Etats-Unis : moins de journalistes, mais mieux payés ?

Selon une étude de l'association américaine des employeurs et des universités, le salaire moyen des jeunes journalistes évolue à la hausse. Aujourd'hui, un jeune diplômé en journalisme aux Etats-Unis peut espérer gagner +3,3% de plus qu'en 2012, soit 41 000 dollars par an, contre 39 600 l'année passée. C'est un salaire moyen plutôt élevé.

 

 

Mais cette bonne nouvelle a vite été rattrapée par une réalité plus dure, et hélas plus habituelle de la profession. Plusieurs publications ont annoncé des plans de licenciements ou de départs volontaires. Des grandes marques médias ou des grandes entreprises de presse sont concernées :

  • Le New York Times a bouclé l'annonce d'un plan de départs volontaires la semaine dernière. Une trentaine de postes dans la rédaction vont être supprimés même si une dizaine de départs a déjà été annoncée par la direction du grand quotidien de la côte Est.
  • L'agence de presse Thomson Reuters prévoit de supprimer 3.000 postes sur les 50.000 employés. Il devrait s'agir essentiellement de postes administratifs et fonctionnels. Néanmoins, des journalistes expérimentés sont déjà sur le départ.
  • Enfin, le groupe Time, éditeur du Time Magazine, de Fortune, et de Sports Illustrated a annoncé réduire ses effectifs de 6%. Entre 500 et 700 postes sont sur la sellette.

 

Deux choses m'ont interpellée.

 

 

Premièrement, ces licenciements commencent à peser sur les contenus. Le départ de journalistes senior signifie l'évaporation de toute une culture, une richesse et une connaissance très approfondie qu'il coûtera peut-être cher de reconstituer. En parallèle, certains sujets risquent même d'être peu ou mal couverts. Par exemple, un site spécialisé dans l'écologie a relevé qu'il n'existait plus qu'une douzaine d'acteurs chargés de couvrir l'écologie et l'environnement dans les cinq premiers quotidiens américains. C'est assez problématique vu que ces sujets deviennent de plus en plus importants et complexes à suivre.

 

Deuxièmement, je me suis demandée où allaient ces journalistes qui ne partent pas à la retraite mais quittent la profession. Internet semble être un bon lieu de repli : Kickstarter, un des nouvelles start-up montantes de Silicon Valley, séduit. Elle aide à financer des projets. Buzzfeed, un site d'informations en ligne qui met en avant les contenus populaires des réseaux sociaux, séduit également, tout comme d'autres sites plus journalistiques comme ProPublica, qui attire aussi. 

 

Cette semaine, on parle également beaucoup de Vine. Un service lancé par Twitter qui permet de produire des petites vidéos de 6 secondes et de les publier en un clic sur la plateforme. Cette application iPhone suscite beaucoup d'interrogations aux Etats-Unis. Son usage pourrait être très puissant quand il s'agira de rapporter des évènements en temps réel puisqu'elle permet de capter à la fois des images et du son. 

 

Marie-Catherine Beuth est journaliste, spécialiste des nouveaux médias au Figaro. Elle est l'auteure du blog 
Étreintes digitales. Chaque semaine, dans l'Atelier des médias, elle s'arrête sur l'un des aspects de la r/évolution des médias actuellement en cours.