Les conflits à intérêt politique ou ethnique qui ont jalonné le règne de Laurent Gbagbo n’ont pas laissé une Côte d’Ivoire unie. A contrario, c’est un pays déchiré, défiguré, avec des populations qui se regardent en chien de faïence. Chacun attend son heure. L’entêtement de Laurent Gbagbo à confisquer, vaille que vaille, le pouvoir a approfondi le fossé entre les ivoiriens. La fraternité n’existe que de nom, grand est encore le fossé qui se creuse aujourd’hui entre des communautés, des amis, des collègues.Malgré le discours des autorités politiques en place, les mains tendues, les réactions sont timides souvent même inexistantes. Plus grave on parle d’une justice de vainqueur et entretient le rêve.

Catégories