Publications de DANTE (40)

Crise du football malien : La Femafoot gagne le procès

En point de presse, mardi 24 novembre 2015, dans la salle de conférence de la Fédération malienne de football (Femafoot), Makan Moussa Sissoko, président de la Commission recours de l’instance nationale du football a affirmé que le TAS a donné raison à la Femafoot et imposé les 80% des frais de procédure à la charge des frondeurs. Pour la première fois dans l’histoire, un problème né du football malien a été transporté devant le Tribunal arbitral du sport, la plus haute instance juridictionnelle mondiale en sport. Face aux hommes de médias, Makan Moussa Sissoko, président de la Commission recours de la Femafoot, accompagné par Yacouba Sidiki Traoré, Secrétaire général de la Femafoot, a fait un rappel  des faits. Selon lui, les Sieurs Yéli Sissoko et Me Bassalifou Sylla, du Djoliba AC, Moussa Konaté, président du COB, Boubacar Monzon Traoré, ancien président de la ligue de football de Bamako, ont saisi le TAS, le 20 mai 2015 pour chercher l’annulation des décisions de l’Assemblée générale ordinaire du 10 janvier 2015. Ainsi que les autres décisions prises par Boubacar Baba Diarra, président de la Femafoot. La Fédération a été saisie par le TAS, le 26 mai 2015. Après ces démarches, le TAS a demandé aux deux parties d’aller régler le litige à l’amiable, soit par médiation ou toute autre forme pour éviter aux deux parties de payer une lourde facture. Mais cette proposition a été catégoriquement rejetée par les plaignants (Yéli Sissoko, Me Bassalifou Sylla, Moussa Konaté et la ligue de Bamako).  Comme on le dit en bambara, le linge sale se lave en famille. Contraint d’aller en procès, la Fédération a fini par accepter, sachant bien qu’elle avait raison, s’exclame Yacouba Sidiki Traoré.
Quand le TAS est saisi d’un litige né du sport, il donne toujours une décision. Mais avant cela, chacune des parties a payé 10.000 francs suisse et a été prévenue de payer les frais d’avocat, d’arbitres et autres entrant dans le cadre de la procédure judiciaire. Après 6 mois d’examen minutieux du dossier, la juridiction suprême du sport mondial a rendu une décision de 27 pages. Ainsi, l’appel a été jugé irrecevable : ce qui veut dire que cette chose ne peut être prise en considération et les arguments ne sont pas sérieux.
Par conséquent, la procédure n’étant pas gratuite, les frais des arbitres et autres sont répartis comme suit: puisque vous (Yéli Sissoko, Me Bassalifou Sylla, Moussa Konaté et Boubacar Monzon Traoré) avez perdu, vous allez supporter les 80% des frais de procédure et 20% à la charge de la Femafoot. Ce n’est pas fini, les frais du jugement qui seront annoncés à part, cela est composé par les factures des arbitres qui ne vivent pas en Suisse.
Le constitutionnaliste Makan Moussa Sissoko a conclu en disant que  le TAS est allé plus loin en rejetant toutes autres conclusions des parties. Le feuilleton est fini.
Bakary SOGODOGO  
Par Le Prétoire - 26 nov 2015

 
Lire la suite...


La 22ème journée du championnat national de football   du Mali a pris fin  avec la victoire  de  l’AS Real de Bamako sur le Djoliba AC 3 à 0. Les  11 créateurs de Niaréla et le Centre Salif Keita ont fait match nul 1 but partout. C’est par le même score que l’AS Bakaridjan et l’AS Police se sont partagé le point de la rencontre. Le duel des relégables a souris à l’avantage des Mopticiens, le Débo a dominé Eliwidj FC 3 buts à 2.Le stade Malien a battu le Nianan de Koulikoro 1 à 0.C’est par le même score  que le COB a eu raison sur l’Office du Niger Sport de Ségou. L’ASOM a perdu 2 à 0 face  à l’ASB. La 23ème journée démarre ce jeudi 10 juillet  à Bamako avec deux affiches.

Lire la suite...

Ça se passe devant l’ORTM , des policiers du CCR ayant interpelés un conducteur de taxi tourne en drame.

En effet, c’est devant l’ORTM que le drame se réalise. Dans la voiture, se trouvaient trois policiers à l’arrière en plus du client et du conducteur en question dont il s’agit. C’est lorsque l’un des policiers ordonne au conducteur de taxi de faire un demi-tour contre son gré et que ce dernier refuse d’obtempérer, voici le premier coup de clapet d’un film western sans précédent.

L’acteur principal du film, j’allais dire le policier à l’arrière de la voiture descend et s’en prend du coup au conducteur de la voiture tout en lui engageant contre son visage un coup de poing au volant de la voiture avant de se jeter sur le monsieur en le tirant pour le faire sortir de la voiture. Pire dans cette situation, les deux autres policiers qu’on croyait raisonnables pour s’interposer entre le conducteur et leur collègue afin de le calmer pour un réglage dans l’amiable, ont, contre toute attente réagit tout au contraire. Ils se sont tous jetés sur le conducteur aidant leur collègue dans sa mission de se rendre justice. Un passant qui voulait intervenir pour calmer la situation a sévèrement regretté de son geste car il en en eu sa part de correction. Le point de contrôle ai niveau de la BOA s’est ajouté à l’équipe de tournage donnant plus d’audience.

La question qui reste posée est de savoir si les policiers maliens sont imprégnés des articles de base de la constitution malienne qui stipulent que la personne humaine est sacrée et inviolable ?

Agence Mali Presse

Lire la suite...

Ils sont environ 20 athlètes venus du Sénégal du Togo de la Guinée de l’Algérie  de la Chine  et bien sûre du Mali à prendre part  à la compétition de tennis de table du tournoi de la paix de l’amitié et la solidarité.

Au programme des matches d’ouverture officiel, les juniors maliens Aziz Sangaré et Soumaila Kanouté n’ont pas fait le poids devant  les Guinéens Ahmed Konté et Maret Camara en championnat par équipe.

La Guinée en blanc remporte 3 sets à 0 contre l’équipe Malienne. Ce championnat par équipe se joue en deux phases  d’abord un contre un et deux contre deux. Respectivement les équipes A et B ont été battus par le Togo et par le Burkina Faso 3 set à 0. Président de la fédération malienne de tennis à table Abdoulaye Sidibé ,on ne doit avoir honte ou se décourager d’avoir perdu devant les pays comme Le Togo ou encore la Chine .La  fédération malienne de tennis de  table n’a  que une année et quelques mois , donc c’est difficile de faire un résultat sans une connaissance de cette discipline et sans la préparation .

Lire la suite...

RESPONSABILITES

Voici à quoi ressemble les rues de Ségou la 4 ème région administrative du Mali pendant l'hivernage.

Dans quelques jours plus le 15 Décembre 2013 la population ségouvienne va se rendre aux urnes pour choisir des députés de Ségou,nous espérons cette fois ci que les electeurs ferons le bon choix.

Lire la suite...

Voici à quoi ressemble les rues de Ségou la 4 ème région administrative du Mali pendant l'hivernage.

Dans quelques jours plus le 15 Décembre 2013 la population ségouvienne va se rendre aux urnes pour choisir des députés de Ségou,nous espérons cette fois ci que les electeurs ferons le bon choix.

Lire la suite...

IRRIGUATION

Le barrage hydraulique de Markala, est un pont-barrage de dérivation situé dans la ville de Markala, au Mali, elle-même située dans la région de Ségou. 

Le barrage est également connu sous le nom de barrage de Sansanding, du nom du village de Sansanding à quelques kilomètres sur la rive gauche et où sa construction avait été préalablement envisagée.Sa construction débute en 1934 et s'achève le 30 juin 1947. Sa réalisation a été faite dans le cadre de travaux forcés de milliers de travailleurs provenant de tous les pays de l’Afrique occidentale française. Un monument situé à l'entrée du pont rend hommage aux personnes décédées pendant sa réalisation.

Lire la suite...

L'eau source de vie

Après 53 ans d’indépendance jusque-là certaines de nos populations souffrent du problème d’eau. Ici nous sommes à Ségou en plein centre-ville ou la charrette circule pour vendre l’eau. L’eau est dit potable au robinet certes mais est-il potable une fois dans les barriques , la question reste posée… Photo @M.DANTE

Lire la suite...

HTM SARL/ AGENCE MALI PRESSE

info@ampmali.net

www.ampmali.net est un site d’information sur le Mali en général et le reste du monde crée sur la base d’une crédibilité constante et professionnelle dans le traitement des infos  pour développer un autre style dans la diffusion des informations.

Après seulement quelques mois de présence sur le réseau social face book, le site ampmali.net  s’est donné une place de prestige dans le milieu du media malien avec par la qualité et le professionnalisme dans la publication des informations.

Nous nous sommes donnés comme missions : l’occupation sans réserve du paysage communicatif et de la presse malienne. Ampmali.net est aujourd’hui une référence parmi les sites à vocation d’information au Mali,  avec comme objectif majeure d’être le numéro un des sites d’informations de la sous-région

Nous sommes basés au canada et aux Etats-Unis avec une représentation forte à Bamako dont un siège à Hamdalaye ACI Bocoum.

Nos partenariats avec les grandes agences de presse à travers le monde des medias, nous facilite la publication des informations fraîches et authentique à temps réel.

Nous avons une équipe dynamique, tous des professionnels du media qui nous représentent dans toutes les régions du Mali  pour la mise en ligne des infos, la réalisation des reportages, des investigations, des enquêtes, et autres services à vous offrir.

Le site ampmali.net se distingue des autres sites du genre par ses nombreux services et presque nouveaux en matière de site au Mali. Pour cela, nous avons prévu des rubriques tel un programme de radio ou de télévision.

En sport, en culture, tout comme l’invité du mois et les reportages seront fournis en continu dans un programme bien détaillé. 

Pour attirer notre public cible jeune, nous avons crée une rubrique showbiz qui prendra en compte la partie artistique de nos services. Il s’agit des tendances du moment comme le mouvement rap, autres genres musicaux, des événements aussi bien que les lieux de loisir de la ville de Bamako.

La publicité est notre affaire, avec un coup très réduit, nous créerons une parfaite communication autour de votre entreprise, de votre service, de votre association ou d’une activité particulière que vous menez.  

 Tel : 0012404699618 / 00223 79056768 / 00223 66048036

Lire la suite...

Une benne transporteurs de sable et de gravier a mortellement blessé deux jeunes  sur  leur  moto Jakarta sur la route en venant de Sébenicoro.  

Après avoir été sifflé par la police au poste devant le pont, le chauffeur du véhicule a refusé  d’arrêté, Mr le policier lui a pourchassé  avec sa moto. Au-delà de 300 m du lieu ou le chauffeur a été appréhendé, le véhicule en question percute deux jeunes sur leur moto Jakarta. Le conducteur de la moto a été mortellement  blessé  à la cuisse et aussi avec un bras cassé.

La population  de Djicoroni Woyowayanko  ayant été témoins de cette poursuite de la police qui facilite le désordre en  circulation  a voulu donnée une leçon  aux policiers au poste. Après l’accident aussitôt la population  a pris d’assaut là ou les autres policiers étaient arrêté à l’attente  de l’autre qui était  entraine de suivre la benne transporteur. La population mecontent  du comportement des  agents de sécurités ont mis feu  à leur poste, les agents ont la tangente en attendant.

A la suite d’une bonne formation  des agents  de sécurités, la population Malienne est sensée d’être bien protégée vis-à-vis des dangers de la circulation mais aussi des  dangers dans  la ville ; mais hélas  là on remarque  un manque de respect des règles de la déontologie policière.

Lire la suite...

Il y  a  cinq ans environ 4 ans  que la région de Ségou   inaugurait  sa  grande  mosquée offert par le guide Libyen au Mali. La population de la ville garde  encore en mémoire cette journée du vendredi 24 juillet 2009, l’inauguration de la nouvelle grande mosquée de la ville.

 

C’est dans la ferveur que des milliers de fidèles ont convergé vers l’infrastructure religieuse qui a été inaugurée par le chef de l'État de l’époque, Amadou Toumani Touré. C'était en présence de leaders religieux et des autorités administratives et politiques qui ont dans le même temps assisté à la grande prière du vendredi.

A ségou la nouvelle Grande mosquée a donné une fière allure à Bougoufiè, l’un des plus anciens quartiers de la 4ème région, situé à l'est de la ville. Bâti sur une superficie de 2 300 m2, l'édifice a coûté plus de 1,6 milliard Fcfa entièrement financés par la Libye à travers l'Association mondiale de l'appel islamique.

Lire la suite...

Athletsme

Le tournoi de solidarité 21 ème édition d’athlétisme: Près de 250 athlètes de cinq nations en piste à Bamako du 17 au 19 mai prochain.

Enfin, l’aval du partenaire privilégié, le département des sports, pour la tenue de cette compétition tournante des cinq nations sous régionales, a été donné malgré les zones d’ombres qui serait autour du règlement définitif de la question financière.
Ce tournoi d’athlétisme dénommé tournoi de la Solidarité regroupera le Bénin, le Burkina Faso, le Niger, le Togo et le Mali.
Les délégations, d’une taille de 60 membres dont une cinquantaine d’athlètes devaient commencer à arrivée à partir du 14 mai, c’est-à-dire hier. La compétition se déroulera du 17 au 19 mai au stade du 26 mars où les délégations seront internées.
Les athlètes de ces cinq nations membres de la Cedeao et de l’Uemoa s’affronteront dans au moins huit (8) épreuves en Lancers, Sauts et Courses. Le long silence qui a prévalu autour de l’organisation de cette compétition ne militera pas en faveur de l’affluence du public dans le stade. Quand bien même que le premier critère de réussite d’une compétition sportive est la présence significative du public dans les gradins pour pousser les acteurs. Alors, s’il y a une commission d’organisation, elle doit très vite menée des actions dans ce sens.

Lire la suite...

CULPABILITE

Regrettable fuite des sportifs Maliens lors des compétitions à l’étranger : Fédération malienne de pétanque pointée du doigt

L’Afrique est tellement sans espoir que ses enfants ne voient le salut qu’à l’étranger. Avant, on apprenait sur les médias que les sportifs de tel ou tel pays africain, avaient déserté d’une compétition en Occident ou avaient disparu lors du retour au pays. Au début, les sportifs agissaient seuls, mais les responsables ont fini par comprendre qu’ils pouvaient organiser la fuite et gagner de l’argent : un non-sportif est intégré dans le groupe, voire les sportifs eux-mêmes, moyennant finance.  Et une fois en Occident, on ferme les yeux afin qu’ils puissent disparaître et tout le monde  y gagne, sauf le pays bien sûr.

 

Mais depuis novembre 2012, «les autres», c’est aussi nous. En effet, nous aussi, avons appris la leçon et organisé deux fuites. L’histoire retiendra que c’est la Fédération malienne de pétanque (jeu de boule) qui se fond et qui se confond avec la Ligue de Bamako qui a eu à créer la révolution. Il y avait un championnat du monde à disputer dans le Sud de France. Les Maliens ont du mal à tenir leurs langues. Bien avant le départ pour la France de l’équipe malienne de pétanque, tout était su. L’on savait que c’est MD, la trentaine et NS, la soixantaine bien frappée, qui allaient rester sur place une fois là-bas.

 

Et une fois arrivés là-bas, à Marseille, les deux fugitifs ont eu leurs tickets de sortie pour disparaître et remonter sur Paris. Tout était déjà réglé avec le concours des Maliens qui résident sur place. La Fédération de pétanque, à sa tête, de vieux crocodiles aux dents longues, a été la première à créer l’évènement sur ce plan. Et étant donné que tout s’est bien passé, il n’y a pas de raison qu’une autre Fédération lui emboîte le pas. A qui le tour ? L’impunité est garantie au Mali !

Lire la suite...

Depuis la CAN 2002 et la dernière édition de la biennale artistique et culturelle. La ville de Ségou s’est métamorphosée, la cité des balanzans est aujourd’hui une ville en chantier où les bâtisses sortent de terre comme des champignons. Chef-lieu de la 4ème région administrative, Ségou peut se targuer de figurer dans le peloton de tête en matière d’infrastructures artistiques et d’accueil. La cité gagne encore en coquetterie la nuit grâce à l’éclat des lampadaires qui bordent  les grandes artères.

A Ségou où vivent environ 90 000 habitants dans 15 quartiers, le transport urbain présente plus d’une originalité. Ici, les charrettes disputent le marché aux taxis. Les ségoviens ne nourrissent aucun complexe à utiliser ce moyen de transport. Il n’est pas rare de voir de « gros bonnets » emprunter des charrettes pour se rendre en ville. La scène peut surprendre un étranger, mais à Ségou, elle fait partie du quotidien.
C’est dans ce contexte particulièrement pragmatique que l’Agence Nationale Pour l’Emploi (ANPE) a décidé, de mettre en circulation des motos taxis. Les Ségoviens ont vite adopté ce nouveau moyen de transport collectif en l’affublant d’une appellation locale « taxini ». L’arrivée des « taxini » à Ségou est destinée à donner du travail aux jeunes. Au moment du lancement il y avait  8 motos taxis sillonnent la ville de Ségou, 4 à Markala, 2 à San et 1 à Niono. Actuellement on ne connais le nombre exacte de ses moto taxis .

Ce moyen de transport malin est composé pour l’avant d’une moto et pour l’arrière, d’un habitacle où 6 à 8 passagers peuvent s’asseoir.
Au début les engins ont été cédés aux jeunes à 850. 000 FCFA remboursables en 20 mois. Dans le contrat d’acquisition, il est stipulé que les acquérant doivent verser 10 625 FCFA par semaine à l’ANPE. Aujourd’hui on en trouve un peu partout au Mali.


Les responsables régionaux de l’Agence assurent que tout se passe bien jusque-là. Du côté des jeunes propriétaires de « moto taxi  », on ne se plaint pas non plus maintenant ça va bien. Après bien des hésitations, la population a fini par adopter ce nouveau moyen de transport qui lui revient moins cher et se révèle plus rapide », confie un conducteur de « moto taxi » évalue sa recette journalière dans une fourchette de 7 500 à 8 000 FCFA. Le tarif d’une course en « moto taxi », par exemple entre Pélengana et le marché du château, était  de 75 F CFA avec la crise et le changement des prix de l’essence maintenant c’est devenu 100 F CFA .

Lire la suite...