Publications de Alif Buterinote (39)

Reviewed 2016 biography of Alif Buterinote

Alif Buterinote, a Congolese director from the Eastern part of his country, is the most awarded worldwide filmmaker from North-Kivu province. Nowadays his films make the success in the world of festivals. He was born in Goma in the Democratic Republic of Congo which town is a falsely city known around the world by the various wars that crosses the North-Kivu province of which it’s the head-place. He was born indeed in Goma, a certain Friday 1 May 1998 when the country had just become democracies. In 2004, he began his primary education that he ended in 2010, a year after he began his career in filmmaking. Note that in his childhood, always loved Alif spent all his time in his Avenue cinemas to screen Indian films and Chinese films especially the famous comic actor Jackie Chan. Unaware that one day he could become a filmmaker and a director, he already had a good start to become what he is today because according to him, to make films, you must have the culture of watching movies. This will influence his failure in 5th primary year when he for the first time in his life, remakes a class. The following year in 2009, he remade his 5th primary class and began at the same time his movie career in a cinema group operating in his neighborhood bearing the name GCV (Film Group Vibration) when films from Tanzania had full success in North-Kivu and especially in Goma and Bukavu those films was made by the actor and director Steven Kanumba, who indirectly gave the greatest motivation to Alif Buterinote to have hope of success in filmmakingwhat he had just started because front they were only films made by western or oriental that existed, but with films from Tanzania, he realize that even he could one day be able to do a movie: it was his greatest motivation the same pushed him to join this group of filmmakers when he was still 11 years. In late 2009, he goes to the cultural center for art creativity and cultural exchanges Yolé!Africa where he received his first initiation in cinema in 2010 at a workshop during 2010 organized by theFESTIMAJlike professors Gilles Lemounaudand Anne-Claude Lumet who had been sent by this French festival in Congo DR to train young Congolese filmmakers. At the end of this formation in July 2010, they released a film under the title "Sapilo but not too much”, a short film of 24 minutes written by Anne-Claude Lumet and students and directed by Gilles Lemounaud where Alif was among the main actors of the film. In that same year, he participated as a student in cinema for his first time in the Salaam Kivu International Film Festivalwhich is a film festival organized by Yolé!Africa until 2014 when he participated as film student. In 2012, he made his cinema master class in the same cultural center with as framerthe director Petna Ndaliko Katondolo for two weeks. In his cinema training career, he has also been taught by the English filmmaker and Founder of Peace One Day Geremy Gilley, the Americans filmmakers Nelson Walker and Lynn True, the Canadian filmmaker Mathieu Roy and many others. Towards the end of this year, he directed his first film fiction of 3 minutes, "Mulube" (Rope game), which he considers a class exercise. The following year in 2013, he made his first documentary film, "Bomoyi yako yikampiko" (Life of struggles), which had received an official selection in the festival FENACO of Peru in 2014 and this is his film that he considers the first he could realize himself. In 2015, he directed his second film he himself wrote and produced almost like all his films, experimental documentary, "The land of my art,that having a serious success in international festivals around the world. Note that this film until August 2016 participated in 11 festivals worldwide and has won so far two international awards respectively in the Chennai International Short Film Festival 2016 (India) where he was awarded as the Best Short Documentary Filmand in the CreActive InternationalOpen Film Festival 2016 (USA-Bangladesh) where he was awarded as the Best Country Award. The 11 festivals where the film received official selections are Laguna Film Festival 2015 (USA), Black Bird Film Festival 2015 (USA), Goldensun International Film Festival, 2016 (Malta), Chennai International Short Film Festival 2016 (India), Dirriti-a-Todi Human Rights Film Festival 2015 (Italy), Festival International du cinéma de Kinshasa 2016 (DRC), Congo International Film Festival 2016 (DRC), Ekurhuleni International Film Festival 2016 (South Africa),Afro-pépitesShow 2016 (France), Ismailia International Film Festival 2016 (Egypt) and the CreActive International Open Film Festival 2016 (USA-Bangladesh). After this international success across international festivals worldwide, in this 2016 year, he directed his third film, a fiction than a minute, "I cannot". This masterpiece has also traveled in many international festivals including the Girona Film Festival 2016 (Spain), Toronto Urban Film Festival 2016 (Canada) and the Vancouver International Film Festival 2016 in the Reel Youth Film Festival (Canada). Apart from these film festivals mentioned above, there is a whole list where it has already been selected in various competitions organized by the United Nations and many other film festivals worldwide. In the future, this talented Congolese director has several film projects to achieve: feature films and documentaries. This so that his country takes the overof the African cinema which deserves this place because it had crossed hitherto horrendous situations despite having a great story to expose its culture to the world, it the goal somehow his film and his masterpiece of all time he promises to do in the future, a 100-minute fiction whose title "Mobembo" which will be preceded by a series of documentaries total 1000 minutes of film.

Lire la suite...

Alif Buterinote, le réalisateur congolais de la partie Est du pays le plus primé à l’international et qui ses films aujourd’hui font le succès dans le monde des festivals partout au globe, est né à Goma en République Démocratique du Congo qui est une ville faussement connue au monde par les différentes guerres que traverse la province du Nord-Kivu dont elle est cheffe-lieu. Il est né bel et bien à Goma, un certain vendredi 1er mai 1998 quand son pays venait tout juste d’accéder à la démocratie. En 2004, il commence ses études primaires qu’il finira en 2010, une année après qu’il ait commencé sa carrière en cinéma. Signalons que dans son enfance, Alif aimait toujours passait tout son temps dans des salles de cinéma de son avenue pour s’amuser avec des films indiens et surtout chinois du célèbre acteur Jackie Chan. Inconscient qu’un jour il pourrait devenir cinéaste et réalisateur, déjà il avait des bons débuts pour devenir ce qu’il est aujourd’hui parce que selon lui, pour faire un film, il faut avoir la culture de voir les films. Ceci influencera son échec en 5e année primaire quand il avait pour la première fois de sa vie, refait de classe. L’année suivante en 2009, il refait sa 5e primaire et commence en même temps sa carrière de cinéma dans un groupe cinématographique évoluant dans son quartier portant le nom de GCV (Groupe Cinématographique Vibration) quand les films provenant de la Tanzanie avaient fait le plein succès au Nord-Kivu et surtout à Goma et Bukavu avec l’acteur et réalisateur Steven Kanumba, qui indirectement, avait donné la plus grande motivation à Alif Buterinote à avoir espoir de réussir dans le cinéma qu’il venait à peine de commencer parce qu’avant ce n’étaient que les films des occidentaux et des orientaux qui existaient, mais avec les films provenant de la Tanzanie, il avait vu que même lui pouvait un jour être capable de faire un film, c’était sa plus grande motivation qui le poussa même à adhérer dans ce groupe des cinéastes quand il n’avait qu’encore 11 ans. Vers fin 2009, il va au centre culturel et d’échanges artistiques Yolé!Africa où il reçut ses premières initiations dans le cinéma en 2010 lors d’un atelier durant le FESTIMAJ 2010 avec Gilles Lemounaud et Anne-Claude Lumet qui avaient été envoyé par ce festival français au Congo pour former les jeunes cinéastes congolais. A la fin de cette formation en Juillet 2010, ils sortirent un film sous le titre de « Sapilo mais pas trop », un court-métrage de 24 minutes écrit par Anne-Claude Lumet et les étudiants et réalisé par Gilles Lemounaud où Alif était parmi les principaux acteurs du film. En cette même année, il participe comme étudiant en cinéma pour sa première fois dans le Salaam Kivu International Film Festival qui est un festival de cinéma organisé par Yolé!Africa et cela jusqu’en 2014, comme étudiant en  cinéma. En 2012, il fait son master classe en cinéma au même centre culturel avec comme encadreur le réalisateur Petna Ndaliko Katondolo pendant deux semaines. Vers la fin de cette année, il réalise son tout premier film fiction et de 3 minutes, « Mulube » (Jeu de corde), qu’il considère comme un exercice de classe. L’année suivante en 2013, il fait son tout premier documentaire, « Bomoyi yako yika mpiko » (La vie des luttes), qui avait reçu en une sélection officielle dans le festival FENACO de Pérou en 2014 et c’est son film qu’il considère comme le tout premier qu’il put lui-même réaliser. En 2015, il réalise son deuxième film qu’il a lui-même écrit et produit presque comme tous ses films, un documentaire expérimental, « La terre de mon art », ayant un sérieux succès dans différents festivals internationaux partout au monde. Notons que, ce film jusqu’en Août 2016 a déjà participé dans 11 festivals à travers le monde et a gagné jusque-là deux prix internationaux dans respectivement le Chennai International Short Film Festival 2016 (Inde) où il était sorti Le meilleur film documentaire et dans le CreActive International Open Film Festival 2016 (USA-Bengladesh) où il fut primé le Best Country Award. Les 11 festivals où ce film a reçu des sélections officielles sont Laguna Film Festival 2015 (USA), Black Bird Film Festival 2015 (USA), Goldensun International Film Festival 2016 (Malte), Chennai International Short Film Festival 2016 (Inde), Dirriti-a-Todi Human Rights Film Festival 2015 (Italie)  , Festival International du Cinéma de Kinshasa 2016 (RDC), Congo International Film Festival 2016 (RDC), Ekurhuleni International Film Festival 2016 (Afrique du Sud), Afro-pépites Show 2016 (France), Ismailia International Film Festival 2016 (Egypte) et dans le CreActive International Open Film Festival 2016 (USA-Bangladesh). Après ce succès international partout dans des festivals internationaux, en cette année 2016, il réalise son troisième film, une fiction d’une minute, « I cannot » (Je ne peux pas). Ce chef-d’œuvre a également voyagé dans plusieurs grands festivals internationaux notamment le Girona Film Festival 2016 (Espagne), le Toronto Urban Film Festival 2016 et le Vancouver International Film Festival 2016 dans le Reel Youth Film Festival (Canada). A part ces festivals précédemment cités, il y a toute une liste où il a déjà été sélectionné dans différentes compétitions organisées par les Nations Unies pour la jeunesse et bien d’autres festivals de cinéma. Dans l’avenir, ce réalisateur talentueux rd-congolais a plusieurs projets de films à réaliser : des documentaires long-métrages et bien des fictions. Cela pour que son pays prenne le dessus du cinéma africain dont il mérite la place étant donné qu’il a traversé jusque-là des situations affreuses malgré qu’il ait une belle histoire de sa culture à exposer au monde, c’est le but en quelque sorte de son cinéma et de son chef-d’œuvre de tous les temps qu’il promet faire dans l’avenir, une fiction de 100 minutes dont le titre sera « Mobembo » qui sera précédé d’une série des documentaires en totale 1000 minutes de film.

Lire la suite...

Dans le CONGO INTERNATIONAL FILM FESTIVAL 2016, la soirée d’ouverture est prévue pour ce 02 Juillet 2016 à Goma dans la grande salle de l’hôtel Cap Kivu. Cet événement est réalisé chaque année dans la ville de Goma sous la direction artistique du cinéaste réalisateur Petna Ndaliko Katondolo fondateur du festival et directeur de Yolé!Africa au côté de Chérie Rivers Ndaliko. Depuis la création de ce festival en 2005, jamais dans la soirée d’ouverture un film en provenance de la ville où le festival est même organisé n’a jamais été projeté dans la soirée d’ouverture comme « Film d’ouverture du festival ». Dans l’ancien temps, le CONGO INTERNATIONAL FILM FESTIVAL était connu sous le nom de Salaam Kivu International Film Festival jusqu’en 2015. C’est en 2016 que le directeur du festival et fondateur précédemment cité s’est décidé de changer le nom en CONGO INTERNATIONAL FILM FESTIVAL lors de sa 11e édition. Pour rendre hommage au long parcours que le réalisateur rd-congolais Alif Buterinote a déjà traversé depuis 2009 quand il est arrivé à Yolé!Africa pour être formé en cinéma, cette année 2016, le CIFF a programmé son film documentaire, son deuxième, LA TERRE DE MON ART (The land of my art) comme film d’ouverture du CIFF 2016. Cette élévation du film d’un réalisateur de la ville natale du CIFF est prise pour tous les cinéastes de la ville de Goma comme une considération internationale des films Made in Goma par les réalisateurs locaux. La programmation du film d’Alif Buterinote au niveau de film d’ouverture du CIFF2016 vient juste après que ce brillant documentaire de 17 minutes et 1 seconde ait obtenu deux prix internationaux respectivement en Inde dans le festival Chennai International Short Film Festival en février 2016 comme Le Meilleur Film Documentaire puis aux Etats-Unis à New-York dans le festival Creactive International Open Film Festival en Juin 2016 comme le Meilleur Film Documentaire d’origine congolaise dans le festival depuis sa création. Notons aussi que le réalisateur désormais international Alif Buterinote, a eu dans ses formations en cinéma le directeur artistique du CONGO INTERNATIONAL FILM FESTIVAL, Petna Ndaliko Katondolo comme professeur. Après leur rencontre pendant le CIFF 2016, Petna Ndaliko déclare que la plus grande joie d’un professeur est de voir que quelqu’un qu’il a formé lui rapporte une récompense internationale pour son film et cela doit être honoré. Alif Buterinote n’est pas du tout  resté silencieux face à cette élévation de son film au niveau de Film d’ouverture du CIFF 2016, c’est pourquoi il a dit qu’il était reconnaissant à tous ce que Yolé!Africa  a fait pour qu’il soit capable un jour de faire un film qui sera considéré ainsi même dans la ville de Goma comme meilleur film court-métrage documentaire fait par un jeune originaire de cette ville après un succès international. C’est une joie immense pour Alif Buterinote, il déclare, car c’est une première fois que son film ait reçu cette considération honoraire.

Lire la suite...

Bonjour Les amis, LA TERRE DE MON ART est désormais dans la sélection officielle et déjà dans la phase pré-finale du festival Sud-Africain ‪#‎EKURHULENIINTERNATIONALFILMFESTIVAL‬ 2016. En Afrique c'est déjà le troisième festival après le sélection officielle dans ‪#‎ISMAILIAINTERNATIONALFILMFESTIVAL‬ en Égypte et dans le ‪#‎CONGOINTERNATIONALFILMFESTIVAL‬ en RDC.

Hello Friends, THE LAND OF MY ART is now in the official selection and already in the pre-final stage of the South African festival # EKURHULENIINTERNATIONALFILMFESTIVAL 2016. Africa is already the third after the Festival official selection in # ISMAILIAINTERNATIONALFILMFESTIVAL Egypt and the # CONGOINTERNATIONALFILMFESTIVAL DRC.

Lire la suite...

A 17 ans après un succès international dans des festivals de Cinéma dans 4 continents : Afrique, Europe, Asie et Amérique, Alif Buterinote vient de recevoir un prix pour son deuxième film documentaire « LA TERRE DE MON ART » dans ce mois de février 2016 en Inde dans le festival Chennai International Short Film Festival à sa troisième édition cette année comme meilleur documentaire court-métrage. Déjà réalisateur de trois films à renommer international à 17 ans d’âge dont deux documentaires et une fiction d’une minute, étant sûr de ses capacités, cette même année, il a postulé dans le plus grand festival de cinéma au monde, le Festival de Cannes, avec son film « I CANNOT » où il rend hommage aux enfants soldats Africains et de partout dans le monde en interdisant les enlèvements dont les enfants sont victimes pour être enrôlés dans des groupes armés négatifs pour détruire la paix en Afrique, au Congo et partout dans le monde. Heureusement sa candidature a été retenue dans la catégorie Court-métrage mais malheureusement, son film pour cette année n’a pas pu être sélectionné pour la compétition internationale dans le Festival de Cannes 2016. Néanmoins, juste après cette triste nouvelle en début Mars, vers la fin de ce même mois, son film « I CANNOT » fut sélectionné pour la compétition internationale dans le festival italienTIMELINE FILM FESTIVAL 2016. Quant à sa carrière de cinéma, Alif Buterinote déclare que cette année 2016 est celle que Dieu avait mis dans son parcours pour qu’il montre aux yeux du monde sa fierté d’être congolais et prouver au Congo qu’il regorge des talents qui tiendront le contrôle du cinéma africain pour que le Congo aussi soit fier de lui. Il emboîte les pas en ramenant à son pays un trophée de meilleur film documentaire court-métrage dans le festival indien Chennai International Short Film Festival 2016 pour son film « LA TERRE DE MON ART » après qu’il ait été sélectionné aux Etats-Unis dans les festivals Laguna Film Festival 2015 et Black Bird Film Festival 2015, en Italie dans le Festival Diritti-a-Todi Human Rights Film Festival, en Malte dans le festivalGoldensun Film Festival 2016, en Inde où il a été finaliste dans le Chennai International Short Film Festival 2016 et dernièrement en Egypte dans le festival Ismailia International Film Festival 2016 dans ce mois de Mars. Notons que malgré ce parcours international, il vit toujours dans sa ville natale à Goma au Nord-Kivu, où d’ailleurs il a un projet d’y construire la plus grande maison de production vidéographique et cinématographique en Afrique. Il prépare pour le mois de Juillet 2016 le tournage de son tout nouveau film qui sera son quatrième, une fiction sous le titre de « Les montagnes sont déplaçables » qui est une déclaration montrant…

Lire la suite...

Written and directed by Buterinote Alif, produced by Djennyfer Dias, Alif Buterinote, Areco and Butpro.cd, "The land of my art" falls "Made in USA" is too present in the Great Lakes region, Eastern Democratic Republic of Congo.
Most inhabitants of the Congolese territory, know the meaning of this American concept without knowing spoken or write the English language. It is a reality and this quite normal, but attractive artistic and scientific curiosity of the filmmaker Alif Buterinote. How is this concept seriously present in a red zone? To the point where even children master its meaning without knowing the English language?
This is a whole debate on this point, a long discussion for an easy understanding, a lot of ideas opposing complete without a path and without the visible horizon. Alif Buterinote said. It is generally believed that happiness alone is more important than that of other, contemporary thinking and destroying the world for personal interests are saying that we are more powerful than others. How can we boast of being a millionaire while there is someone in your entourage who lack even eat? And if it is clear, you absorb his chances to enrich you more? Where is the world going? The egocentrism and the ideology of happiness of some, the misfortunes of others, are feelings inherited from colonization by Europeans. These are thoughts always avoid to live in right relationship with each other. Returning to the concept "Made in USA" as in French we can say "Fabriqué aux États-Unis", we see that in this world i is nothing for nothing. I make you a weapon, you dais me money. When a person makes a weapon for his defense, did not he think of others? When the gun is bought to you, instead of thinking about disaster it will, we say that time is money! Where are we going? All our activities in this twenty-first century revolve around a single goal, to have money. When we sometimes forget that we are rich to the poor and we must live in charity. By always saying "I'm the only ...", it shows his weakness and cowardice at the thought that has been created to help others but not for himself, that's why, whenever this concept in question supports many positive and negative things in this world. It is with him that there are wars all over Africa. An African who uses a weapon where writing on "Made in USA" and said I would like one day to live in the United States to escape the death dance in Africa in a war going on there. By adopting this primitive thinking of origin, one lives directly in death unwittingly changing betrays his land being aware. But as we said: "In Africa there as wars," we're going. That is why it becomes a living death because we did not asked, "Where did these weapons that are wars in Africa? "In this country there is no arms factory. So how does it become a murderer territory? This may be to protect Western interests? Or the fight against global overpopulation? (= Parody)
This country, Africa has lost its ancestral values, good manners, his true identity. She was acculturated in colonization to today, perhaps, to live the dependence of "Made in USA" or perhaps, for her to say, "It is time, time to share in this world, our traditional values. "

Lire la suite...

Ecrit et réalisé par Alif Buterinote, produit par Djennyfer Dias, Alif Buterinote, Areco et Butpro.cd, « La terre de mon art » relève le « Made in USA » qui est trop présent dans la région des Grands-Lacs, Est de la République Démocratique du Congo.

La plupart des habitants de ce territoire congolais, connaissent le sens de ce concept américain sans savoir parlé ni écrire la langue anglaise. C’est une réalité tout à fait présente et normale, mais attirant la curiosité artistique et scientifique du cinéaste Alif Buterinote. Comment ce concept est-il sérieusement présent dans une zone rouge ? Jusqu’au point où même les enfants maîtrisent son sens sans connaître cette langue anglaise ?

C’est tout un débat sur ce point, une longue discussion pour une très facile compréhension, un tas d’idées s’opposant sans se compléter et une trajectoire sans même l’horizon visible. Dit Alif Buterinote. On pense généralement, que son bonheur seul compte plus que celui des autres, une pensée contemporaine et qui détruit le monde pour des intérêts personnels soient disant qu’on est plus puissant que les autres. Comment peut-on se glorifier d’être un milliardaire alors qu’il y a dans ton entourage quelqu’un qui manque même à manger ? Et si on voit bien, tu cisses ses chances pour t’enrichir plus ? Où est-ce que le monde va ? L’égocentrisme et l’idéologie du bonheur des uns, les malheurs des autres, sont des sentiments hérités de la colonisation par les européens. Ce sont des pensées à éviter toujours pour vivre en bonne relation les uns les autres. En retournant au concept « Made in USA », comme en français on peut dire « Fabriqué aux États-Unis », on voit que dans ce monde i n’y a rien pour rien. Je te fais une arme, tu me dais de l’argent. Quand une personne fabrique une arme pour sa défense, ne pense-t-il pas à celle des autres ? Quand on t’achète cette arme, au lieu de penser aux catastrophes qu’elle fera, on se dit que le temps c’est de l’argent ! Où est-ce que  nous allons ? Toutes nos activités à ce vingt et unième siècle tournent autour d’un seul but, avoir de l’argent. Quand on oublie parfois qu’on est riche pour les pauvres et qu’on doit vivre dans la charité. En se disant toujours « je suis l’unique… », on montre sa faiblesse et la lâcheté à la pensée qu’on a été créé pour aider les autres mais pas pour soi, c’est pourquoi, chaque fois que ce concept en question soutient beaucoup des choses positives et négatives dans ce monde. C’est avec lui qu’il ya des guerres partout en Afrique. Un africain qui utilise une arme où n écrit « Made in USA » et se dit j’aimerai un jour aller vivre aux États-Unis pour échapper à la mort par bal en Afrique dans une des guerres qui s’y passent. En adoptant cette pensée primitive d’origine, directement on vit en mort sans le savoir, on change, trahit sa terre étant conscient. Mais comme on se dit : « En Afrique il  y a que des guerres », on s’en va. C’est pourquoi on devient un mort vivant parce qu’on ne s’est pas demandé : « D’où vient ces armes qui font les guerres en Afrique ? » En ce pays, il n’y a pas d’usine de fabrication d’armes. Alors comment devient-elle un territoire meurtrier ? C’est peut être pour protéger des intérêts occidentaux ? Ou pour lutter contre la surpopulation mondiale ? (=parodie)

Ce pays, l’Afrique, a perdu ses valeurs ancestrales, ses bonnes manières, sa vraie identité. Elle a été acculturée dans la colonisation pour aujourd’hui, peut-être, vivre la dépendance du «     Made in USA » ou peut-être, pour qu’elle se dise : « Il est temps, temps de partager dans ce monde, nos valeurs ancestrales ».

 

 

 

Lire la suite...

Alif Buterinote (Biography)

Director of two professional films, both short films and documentaries, Alif Buterinote was born in Goma on May 1, 1998. He began his film career in 2009 in a group of young aspiring filmmakers when he was still 11 years. At 14, he directed his first film, a short fiction 3 minutes he considers exercise class (master class of cinema at Yole! Africa) quite like his second film, this time a documentary in 15 years old.
Towards the end of 2013, he made Bomoyi yako yikampiko (4 minute documentary and 30 seconds) will be selected in the international competition category of short films in the festival FENACO, Peru, in 2014. This film, note well, speaks of Congolese youth that is not found in the future predicted by the beautiful Congo national hero Patrice Emery Lumumba after his birth in war and in total disorder in the country. So faced with this peace, justice and labor in order displayed by this beautiful Lumumba Congo, it does not easily get used to this new lifestyle she feel, following its past obscured by wars and betrayals.
Before these three achievements of this young Congolese director, he participated in the production in 2010, the film "Sapilo but not too much" Jules Luminaud under FESTIMAJ 2010, where he played the role of a child whose father was a drunkard after a curse and it was up to him to save him from this state. In short, Alif Buterinote was retained in this film as a leading player in 2010 by Anne-Claude Lumette, screenwriter of the film. But also during the production of this film, which had taken three successive days, it was initially a cinema initiation week when Jules and Anne-Claude, taught for a film workshop at Yole! Africa, the basics whose historical film, the script, filming, directing and editing. In the same year in October, Alif part in her first SKIFF (Salaam Kivu International Film Festival) as a film student, and that almost all other intersected five years that follow until 2014 because the festival takes only 10 days in a months, by October to before but now in July. In 2012, he studied with the director and activist filmmaker Petna Ndaliko Katondolo as a teacher for a period of two weeks longer returning to the basic notions of cinema, this time for documentaries and experimental films, still at Yole! Africa. In 2013 during the SKIFF, he participated in a workshop for a week for the realization of documentaries and experimental films with Lynn True and Nelson Walker as teachers. During this workshop, he studied with his colleagues sorts of documentaries and achievements, the history of documentary film and technique to make a documentary film. After this training, it was then that he realized the famous documentary "Bomoyi yako yikampiko" an experimental documentary. In 2014 the year that followed, he still participate in SKIFF where it will be formed by Matthieu Roy (Filmmaker Canadian director, he made progress and Surviving The other house) for a week to produce fiction movies and docu-dramas . During the same week, it will be formed by Jeremy Gilley (founder of Peace One Day and director of The Day After Peace) in the realization of documentaries and also the leadership.
All those years of training within Yole! Africa have given another vision of the world Alif Buterinote who today recognizes two professional director whose first documentary films "Bomoyi yako yikampiko" 4 minutes and 30 seconds " The land of my art ", 17 minutes and 1 second. The latter film Alif Buterinote, made in January 2015, talks about the African culture that has withstood various wars in the region of Great Lakes (eastern Democratic Republic of Congo) and in general for Africa which deal with wars, still maintains some of its old traditional values.

Lire la suite...

Alif Buterinote

Réalisateur de deux films professionnels, tous deux court-métrages et documentaires, Alif Buterinote est né à Goma le 01 mai 1998. Il commence sa carrière cinématographique en 2009 dans un groupe des jeunes aspirants cinéastes quand il avait encore 11 ans. A 14 ans, il réalise son premier film, une fiction courte de 3 minutes qu’il considère comme exercice de classe (Master class of cinema at Yolé!Africa) tout à fait comme son deuxième film,  cette fois-ci un documentaire, à 15 ans.

Vers fin 2013, il réalise Bomoyi yako yikampiko (documentaire de 4 minutes et 30 secondes) qui sera sélectionné dans la catégorie compétition internationale des court-métrages dans le festival FENACO, au Pérou, cela en 2014. Ce film, notons bien, parle de la jeunesse congolaise qui ne se retrouve pas dans le futur beau Congo prédit par l’héro national Emery Patrice Lumumba suite à sa naissance dans la guerre et durant un désordre total au pays. Alors face à cette paix, justice et travail dans l’ordre qu’affiche ce beau Congo de Lumumba, elle ne s’habituera pas facilement à ce nouveau mode de vie sent-elle, suite à son passé obscurci par des guerres et trahisons.

Avant toutes ces 3 réalisations de ce jeune réalisateur congolais, il avait participé dans la production en 2010, du film « Sapilo mais pas trop » de Jules Luminaud dans le cadre du FESTIMAJ 2010, où il jouait le rôle d’un enfant dont le père était un ivrogne suite à une malédiction et c’était à lui de le sauver de cet état. Bref, Alif Buterinote était retenu  dans ce film comme un des acteurs principaux en 2010 par Anne-Claude Lumette, scénariste du film. Mais aussi durant la production de ce film qui avait prit trois jours successifs, c’était d’abord une semaine d’initiation au cinéma où Jules et Anne-Claude, enseignaient pendant un atelier de cinéma au Yolé!Africa, les notions de base du cinéma dont l’historique, le scénario, le filmage, la mise en scène et le montage. En cette même année en octobre, Alif participe à son premier SKIFF (Salaam Kivu International Film Festival) comme étudiant en cinéma, et cela presque toutes les autres 5 années entrecoupées qui suivront jusqu’en 2014 car le festival ne prend que 10 jours dans un mois, Octobre au par avant mais aujourd’hui en Juillet. En 2012, il étudiera avec le cinéaste réalisateur et activiste Petna Ndaliko Katondolo comme professeur pendant   une période de deux semaines encore revenant sur les notions de bases du cinéma, cette fois pour les films documentaires et expérimentaux, toujours au Yolé!Africa. En 2013 durant le SKIFF, il participa à un atelier pendant  une semaine pour la réalisation des films documentaires et expérimentaux avec Nelson Walker et Lynn True comme professeurs. Durant cet atelier, il étudia avec ses collègues les sortes des documentaires et leurs réalisations, l’historique du film documentaire et la technique pour réaliser un film documentaire. Après cette formation, c’est alors qu’il réalisa le fameux documentaire « Bomoyi yako yikampiko », un documentaire expérimental. En 2014 l’année qui avait suivie, il participera toujours au SKIFF où il sera formé par Matthieu Roy (Cinéaste réalisateur canadien, il a réalisé Surviving progress et L’autre maison) pendant une semaine pour la production des films fictions et docu-fictions. Pendant cette même semaine, il sera formé par Jeremy Gilley (fondateur de Peace One Day et réalisateur de The day after peace) dans la réalisation des films documentaires et aussi le leadership.

Toutes ces années de formation au sein de Yolé!Africa ont données une autre vision du monde à Alif Buterinote qui aujourd’hui se reconnait réalisateur de deux films documentaires professionnels dont le premier « Bomoyi yako yikampiko », de 4 minutes et 30 secondes et « La terre de mon art », de 17 minutes et 1 seconde. Ce dernier film de Alif Buterinote, réalisé dans le mois de janvier 2015, parle de la culture africaine qui a su résister aux différentes guerres dans la région des Grand-Lacs (Est de la République Démocratique du Congo) et en général de l’Afrique, qui  face aux guerres, maintient quand même certaines de ses valeurs traditionnelles ancestrales.

Lire la suite...
The nature composed of mountains, rivers, soil, subsoil, atmosphere, plants, microbes, ... is under the domination animal including humans ensures unity.
Since the creation of the world by the Creator, which is a mystery beyond human comprehension, the man was given the power to ensure the unity of all creation by his work, producing course. The fruits of his labor must be available ç meet the needs of its neighbors who are in need to create harmony within human society, respecting the authentic sense of domination, live traditional African society, according to tradition . But also live the unity in love with as a sign of charity.
Similarly, each people has received his lifestyle and survive on earth, under the sun, that is to say a pure and authentic culture of nature but the resemblance of all these apparently different cultures is respect for the dead. It is known to honor the dead as support as they were still alive.
By this primitive human nature, mainly in Africa where we can say "Our ancient Africa (before contact with Europeans) it was a paradise. People loved each other, helped each other, lived what we lack complementary to modern material wealth to approach the perfection of Community self-sufficiency that is missing in our lives in the twenty-first century "as keep these ancestral values; we simply good to honor this culture instead of restoring, in Africa, but we welcome acculturation that led to unrest, wars are gradually beginning to dissolve in vain because by African beliefs, ancestors watch over the living.
Despite wars experienced by Africa for years, it still manages to retain its traditional identity, shows the drum that plays the young dancer with the molten balls of fire that are swallowed by the power of his African drum " The land of my art "Alif Buterinote. We notice while reading this article, that the idea of ​​domination is not a question of monopoly or sowing conflict and repeated wars with its neighbor and then come in the mask sympathize with goods, the food, money for that then it depends on you while he is your target to be destroyed in the looting rather than cooperate with it for the product of their work meets your needs, you who are needy .
The idea of ​​cooperation, this is a debate any other that can even last for centuries for those who claim to be the strong, so that they arrive at least accept their weakness in "nature." So everyone wants to be the strongest. Who will lead the other? Which will cooperate with each other? Who will unite with the other? Who disponibilisera its products to another? It returns again to the problem of always wanting to have a monopoly, that is the only problem that then causes of terror in this world.
We are not obliged to accept this idea practically but theoretically it seems almost all be partisan, the sign of the freedom of expression that we live in this dark age, I qualify. When there is something that harmed our interests, regardless of the magnitude of change and development that can bring something to the community, we are always pressed to say we do not have to. The idea of ​​capitalism was improperly developed today, even if we kill sow all forms of terror, if they are not personally suffered is not serious, it grows rich anyway.
Humanity has lost and still wants to continue losing his good manners as there has technical or technological evolution. Weapons were manufactured to support bandits to destabilize other provided we get rich, contemporary slogan!
To get to restore value to our existence, as our human species, must know that cooperation in the unit is just the only way that can help us achieve the technical and moral development which we are always called to hone our confidence in ourselves, the proof is that victory, the resistance of traditional African culture wars repeatedly suffered this continent, we can kill but never a people's culture.
Lire la suite...

La nature composée des montagnes, des rivières, du sol, du sous-sol, de l’atmosphère, des végétaux, des microbes, … est sous la domination animale dont l’espèce humaine assure l’unité.

Dès la création du monde par Le Créateur, qui est un mystère échappant à la compréhension humaine, l’homme a reçu le pouvoir d’assurer l’unité de toute la création par son travail, en produisant bien sûr. Les fruits de son travail doivent être disponibles ç répondre aux besoins de ses prochains qui en sont nécessiteux pour créer une certaine harmonie au sein de la société humaine, qui en respectant ce sens authentique de la domination, vivrait la société traditionnelle africaine, selon la tradition. Mais aussi, vivrait l’unité dans l’amour avec comme signe la charité.

De même, chaque peuple a reçu sa manière de vivre et de survivre sur terre, sous le soleil, c’est-à-dire une culture pure et authentique de nature ; mais la ressemblance de toutes ces cultures paraissant différentes, est le respect des morts. On sait rendre hommage aux morts que de les soutenir tant qu’ils vivaient encore.

Par ce caractère primitif des humains, principalement en Afrique où on sait dire « Notre Afrique ancienne (avant le contact avec les européens) c’était un paradis. Les gens s’aimaient, s’entraidaient, vivaient ce que l’on manque de complémentarité à la richesse matérielle moderne pour approcher la perfection de l’autarcie communautaire que l’on manque dans nos vies en ce vingt et unième siècle » que de conserver ces valeurs ancestrales ; on se contente bien de rendre hommage à cette culture au lieu de la restaurer, en Afrique, mais on accueille l’acculturation qui conduit à des troubles, guerres qui commencent petit à petit à la dissoudre mais en vain car selon les croyances africaines, les Ancêtres veillent sur les vivants.

Malgré les guerres que subit l’Afrique pendant des années, elle réussit quand même à conserver son identité traditionnelle, montre le tambour que joue le jeune danseur avec le fondue des tirs de bals qui sont avalés par le pouvoir du son du tambour africain dans « La terre de mon art » de Alif Buterinote. Nous remarquons alors en lisant cet article, que l’idée de domination n’est pas une question de monopole ou de semer des conflits et des guerres à répétition chez son prochain pour venir ensuite le masquer d’en compatir avec des biens, de la nourriture, de l’argent pour qu’ensuite il dépende de vous alors que c’est lui votre cible à détruire en le pillant au lieu de coopérer avec lui pour que le produit de son travail réponde à vos besoins, vous qui en êtes nécessiteux.

L’idée de coopération, c’est un débat tout autre qui peut même durer des siècles pour ceux qui se prétendent les forts, pour qu’ils arrivent au moins à accepter leur faiblesse au niveau « nature ». Alors, tout le monde veut être le plus fort. Qui dirigera l’autre ? Qui coopérera avec l’autre ? Qui s’unira avec l’autre ? Qui disponibilisera ses produits à l’autre ? On retourne encore au problème de toujours vouloir avoir le monopole, c’est l’unique problème qui cause alors de la terreur dans ce monde.

Nous ne sommes pas obligés pratiquement d’accepter cette idée, mais théoriquement on semble presque tous en être partisan, le signe de la liberté d’expression que l’on vit en ce siècle sombre, je qualifie. Quand il y a une chose qui nui à nos intérêts, quelle que soit la grandeur du changement et de développement que peut apporter la chose dans la communauté, on est toujours presser à dire qu’on n’est pas obligé. L’idée du capitalisme s’est aujourd’hui abusivement développée, même s’il faut tuer, semer toute forme de terreur, si on ne les subit pas personnellement, c’est pas grave, on s’enrichit quand même.

L’humanité a perdu et veut toujours continuer à perdre ses bonnes manières selon qu’il y a évolution technique ou technologique. On fabrique des armes pour soutenir des bandits à déstabiliser les autres pourvu qu’on s’enrichisse, le slogan contemporain !

Pour arriver à redonner de la valeur à notre existence, nos comme espèce humaine, devons savoir que la coopération dans l’unité est juste la seule façon qui peut nous aider à atteindre le développement technique et morale dont nous sommes toujours appelés à parfaire par notre confiance en nous-mêmes, la preuve en est cette victoire, la résistance de la culture traditionnelle africaine aux guerres à répétition que subit ce continent, on peut tuer un peuple mais jamais sa culture.

Lire la suite...

La terre de mon art "The earth of my art"

"The earth of my art," the title of the documentary film of 17 minutes directed by filmmaker director Alif Buterinote towards the end of 2014 (December).
The eastern Democratic Republic of Congo long considered a red zone, is full of artistic potential and cultural values ​​so deafened by the sound of bursting bombs and crackling balls. In this murderous music for over 20 years, films, poems, songs, dance, drawing, and other forms of art are constantly denouncing the wealth of this region is the basis of all these wars repeat in this Congolese region.
The art is as effective means to educate the African population, the Congolese director Alif Buterinote note that it is not only educational tool, but also a way to interpellate the restoration of social well-being stifled by modernization. Modernisation does not mean stupidity, a line of the poem written by the poet Billy Kapund (young of the city of Goma) under the title "The absurd existence and restoration of our values."
This land, where rape is passed, looting, killing, war, was inhabited by educated men, hospitable, wise and that tended toward justice. But today, unconsciousness, selfishness, injustice and short disorder, characterized the lawlessness in African societies. How are we as African, arrived to restore and recreate the beautiful face (picture) of our land? Questioning by subject. But the answer can be simple if you know which is Emery Patrice Lumumba, Thomas Sankara. Empowerment is acquired when one lives in love, that of the example of a family of a father, a mother and a child: they do a day without eating. The next day, the father goes early in the morning to get money for his family, but in vain. In the afternoon, he found nothing but money as a friend of his has done a very nice lawyer. The father was aware of the state of his family said: "My wife still has nothing to eat there one day, I keep that lawyer for her." Arriving home, he the lawyer to his wife (in the absence of the child). His wife takes it carefully and the father goes away. She in turn said, "My son still has not put in their mouths since yesterday, I keep this lawyer for him." Quick quick, she goes to get her son and gives him the lawyer (in the absence of the child's father). The mother party, the child said: "Since yesterday, my father has nothing put in their mouths, I keep this lawyer for him." At night the father returned. His son greets and gives the lawyer (in the absence of the mother). His father in the heart asks: "But the lawyer, is not the one I gave to my wife? ". Then he takes it and goes to join his wife with her child in hand and shared by all three the same lawyer.
This is the Africa that the world needs to see it in this world that Africa needs to see, that's the way of life that Africa seeks to develop is this love that 'African tasted there six centuries is this atmosphere that one can define wealth not always refer to the claws on things "Made in USA, Made in China, Made in Korea, Made in Japan, Made in England, Made in Asea, Made in Europa, ... "which only plunder the African basement Diamonds, Gold, Phosphate, Rubber, Copper, Cobalt, Silver, etc.
It is for this same reason that "The land of my art" was designed by filmmaker Alif Buterinote to raise consciousness in the Western countries armpits. Together we will develop charity we are called to live by the Bible, the Creator by sharing our sorrows, our joys, wealth, poverty and others.
Lire la suite...

What is Alif Buterinote

Since its birth in 1998 on May 1, Alif Buterinote was a simple boy and respectful behavior. In his life on earth, Alif always hated life of dependency and underestimate why he always looks for the life of freedom, peace and human rights in addition to duties; this life of peace, non-violence. In 2005 in his childhood, he began to go to different theaters of the city of Goma (DRC) North Kivu. He was too fond of Chinese and American films in her childhood, where in 2008 he rema…de class following his love of film. In 2009, he joined a local film group Goma whose name is GCV (Group Film Vibration) that same year after it was founded by Abdul Bahizi in July fades due to lack of money for production scenarios in the group. As a young boy of 11 at the time already has a vision to achieve in the film, he with his friend, the founder of LCM Group Abdul Bahizi, go to the center for artistic creation and cultural exchanges Yole! Africa in this They year 2009 benefited formations initiations world of cinema by Sekombi Katondolo who was the director of the center at the time. In 2010 for the first time, this 12 year old following a workshop at the International Film Festival son of schools organized by FESTIMAJ in 2010 Yole! Africa by Jules Luminaud and Anne-Claude Lumette. As end product of the workshop, the director Jules Luminaud made a film “SAPILO BUT NOT TOO” whose main actor was Alif Buterinote. In 2011 and late 2010, he participated in SKIFF where he still participates in some workshops for the production of film and audiovisual in Congo. It is in 2012 qu’Alif Buterinote begin professional training in film with director director Congolese Petna Ndaliko Katondolo which is a film professor at the University of Noth Carolina Chapel Hill and the USA. In 2013, he directed his first film “MULUBE” of 3 minutes; his second film “AFRICAN HAND” and third “BOMOYI YAKO YIKAMPIKO” towards the end of this year. Note that the young Congolese director still continued to participate in SKIFF (Salaam Kivu International Film Festival) where he continued to attend workshops in cinema with filmmakers such as Nelson Walker, Lynn True, Donald Mugisha, … In 2014, he will be selected from film students in the Alternative to Tv program Yole! Africa where he will be for 6 months with Petna Ndaliko Katondolo and for a week with Mathieu Roy (Canadian filmmaker) and Jeremy Gilley (British filmmaker) during SKIFF 2014 Note also that the Congolese director draft film production company in the country the Democratic Republic of Congo (DRC) and a national film festival of Congolese Rhumba and modern Nzango. In the future, he has a film project which he wrote the screenplay (feature film 100 minutes) and he calls his gold project with the title “MOBEMBO.”

  

Lire la suite...