En se penchant du côté de la vie congolaise que mène la cinéaste réalisateur Alif BUTERINOTE, on remarque que le choix du titre de son film congolais de l’histoire du Congo, « BOMOYI KA KO YIKA MPIKO », signifierai « Vie de la lutte », en français. Ce titre qu’a choisit Alif BUTERINOTE, dérive d’une de langues nationale de son pays la République Démocratique du Congo, le Lingala.Ce jeune réalisateur , réalise ce présent film, en troisième position de sa carrière cinématographique depuis 2009. «BOMOYI KA KO YIKA MPIKO » précède « LA MAIN AFRICAINE » et « MULUBE » dont il a travaillé dessus dans une même année, 2013, qu’il considère comme une année d’exposition de l’un pour cent de ses capacités.Comme nous nous intéressons maintenant à son troisième film « BOMOYI KA KO YIKA MPIKO », on découvre que ce film est un documentaire d’expérimentation qui va jusqu’au fond de l’histoire des grands parents (ancêtres) de congolais en faisant une métalepse à cette histoire qu’il nous raconte. Ce film a une vision qui se marie à celle de l’hero Emery Patrice LUMUMBA, « L’avenir du Congo est beau ».Alors, par cette célèbre parole de l’hero congolais LUMUMBA, Alif BUTERINOTE se situe sur la ligne des naissances congolaises lors des périodes du désordre et du chaos dans son pays… Sa génération n’arrive pas à se localiser dans ce futur beau Congo de LUMUMBA où il n’y aura pas des guerres, de la corruption, des trahisons, de l’injustice et toute autre forme de dégradation de l’intégrité nationale qu’internationale de son pays, suite aux habitudes qu’il a acquises et vécues avec ses aînés.La constitution du fond de ce film « BOMOYI KA KO YIKA MPIKO » veut préparer les personnes ayant l’envie de voir évolué positivement la RDC, leur pays (MBOKA YA BA KOKO), de commencer avec la lutte ; comme l’indique le titre du film. Connaître mieux ses ennemies et voir comment vivre avec elles en harmonie ou en hypocrisie, selon son choix, en mettant bien dans la tête : « L’avenir du Congo est beau ».

Catégories