Publications de AKAKPO Toussiné Wilfried (4)

 

La page facebook de l’ambassade des Etats Unis à Lomé est désormais fermée à tous ses ‘fans’ depuis ce 08 juillet suite à une publication que j’ai faite sur le mur de cette page. L’ambassade du pays de la liberté, de Marthin Luther King, d’Obama est elle devenue une machine à censure ?  


 

 

Après lecture de cet article du blogueur togolais Fabbi Kouassi, je me suis permis d’envoyer au webmaster du site officiel de l’ambassade des Etats Unis,(via lomewebmaster@state.gov) un mail dans lequel je lui demandais une copie du discours prononcé par l’ambassadeur des Etats Unis le 4 Juillet dernier. Jusqu’à ce jour je n’ai reçu aucune réponse. J’ai ensuite balancé le lien sur la page facebook de l’ambassade vue qu’apparemment elle est régulièrement mise à jour, une vidéo datant du 5 Juillet en est la preuve.

 

Suite à ce post et vue la gravité des faits qui sont reprochés à l’ambassadeur, deux autres amis ont commentés en protestant contre les propos de celle-ci. Je ne me rappelle pas des propos exact mais c’était rien de très méchant. A ma grande surprise et suite à une alerte d’un ami, je me suis rendu compte ce matin que :

  1. Mon post à disparu (supprimé très discrètement)
  2. Je ne suis plus fan de la page (supprimé aussi très discrètement)
  3. Le mur de la page facebook de l’ambassade est désormais fermé

Continuez la lecture sur le Blog de Toussiné A.

 

Lire la suite...


Comme annoncé dans ce précédent billet, le Hackathon Abidjan initialement prévu pour réunir de façon réelle la communauté de technophiles ivoiriens s'est finalement déroulé entièrement en ligne pour des raisons de sécurité, mais a connu un franc succès.
Le Hackathon a donc débuté en ligne via l'application de travail à distance titanpad, qui a rapidement montré son inadéquation à un tel évènement car il offrait la possibilité à tous de modifier les écrits des uns et des autres, et même de les effacer entièrement. Ce que certains utilisateurs ont pris le vilain plaisir de faire. Nous avons donc basculer finalement sur coverit live que nous avons installé sur le blog du Hackathon Abidjan. Coverit offrait la modération des interventions. La séance de travail initialement prévue pour 9h00 n'a réellement débuté qu’à 9h30 GMT avec une vingtaine d’internautes. Nous sommes entrés directement dans le vif du sujet en abordant les sujets tels que les besoins identités, objectifs de application, fonctionnalités et autres.L’évènement a pris fin à 23h GMT, soit 13h30 de travail en ligne.
  • Besoins identifiés :
Mr/Mme X aimerait savoir les personnes à contacter pour un jumelage avec un village ivoirien.
Mr/Mme X aimerait vérifier les informations sur les projets réalisés dans une commune de Côte d’iviore.
Très peu d’informations sur nos divisions territoriales en ligne.
  • Objectifs de l’application
Mettre en place un outil qui va permette d’avoir des informations sur les subdivisions territoriales de la Côte d’ivoire. Ces informations concernent :
  • les élus
  • les institutions
  • les populations (ethnies, peuples, langues, démographie, )
  • des éléments de géographie ( coordonnées gps, superficie, climat, …)
  • élément d’histoire et dates clés
  • les ressources( café, cacao,noix de cajou, coton,huile de palme, minerais,pétrole,…….)
  • les services (banques, assurances, hôtels, restaurants,parking, hôpitaux, pharmacies,mosquées, églises, sanctuaires,synagogues,temples…
  • les projets de développement...

  • Entités traitées par l’application
La cote d’ivoire est structurée comme suit : [ 1.Districts - 2.Régions - 3.Départements - 4.Sous/préfectures - 5.Communes - 6.villages ]
1. District : nom du gouverneur [nom, bio parcours], nombre d’habitants, superficie, érigé depuis quand?
2. Régions : nom chef de région district [nom, bio parcours], population, superficie, langue, ethnie majoritaire, ville phare
3. Département: nom, région, chef du département [nom, bio parcours], population, superficie, érigée en département depuis quand?,
4. Sous-préfecture : nom, département, sous préfet[nom, bio parcours], population, superficie, érigée en région depuis quand?, langue, autochtones images
5.Communes: nom, maire[nom, bio parcours], sous-préfecture, population, superficie
6. Villages : nom, chef de village [nom, bio parcours], population, images, autochtones
  • Sources de données
Banque mondiale : http://donnees.banquemondiale.org/
Gouvernement ivoirien : http://www.gouv.ci
Global Gazetteer : http://www.fallingrain.com/world/IV/index.html
Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9partements_ivoiriens
http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9gions_ivoiriennes
  • Les travaux réalisés
Au terme de la journée du 04 décembre 2010 voici les travaux qui ont été réalisés :
  • Le choix du nom de l’application : Akwaci qui veut dire Akwaba (bienvenue) en Côte d’ivoire. Le nom nous a été proposé par l’internaute Roger Kpakoté depuis Lomé. Le nom de domaine www.akwaci.com a donc automatiquement été reservé pour héberger l’application.
  • Le logo de l’application de l’application retenu par la majorité des participants et des internautes est le suivant http://odabidjan.googlecode.com/files/akwaci4af.png. Il nous a été fourni par l’une des seules filles qui a participé activement au Hackathon, j’ai nommé Anouchka Wayoro.
  • L’interface nous été designé par Jean Luc Houédanou et modifié par Mohamed Diaby. Voici la version modifiée http://odabidjan.googlecode.com/files/index.jpg
  • En ce qui concerne le développement, PHP a été choisi comme langage de développement car il est populaire et plus utilisé par les développeurs ivoiriens. Enusite pour aller vite, une framework de développement nommée cakephp a été choisie http://www.cakephp-fr.org/
  • Au niveau du développement, le manque de développeurs a ralenti le travail et donc seuls les différents modèles,contrôleurs et les fonctionnalités de base telle que ajouter/modifier/supprimer/lister ont été codés.

Il faut noter que cet évènement, premier du genre en Côte d'ivoire, qui a duré exactement 13h30 (de 9h30 à 23h00), a attiré plus de 800 internautes, 236 intervenants et 1784 commentaires.

Une fois encore, vive le Web africain.


Lire la suite...


En cette journée du samedi 04 décembre 2010, les yeux de la communautéinternationale sont tournés vers la Côte d'ivoire en raison de laprestation de serment du "nouveau" président de la Côte d'ivoire.
Cette journée du samedi 04 décembre est aussi un grand jour pour la communauté de technophiles ivoiriens à l'occasion du Hackathon Abidjan 2010.
En effet le Hackathon Abidjan 2010 initié par Akendewa(une ONG qui lutte pour la promotion de l'internet et du mobile enAfrique Francophone) a pour projet de réunir la communauté de développeurs, designers, blogueurs, internautes ivoiriens afin deréaliser en cette journée une application web et mobile qui permettra àtous les internautes de pouvoir avoir des informations détaillées surles districts, régions, départements, sous préfectures, communes etvillages de Côte d'ivoire.
Cet évènement qui devait réunir physiquement la communauté dans les locaux de AMN àAbidjan n'a finalement pas pu tenir pour des raisons sécuritaires maisnéanmoins la communauté a tenu à réaliser son objectif et donc letravail en ligne a été adoptée par tous.
Les technophiles sont donc réunis actuellement et ce jusqu'à 17h00 GMT sur http://hackathon.akendewa.org/2010/12/hackathon-abidjan-live/ via l'application Coverit Live.
Cetteséance de travail est ouverte à toutes et tous qui veulent suivre ouapporter de leur expertise à ce projet communautaire, un des premiers dugenre en Côte d'ivoire.
Actuellementune centaine d'internautes sont connectés sur cette plate forme etdiscutent entre autre des fonctionnalités de l'application, del'interafce et autres.
Cet évènement ainsi que le barcamp de Goréequi se déroulent actuellement en direct sur internet viennent démontrerune fois de plus que cette nouvelle jeunesse africaine va faire bougerl'Afrique dans les mois et années à venir.

Vive le web africain
Lire la suite...

Barcamp Lomé 2010 - Première édition


Rassembler les geeks, professionnels du web Togolais et utilisateurs des nouvelles technologies, tel est l'objectif principal du barcamp Lomé 2010. Le barcamp qui est une non-conférence ouverte où les participants doivent à un titre ou à un autre apporter quelque chose au barcamp (le principe de "zéro" spectateur et tous participants) sera à sa première édition dans la capitale tandis que d'autres villes comme Abidjan ou Gorée sont à leur deuxième ou troisième édition. Ce barcamp est initié par l'Organisme pour la Promotion de l'Internet et du Mobile au Togo, organisme qui se bat depuis quelques temps pour contribuer à un meilleur positionnement du Togo sur la toile et aussi former une forte communauté de professionnels des technologies de l'information et de la communication.

Le thème principal de cette première édition du Barcamp est "la place des contenus togolais dans l'écosystème du web". Ce thème global sera développé à travers plusieurs sous thèmes, notamment :
- Le Blogging
-
Thes digital divide : cas du Togo
- Frontline SMS
- SVG Inkscape
- La propriété intellectuelle et le web et bien d'autres

Le Barcamp Lomé se déroulera le samedi 11 décembre 2010 de 08h30 à 17h30 GMT à Guest House ACROPOLIS sis à 50m de la résidence du footballeur Adébayor à Djidjolé (Lomé)

Cette première édition du Barcamp Lomé, connaitra la participation d'une large communauté de développeurs, webmasters, blogueurs, étudiants, journalistes, entrepreneurs, artistes etc est attendue pour enfin mettre le Togo sur la voie d'une présence effective sur le web.

Pour les internautes qui ne pourrons pas faire le déplacement de Lomé, un live blogging sur http://www.avenue228.com permettra une retransmission en direct du Barcamp Lomé.

Pour toute information complémentaire sur le Barcamp Lomé 2010 :

Contacts : opimtogo@gmail.com
Tel : +228 233 55 29
+228 828 87 17
Sites web: https://sites.google.com/site/barcamplome2010/
http://www.barcamp.org/barcamplome
http://www.twitter.com/barcamplome (Le hashtag #barcamplome)
http://www.facebook.com/pages/Barcamp-Lome/130827810308846

Vive le web togolais et vive le web africain

Lire la suite...