 14 mai 2014 la localité de Pweto pour rejoindre leur base à Bukavu dans le Sud-Kivu.

Lire la suite...

Les travaux de réhabilitation de la route nationale numéro 33 sont aux arrêts depuis une semaine.

La route nationale numéro 33 relie le tronçon Kalemie-Kongolo, long de 370 km. La Société civile de Kongolo a fustigé la persistance des nids de poule et des bourbiers sur la voie. Cette structure citoyenne a même demandé à l’autorité provinciale qui finance les travaux d’organiser une descente sur le terrain pour constater la mauvaise qualité des travaux exécutés par l’Office des routes.

L’Office des Routes justifie les arrêts enregistrés au cours des travaux par des pannes de machines. Les travaux sur ce tronçon durent déjà plus de deux ans. Le Chef de brigade à l’Office des routes, Jacob Lengisa, a déclaré à la presse:

<<<Nos deux ateliers, l’atelier de Kasalanyama et l’atelier de Lengwe, ont arrêté de tourner à cause des pannes. Depuis le mois de janvier jusqu’à ce jour, nous procédons au reprofilage : les lames d’usure de ces engins se sont maintenant épuisées et les nivelleuses sont complètement bloquées et arrêtées. C’est à peine que nous obtenons des lames que vient d’acheter le directeur provincial. Mais, il se fait que ces pièces ne sont pas conformes ; nous sommes entrain d’etudier la possibilité de les adapter>>>.

Ce tronçon routier est capital pour le gouvernement provincial du Katanga. En plus des personnes, il permet de transporter des produits agricoles vers les grands centres de consommation mais aussi des produits miniers provenant de sites miniers dans la région.

Lire la suite...

L’ong internationale Médecins Sans Frontières, MSF-France, va se désengager de la zone de santé de Kongolo dans le Nord-Katanga, une localité située à 350 km au Nord-ouest de Kalemie. C’est officiel et cela à partir du 22 juin prochain, MSF-France quitte la Zone de santé de Kongolo après avoir appuyé un projet de prise en charge des enfants de zéro à cinq ans souffrant de paludisme dans la zone.
L’Administrateur de territoire vient d’adresser des remerciements à MSF-France pour avoir permis la prise en charge depuis le mois de février jusqu’en mai dernier de plus ou moins dix mille enfants de zéro à cinq souffrant de paludisme.

Le contrat de MSF-France en faveur de la Zone de santé de Kongolo vient de prendre fin. Au cours de la réunion de mercredi, 11 juin 2014, entre l’Administrateur Pascal Lukenta et le bureau de la Zone de santé de Kongolo, la Société civile locale, et les responsables de MSF-France, les participants sont restés unanimes pour louer l’intervention de cette ONG internationale et ont en outre demandé à MSF-France de faire le plaidoyer auprès des bailleurs en vue du renouvellement du contrat ; ses interventions ont pu sauver des milliers d’enfants dans la zone, a tenu à préciser l’autorité territoriale.

L’ong MSF-France s’est engagée enfin à approvisionner la Zone de santé en médicaments jusqu’au 22 juin prochain.

Lire la suite...

Le bac de Nyemba, une localité située à 135 km de la ville de Kalemie sur l’axe Nyunzu, est mis hors service depuis le jeudi, 5 juin 2014, jusqu’au 12 juin prochain. L’Office des Routes justifie cette interruption de desserte par le mauvais état du bac après deux ans de service.
Sur place, le trafic sur le tronçon de la route nationale numéro 33 reliant Kalemie à Nyunzu est interrompu pour les véhicules.

L’axe Kalemie-Nyunzu est une route d’intérêt national mais aussi d’intérêt provincial. Par cette route transitent des personnes et des marchandises en provenance ou à destination de plusieurs territoires de la Province du Katanga, des provinces du Kasai, du Maniema et du Sud-Kivu. Il y a aussi des marchandises allant des produits agricoles, de pêche et d’élevage jusqu’aux produits miniers, en passant par des produits manufacturés.

Le chef de service de l’Office des routes qui gère ce bac a indiqué que cette situation doit durer huit jours. Des techniciens en provenance de Lubumbashi affirment avoir entamé les travaux de maintenance. Pendant ce temps d’interruption de la desserte, aucun véhicule ne peut plus traverser la rivière Lukuga à l’exception des motocyclistes et les autres usagers de la route comme des transporteurs à vélos et les piétons qui peuvent emprunter des pirogues.

Le Chef de la brigade à l’Office des routes, Jacob Lengisa, a fait savoir que dix à quinze véhicules traversent chaque jour sur la rivière Lukuga grâce au bac de Nyemba. A l’état actuel auquel ajouté le mauvais état de la route, la traversée quotidienne n’était plus assurée que pour trois à cinq véhicules, a-t-il conclu.

Lire la suite...

La Zone de santé de Moba fait état d’une situation sanitaire alarmante due à la résurgence des cas du paludisme qui provoquent de nombreux décès parmi les enfants de moins de cinq ans à Kasenga et Kala en territoire de Moba, 360 km au Sud-est de Kalemie.

Trois à cinq enfants de moins de cinq ans meurent par jour de paludisme avec complications d’anémie. Un phénomène qui survient dans une zone où les populations croient fortement aux tradi-praticiens. L’Inspection sanitaire de Tanganyika et ses partenaires recommandent à la zone de santé de Moba, le renforcement de la surveillance épidémiologique des cas enregistrés dans la zone.

L’alerte est partie de l’aire de santé de Kasenga située à 25 km au Sud de Moba-Kirungu. La zone de santé indique que le taux sur le décès par jour est de trois à cinq enfants et cela, depuis une dizaine de jours dans la zone. Les enfants de moins de cinq ans sont les plus touchés. Un phénomène qui a été observé depuis le mois de novembre 2013 par des cas sporadiques de malaria et qui a pris six mois après des proportions alarmantes. Le Médecin sanitaire du Tanganyika, Adalbert Ngandwe Fwamba, a déclaré :

<<< On a remarqué qu’il y avait plusieurs décès que la population locale attribuait à la sorcellerie et aux mauvais esprits. La zone de santé été alertée et le médecin de la zone de santé a réuni des partenaires. Ils ont renforcé des mesures de surveillance épidémiologique des cas admis et de faire une notification journalière des cas qui sont pris en charge selon les tranches d’âge et la gravite de la maladie >>>

Un médecin avec deux infirmiers vient d’être dépêché dans la zone pour assurer la prise en charge médicale des cas de paludisme grave et d’autres cas d’anémie. A cette mesure, les autorités sanitaires arrivent même à décider de la réduction sur le prix de la consultation afin de permettre aux populations l’accès dans des structures sanitaires.

<<< Le plaidoyer est lancé pour le complément d’autres médicaments comme la quinine, les perfusions ainsi que les kits transfusionnels dont nous avons déjà mobilisés environ un kit complet de cent transfusions qui trainent encore au niveau de la Coordination provinciale de la transfusion sanguine à Lubumbashi et nous cherchons des moyens et des partenaires qui peuvent nous soutenir pour pouvoir acheminer cela jusqu’au niveau Moba et secourir cette population>>>.

Un comité de lutte contre les épidémies que préside l’Administrateur de territoire, Michel Mwila, vient aussi d’être monté sur place. Le Comité a responsabilisé le Chef de groupement Manda et le Médecin chef de zone de santé de Moba pour la sensibilisation des communautés sur place afin d’assurer la surveillance de la maladie.

Lire la suite...

A Manono, vingt-deux détenus du cachot du Parquet secondaire de la cité qui porte le même nom, se sont évadés mardi, 10 juin 2014 vers 19 heures locales. Manono est une localité située à 450 km au Sud-ouest de Kalemie. Les enquêtes préliminaires de la police déterminent que le policier commis à la garde du cachot se trouvait au moment de fait dans un état d’ivresse. La police a entamé les recherches.

Parmi les vingt-deux détenus qui ont réussi à s’évader en masse se retrouvent des prévenus et des condamnés du Parquet secondaire de Manono. Le policier commis à la garde du cachot est aussi en fuite. Les autorités tant civiles et que judiciaires viennent de réquisitionner la police pour diligenter les enquêtes pour retrouver des évadés. L’administrateur de territoire de Manono, François Kazembe, indique par ailleurs que la plupart des évadés, ce sont des habitants de Manono.

Toutefois, trois femmes détenues dans la cellule pour femmes n’ont pas bougé du cachot.

Lire la suite...