Publications de Firas ADAWI-ADLER (1)

Depuis longtemps on savait les groupuscules de type " Skinhead ", " Gud " et autres obédiences belliqueuses et ouvertement fachistes, antisémites et xénophobes plus ou moins dilatés et évaporés dans le paysage social actuel d'Europe Occidental ( essentiellement en France, Angleterre, Allemagne, et dans une moindre mesure en Italie, Espagne ).

Comment ces mouvements haineux ont-ils réussi à faire peau neuves ? Comment se sont-ils, de manière opportunistes, eux aussi tirer profit, politiquement et socialement, des bouleversements nés du néo-libéralisme et des effets planétaires d'une économie mondialisée ?

Fait troublant, observent les sociologues et politologues, bien que plus ou moins invisibles du paysage social français, leurs activismes n'a jamais baissé d'ardeur (profanation de cimetières, tag et agressions antisémites, islamophobes et xénophobes sont à la une de l'actualité pour le rappeler régulièrement).

La mutation et l'effet " caméléon " incidieux dont font preuves ces groupuscules relèvent d'une grande habileté s'ils n'étaient trahi à la lumière du jour par leurs vrai visages, abjects , faisant ainsi tomber les masqes d'un supporter "Lambda" de la Tribune Boulogne ou Auteuil de notre cher PSG. C'est aujourd'hui, le sport, et le plus populaire d'entre eux, notre cher foot, qui draine le plus de néo-nazi, fachistes et groupuscules extrémistes les plus radicaux.

En Pologne, un pays encore à la traine sur la législation sécuritaire des tournois et phénomènes de hooliganismes, des banderolles bariolés de " PAS DE JUIFS ICI " ou des étendards à l'effigie de têtes coiffées de KIPPA et barrés d un sens interdit, font désormais légion, pour ne pas dire banalités d'ambiance sportive.
Dans un pays, qui a vu 6 millions de juifs gazés et partir en fumée, on à peine à réaliser de tels specacles, pourtant, en même temps cela n'est pas une surprise, la Pologne est l'un des pays les plus antisémites d'Europe de l'Est. Si le communisme a su terrer cette haine sans commune mesure, il n'a fait que la terrer, aujourd'hui, les pays de l'encien rideau de fer, dévoile à tout va le visage hideux du fachisme, de la haine raciale et antisémite.

L'euro 2010 se jouera en Pologne, et on est en droit de se poser avec grande inquiétude la question suivante : mais que fait Bruxelles pour endiguer ce que les gouvernemenst de Pologne et autres pays de l'Est ont une certaine honte à assumer ? Rien, ou pas grand chose....

Il est grand temps que les institutions européennes, Parlement en tête mène un combat sans merci, au moyens de pressions continuelles sur ces pays, pour qu'ils lègifèrent avec la plus grande fermeté contre de telles dérives fachistes, extrémistes et haineuses Post-Communistes.

Le sport, avec en tête la discipline la plus populaire qui est le foot, draine la classe d'âge favorite et idéale des idéologues extrémistes et fachistes, quelle aubaine de ne pas en tirer profit ?
Après une image ternie par des débauches Bling Bling, faisant plonger ça et là des célébrités mondiales désormais calomniés par leur propres actes irresponsables, après le foot mafieux où l'argent facile a su s'accommoder et faire bon " ménage sportif", voici venue l'heure du Foot Fachisant.

Car on oublie vite que les tribunes censées accueillir des spectateurs de toute classe sociales et de toute origines ethniques, dans un esprit festif de convivialité et de respect, accueillaient déjà dans l'antiqiuité des Suuporters de la " civilisation Héllenistique contre les Barbares non civilisés" ( Flavius Joseph), et plus récemment lors de l'accession de Hitler au pouvoir, des " Ephèbes Aryens " venus à l'occasion démontrer leur supériorité raciale.

Les décisions prochaines de l'UE en matière de fermeté sur les legislations imposées en matière sportive nous dira si l'on doit continuer ou non de très sérieusement s'inquiéter sur l'avenir politique et social de l'Europe Occidentale.

Firas ADAWI-ADLER
( Chroniqueur et correspondant permanent pour L'Economiste, Journaliste-Reporter por Metro France et le Figaro.fr )




Lire la suite...