Publications de DENIS (11)

Si un australiens connaît un pays africain appelé Cameroun, c’est certainement grâce au football. Que ce soit là-bas en
Amérique, en Europe, en Asie, en Océanie, ou même ici en Afrique, si quelqu’un connaît le Cameroun, c’est à
travers le football, sport roi dans ce pays pauvre d’Afrique Centrale où tout
le monde est footballeur, voire entraineur, y comprit le Président de la République Paul
Biya le premier sportif.


Aujourd’hui, ce sport est reconnu dans cette Nation, comme étant un symbole de l’unité. Au bar comme au quartier chez un voisin, ou encore dans tout lieu où des opérateurs économie comme MTN Cameroun ont installé des
écrans géant pour permettre aux âmes de la rue de vivre en direct le match des
lions, l’on y rencontre des camerounais de tout origine. Pas de discrimination.


Dans ce pays pauvre très endetté où la télévision reste encore coûteuse pour certains, notons qu’il y a de personnes qui ont vu
franchir la porte de leur maison par leurs ennemis venus vivre en direct le
match de lions à la télé. D’où, ce sport peut contribuer en réunification des
peuples. Au stade comme au bar ou à la
maison devant la télé entouré des amis et parfois des ennemis aussi, c’est d’un
même cœur que les camerounais crient : « Allez les
lions ! » Et lorsqu’il y a but, c’est la même joie qui inonde les
camerounais.


Et lorsqu’il y a défaite alors ? C’est la colère ! Des coups de gueule de part et d’autre ! Le bon de l’autre jour devient salopard, fainéant, con, idiot, bête, diable même.


Parce que tellement ces gens aiment le football au point où, le cœur en dépend. Une folie ! D’où, ils sont prêts à manger vivant toute personne qui s’hasarde à bafouiller leur fête.
Souvenons-nous de 2003 lors du match dernier barrière pour le Cameroun
pour aller au mondial 2006. Un Wome très courageux prend le destin de son pays
en main pour un tire au but seul clé de la victoire. Mais malheureusement, il
rate ce tire au but. Personne ne veut rien comprendre. On veut sa mort. Mais
Dieu merci, il vécut.


Ce sport roi, c’est aussi une Véritable source pour certains d’avoir leur pain en vendant les drapeaux aux couleurs « vert-rouge-jaune avec étoile d’or sur la bande rouge symbole de l’unité », ou encore des
maillots aux couleurs nationales qui s’arrachent comme de bâton de manioc au
Marché Mokolo de Yaoundé, et même, tout autre objet sportif ou festif…
Mais derrière cette passion, il existe aussi certains qui auraient eu
l’habitude d’après des bouches du quartier qui ne mentent pas certes, car
« il n’y a pas de fumée sans feu », de crucifier ce peuple à
descendre dans l’abîme dont ils supportent à peine. Rappelons-nous de cette augmentation des prix
du carburant au Cameroun en février 2008 lorsque les lions se sont qualifiés
pour la phase finale de la CAN
(Coup d’ Afrique de Nations) dont le pays de Paul Biya, de Roger Milla l’ancien
lions, de Mboma Patrick l’autre ancien lion, d’Eto’o fils, Manu Dibango, de
Yannick Noah, de Richaud Bona et bien d’autres, ont déjà remporté quatre fois.


Et c’est une fierté ! Mais quand on pense que ce pays africain ayant six participations à la Coup du
Monde et premier africain à avoir franchi ces quarts de final, n’a aucun stade
à part ce trois vieilles marmites qu’a laissé nos parents, ça fait mal, très
mal lorsqu’on est de passage à Tsinga devant le minable bâtiment de la FECAFOOT. Un vrai
« du n’importe quoi ? ». Elles
sont nombreuses ces choses qui nous font énormément mal. Quand on voit aussi certains
pays qui n’ont jamais remporté la
Coup d’Afrique, ni même participer au mondial, organiser une
CAN dont le Cameroun viendra remporter pour nous faire plaisir ; ça
vraiment mal. Un mal lorsqu’on entend des parole comme : « Rien ne va
au pays, sauf le football. » Déclaration douteuse lorsqu’on sait que ces
lions indomptables, notre émotion et notre passion, sont devenus de plus
quelques temps domptables. Où est passée la force du lion ?


En allant pour au mondial 2010, ils ont reçu la bénédiction de leurs supporteurs qui espéraient que la force du ciel sera avec eux pour qu’ils remportent cette Coupe du Monde. A cause de ceux-là, les dirigeants de la FECAFOOT et leur tutelle qui auraient d’après certains médias enlevé cette force des lions, les camerounais
ont vu leur équipe rentrer au premier tour. Cela a fait beaucoup mal. Des coups
des gueules ! Des grosses insultes à l’endroit des joueurs. Mais à
tort !


Car ces jeunes qui auront pour salaire des quarantaines de millions, ne s’entendraient pas entre eux début même avant ce mondial. On se demande alors pourquoi rien n’a été fait ?
Le football camerounais est certes autonome, mais le gouvernement qui sait que la FECAFOOT remplie des
bandits incapables de gérer l’équipe national tout comme le football
national ; pourquoi ce gouvernement ne déchaîne-t-il pas son épervier vers
cette structure pourrie ?



Lire la suite...

LA FOLIE EST PARFOIS BONNE

Conneries! Hummm...
C'est fou! Oui!
Car il faut parfois être fou pour réussir certains coups dans la vie. C'est quoi la comédie? C'est un acte théâtral derrière lequel se cachent des messages parfois tragiques. On dit alors comédie pour parler de la tragédie. D'où folie est important. Si tous les journalistes étaient comédiens, la guerre de liberté de presse n'existerait pas...
Lire la suite...

SIDA, UN AUTRE DEMON PARMI TANT D'AUTRES

Sida, tout le monde peut attraper le Sida. Son agent pathogene qui est monsieur VIH, n'a pas d'hôte preferentiel. Jeunes ou vieux, hommes ou femmes, pauvres ou riches, noirs ou blancs... tout le monde peut attraper le Sida. Samuel Eto'o tout comme Paul Biya, Barak Obama tout comme Ben laden, Diam's tout comme Riannah... tout le monde peut attraper le Sida.

Au regard des chiffres, on peut tous simplement dire que rien, presque rien n'est véritablement fait pour secourir les malades et les orphehins victimes de la colère du Sida, ce mal qui a malheureusement comme toujours, choisi notre Afrique pour s'installer. On dirait un autre demon en dehors de ceux des guerres, de la pauvreté, qui se precipité lui sur le pauvre continent pour emporter le reste laissé par ses derniers amis. Depuis trois ans, ils nous parlent de plus de 25 millions de victimes en Afrique. Avec le temps, malgré les efforts, le chiffres augmentent au lieu de baisser. En parlant des efforts, je pense plutôt à ceux des ONG et non à ceux de nos gouvernements africains, notament celui du Cameroun où certains se sont contentés autrefois à detourner les fonds destinés au Comité National de Lutte Contre le Sida (CNLS). Dieu merci, Ceux-là sont aujourd'hui, si je ne me trompe, quelque part entre quatre murs. Le merci, mon merci, ne peut aller qu'à l'endroit des ONG. Mais, qu'un efforf soit encore fait. Que les êtres sains font preuves d'humanité. Les seropositifs ne sont pas des demons, mais des victimes de la colère des demons. Que Dieu soit encore avec les victimes du VIH/SIDA du monde.

Lire la suite...

Vingt ans au pouvoir, vingt ans en enfer. L'enfer s'est installe dès son installation à la tête de l'Etat camerounais. Demain, les camarades de ce diable entendent faire un événement historique pour marquer son anniversaire. Alors que les jeunes pensent qu'il est temps qu'il disparaisse de la scène politique camerounaise, le malin se prepare avec ses camarades pour une autre aventure dans laquelle ils feront leur possible pour verser à la corbelle les papiers dechirés. Bras croisés, nous n'attendons plus que le feu qui viendra nous emporter pour l'enfer final.
Lire la suite...

LA PUISSANCE DES GUGNOLS

Derrière des marionnettes bien laides et réelles, se cache des personnages, des paroles, des messages, mais surtout une puissance incroyable. Beaucoup des vérités bien connues... Certes, c'est pour cette raison que les dirigeants de chez nous, suivez mon regard, n'aime pas trop ces joueurs-là. Oui, parce que la vérité blesse. Pourtant, il faut dire la vérité pour libérer son coeur. Les guignols disent la vérité. D'ailleurs, ils parlent actualité. Mais ce n'est pas parce que ces pouvoirs-là n'aiment pas la vérité que les guignols de l'info de canal+ ne doivent pas parler d'eux; parce qu'ils parlent moins d'eux. Pourtant, il faut devoiler au yeux du monde les mauvais actes de ces diables-là. Peut-être, ça les poussera à changer de mentalité. Ou alors, les guignols souhaiteraient que l'Afrique crée lui aussi ses guignols? Si c'est ça l'idée, les africains n'ont assez des moyens pour le faire car une production des guignols coûte le salaire de 100 journalistes en Afrique.Oui, parce que les guignols ont une puissance incroyables. que cette puissance soit aussi utilisée pour eclairer l'Afrique où plongé il y a longtemps dans le noir. Merci et à bientôt.
Lire la suite...

Il y a environ une semaine que la première televison privée camerounaise canal2international n'arrête pas de parler de ces étrangers chassé comme des chiens de la Guinée Equatoriale. Actuellement au merci des influences de la nature au port de Douala, ces pauvres qui n'étaient qu'à la recherche de ce qu'ils n'ont pas pu avoir chez eux, crient et pleurent à tue-tête, mais personne ne les écoute. Grâce à canal2international et les organes de defense de droits de l'homme, ces gens s'en sortiront peut-être. Quant à la Guinée Equatoriale qui continue à commettre de tels actes, pourquoi la communauté international reste encore bouche close face à cette situation de violation de droits de l'homme. Nous sommes déjà que nos dirigeants qui plus de temps en Occidental qu'en Afrique ne se derangent pas pour nous. Nous pouvons brûler vifs, ils s'en moquent. Pour plus d'info, cnnectez-vous sur afrik.com
Lire la suite...

VETERINAIRE ET CONTROLE SANITAIRE AU CAMEROUN

La vie va au dépend de la santé. Et ça, l’on le sait très bien. L’électricien et mon père se sont fixés un rendez-vous l’autre jour dans la matinée. Mais en quittant la maison à huit heures, n’ayant pas vu le technicien, papa inquiet a déparqué chez lui avec un cou gonflé croyant qu’il s’est fait plaqué. Arrivé chez le technicien, il contacte plutôt que le monsieur est couché, souffrant d’une gastro-entérite. - Mais qu’as-tu mangé hier, mon ami ? Lui a demandé papa.- Juste la viande du porc que tu connais-là. A-t-il répondu.- Je pense que tu as été empoissonné !- Ah ! Non, mon ami.- Comment ça, non ? Allez ! Debout on va voir le marabout !- Mais non. Un marabout était déjà ici.- Vos faux marabouts que vous avez dans ce village, hein.- Et ce ton marabout qui est vrai.- Qui ignore Akoura le vieux marabout du village Ongola.- Ah ! Voilà… et si je te dis que c’est chez lui nous étions.- Alors, là ! On envoie un enfant voir Docta du carrefour. Il va trouver une meilleure solution pour toi.Les deux se sont embrouillés pendant plus de cinq mais la meilleure est venue finalement d’un médecin. Voilà pourquoi il faut éviter l’automédication. Aller plutôt dans un centre de santé qu’au poteau. Mais avant d’arriver chez le médecin. Si on essayait de contrôler ce que nous mangeons. A qui le contrôle de ce que nous alors ? A nous même ? « Non. Parce que nous, nous contrôlons déjà ce que nous mangeons à notre niveau. Le problème doit certainement venir d’ailleurs.» A déclaré mon père lorsque le médecin leur a conseillé d’éviter le non contrôlé (parlant de la nourriture de la rue). Le mal dont souffrait l’électricien était une intoxication alimentaire d’origine animale.Quelqu’un l’a si bien dit : « le médecin sauve l’homme mais le vétérinaire sauve l’humanité. » Très souvent, après une fête bien tapée, on passe un lendemain sur le lit à tourner, à se tortiller comme un ver de terre coupé en deux. On se déporte en vitesse chez le marabout le plus célèbre du village parce qu’on pense qu’on a était empoissonné. Lorsque le marabout parvient à détecter qu’il ne s’agit pas d’un empoissonnement, on se rend chez le médecin pharmacien de la rue parce qu’on pense qu’il s’agit alors d’un simple mal de ventre. Mais attention ! Le problème peut être plus sérieux que l’on n’imagine. Ça peut être une intoxication alimentaire due à une salmonella, pasteurella… L’aliment commencé a été fait à la veille ou la viande n’a pas subir un contrôle sanitaire et vétérinaire par exemple. Une interview fait auprès d’une population de Guider ville située à quelques kilomètres de la ville de Garoua la capitale de la région Nord, laisse entendre que Bon nombre de a déjà été victime d’une intoxication alimentaire. Dans cette région du Nord et même de sa voisine l’Extrême Nord où des problèmes de l’insalubrité se posent, où on entend chaque année parler de plusieurs morts de Cholera, Tuberculose, et autres maladies graves, on se demande si le contrôle sanitaire et vétérinaire n’a rien à y voir ?Vu l’état des abattoirs, des poissonneries, des boucheries… vu l’état et les conditions de travail dans ces structures, on ne peut que prier Dieu de continuer à nous protéger. C’est peut bien pour eux qu’une grande ville comme Yaoundé ne possède pas d’abattoir porcin moderne. Mais pour nous, c’est laid.Le contrôle sanitaire et vétérinaire est une grande importance que le camerounais qui le néglige n’imagine. Aujourd’hui, il existe beaucoup de victimes du non contrôle sanitaire et vétérinaire prêt de nous. Certains souffrent, d’autres meurent. Nous pensons à la sorcellerie parce qu’en Afrique, pour nous, c’est ça et rien d’autre. Parce que notre magie est faite juste pour détruire son frère. Et si on utilisait cette magie pour lutter contre sida, détournements de fonds publics, vols, coup d’Etat, corruption, pauvreté… n’est-ce pas une bonne chose ? Et si le vétérinaire de plus en plus corrompu pensait un peu aux vies dont il est sensé protéger, n’est-ce pas une très bonne chose ?Partout, n’importe où, n’importe comment, ils sont nombreux ces gens qui à la recherche de leur vie, mettent celles des autres en danger. Ce sont ces vendeurs ambulants de viande ou du poisson ou d’autres produits d’origine animale cuits ; ce sont ces mamans qui vendent en bordure de route la nourriture préparée chez elles ; ce sont ces restaurants et tourne-dos situés le longs des rues de nos villes et villages ; ce sont ces messieurs et dames qui grillent la viandes ou poissons dans les coins de nos carrefours ; ce sont ces poissonneries et boucheries de nos marchés ; ce sont ces supermarchés et boutiques de nos quartiers ; ce sont ces abattoirs de nos communes…qui sont responsables des intoxications alimentaires. Ils vendent les cuisines mal faites ; des cuisines qui ont fait plusieurs jours et qu’on a réchauffées le matin ; des poissons et viandes en putréfaction, des viandes étouffées ; des produits périmés… Mais faute à celui-là qui a la charge de veiller sur la qualité de ces produits d’origine animale destinés à la consommation de l’homme. Oui, la faute au vétérinaire ; cet agent assermenté. A lui et rien qu’à lui seul. Une enquête auprès de ces gens qui font dans le domaine animal, laissera voir que très peu détienne le certificat médical ; généralement même, des certificats faits au quartier, auprès d’un oncle, d’une tante ou d’un ami.Dans un pays comme le Cameroun, n’existerait-il pas par exemple de vétérinaire ? Il en existe. Malgré que beaucoup sont au quartier en chômage comme Denis, il y en a quelques uns intégrés mais qui se laissent pour la plupart corrompre. Ces vétérinaires ne sont pas très différents de ces douaniers qui laissent entrer en au pays ces produits dangereux pour notre santé. Un vétérinaire qui laisse vendre par exemple sur un marché un bovin malade met la vie des milliers de camerounais en danger tout comme le douanier qui laisse entrer un carton de faux produits met la vie des milliers d’autres camerounais en danger.Non à la corruption ! Oui au respect de la loi ! Que le vétérinaire protégé par la loi fasse son travail sans crainte. Que le boucher ne t’intimide plus quand il dit : « Cet animal m’a valu huit cent mille francs. Si je le perds, je perds tout mon capital. Ou tu prends cent mille francs et tu me laisses tranquille, ou alors je te fais un truc que tu vas regretter... » Rempli de peur, le vétérinaire prend l’argent.Ils sont plusieurs anciens dans le corps de vétérinaire camerounais qui disent étaient déjà victimes des menaces faisant suite à leur travail. Ils racontent qu’ils ont eu à perdre certains collègues suite à des très courtes maladies, accidents… « Ils tombent et meurent comme ça. » ; « Vous étiez ensemble hier, ce matin on t’appelle et on te dit qu’il est mort. » ; « Quelqu’un devient subitement paralysé. » « Il se couche hier en bonne santé et il ne s’est plus réveillé ce matin. » Trop d’histoires à faire fuir le métier de vétérinaire se racontent par anciens du domaine. Beaucoup de vétérinaire témoignent que ce leur peur fait suite à des menaces des bouchers, éleveurs, grands propriétaires de poissonneries… qu’ils commettent ces actes néfastes. Ils préfèrent donc sauver leur vie et mettre celle des autres en danger. Ils oublient qu’ils ont dit « oui » de protéger ce gens. Pourtant si nous mourrons pour une bonne cause, Dieu nous reconnaîtra comme bon.Vétérinaire, fais ton bon travail car la santé des hommes en dépend.Vétérinaire, protège la santé de l’homme car sa vie en dépend.
Lire la suite...

Au début du vingtième siècle, Monsieur France de passage au Golf de Guinée, rencontra sur son chemin une belle dame de la famille Afrique, nommée Mademoiselle Cameroun. Suite à une relation amoureuse née d’un coup de foudre, les deux se promirent de se marier. Suivant la tradition, Monsieur France accompagné de sa famille Europe, versa la dote auprès de leur belle famille Afrique et ensuite, il officialisa leur mariage devant Monsieur ONU le maire de la terre. Après plusieurs années d’union, ne voyant aucun enfant résultant ce mariage, on se demande s’il n’y a pas un problème d’infertilité dans ce couple ? Si oui, qui des deux mariés est donc stérile ? En tout cas, nous espérons que ce n’est pas Cameroun car il se raconte partout dans l’arrondissement terre que cette jolie dame séduisante aurait commis l’adultère en entretenant une relation Monsieur Chine avec qui ils ont eu plusieurs enfants qui sont : Barrages de Lagdo, Palais des congrès de Yaoundé, Hôpital Gynéco- Obstétrique de Yaoundé, Palais des Sports, et il semblerait que cette dame attend encore un enfant de Monsieur Chine. Donc dame Cameroun est bien fertile. Faut-il crier que Monsieur France est le stérile du couple ? Non. Car il se dit de ce côté qu’au début de leur union, ils ont eu quelques enfants qui n’existeraient plus. Ayant appris que sa femme avait des enfants avec quelqu’un d’autre, Monsieur France au lieu de traiter cette dernière de prostituée, avait trouvé plutôt mieux de critiquer les enfants qu’elle avait avec Monsieur Chine, en les traitant de bâtards dont l’avenir est incertain. Mais nous, vu l’état de ces enfants, nous pensons plutôt que Monsieur France était tout simplement jaloux de ces enfants. Avec l’esprit occidental, Monsieur France ignorait que chez les bantous, l’enfant la chose la plus importante dans un couple. Lui, il se contente seulement à exploiter la beauté de sa femme qui aujourd’hui pense qu’un divorce serait mieux pour eux. Et nous pensons que dame Cameroun raisonne parfaitement bien. Un divorce c’est ce qu’il faut. Le mariage Cameroun-France doit prendre fin afin que Monsieur Chine qui aime bien dame Cameroun l’épouse en toute tranquillité. Oui. En se mariant, monsieur Chine Madame Cameroun feront beaucoup d’enfants car la famille Asie aime elle aussi les enfants comme la famille Afrique.
Lire la suite...

BIENTOT LA GUERRE DE L’EAU AU CAMEROUN

BIENTOT LA GUERRE DE L’EAU AU CAMEROUN

Le 25 Décembre 2000, une violente pluie arrosa les sept collines de Yaoundé la capitale camerounaise, alors qu’on n’était en pleine saison sèche. C’était le tout premier signe du changement climatique au Cameroun. Dès lors, on n’a plus confiance au climat équato-tropical camerounais. Le ciel nuageux n’annonce plus l’arrivée de pluies. La météo nous parle d’une pluie qui va s’abattre mais c’est plutôt un soleil ardent qui apparaît après un brouillard pour nous brûler le crâne. Mais malgré ce changement climatique, la saison pluvieuse qui tarde encore à s’envoler finira par céder la place à la saison sèche, période de la guerre de l’eau au Cameroun. D’ailleurs, cette saison s’annonce déjà. Et quand elle viendra, la lutte pour avoir l’eau débutera. Les enfants ne dormiront d’un sommeil profond. Ils veilleront pour espérer avoir un peu d’eau de la CAMWATER à 22heures, 01heures, 03heures ou 04heures. Et lorsqu’ils ne parviendront pas à en avoir en ces moments tardifs de la nuit, ils inonderont aussitôt les puits profonds ou les sources à partie de 05heures où c’est à souhaiter qu’un aîné ne vienne en dernière position créer une bagarre. Car, certains grands arrivent après mais impatients, ils veulent puiser avant les petits qui sont là depuis. Et comme les petits d’aujourd’hui ne se laissent pas facilement faire, il y a bagarre. Si par malheur ils ne parviennent pas à avoir l’eau des puits ou des sources qui tarissent très souvent, ils vandaliseront les installations de la CAMWATER : en cassant les tuyaux ou en enlevant les compteur par exemple. De passage dans un sous quartier des villes du Cameroun où le problème d’eau est une grande importance en saison sèche, on voit souvent de l’eau sortir du sol, dans ce coin ou l’autre coin de la rue. Il s’agit tout simplement d’un tuyau cassé ou d’un compteur qui était arraché. Ignorant, on peut penser que la pression d’eau étant élevée, a dû éclater le tuyau de mauvaise qualité ou arracher le compteur mal placé. Mais si on demande aux enfants qui s’y trouvent en train de se battre pour avoir un peu d’eau, ils répondent avec un sourire : « ça fait presque trois jours qu’on n’a pas d’eau ici quartier. Les gens ont certainement cassé ce tuyau dans la nuit pour qu’on ait un peu d’eau. »Un problème d’eau, pourtant, il n’est pas rare d’entendre sortir de la bouche des autorités : « le Cameroun a une bonne potentielle en eau. » Très vrai mais pourquoi une guerre pour avoir ce liquide sang de vie ? C’est incroyable, inacceptable qu’un pays en région équatorial ait un problème d’eau. Mais la réalité est bien là.Connaissant ce qui les attend à la saison sèche, les jeunes Camerounais du Quartier Carrière à Yaoundé et ceux du Quartier Doualaré à Maroua, souhaitent qu'il continue à pluvoir.A notre ère, très peu de Camerounais ont accès à l’eau portable. Les enfants parcourent des longues distances à la recherche d’eau de puits ou de sources, qui est généralement à l’origine des maladies hydriques. Le gouvernement bien au courant de tout ça fait alors quoi pour aider la population à éviter ces maladies hydriques ? Quasiment rien. On dirait qu’il ignore que « l’eau c’est la vie ».
Lire la suite...

LE VETERINAIRE CAMEROUNAIS

Salut.Vétérinaires camerounais, les oubliés ou alors, c'est leur tutelle qui est le Ministère d'Elevages, de Pêches et des Industries Animales (MINEPIA) qui est perdu? Que deviennent les jeunes vétérinaires sortis des CNFZVH (Centre National de Formation Zootechnique, Vétérinaire et Halieutique) du Cameroun? Une fois sortis, ces jeunes sont oubliés comme le mètier qui est pourtant d'une grande important. Ne dit-on pas que le vétérinaire soigne l'humanité? Le secteur d'élèvage ne fait-il pas partir de domaines essentiels pour le developpement d'un pays? Comment un pays peut pretendre decoller en negligeant un tel secteur? Une voiture peut-elle rouler uniquement grâce à l'essence? Que le ministre d'élèvage camerounais se rêve pour defendre son departement. Si le Cameroun n'était pas pourri, nous nous demanderons ce que fait ce docteur dormeur à la tête d'un tel ministère depuis plusieurs années aujourd'hui. que Monsieur le premier ministre camerounais voir notre situation. C'est depuis 2003 qu'il y a eu le dernier recrutement de vétérinaire. Aujord'hui, on nous parler d'un recrutement dans la fonction d'après le calendrier des concours 2009 (voir www.minfopra.gov.cm), mais le nombre demander est très petit. Pourtant, ce secteur a vraiment besoin du personnel. Surtout d'un personnel qualifié. Surtout pour vous faire part de ce qui se passe chez nous dans un secteur aussi grandiose. Pour qu'on en parle sur atelier des medias. Merci.
Lire la suite...