Publications de ALPHA (45)

Après l’étoile du Sahel en 1998 qui avait battu le vainqueur de la C1,  Raja de Casablanca, C’est autour du MAS de Fès, quatorze ans après, de briser cette  sorte de logique traditionnelle  favorable au vainqueur de la League des champions. Hier,  au Stade de Rades devant 20.000 supporters  les Massawi  au terme d’une rencontre pleine de rebondissements ont remporté leur deuxième trophée continental en  deux ans.

Pourtant sur le papier, les tunisiens de l’Esperance partent favoris, ayant déjà déposé cette Super coupe dans leur salle à trophées en 1995 suite à une écrasante victoire face aux congolais du  Daring Club Motema Pembe. Mais cela c’est sans compter sur la détermination des marocains du  MAS de Fès  enivrés  par leur premier  sacre continental au mois de novembre dernier  en s’adjugeant  de la Coupe de la Confédération  au dépens du  Club Africain, les Massawi ont  alors pris gout à la victoire.

Le coup d’envoi de la rencontre est donné par l’arbitre sud africain Daniel Benett, les hommes de Rachid Taoussi sont les premiers à montrer leurs intentions. Peu après le quart d’heure de jeu , contre toute attente c’est le MAS de Fès qui ouvre  le score à la (20e) .Sur un excellent travail de Hajii sur la droite, qui adresse un centre au cordeau dans la surface de réparation en direction de  Bourezzouk en embuscade,  l’attaquant  du MAS devance tous les défenseurs espérantistes pour couper la trajectoire de ce ballon au premier poteau.(1-0) .Les sang et or s’énervent sur l’adversaire et  voient rouge suite à l’expulsion de Traoui qui écope d’un second carton jaune dans la partie. Réduits à dix les  poulains de  Decastel  se compliquent  la tache, sur le terrain ils  souffrent  et essayent de revenir au score , ils subissent  les  raids de l’adversaire qui à chaque fois leur offre  des sueurs froides jusqu’à la fin du temps réglementaire, en vain .L’arbitre de la rencontre accorde 11 minutes de temps additionnel, ce qui est assez rare pour être signaler. C’est ce précieux  temps que mettra à profit les tunisiens pour revenir à la marque à la dernière minute du temps additionnel (90+11). Kouha le  gardien de but  remplaçant du MAS de Fès, tergiverse, s’en suit un cafouillage  dans la défense marocaine  et  les tunisiens  n’en demandaient pas tant, ils égalisent par Khelil Chammam. Avec ce score de parité (1-1), c’est  l’épreuve fatidique des tirs au but  qui va départager les deux équipes. Coté Tunisiens deux tireurs Derbali et Hicheri  ratent la cible. Un  tireur marocain rate son penalty.Derrière, Diop  ne tremble pas du pied et offre au MAS de Fès  sa  première Super Coupe de son histoire. (Score finale : 1-1 ; 3-4 tab). 

Lire la suite...

FOOTBALL:TOUR PRELIMINAIRE DES COUPES D’AFRIQUE DES CLUBS .


19 rencontres en C1  et 16 en coupe de la Confédération, des grosses écuries  qui ne sont pas encore entrées en lice, comme l’Esperance de Tunis champion sortant et 12 autres sérieux prétendants,  tel était le menu de ce tour préliminaire des coupes africaines des clubs de foot ball.

Cette première phase des matches allers  marque le retour du cuir rond sur les pelouses des stades en Afrique  une semaine  seulement après la fin de la Coupe d’Afrique des nations de foot.

CHAMPIONS LEAGUE :

L’élan de victoire des Chipolopolo  sacré  champion d’Afrique en titre  n’a pas inspiré les  POWER DYNAMOS. Le club zambien a reçu  une véritable  leçon de foot ball  face aux Malgaches de JAPAN ACTUAL (5-1).  Autre équipe à s’être incliné,  SONY ELA DE NGUEMA de la Guinée Equatoriale, qui a perdu à Malabo face aux DOLPHINS du Nigeria (0-3). Le succès  semble se tourner alors  du coté du voisin gabonais ou le MISSILE  FC  a  fait chuté les  ivoiriens d’AFRICA SPORT (3-2). La rencontre délocalisée à Franceville s’est déroulée dans des gradins vides. Autre surprise la défaite des sud- africains d’ORLANDO PIRATES  face aux Angolais  RECREATIVO DE LIBOLO (1-3). Les Ougandais de  REVENUE AUTHORITY, l’emporte largement face au  FC LESOTHO CORRECTIONNAL SERVICE (3-0). Autre rencontre, les sénégalais de FC OUAKAM, viennent à bout de leur voisin Gambien BRIKAMA (1-0). Autre match  entre clubs ouest africains, mais cette fois sanctionné par un nul, les Sierra-Léonais de  PORTS AUTHORITY et les Guinéens de HOROYA ATHLETIC CLUB (0-0). Victoire (1-0) de  COIN NOIR MITSAMIOULI des Comores  face  ETHIPIAN COFFEE d’Ethiopie. Les Tanzaniens de YOUNG AFRICAN obtiennent le nul (1-1) face au ZALALEK du Caire. Les algériens  de JSM DE BEJIA   concèdent le nul face au  FC FOULLAH du  Tchad. Globalement ce  tour préliminaire  en C1 est marqué par un nombre important de matches nuls.

EN COUPE DE LA CONFEDERATION :

 Les clubs du Zimbabwe  donnent le ton. FERROVIARIO MAPUTO prend  une sérieuse avance  en battant  les Kenyans de GOR MAHIA (3-1).Autre club  zimbabwéen HWANGE qui domine JAMHURI de Tanzanie  (3-0).Victoire des Gambiens de GAMTEL (1-0) face aux Sénégalais de CASAMANCE. Autre victoire celle de RENAISSANCE du Tchad face aux Nigériens de SAHEL FC. (2-0).MANGA SPORT du Gabon s’incline face à SAINT GEORGES d’Ethiopie.

  Deux informations  à retenir : D’abord en  C1  la rencontre qui devait mettre aux prises  les Congolais de l’AS VITA CLUB  aux  Burundais de l’ATHLETICO OLYMPIC  se jouera finalement le 10 Mars prochain. En coupe de la Confédération, le duel entre   NANIA FC du Ghana et FC SEQUENCE de Guinée –Conakry ne se tiendra pas. Les Ghanéens ayant déclaré forfait suite à  des problèmes financiers à la dernière minute.

Matches retours les 2,3 et 4 Mars 2012.

 

Voici les résultats de ces matches allers  de ce tour préliminaire des coupes africaines de club.

 

                                                    CHAMPIONS LEAGUE

 

ASFA YANNEGA( BURKINA  FASO) - ASO CHLEF (ALGERIE)                                                                        0-0

AS VITA CLUB (RD CONGO) - ATHLETICO OLYMPIC (BURUNDI) (Rencontre reportée au 10 Mars 2011).

DFC  9 ème ARRONDISSEMENT(RCA) - ASTRES  DE DOUALA (CAMEROUN)                                 1-0

YOUNG AFRICANS (TANZANIE)  - ZAMALECK( EGYPTE)                                                                                     1-1

MISSILE FC (GABON) – AFRICA SPORT (COTE D’IVOIRE)                                                                              3-2

PORTS AUTHORITY (SIERRA LEONNE)- HOROYA (GUINEE)                                                                            0-0

FOULLAH FC (TCHAD) –JSM BEJAIA (ALg)                                                                                                                   0-0

AF AMADOU DIALLO (COTE D’IVOIRE) - DIABLES NOIRS (CONGO)                                                           1-0

TUSKER (KENYA) – APR FC (RWANDA)                                                                    0-0

COIN NOIR MITSAMIOULI (COMORES) – ETHIOPIAN COFFEE                                                                       1-0

AS GARDE NATIONALE (NIGER) - TONERRE BOHICON (BENIN)                                             0-0

ORLANDO PIRATES (AF SUD) - RECREATIVO LIBOLO (ANGOLA)                                                                 1-3

UGANDA REVENUE (OUGANDA) –LESOTHO CORECTIONAL SERVICES (LESOTHO)                                 3-0

MAFUNZO (ZANZIBAR) - MUCULMANO DE MAPUTO (MOZAMBIQUE)                                     0-2

BRIKAMA (GAMBIE)- US OUAKAM (SENEGAL)                                                                                                   0-1

 SONY DE ELA NGUEMA (GUINEE EQ.)- DOLPHINS (NIGERIA)                                          0-2

 LISCR (LIBERIA)- BEREKUM CHELSEA (GHANA)                                                         0-3

GREEN MAMBA (SWAZILAND) - FC PLATINIUMS (ZIMBABWE)                                         2-4

JAPAN ACTUAL’S  (MADAGASCAR) –POWER DYNAMOS (ZAMBIE).                                                                   1-5.

Matches retours dans quinze jours.

Lire la suite...

 

C’était jusque là, confrontation inédite en finale d’une Coupe d’Afrique des Nations de Foot Ball, les Eléphants de Cote d’Ivoire face aux  Chipolopolo Zambiens. Au terme d’une rencontre disputée à fond par les deux équipes c’est la Zambie qui remporte cette 28ème édition de la CAN après les prolongations, suivies d’une épreuve marathon de tirs au but (8-7).

Ce sont les ivoiriens qui donnent le coup d’envoi de  la rencontre, mais les Zambiens  attaquent d’entrée de jeu .Dès la première minute  de jeu, ce sont les Chipolopolo qui sonnent la charge .Sur un corner venu de la gauche tiré par  Katongo ,qui adresse un ballon à l’angle de la surface  de  réparation en direction de , Kalaba  qui  réceptionne  la balle  et  trouve Sinkala placé en retrait . Le  tir  à ras de terre  de l’attaquant zambien est bien capté par Barry le gardien de but ivoirien qui se couche bien sur la balle. Les premières minutes  défilent et  à l’approche du quart  d’heure de jeu coup dur  les Zambiens  Masunda   se blesse blessure  il est obligé de quitter  ses coéquipiers et le terrain.  Mais  la Zambie n’est pas trop déstabilisée par cette sortie Hervé Renard   réorganise ses troupes. A la (14e) Mayuka de la tête alerte Barry sans grand danger. Les attaquants zambiens se montrent de plus en plus percutants et incisifs sur la pointe de l’attaque .Coté Éléphants, on ne tarde pas à réagir, Yaya Touré   se met en évidence, sur une talonnade de son capitaine Drogba, sa frappe passe  de peu  à coté des buts zambiens. A la (37e)  en bon capitaine Drogba de nouveau à la baguette trouve  Gervigho, mais  la situation ne se débloque toujours pas et les supporters commencent à s’impatienter dans les travées du stade de l’amitié plein à craquer. C’est déjà la pause, l’arbitre sénégalais renvoit les 22 acteurs aux vestiaires.

En seconde période, c’est sont  les zambiens qui s’illustrent  avec l’inépuisable Christopher Katongo auteur d’un raid en solitaire dans le camp ivoirien. AU (69 e) coup de théâtre dans le match, Gervignho bien lancé par Drogba est déséquilibré par Chansa dans la surface de  réparation .L’arbitre indique le point de penalty. Drogba se présente  et expédie le ballon dans le ciel de Libreville. Le capitaine ivoirien semble maudit, deuxième penalty raté de cette CAN, l’autre c’était  en quart de finale face à la guinée équatoriale .Les dernières minutes du temps réglementaire ne scelleront pas le sort de cette rencontre .Gradel pour la Cote d’Ivoire  aurait pu donner l’avantage à son équipe, mais rien n’en a été. Les prolongations  sont inévitables. On en  retiendra  un tir vicieux de Katongo qui s’écrase sur le montant gauche de Barry le gardien de but ivoirien. Derrière les ivoiriens réagissent sans rien concrétiser. Se profile alors la fatidique épreuve des tirs au but. Les ivoiriens en garde de douloureux souvenirs de cette épreuve en 2006 en Egypte. C’est le troisième titreur  ivoirien Bamba qui rate son penalty mais derrière, l’arbitre demande à ce que le penalty soit rejoué au motif que le gardien de but  zambien à bouger de sa ligne de but avant le départ du ballon .Mais Mwenne  le portier zambien très inspiré arrête derrière  le penalty de Kolo Touré. Kalaba coté zambien loupe son pénalty à son tour, les ivoiriens reviennent dans la course. Gervighno  lui aussi rate sa tentative. La lourde responsabilité revient alors à Sunzu qui ne tremble pas du pied et offre la première coupe d’Afrique des Nations de Foot ball à son pays. La joie est immense .Coté ivoirien, grosse déception tout est à refaire. Rendez vous  en 2013 en Afrique du sud pour la 29 ème édition de la Can.

Lire la suite...

CAN 2012: LE MALI EN BRONZE A LA CAN.

 Les Aigles du Mali ont réussit à décrocher la troisième place de la Coupe d’Afrique des nations de Foot ball  en prenant une belle revanche  le Ghana (2-0) à Malabo. Les hommes d’Alain Giresse  seront sur le podium à Libreville  dimanche avec la médaille de bronze en prime .Cette victoire est très importante  pour les Aigles du Mali  qui n’avaient  pas réussit un aussi grand exploit depuis  la CAN 1972  au Cameroun. Ils avaient terminé deuxième, juste  derrière le Congo.

Lire la suite...

Une place sur le podium, avec à la clé le bronze, c’est  l’enjeu de cet match pour la troisième place de cette 28 ème édition de la Coupe D’Afrique des nations de football à Malabo. Les Blacks Stars  du Ghana   et les Aigles du Mali  livrent le dernier match de cette CAN  en terre équato-guinéenne. Le Ghana  qui joue  avec la déception de n’avoir pas pu atteindre la finale, va essayer de rafler  cette  troisième place. Mais les Maliens ont réussi une bonne Can et restent sur une bonne dynamique, les hommes d’Alain Giresse  ayant raté  eux aussi la grande finale voudront à tout prix  remporter la petite.

C’est une équipe ghanéen  privée   de quartes piliers ( Jhon Mensah, Emmanuel Badu  blessés , Boye et Boateng  suspendus)  les Blacks Stars  avaient de quoi s’inquiéter en  affrontant  le Mali. Le premier quart d’heure du match est fade et sans animation. A la (20e) contre toute attente, c’est ce sont les Aigles qui ouvrent les hostilités. Sur un corner  tiré de la gauche par Kéita, Diakité  dans la foulée voit son tir repoussé difficilement par Kwarasey le gardien de but ghanéen, mais derrière Diabaté  en embuscade dans une foret de jambes se jette et  ouvre la marque (1-0) pour le Mali. Avec ce but encaissé, les ghanéens  font monter la tension. Jordan Ayew est avertit par l’arbitre égyptien pour une faute sur Sow à la (25e).Les ghanéens n’en démordent pas pour autant et continuent d’attaquer. Ayew et Assamoah commencent à sortir de leur torpeur. Mais le Ghana peine le sélectionneur Goran Stevanovic fait entrer Tagoe à la place d’Inkoom. A la (36e) Ayew d’une frappe à ras de terre alerte Sissoko qui se couche bien sur le ballon. A la (41e) Samba Sow est avertit  à son tour pour une faute sur Pensil le ghanéen. Derrière  le Mali, avec  Kéita sur un coup de pied  arrêté  qui ne donne rien. Alors que Diabaté est signaler en hors jeu (45+2), l’arbitre égyptien  Gihed Grisha  siffle la mi-temps. La deuxième mi-temps  est engagée et Muntari fait son entrée dans le  jeu  à la place de Mohammed Abu. Peu àprès Isac Vorsah écope d’un carton jaune pour une faute sur Diabaté. A la (48e) Asamoah embarque trois défenseurs des Aigles, mais il est repris et perd le ballon.  Entré en jeu  il y a quelques minutes, Muntari se met en évidence et fait trembler les filets adverses, mais le drapeau de l’arbitre assistant s’est levé  auparavant pour un signaler un hors jeu qui invalide ce but. A l’heure de jeu (60e), les Black Stars courent toujours derrière le score et se montrent très agressif à l’image de Isac Vorsah  qui avertit il y a quelque minutes est  cette fois  expulsé à la (63e) suite  à une faute sur Kéita. Le Ghana est en infériorité  numérique et  cela peut peser sur le jeu .Alassane remplace Asamoah, les ghanéens  n’ont  plus le choix .Le chronomètre tourne  et les choses ne se débloquent pas pour les Black Stars. A la (68e) Diabaté sur un corner place une  balle de la  tête qui survole la cage de Kwarasey. André Ayew  très discret dans cette partie  se signale avec  un tir non  cadré. A la (75e) un coup franc de Kéita passe à coté du montant  gauche de kwarasey. Les Aigles continuent de pousser .A dix minutes de la fin du temps réglementaire  Diabaté ayant bénéficié d’un excellent travail de Dembélé  enfonce le cloue et inscrit son deuxième but du match. (2-0) pour le Mali. Réduit à dix et ayant encaissé ce deuxième but, les Black Stars sombrent dans ce match et finiront cette Can par une défaite et une décevante quatrième place. La fin du match est marquée par un double changement coté malien en l’espace de trois minutes Sow est remplacé par Kéita et Yattabaré entre en jeu à la place de Dembélé. Sur le banc des remplaçants des Aigles, tous les joueurs sont débouts comme d’un seul homme et trépignent  et  attendent  impatiemment  le coup de sifflet final. Durant les  quatre minutes de temps additionnel, tous les  joueurs Aigles  en replie total dans leur camp défendront leur acquis  avec becs et ongles jusqu’au coup de sifflet final qui leur propulse vers une troisième place au podium. Score final (2-0) pour la Mali qui depuis 1972 n’avait pas réussit un aussi brillant exploit.


Lire la suite...

 

Deuxième demi finale de cette 28ème  édition de la Coupe d’Afrique des Nations de Foot Ball, les Eléphants de Cote d’Ivoire affrontent les Aigles du Mali. Un derby ouest africain qui  au  vu de l’historique des confrontations n’est pas trop favorable aux Maliens. En 21 confrontations, les ivoiriens l’ont emporté  à 14  reprises .Mais cela c’est  sur le papier .Sur le terrain les hommes d’Alain Giresse, savent qu’ils ne sont pas arrivés à ce niveau de la compétition par un fruit du hasard,  ils comptent  jouer  leur chance jusqu’au bout. Mais face à une équipe ivoirienne qui n’a encaissé aucun but depuis le début de la compétition, les Aigles sont conscients que  le combat  sera  rude et sans concession.

Le match est lancé sur un rythme effréné et tendu, d’emblée comme à son habitude, c’est le capitaine des Eléphants qui donne le ton dès la (7e) sur un coup de pied arrêté, Thiéné s’en charge, dans les aires la tête de Drogba qui coupe la trajectoire de la balle qui vient s’écraser sur le poteau de Diakité. Les Maliens  s’énervent derrière Berthé reçoit un avertissement de l’arbitre,  Kéita proteste mais écope également sur le coup  d’un carton jaune. Les ivoiriens maintiennent la pression   sur  l‘adversaire,  Drogba  de loin sur un coup franc alerte Diakité qui repousse le ballon sur sa ligne, ses gants semblent faire défaut sur  cette action. Au quart d’heure de jeu  Gervinho tente de trouver Kalou, mais  n’y arrive pas. Une minute après Yaya Touré bien servi par Kalou voit son tir heurté le poteau de Diakité en état de grâce. Gervinho, Touré et Kalou font feu de tout bois devant les buts des adverses, la défense des Aigles est aux abois, mais ne perd pas son sang froid. Juste après, Yattabaré pour le Mali est repris par la défense ivoirienne. A la (20e)  Kalou se présente face à Diakité, mais ne parvient pas à tromper le goal des Aigles. Drogba et kalou  multiplient  les occasions devant les buts adverses, mais pour l’instant sans succès. Alors que l’on joue la fin de la premières mi-temps,  parti du milieu terrain  Gervinho prend l’initiative d’un raid en solitaire,  s’enfonce comme dans du beurre dans le camp des Aigles, il ouvre son pied pour tromper Diakité. (1-0). Les Aigles sont sonnés par ce but.  Alain Giresse le sélectionneur  français du Mali  fait entrer   Coulibaly à la place de  Drissa Diakité .Mais l’arbitre siffle la mi-temps. 

A la reprise, le Mali  essaye de reprendre les choses en main à la (53e)  Yattabaré trouve le montant de Barry suppléer par son poteau. L’égalisation malienne n’était pas loin. Le jeu commence à perdre de son rythme effréné de la première mi-temps mais les Eléphants maitrisent le jeu. A la (65e) Kalou se présente  à la lisière de la surface de réparation Malienne, il déclenche une frappe  Diakité s’envole pour détourner la belle au dessus de la barre transversale.  Les esprits s’échauffent sur le terrain et la tension entre les protagonistes est montée. Yattabaré  à  la (73e) déclenche une lourde  frappe qui  passe au dessus des buts des ivoiriens. Quatre minutes après Drogba  bute sur Diakité, la balle file vers la ligne de but, dans la confusion, un défenseur malien sauve les meubles A dix minutes de la fin du match Kalou est remplacé par Kader Kéita. Le nouvel entrant se met aussitôt en évidence dos au but il se retourne en pivot  et enchaine  un mouvement mais se rate. Les quatre minutes de temps additionnel ne changeront rien au tableau d’affichage L’arbitre Daniel Frazer Bennett siffle la fin de la rencontre. Score finale (1-0).Les Aigles ne franchiront pas l’étape des demi-finales, mais joueront la troisième place face au Ghana.

Les ivoiriens eux, seront au rendez vous de Libreville  le 12 janvier prochain face à la Zambie pour la finale de cette 28 ème édition de  la CAN.

 

 

 

 

 

Lire la suite...

CAN 2012 : LA ZAMBIE EN FINALE, LE GHANA ELIMINE.

Pour cette première demi-finale de cette 28 e édition de la Coupe d’Afrique des Nations de Foot ball, ghanéens  et  zambiens avaient de quoi faire  valoir leurs arguments  en vue d’une qualification pour le dernier carré de la compétition.  Le Ghana donné favori  de la rencontre avec la plus grande circonspection, joue contre une bonne équipe des Chipolopolo  désormais habituée aux grands rendez vous  et  entendent  mettre toutes les chances de leur coté.

La rencontre démarre comme sur des chapeaux de roue,  et les zambiens sont les premiers à afficher leurs intentions, dès la (2e) une frappe lointaine, mais vicieuse  de Musonda  oblige Kwarasey, le gardien de but des Black Stars   à  détourne ce ballon en corner. Les black Stars tergiversent en défense, à l’image de Boya obligé de  concéder dangereusement le corner sous la menace zambienne. Mais le Ghana  ne veut pas laisser beaucoup de terrain aux zambiens qui commencent à prendre confiance. A la (7e) sur un centre de d’Inkoom sur la droite Asamoah réceptionne le ballon, mais dans l’action  Nkausa part au contact, l’attaquant ghanéen s’effondre et l’arbitre du match indique le point de penalty. Asamoah, s’en charge, et décidément sa malédiction dans  cet exercice  n’en finit pas, son duel est remporté par Mweene  le goal zambien qui part du bon coté et plonge sur la gauche et détourne  le tir. A la (10e)  Kasondé écope du premier carton jaune de la partie sur un tacle dangereux. Une minute àprès Gyan  dribble deux défenseurs zambiens et déclenche une frappe que repousse encore  Mwenne très sollicité dans cette première mi-temps. Peu après le quart d’heure de jeu, Boye est avertit  pour la deuxième fois depuis  le début de la CAN.  Il ne jouera pas la finale si son équipe se qualifie. Les Ghanéens font alors  le siège dans  camp adverse, les hommes d’Hervé Renard sont acculés et  ils  cherchent  en profondeur Katongo, mais sans succès. La balle fuse sur la pelouse avec le temps humide les conditions de jeu peuvent être aléatoires  .A la (24e) Mweenne est obligé de s’employer devant Ayew qui commencent enfin à pointer son nez devant la surface de réparation. Boye est un véritable rempart qui  bloque presque à lui seul sur son coté  toutes les tentatives zambiennes. A la (32e)   faute sur  André Ayew, il exécute  le coup-franc et essaye de trouver  son frère Jordan,  qui seul face aux buts ne parvient pas à donner l’avantage à son équipe. La réaction zambienne ne se fait pas attendre avec Kalaba qui tourne le tournis à la défense ghanéenne  et sert Katongo  qui manque complètement le cadre. Le coup de sifflet de l’arbitre avait déjà retenti, il est signaler en position  hors jeu. De son coté Asamoah, ne trouve toujours pas le chemin des filets, il bute sur la défense zambienne.Le Ghana multiplie les incursions dans le camp adverse, mais les Chipolopolo résistent encore, c’est bientôt la fin de la première –mi-temps, l’arbitre renvoie les deux équipes aux vestiaires.

A la reprise, le sélectionneur zambien  Renard dans sa tactique  procède à un remplacement (47e) Mayuka remplace Chamanga. A la (50e) Ayew réagit, mais sa frappe est bien captée par Mweene. Deux minute après Sunzu est avertit coté zambien. Peu près l’heure de jeu(62e) Mwenne est obligé  de se mettre en évidence sur un coup de pied arrêté , il enlève le ballon sur le crane de Ayew. Le duel entre Mweene et  Ayew est extraordinaire, le gardien de but zambien ne tremble pas, encore moins  sa main qui  reste  ferme et  repousse  tous  les assauts adverses. Coté zambien on apporte  du sang neuf, Lungu remplace Kasonde. A la (70e) Chansa est avertit. Le jeu se durcit. En deux minutes le Ghana procède à un double changement Vorsah et Tagoe entrent en jeu  en remplaçant  respectivement Mensah et Gyan. Il reste un quart d’heure à jouer et les Chipolopolo profitent du relâchement de leur adversaire sur le jeu. Les ghanéens  ayant disputé les prolongations face à la Tunisie en quart de finale commencent  à montrer des signes de faiblesse. Les zambiens en profitent, Mayuka dos au but, bien servit dans la surface de réparation,  prend le temps de contrôler son ballon  et d’un mouvement trompeur du pied, il déstabilise  la défense ghanéenne, il se remet sur son pied droit et enroule une frappe qui ne laisse aucune chance à kwarasey. La Zambie ouvre le score (1-0) et il reste  dix minutes d’ici la fin du temps réglementaire. André Ayew  tente  de lober Mweene, mais le gardien de but zambien sort une phalangette exceptionnelle et détourne le ballon en corner. Le Ghana a reçu un gros coup de massue,  avec ce but qui les élimine, les Black Stars  deviennent agressif sur l’adversaire Boateng  est expulsé suite  à  second avertissement. A la (87e) les Black Stars jettent leur dernière force et leurs derniers  espoirs dans la bataille, Muntari  remplace Ayew, mais la Zambie tient bon et espèrent disputer sa troisième finale de Can de son histoire après 1974 et 1994. En dépit des quartes minutes de temps additionnel accordé par l’arbitre algérien, le Ghana fait le siège des buts Zambiens mais  ne parvient pas à revenir au score jusqu’à la fin du match, Le Ghana finaliste malheureux de la Can 2010 est éliminé et jouera la petite finale. Score finale (1-0) .Les Chipolopolo eux, joueront la grande finale  le 12 Février à Libreville.

 


Lire la suite...

Les quatre  nations qui ont validé leur ticket de qualification  pour les demi- finales de cette 28 e édition de la Coupe d’ Afrique des Nations sont connues. Il s’agit  de la  Cote d’Ivoire, du Ghana, du Mali et de la Zambie. Mais  le tableau des qualifications montre que sur  ces quatre équipes qualifiées, trois appartiennent à la même zone  géographique en l’occurrence l’Afrique de l’ouest. Mais la présence de ces  trois formations  appartenant à la même zone géographique à ce niveau de la compétition   n’est pas une première. Pendant 5 éditions  de  la CAN il y eu au moins une équipe de l’Afrique de l’ouest dans le dernier carré .Cette année ça sera la sixième fois.

Déjà lors de la CAN  1968,  à Addis Abeba, deux nations ouest africaines étaient dans le dernier carré : La Cote d’Ivoire et le  Ghana. Les Black Stars  avaient  perdu en finale contre le Congo kinsasha (1- 0).Ensuite en 1972  au Cameron.  C’est le Mali qui arrive en final, mais également battu par le Congo (3-2). Dix ans plus tard  en 1992 au Sénégal, ivoiriens, nigérians,  et ghanéens sont dans le dernier carré. Les Super Eagles terminent avec une décevante troisième place. La cote d’ivoire sera en finale. En 1994 en Tunisie, et là,  étrange ressemblance  rapport à cette année et  c’est particulièrement intéressant. Etaient  présents, le Nigeria,  la Cote d’Ivoire, le  Mali et  la Zambie.  Le Nigeria  absent en 2012, aurait pu compléter intégralement   la série,  mais son voisin le  Ghana y est comme son aller égo. Ajouter les trois  autres équipes déjà citées et le carré est parfait. En 2000, au Ghana et au Nigeria, le Nigeria s’incline en finale face au Cameroun.

 L’absence de l’Afrique de l’est et surtout  de l’Afrique  du nord dans le dernier virage  de cette  édition de 2012  est  à signaler  l’absence  des Pharaons d’Egypte  aussi .Cette année ,le dernier représentant du Maghreb, la Tunisie  a été éliminée  par le Ghana en quart de finale. L’Afrique du Sud  n’étant pas de la partie, celle  australe  pourra compter sur une Zambie qui croit  à toutes ses chances de  qualification.

 


Lire la suite...

  

Pour cette  dernière rencontre des quarts de finale de cette 28 e édition de la CAN, le Ghana grand favori de la compétition joue contre la Tunisie. Mais sur le papier l’historique des confrontations n’est guère  pas favorable aux Aigles qui  en  cinq confrontations se sont  inclinés autant de fois .Les hommes de  Trabelsi espèrent  toutefois mettre fin à cette maudite série d’échec .L’enjeu du match reste  une place en demi-finale.

Les dix premières minutes de la rencontre se résument à un jeu empreint de beaucoup de circonspection de part et d’autre. A la (10e) le Ghana surprend et ouvre le score sur une magnifique tete de Jhon Mensah qui a hérité d’une balle venue du coté droit suite à un corner (1-0).  Les aigles sont surpris, mais le match est loin d’être terminé. Les Black Stars se montrent  plus présents dans le jeu avec Badu à la (18e), sa tentative de la tete tutoie le poteau du gardien de but tunisien.La réaction tunisienne derrière, sur un coup de  pied arrêté , mais la tentative de  Khalil Chammem,  s’envole dans les aires et n’inquiète  pas  Adam Larsen Kwarasey  le goal ghanéen A la (26e)  Msakni  file vers les buts  des Blacks Stars , Kwarasey est obligé d’anticiper sur sauver son équipe. Le Ghana relâche un peu la pression sur le jeu et les Aigles n’en demandaient pas tant. Sur un centre qui arrive  au second poteau  Saber Khalifa catapulte la balle de la tête au fond des filets du Ghana. (1-1), Les aigles reviennent à la marque à 3 minutes seulement de la fin de la première mi-temps.

Apres la pause, les ghanéens reviennent sur le terrain avec beaucoup de fougue et de pugnacité qu’en première mi-temps .Badu et Gyan font le festival offensif devant, mais la défense tunisienne malgré quelques signes de fébrilité tient bon. A la (71e) Msakni bute sur la défense adverse. A trois minutes de la fin du match Asamoah Gyan  seul face au goal tunisien  manque de  peu de donner l’avantage à son équipe. L’arbitre siffle la fin du match .Les prolongations  commencent.  De cette épreuve des prolongations, on retiendra une image, celle d’une grosse bévue  du gardien  de but tunisien, qui relâche un ballon dans la surface de réparation, une aubaine pour André Ayew  très vigilent et  qui ne se pose pas de question en  donnant  l’avantage  et  surtout la qualification à son à son équipe (2-1).  Mathlouthi  pourtant  auteur d’une bonne prestation jusque là, a  commis l’irréparable. Les Aigles  s’en souviendront pendant  longtemps, car  c’est ce but qui leur coute leur élimination. Les tunisiens  voient leurs espoirs  de qualification fondre  comme de la neige au soleil .Ils s’énervent et commettent des fautes. Abdennour est  logiquement expulsé  pour avoir violemment touché  André  Ayew. On joue les dernières minutes des prolongations et le Ghana tient sa qualification, d’autant plus que les Black Stars rêvent de titre depuis 1982 . Les Aigles ne reviendront pas à la marque .Score final (2-1).La Tunisie  quitte la compétition avec beaucoup de regret, les Blacks  Star eux joueront  les demi-finales contre la Zambie.

 

Lire la suite...

C’est dans un stade d’ Angondjé  de Libreville chaud bouillant que le coup d’envoi du  duel  entre Gabonais et Maliens  en confrontation pour une place en démis finale a  été donné .Dans les travées  et gradins du stade, la bruyante  vague jaune et bleue est omniprésente  .Les Panthères ont habitué  à  leur public  le  gout de la  victoire. Trois victoires au total pour la Gabon qui a terminé  haut les mains  en tête   du  Groupe C avec  9 points. Les Aigles du Mali, auteur d’un premier tour certes pas trop brillant ont réussit à sortir du lot

Ce sont les Aigles qui engagent la partie, les premières minutes de la rencontre  ne dévoilent pas le vrai visage  du match. Les 22 acteurs  certes quelque crispé peu  par l’enjeu de la rencontre ont du mal à se découvrir. Le public gabonais commence à s’impatienter. Mais sur la pelouse il n’y’a pas  grand-chose à signaler, si ce n’est Daniel Cousin qui se signale à la (16e) minute mais l’attaquant gabonais  est sifflé en position hors jeu. Une minute après les Aigles obtiennent un coup franc à la lisière de la surface de réparation adverse. La tentative de Bakaye Traoré  s’envole dans le ciel  du stade  Libreville. A la (22e) Diakité  écope d’un carton jaune suite à un contact avec Mouloungui. A la (28e)  le feu follet des Panthères Aubameyang se présente seul face à Diakité le gardien de but malien, alors que tout le stade s’était levé pour saluer le but, il opte pour un lobe astucieux  qui s’écrase sur le poteau de Diakité en état de grâce. Les Panthères se montrent alors très présentes devant les buts des Aigles. Daniel Cousin et Aubameyang  font  feu de tout bois  mais n’arrive pas à trouver la faille .Les maliens s’énervent sur le jeu. Maiga est avertit (35e).Les Aigles se retranchent dans leur camp et attendent la  mi-temps. La pause va leur faire du bien.

A la reprise, les Panthères maintiennent la pression, alors qu’Aubameyang bien servi par Poko rate complètement  sa tentative, il se rachète à la (54e) en adressant une  bonne balle à Eric Mouloungui qui du plat du pied reprend victorieusement la balle. (1-0).Les Aigles sont obligés de réagir, deux minutes après, sur un tir tendu de Maiga , le gardien de but gabonais  Ovono  est obligé  de  se mettre en évidence. Les actions s’enchainent et c’est Cousin qui trouve le poteau de Diakité à la (58e).A l’heure de jeu Alain Giresse  procède à des remplacements Yattabaré entre en jeu, à la place d’Abdou Traoré. A la (70e) Maiga alerte Ovondo. Le Mali continuent à pousser et sera récompenser à la (83e) bien servi par Maiga de la tete, Diakité Cheik dans un geste technique digne d’une acrobate réussit à faire passer la balle sous le ventre du gardien de but gabonais. Les Aigles reviennent à la marque (1-1).Le stade de Libreville change d’atmosphère. Les Maliens reprennent confiance et  les minutes défilent, on s’achemine vers les premières prolongations de cette Can. A la (86e) sur une mauvaise relance de la défense gabonaise Ovono est obligé de s’employer du bout des gants pour sortir la tentative de Maiga .La dernière balle d’Aubameyang (90+3) est repoussée en corner  par  Diakité, l’arbitre centrale  siffle la fin.

La prolongation  s’annonce difficile et les organismes seront mis à rude épreuve. A peine engagée, le Mali s’illustre avec  Maiga, son tir passe à gauche des buts adverses. Coté Panthères Gernot Rohr   mise sur  la tactique de la fraicheur .Il fait entrer de nouveaux joueurs. Moubamba est remplacé par Palun. Peu après à la   (102e) Mandida cède sa place à  Bruno Zita. Le Gabon tente le tout pour le tout. Deux corners consécutifs  ne donnent rien  coté Gabonais, et c’est déjà la fin de la première prolongation  du reste très hachée. La deuxième mi-temps des prolongations sera à l’image de la première, aucune équipe ne parviendra à faire trembler les filets. Se profile alors la fatidique épreuve des tirs au but. A l’issue d’une palpitante épreuve  des tirs au but  but , Aubameyang  quatrième  tireur gabonais  manque son penalty. Seydou Kéita lui ne tremble pas et envoie le Mali en demi-finale. (5-4) Les Aigles  auront   à  faire à la Cote d’Ivoire  le 8 février à  Libreville.

 


Lire la suite...

 

Les éléphants de Cote d’Ivoire ont confirmé leur statut de grand favori de cette Can en battant  la Guinée équatoriale devant son public et son président de la république (3-0).Cette victoire confirme l’élan  historique dans lequel s’est lancé  les hommes de François Zahoui qui depuis le début de la compétition  n’ont encaisser aucun but. Amenés par leur capitaine Didier Drogba les éléphants  sont qualifier pour les demi-finales  et attendent de pied ferme le vainqueur du match Gabon-Mali qui croisera inéluctablement  leur chemin

Lire la suite...

  

Pour cette 28 ème  édition de la Coupe d’Afrique des Nations de Foot ball, la grande interrogation de  la  soirée  était de savoir quelle sera la deuxième  équipe  qui va s’aligner aux cotés des Chipolopolo zambiens qui ont réussi plutôt leur qualification pour les  demi –finales en venant à bout du Soudan(3-0).

Les éléphants de Cote d’Ivoire grand favori de cette CAN, affrontent le pays co -organisateur  la Guinée équatoriale à Malabo. Le Nzalang national en dépit de sa qualification pour les  quarts de final  a terminé par un faux pas face à la Zambie. Ce qui n’est pas du gout des supporters équato-guinéens. Conséquences, l’équipe s’est déplacée de son habituel camp de base de  Bata vers Malabo. D’autant plus que ce déplacement aurait pu être éviter si  la Guinée avait fini première de son  groupe   et cela lui   aurait  éviter  surtout  ce  gros  morceau qui est la Cote d’Ivoire aujourd’hui en face.

Dès le  début du match les éléphants de Cote d’Ivoire tirent les premières cartouches  (3e) minute, le capitaine ivoirien Drogba  sonne la charge  sur un centre il  réussit une belle volée qui alerte  Emmanuel Danilo. A la (10e) Gradel déclenche une frappe à ras de terre  des 25 mètres, bien captée par Danilo. A la (18e) les guinéens réagissent avec Balboa  qui file vers les buts adverses, mais Barry anticipe  et plonge sur le ballon. (20e) Gradel  bien servi par Drogba dans la surface de réparation  sur un contact  rugueux s’écroule, mais l’arbitre estime qu’il n’y a rien à siffler. La défense équato guinéenne se replace vite et bien, notamment avec Alvarez Aguire extrêmement défensif ce soir. Sur une double action menée par Gradel et Yaya Touré les ivoiriens manquent de peu l’ouverture du score. A la  (25e) Danilo se met en évidence et  s’envole capter  une balle  sur le crane  de Drogba de plus en plus menaçant. Peu après la demi-heure de jeu, alors que se joue le tournant du match, une interruption technique survenue suite aux conditions météos  place bon nombres de  commentateurs radio et surtout  de télévision  dans une délicate situation  pendant quelques minutes sans aucun  signal. Apres avoir raté un penalty, le capitaine ivoirien Didier Drogba se rachète   et ouvre le score à la (36e), il crochète un défenseur adverse et ensuite enchaine une frappe précise au ras du poteau (1-0) pour la Cote d’Ivoire. Devant son public les équato guinéens réagissent  timidement, mais la mi-temps est  sifflée par l’arbitre de la rencontre Eddy MAILLET qui  se reporte à son chrono et renvoi les deux équipes aux vestiaires sous les yeux du président de la  république  de Guinée équatoriale, premier supporter  du Nzalang.

La pause  a fait du bien aux équato guinéens, en deuxième période, le Nzalang a repris un peu de jus. Face à leur  pression es ivoiriens reculent  un peu et se retranchent provisoirement  dans leur camp.

A l’heure de jeu (60e)  l’orage est passée, ils sortent de leur retranchement, Gervinho est sifflé en position de   hors jeu. Trois minutes après il revient, il brule la politesse à trois défenseurs adverses, puis arrive en bout de course, il perd son ballon. Les ivoiriens continuent de pousser. A la (69e) Didier Drogba aggrave  le  score en inscrivant un but de  la tête sur un coup frac bien dosé  de Yaya Touré. Il  inscrit son premier doublé de cette CAN. Les ivoiriens prennent le temps de célébrer ce but comme ça se doit. Les hommes de François Zahoui sont sur la voie  de réussir un exploit historique en  atteignant  les demi-finales de la Can sans encaisser aucun but. Les équato-guinéens procèdent à des remplacements Ekanga est remplacé par Bolado à la (72e) .Les ivoiriens font alors preuve d’une domination outrageuse sur leur adversaire à qui ils commencent à donner des leçons de foot ball. Drogba sera le premier à  payer les frais  sur un drible, il est brutalement envoyé au sol.  A dix minutes de la fin du match  Zokora sort, remplacé par Bony. Les ivoiriens ont l’intention de faire boire aux Nzalang  le calice jusqu’à la lie .A la  (82e)  un coup –franc  magistralement tirée par Yaya Touré  aux 30 mètres  vient se loger dans les filets de Emanuel Danilo complément anéanti  par  ce  boulet de canon.

Le seul carton jaune de la partie pour Owono dénote de l’esprit de Fair –Play qui a prévalu durant toute la partie La fin du match est marquée par l’intervention des secours  pour les deux gardiens presque simultanément couchés  sur la pelouse chacun de son coté  et semble souffrir. Les quatre minutes de temps additionnel accordés par l’arbitre central  ne seront que des formalités pour les ivoiriens  qui se qualifient avec la manière pour les demi –finales et confirment leur statut de grand favoris. Ils attendant  à présent de pied ferme le vainqueur de la confrontation Gabon -Mali.

 

 

Lire la suite...

CAN 2012: LA ZAMBIE EN DEMI FINALE.

  

Ce sont les Chipolopolo de la Zambie et les Crocodiles du Nil Soudanais  qui ont ouvert le bal  du second tour de cette 28 ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations de Football tout à l’heure à BATA. Principal enjeu de part et d’autre,  une qualification pour les demi-finales de la compétition.

Zambiens et soudanais ont réussit un bon premier tour dans cette CAN. Les Chipolopolo  doivent leur présence à ce niveau de la compétition grâce  à leurs  victoires face  au  Sénégal mais  surtout face à l’amphitryon équato- guinéen.  Les Soudanais eux qui restent l’équipe qui s’est qualifiée  avec le plus nombre de points (4),  se retrouvent  en quart de finale  pour    la deuxième fois de leur histoire depuis 1970 .Cela a été possible  grâce  à une victoire contre les étalons de Burkina Faso. Sur le papier, les zambiens sont donnés  légèrement favoris, même si cette  Can -2012 n’a  certainement  pas encore fini de livrer toutes ses surprises.

Dès le coup d’envoi de la rencontre, ce sont   les  hommes d’Hervé Renard qui  marquent leur territoire en se montrant maitres du jeu. Le soudan a du mal à  se  découvrir et stagne entre ses lignes. A l’approche du quart d’heure de jeu, les zambiens en profitent et  trouvent la faille sur un coup franc tiré par Kalaba, Stoppila Sunzu, libre de tout marquage  place une balle de la tête, imparable  pour le goal soudanais qui  s’en souviendra longtemps (1-0). Le jeu se poursuit avec beaucoup d’engagement et de contact .A la (29e) les crocodiles procèdent à leur premier remplacement. Amir est remplacé par Youssef .Katongo très en jambes  multiplie  les offensives  devant la surface de réparation  adverse   mais  butte sur la défense  des crocodiles. Le chronomètre tourne  et on  rentre dans la fin de la  première  mi- temps. L’arbitre  de la rencontre a déjà distribué  4 avertissements dont   3 du coté soudanais.

A la reprise les soudanais essayent de  réagir  et reprennent le jeu à leur compte. La partie est très hachée et   se durcit  davantage. Peu après l’heure de jeu (65e) Kalaba s’introduit dans la surface de réparation soudanaise, dans sa course et est accroché par Ali .L’arbitre  indique le point de penalty et expulse le défenseur soudanais auteur d’une grossière faute. Christopher Katongo ne se pose pas de question et met la balle au fond des filets (2-0) pour la Zambie. Les Soudanais montrent des signes d’hésitation et de faiblesses surtout en défense, ce qui n’est pas rassurant pour eux .Les Hommes de renard sentent qu’il y a un bon coup à jouer ils maintiennent  leur pression sur les crocodiles .Katongo est sérieusement mis à l’épreuve par la défense soudanaise qui ne lui fait pas de cadeaux.On est à  dix minutes de la fin du  match donc, pour les zambiens à dix minutes du bonheur historique pour une qualification en demi-finale. Les Chipolopolo gèrent tranquillement le temps et font tourner le ballon.  A cinq minutes de la fin du temps réglementaire  James Chamanga plante le clou et inscrit le second but sur une frappe enroulée qui nettoie la lucarne du gardien soudanais. Score finale (3-0). Les zambiens  maintiendront le cap jusqu’au de sifflet final. Comme  lors des phases finales  en 1990  en Algérie et 1996  en Afrique du sud, les Chipolopolo se retrouvent en demi-finale. Le soudan est éliminé  de la CAN mais aura réussit quand même  un  grand exploit.

Lire la suite...

  

Cette année la Coupe d’Afrique des Nations de Football   existe  depuis 55  ans. Pour mémoire, la première édition  s’est déroulée  en  1957  au Soudan. De sa première participation  à une phase finale de CAN en 1970 à cette édition de 2012,  quarante deux  années d’histoire avec un bilan mitigé et des performances d’une équipe guinéenne  qui donne l’illusion versatile  des montagnes russes. Douzième  participation  cette année, avec  presque toujours le même résultat enfin presque. La rengaine qui consiste à dire : «  Nous avons pourtant des foot balleurs talentueux  et c’est vrai, n’a pas encore apporter son essence de valeur ». Si en 1976, on a failli finir champion d’Afrique de football en terminant   à un maudit point du Maroc, les années qui ont suivi, hormis (2004, 2006 et 2008) , le  Onze  National  guinéen  est toujours resté,  loin de l’image  de  l’aventure d’Addis Abeba. La faute  à qui ?  A des intraitables voisins ouest africains  pour ne pas dire tout simplement  des voisins de palier, comme le Mali, le Sénégal, la Cote d’Ivoire et naguère un peu plus loin géographiquement  le Ghana  toujours là pour nous barrer la route de la qualification ? Les politiques ? La politique sportive du football en Guinée ? Les footballeurs ou les encadreurs ?

 Mais qu’arrive t-il donc  au Syli National  pour qu’à l’occasion de chaque  phase  éliminatoire  si elle est atteinte, la phase finale   voit  aussitôt  la machine tricolore se bloquer.

En quarante deux ans quel a été  le véritable  mea-culpa de cette politique sportive  du foot ball, guinéen ? ce  non  pas  au niveau des équipes nationales , mais cette  interrogation  peut élargit  à  tous les niveaux  du sport guinéen ? Quels enseignements tire-t-on après chaque élimination et surtout après chaque qualification ?

Les  attitudes des rabatteurs  à bannir, et une collaboration franche et transparente entre le Ministère des Sports et la Féguifoot.

Il n’est de secret pour personne que  la qualification du Syli National pour une phase finale de CAN, est l’occasion pour certains  de déclencher un véritable  raffut autour de l’équipe avec ces fameux  comités de supporters   qui arpentent  les rues  de Conakry  et  fréquentent  assidument des ministères pour se faire  le héraut  d’une victoire au nom de la nation et du peule à travers le foot. Ces plus préoccupées  par le remplissage de leur tirelire et les retombées des voyages avec l’équipe  que par  les résultats sportifs à venir. L’état  d’esprit ,le mental de l’équipe ne  relève pas de leur compétence ni de leur attribut .Ces pratiques se font bien entendu  par d’autres canaux , à coup de  chansons de soutien, de slogans  en vue d’une victoire sportive  qui sera  sans doute  récupérée  pour booster une autre victoire plus  politique.  Une technique qui a  commencé  depuis les premières heures su premier  régime politique et apparemment elle a encore de beaux jours devant elle.

Egalement la ferveur suicidaire car elle est loin d’être modérée de certains supporters   qui du  ont  du mal à contenir leurs émotions .A cela se mêlent  les dérapages en agressions physiques, des vols,  des actes de  vandalises et autres générées par  des coupures d’électricité car ça dure aussi depuis des années ça .Tout cela peut constituer au sein de l’équipe , et des enjeux de qualifications ou de  victoires  un sérieux motif peu de crispation et d’angoisse  . Certes chacun peut soutenir  cette équipe à sa manière, mais cela ne donne pas  droit  à des  excès. Les rapports souvent distendues et ombrageux entre le Ministère des Sports et la Féguifoot minent dangereusement  l’évolution du sport guinéen et torpillent les efforts de redressement que font les encadreurs techniques. Et quand les politiques s’en mêlent  cela devient un cocktail explosif.  L’intransigeance de la FIFA et par ricochet de la CAF  la Guinée en a payé les frais, et à ce niveau  elle  est bien placé pour donner des conseils à n’importe quel autre pays. Les querelles intestines, les luttes fratricides  doivent s’estomper pour laisser la place à un vrai dialogue entre les acteurs, une vraie collaboration franche et efficace .La lutte des clans ne  doit plus exister.

Plus de rigueur au niveau  l’encadrement et du staff technique, plus de sérieux pour les footballeurs…

 A ce niveau, c’est un secret de polichinelle, les footballeurs guinéens  ne sont pas tous sérieux lors des rassemblements de l’équipe.  On sait les jeux de cache cache  qui se font  entre les maitres d’internat qui en en  fait ne sont  maitres de rien et le foot balleurs qui aiment  faire parler d’eux  avec  des escapades nocturnes .Heureusement, ces derniers temps beaucoup d’entre eux    semblent s’assagir ou du moins  se contenir. C’est un point positif, car  il n’en a pas été le cas les  années passées, au cours desquels l’histoire retiendra  que  des cadres de l’équipe ont donné le ton avec des mauvais  exemples pour les nouveaux  joueurs à peine  arrivés en équipe nationale .Le sélectionneur Michel   Dussuyer est à féliciter à ce niveau pour le travail de conscientisation et de moralisation qu’il fait. Mais il l’a dit lui-même au cours d’une conférence de presse au lendemain de la victoire contre le Botswana : « (…) J’inculque de la discipline. Cela fait partie de la réussite .Pour être  disciplinés sur le terrain, il faut l’être   en dehors. On commence à l’être. »Espérons que ce discours circonspect, mais réaliste de Dussuyer aura un écho favorable dans la conscience de tous les joueurs et encadreurs.

 

 Un défi : Composer  entre une nouvelle génération prometteuse de jeunes  joueurs et des anciens qui ont encore leur carte à jouer.

A Franceville contre le Ghana, l’arbitre  a  sifflé la fin du bal,  et pour le Syli c’était encore la fin d’un bal perdu, .La campagne de cette participation se termine avec un nul (1-1).Mais c’est aussi  la fin d’une aventure pathétique. Certains cadres de l’équipe  ont plusieurs CAN à leur actif  et autant de désillusions  également .Seront –ils là lors des prochaines éditions ?

Il est évident que le prochain chantier à relever au sein de cette équipe c’est de  constituer un potentiel de  foot balleurs  disciplinés et unis pour qu’au départ  des anciens on assiste pas brutalement à un  écart de fossé générationnel qui jettera sur les terrains  une équipe de jeunes joueurs pas très inexpérimentés et sans  leader. Ce qui est arrivé il y a quelque année, ironie du sort, au Ghana à qui la Guinée a eu le mérite de tête.

  L’équipe  guinéenne rentre  ce  samedi  à  Conakry, un accueil chaleureux les attends dès l’aéroport .Avec dans la soute  de l’avion qui les ramènera à Conakry,  des bagages, lourds de regrets  et sur le cœur des joueurs embarqués dans cette aventure  le sentiment d’être passé à un fil de la qualification. Tout même un  point positif : 7 buts à déclarer à la douane guinéenne à la descente et l’inscription du nom de la Guinée au record de buts marqués en une seule rencontre, (6)  record  jusque là détenu par le Cote d’ivoire depuis la CAN  1970.

A présent quels  enseignements  vont tirer les politiques et  tous les acteurs du foot ball guinéens  après cette énième élimination   ?  Faudra t-il faire  l’économie d’un examen de conscience  là ou  les joueurs eux, ont  échoué à l’examen de la qualification ? Comment  au cours de cette décennie écoulée   la Guinée, ancienne gloire du sport  africain a-t-elle  perdue son foot -ball  et  ses illusions ? C’est une question qui mérite  encore des  réponses.

 

 

Lire la suite...

CAN 2012: LES STATISTIQUES DU PREMIER TOUR.

 

 Elles étaient 16 nations au départ de cette Coupe d’Afrique des Nations de Foot,  seulement  8  restent en courses et au soir du 12 Février à Libreville, une seule en sortira vainqueur.

La Cote d’Ivoire reste la seule équipe qui a réussit à garder ses buts inviolés pendant ce premier tour : aucun  but encaissé. Seuls les éléphants  et les Panthères du Gabon  ont réussit l’exploit d’aligner 3 victoires consécutives.

La  Guinée malgré sont élimination reste  l’équipe qui a le plus marqué de buts lors de ce premier tour : 7 buts au total. Dont 6 en une seule rencontre, contre le Botswana.

Le Soudan est l’équipe qui s’est qualifiée avec le plus petit  nombre de buts marqués : 4 seulement avec 4 points également.

 Au total, 46  buts ont été inscrits pour ce premier tour, la palme revient  à la  poule D : 16 buts.

Kharja  aura le plus fait trembler les filets   avec 3 buts, mais dommage sont compteur restera bloqué à ce niveau là, car le Maroc est éliminés.

L’arbitre mauricien Rajindraparsad Seechum R reste l’homme en noir le plus sévère. En seulement deux matchs il aura brandit le carton jaune à  7 reprises.

Donc Attention !!

 

Lire la suite...

 

Troisième et dernière journée des matchs de poule de cette 28 e  édition de la CAN .Les  Black Stars du Ghana leader  du  groupe D avec 6 points. Les ghanéens sont lancés  dans une  périlleuse étape de  confirmation  de leur   statut  de grand favori  de cette compétition et  misent  sur une troisième d’affilé en affrontant  la Guinée. Les hommes de Michel Dussuyer n’ont pas le choix si ce n’est que de se lancer à l’assaut des buts ghanéens, car eux  naguère requinqués par une victoire cinglante face aux zèbres (6-1) savent que  dans cette Can de toutes les surprises tous  les scenarios possibles. Ils n’ont qu’une seule chose à faire pour cela venir au bout du Ghana par un large score.

La rencontre débute avec un rythme effréné, les guinéens savent qu’il s n’ont aucune seconde à perdre et passent directement à l’attaque. A la (10e) Camara sur un contact avec  Kwarasey  Camara s’écroule dans la surface de réparation ghanéenne, mais l’arbitre sud africain Daniel Benett  ne bronche pas. Les guinéens se montrent  alors agressifs sur le jeu. A  la (30e) Pascal Feindouno est averti pour s’être mis trop prêt du ballon, lors de l’exécution d’un coup de pied arrêté favorable aux  ghanéens. Le Ghana  dans sa tactique  est moins présent dans les duels, mais  les guinéens savent que les Blacks Stars savent  se montrer dangereux  et  sont  capables de frapper à tout moment pour faire mal. A la (27e) contre le cours du jeu, c’est le Ghana qui ouvre le score. Suite à un corner joué en deux temps sur la droite  Emmanuel Agyemang- Badu réussit  un contrôle  aérien à la suite duquel il  enchaine  pour déclencher  des 25 mètres  un véritable boulet de canon qui ne laisse aucune chance à Naby Yattara le goal guinéen. Après ce but les ghanéens sortent un peu plus de leur coquille, ils  confisquent le ballon et les guinéens courent sur tout le terrain. Alors que l’on joue le temps additionnel de la première mi-temps, la tentative anodine de Razzagui Camara sur la gauche envoie un  centre - tir   vicieux  qui lobe le gardien ghanéen en position avancée .Les guinéens reviennent à la marque (1-1), mais savent que cette égalisation est  loin d’être suffisante pour assurer leur qualification.

A  la mi-temps les guinéens  apprennent  que du coté de Libreville le Botswana tient tête au Mali (0-0). Mais  dès l’entame de la deuxième mi-temps, c’est le Botswana qui ouvre le score  par Mogakolodi Ngele (50e).Les guinéens  sont alors éliminés de la compétition à cet instant. Mais cela c’était sans compter sur la détermination des  aigles du Mali    victoire qui croient en leur chance de qualification. Gara Dembélé  remet le Mali dans la course en égalisant à la (56e) Du coté de Franceville, la deuxième mi-temps n’est toujours pas favorable aux guinéens. Mamadou BAH déjà avertit est expulsé à la (69e) sur un attentat sur Asamoah .Les guinéens réduit à dix et souffrent énormément dans cette partie et voient leur chance de qualification fondre comme de la neige au soleil .Et comme un malheur ne vient jamais seul du coté de Libreville Seydou Kéita du plat du pied juste à la lisière de la surface de réparation des zèbres  redonne l’avantage  aux Aigles à la (74e).Le Mali mène (2-1) et  commencent à croire cette fois à ses chances de qualification. Les choix du sélectionneur guinéen  qui procède à des remplacements  ne font pas rugir la machine guinéenne. Feindouno le métronome du jeu du Syli cède sa place à Baldé à la (76e) et I. Traoré sort, remplacé par Alassane Bangoura. (78e). Mais les quelques rares actions offensives guinéennes sont immédiatement enrayées par la défense des Blacks Star très solide et bien en place.

Cet  score de (1-1) fait l’affaire des ghanéens, car les  propulsent  irrémédiablement à la tête de cette poule D   avec 7 points. Les Blacks Stars déroulent tranquillement leur jeu  sans se presser. A Libreville les maliens eux sont pressés d’entendre retenir le coup de sifflet final qui va les propulser en quart de final avec 6 points ils réussiront à garder leur avantage jusqu’au coup de sifflet final. Pendant ce temps à  Franceville, on joue le temps additionnel de cette seconde période et les guinéens se montrent toujours inefficaces et sont paralysés par leur infériorité numérique. Ils ne réagiront pas jusqu’à la fin. Le Ghana et le Mali se qualifie pour le second tour, la Guinée et le Botswana  sont éliminés.

Lire la suite...

Crocodiles du Nil contre Etalons du Burkina Faso

C’est un  exploit  mémorable que les Crocodiles du Nil soudanais ont réussi  tout à l’heure en  battant à Bata  les étalons du Burkina Faso sur le score de (2-1).
Pourtant ces deux équipes  révèlent deux destins particulièrement croisés. Avant l’entame de la compétition le Burkina était donné comme grand outsider de cette CAN et le Soudan pour son  grand retour sur la scène continentale  était  considéré à…. tort  comme le petit poucet de  ce  groupe  A.



Les éléphants de la Cote d’Ivoire viennent de confirmer leur statut de grand favori de cette 28 e édition de la CAN  en  signant  tout à l’heure leur troisième victoire d’affilée face aux Palencas Negrasd’Angola. Auteur d’un sans faute dans ce groupe B pourtant très relevé, les hommes de François Zahoui  caracolent en tête de la poule avec 9 points sur  9 possible. Avec cette victoire ils   rendent  une fière chandelle aux crocodiles du Nil qui n’en demandait tant.

Au cours de cette rencontre qui n’a pas attiré beaucoup de monde au stade de Malabo, les deux équipes ont eu du mal à entrer dans la partie. Mais c’est ce sont les ivoiriens qui sont les premiers à  se montrer dangereux. Il aura fallu attendre la (15e)  de jeu pour voir  la première véritable occasion du match. Une frappe de Bony détournée par le gardien de but angolais. Dix minutes après les angolais réagissent par  une tentative de Macamga, mais la balle passe largement au dessus de la  barre  transversale des angolais. Bony intenable réussit à prendre de vitesse la défense angolaise sur un débordement par le coté gauche, son centre trouve  Eboué idéalement placé  au second qui ne se pose pas de question et mat la balle au fond es filets (1-0). Avec ce  premier but encaissé les angolais savent que la menace  des soudanais en embuscade  derrière peut s’avérer fatale pour eux. Ils essayent de réagir timidement mais c’est déjà la mi-temps.

En deuxième période, les choses ne s’arrangent guère pour eux. Crispés par le résultat des soudanais ils n’arrivent pas à  développer leur jeu. Les ivoiriens en profitent .Peu après l’heure de jeu (64e) sur une grosse bévue Massuguna avec son gardien de but Bony s’intercale  et intercepte le ballon pour le pousser dans le but vide (2-0) pour la Cote d’Ivoire. Les angolais n’ont plus rien à espérer dans la partie ils courront en vain derrière le score jusqu’au coup de sifflet final. Jusque là deuxième du groupe avec 4 points ils viennent de se faire coiffer au poteau par les soudanais vainqueur au même moment du Burkina Faso (2-1) victoire suffisante  qui propulse le Soudan en quart de finale.  Les ivoiriens s’attaqueront pour le quart de final au pays amphitryon la Guinée équatoriale, le soudan lui affrontera la Zambie, peut être un autre bon coup à jouer pour eux.

Lire la suite...

                                             

Espérer que les éléphants de la Cote d’Ivoire écrasent l’Angola et s’imposer sans trembler face au Burkina Faso, c’est ce que doit réussir les crocodiles du Nil soudanais dans cette poule B aujourd’hui à  18h TU à Bata. Avec un petit point à leur actif, les soudanais n’ont pas leur destin en main, mais garde un mince espoir de qualification car même une victoire face aux étalons ne garantie pas complètement leur qualification. Le Burkina  Faso avec deux défaites  essayera de terminer le tournoi avec une victoire. La dernière victoire  soudanaise en phase finale d’une CAN remonte en 1970, ils avaient alors remporté la compétition .Feront-ils un sursaut d’orgueil? 

Lire la suite...

CAN 2012: L'ANGOLA SOUS PRESSION FACE A LA COTE D'IVOIRE.

 

                                                      

Apres la qualification  pour les quarts de final des Zambiens et des équato-guinéens dans le Groupe A hièr, aujourd’hui la poule B va livrer son verdict. Lés éléphants de Cote d’Ivoire grands favoris et  qui mènent  la danse avec 6 points  jouent  contre l’Angola deuxième avec 4 points. Bien au-delà de l’issue  de ce  match l’objectif des éléphants  c’est de rester à Malabo ou ils se plaisent dans leur cadre pour se concentrer pour la suite .Par ailleurs on verra si le coach  François Zahoui aura l’audace de faire tourner son effectif  face à des Palencas Negras qui savent qu’ils sont sous la menace des Soudanais en embuscade juste derrière avec  un 1 petit  point  au compteur.

Lire la suite...

CAN 2012: LA ZAMBIE COIFFE AU POTEAU LA GUINÉE EQUATORIALE.

Se mettre à l’abri en validant   son ticket  de  qualification pour la Zambie, jouer son va- tout pour espérer une qualification miracle pour la Lybie, tels étaient les deux véritables enjeux aux coups d’envoi  simultanées de cette troisième et dernière journée des matchs de poule de la Can dans cette poule A.

 A Bata, la Guinée équatoriale  leader du groupe avec 6 points   affronte  la Zambie classée  deuxième du groupe avec 4 points, mais sous la menace de la Lybie en embuscade. Les deux équipes savent qu’un nul ferait l’affaire de chacune d’elle, mais garantirait surtout  la qualification des   Chipolopolo qui  jouent ce match tout en gardant  une oreille  très attentive du coté de Malabo  ou Libyens et Sénégalais sont également aux prises. Dans les 30 premières minutes de la  première mi-temps  on assiste à une multitude de  coup de pied arrêté de part et d’autre, mais toutes les tentatives resteront vaines  pas. Les deux formations jouent sur la réserve. Les deux gardiens de but Mweene pour la Zambie et Emanuel pour la Guinée équatoriale seront les plus en vue au cours de cette première  période monotone. Dans les tribunes on a l’impression de s’ennuyer et l’arbitre renvoie les  deux équipes aux vestiaires.

En seconde période, les chipolopolo repartent à l’attaque avec un peu plus de  détermination. Peu après l’heure de  jeu (66e) Katongo sur une frappe à ras de terre donne l’avantage aux zambiens. Ce but  qui fait l’affaire des Chipolopolo qui totalisent  désormais 7 points avec une longueur d’avance .Avec cette avance les zambiens  savent qu’en  quart de final  ils évitent un gros morceau du tournoi : les éléphants de la Cote d’ivoire .Les hommes d’Hervé Renard gère le temps jusqu’ au sifflet final de l’arbitre. A cette précieuse victoire ils se qualifient pour les quarts de final en prenant la tete du groupe juste devant  la Guinée équatoriale naguère leader du groupe.

Lire la suite...